Le ministre des affaires étrangères et de la Défense est de Huy-Waremme

Lien permanent

Le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin devient ministre des affaires étrangères et de la Défense. Il reprend une partie des compétences de Didier Reynders qui part à l’Europe comme commissaire européen à la Justice. Quel impact pour sa commune?
 
La veille encore, vous démentiez avoir été approché pour succéder à Didier Reynders. Alors finalement, vous étiez déjà informé ou pas?
 
«C’est vrai que mon nom a été cité à plusieurs reprises, mais je vous assure que je n’ai eu aucun contact ces derniers jours avec qui que ce soit. C’est une vraie surprise. Les premiers contacts, je les ai eus ce samedi matin quand le président m’a appelé sur le coup de  8h30 pour me dire qu’ils en avaient parlé entre eux et que j’étais celui qui était le mieux indiqué pour reprendre les fonctions de Didier».
Votre réaction quand vous l’avez appris?
 
Je me suis senti honoré même si je suis conscient que dans un gouvernement en affaires courantes, ma mission sera limitée.
 
Que répondez-vous à ceux qui soutiennent que c’est une récompense de Georges-Louis Bouchez, votre nouveau président, pour le soutien que vous lui avez apporté ?
 
Je m’inscris totalement en faux. Voilà 20 ans que je milite, ce n’est pas du favoritisme mais une reconnaissance. Je tiens aussi à préciser que je n’ai pas appelé à voter pour Georges-louis Bouchez au second tour. Nuance, j’ai dit que je voterais pour lui, c’est différent. De toute façon, parler de cadeau n’a pas de sens non plus car qu’on le veuille ou non Georges-Louis Bouchez a déjà gagné au 1er tour. Quant à ceux qui soutiennent que ma candidature n’avait d’autres buts que de torpiller celle de Christine Defraigne, je rappelle que, des deux, j’ai été le premier à la déposer. Christine l’a fait deux jours après moi.
Comment s’est déroulé le passage de témoin entre Didier Reynders et vous, samedi, au cabinet des Affaires étrangères ?
Bien. Nous avons discuté des dossiers à venir et qui était à l’agenda. Je sais par exemple que j’ai plusieurs voyages prévus. En Afrique pour une rencontre avec les forces belges à l’étranger, à Bratislava en Slovaquie. Plus près de chez nous, à Bastogne pour les commémorations des 75 ans de la bataille des Ardennes.
 

Vous héritez de deux gros portefeuilles avec peu d’expérience sur la scène internationale. Etes-vous à l’aise dans ce nouveau costume?
J’ai des équipes bien rodées autour de moi, la plupart des personnes qui travaillait au cabinet son toujours là. La cellule politique va suivre Didier Reynders à l’Europe mais la cellule opérationnelle reste sur place.
A Crisnée, vous restez bourgmestre en titre. Mais quelle sera encore votre implication dans la commune?
Je ne siégerai plus au Collège mais j’assisterai aux conseils communaux, j’espère le plus souvent possible. Je vois que pour d’autres bourgmestres dans le même cas, c’est réalisable. L’idée est aussi d’avoir une réunion une fois par semaine pour pouvoir assurer le suivi des dossiers avec les échevins. Demain matin (ce lundi), je vois le personnel communal pour les informer de la répartition des compétences (lire ci-contre).
Et le jogging dans tout ça ?

Je continuerai à courir au moins une fois par semaine et comme chaque jeudi, après les séances au Parlement je posterai ma balade musicale sur ma page FB. Ce sont les deux choses qui ne changeront pas.

«Contente que notre arrondissent ait un ministre»
 
Yakhlef El Mohtari, 2e échevin à Crisnée

« C’est une fierté pour nous que l’on ait reconnu en Philippe un homme d’état. Cette reconnaissance, il la doit à son travail et à son intelligence mais sa plus grande qualité, c’est sa générosité. Philippe est aussi quelqu’un qui aime bien faire les choses. Il dit toujours « quand je ne connais pas, je ne m’avance pas ». Je crois qu’aujourd’hui, il est arrivé à la fin du cycle d’apprentissage. »
 
Jean-François Brillon, président du CPAS de Crisnée

« Il doit cette place à son travail et à sa persévérance. En 20 ans, il a transformé la commune. S’il applique les mêmes recettes et fournit le même travail au fédéral, je pense qu’il pourra arriver au même résultat. Sa désignation est une bonne chose pour l’arrondissement mais je sais qu’il sera le ministre de tout le monde. Philippe n’a jamais fait de différence. »
 
Myriam Tombeur, 3e échevine à Crisnée

« C’est l’aboutissement d’un travail qu’il effectue depuis 2000. C’est une fierté pour lui, mais pour nous aussi. Je suis très ému. Il est parti de rien en politique et son investissement au quotidien a finalement payé. Il reste et restera pour nous un référent et je sais qu’on pourra toujours le consulter.
De toute façon il ne saurait pas abandonner sa commune. »
 
Caroline Cassart, députée-bourgmestre d’Ouffet

 Je suis très fière et très contente que notre arrondissement ait à nouveau un ministre. La désignation de Philippe est méritée. Elle est la traduction du travail remarquable qu’il a entrepris depuis des années. Vendredi matin, je l’ai d’ailleurs appelé pour lui dire « et si demain, tu es ministre, tu me répondras encore au téléphone ? « . Il a ri. Et bien voilà, il l’est. »
 
 PAR MARIE-CLAIRE GILLET
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel