• RESA passe au LED dans 55 communes dans un souci écologique

    Lien permanent

    Au total, 122.000 lampadaires vont passer au LED dans 55 communes dans un souci écologique

    Les éclairages publics liégeois vont se mettre au vert. Au total, RESA va remplacer les luminaires par du LED dans 54 communes. Cela dans un souci écologique mais aussi économique.
    Il n’est pas rare d’entendre que la Belgique est le pays le plus éclairé au monde. La légende dit même que notre petite patrie est visible depuis l’espace tant elle brille de mille feux (merci les lampadaires allumés toute la nuit sur nos autoroutes).
    Pas étonnant lorsque l’on sait que, par exemple, le parc d’éclairage public de RESA (réseau distribution électricité) est composé de 135.000 luminaires ! Toute cette lumière, c’est bien beau mais ça consomme… et pas qu’un peu. En effet, selon RESA, ces éclairages consomment environ 47 millions de kWh par an.
    7 chantiers en 2019
    Dans un souci d’écologie, RESA a lancé un plan ambitieux : remplacer 122.000 luminaires par des LED d’ici 2025. « Ce plan de renouvellement va concerner 54 communes de la province de Liège », précise Isabelle Simonis, présidente du conseil d’administration de RESA et bourgmestre de Flémalle.
    Cette année, des chantiers ont déjà commencé dans quelques communes. C’est le cas de Comblain-au-Pont, Flémalle, Herstal, Nandrin, Remicourt, Stavelot et Villers-le-Bouillet.
    Et les chiffres pour l’ensemble des communes concernées sont encore plus impressionnants. Dans moins de six ans, lorsque tous les LED auront remplacé les lampes énergivores, ce seront plus de 8.000 tonnes de CO2 en moins dans l’atmosphère par an.
    « Soit l’équivalent de 8.850 vols aller-retour en avion de Bruxelles à New York, ou plus de 3.000 fois le tour de la Terre en petite voiture », illustre Gil Simon, directeur général de RESA. Outre l’économie énergétique, la facture d’électricité des communes va également diminuer drastiquement. « On estime une réduction de 5 millions d’euros par an pour les communes grâce à ce plan LED », ajoute le directeur général.
    Concrètement, les chantiers vont se dérouler petit à petit dans chaque commune. Au cours de l’année prochaine, 19.200 luminaires seront remplacés dans 30 communes. Tout le parc sera remplacé d’ici 2025, pour un budget total de 46 millions d’euros. RESA prend à charge 21 millions d’euros, les 25 millions restants seront partagés entre les différentes communes.
    Par Victorine Michel

     

    Source

  • Marchin place 2.000 euros dans cette coopérative

    Lien permanent

    Première commune à prendre une part dans la banque NewB

    Marchin détient une part dans NewB. La commune soutient la coopérative qui porte un projet de nouvelle banque éthique et solidaire. Le bourgmestre Eric Lomba explique les raisons de ce placement communal de 2.000 euros.

    La commune de Marchin a souscrit des parts à hauteur de 2.000 euros dans la nouvelle banque éthique et durable, NewB. Ce nouvel acteur en devenir du secteur bancaire poursuit une levée de fonds depuis plusieurs semaines.

    Le conseil communal marchinois soutient cette coopérative par le biais d’une prise de participations actée mercredi soir par le conseil communal.
    « C’est un placement à haute valeur symbolique », estime d’emblée Eric Lomba, le bourgmestre de Marchin. Ce dernier évoque les raisons de cet engagement : « Il ne s’agit pas du premier soutien marchinois à une coopérative. La commune se montre sensible à la création d’une nouvelle banque, qui plus est éthique et durable. »

    Le bourgmestre insiste sur la dimension symbolique : « Notre participation de 2.000 euros reste symbolique par rapport à l’objectif de 30 millions d’euros, mais Marchin entend contribuer. Cette part ne représente qu’une goutte d’eau, mais les petits ruisseaux forment les grandes rivières. Ce soutien à une banque différente nous semble naturel. Dans un secteur où la spéculation pose problème, la commune défend les valeurs d’éthique et de durabilité que porte NewB.
     
    Ce projet dynamique et solidaire mérite notre soutien, car il faut d’autres ambitions que la spéculation », exprime Eric Lomba.

    Un citoyen qui prend une part obtient un compte. Quel bénéfice tire la commune de cet investissement ? « C’est une prise de capital, pas une dépense. Si la banque ne se crée pas, c’est-à-dire que la coopérative ne reçoit pas son agrément bancaire, la commune récupère sa mise. Si une faillite se présente, la commune perd le montant de sa part. Si la banque fructifie, bien que la course aux bénéfices ne constitue pas l’objectif de NewB, la valeur de la part augmente. La revente d’une part demeure une autre possibilité », analyse Eric Lomba.

    NewB s’ajoute aux autres marques de soutien marchinoises dans l’économie sociale, à l’image du Point Ferme avec le GAL ou de l’éolienne de Modave.
     
    Trois catégories de parts

    Réuni mercredi, le conseil communal a confirmé à l’unanimité la décision de l’exécutif. « Le vote du conseil rend la décision plus ferme et solide », explique le bourgmestre qui, à titre personnel, détient aussi des parts. Car les citoyens disposent de la possibilité de souscrire une part à 20 euros.

    Des institutions, dont la Région wallonne, soutiennent ce projet. Le CNCD-11.11.11, Oxfam, Caritas, des syndicats, les universités de Bruxelles et de Louvain, Greenpeace, Financité, la Ligue des familles, Médecins du Monde, Inter-environnement, les Scouts et le Patro, les Grignoux, le CRISP ou encore le Centre d’Action Laïque constituent autant d’acteurs divers soutenant le projet. En prenant une part de catégorie A, réservée aux institutions, la commune de Marchin rejoint une longue liste de coopérateurs sociétaux.
    Par JUMA
     

     

  • Des moustiques tigres repérés non loin de chez nous

    Lien permanent

    Des moustiques tigres repérés sur nos aires d’autoroutes

    Près de 200 œufs ainsi que trois larves de moustiques tigres ont été détectés entre avril et octobre sur des aires d’autoroute au nord et au sud du pays, a indiqué jeudi l’Institut de médecine tropicale (IMT).


    Wanlin et Sprimont


    « Ces découvertes confirment les conclusions antérieures qui suggèrent que ces moustiques arrivent par voie routière depuis des régions déjà colonisées, comme la France et l’Allemagne », souligne l’institut anversois, responsable de la surveillance de ces moustiques exotiques.


    Originaire d’Asie du Sud-est, cette espèce invasive s’est répandue un peu partout dans le monde principalement grâce au transport de pneus usagés et de bambou chanceux. Les œufs et les larves ont quant à eux été repérés sur trois aires d’autoroutes : celles de Wanlin (Namur), Sprimont (Liège) et Marke (Flandre occidentale).


    Petit moustique à rayures noires et blanches, il pique durant la journée et est susceptible de transmettre le virus de la dengue, Zika ou le chikungunya.

    Source

  • La 3e édition du marché de Noël qui finance l’humanitaire aujourd'hui 30 novembre et 1 er décembre 2019

    Lien permanent

    3e édition du marché de Noël qui finance l’humanitaire

    - Samedi 30/11 et Dimanche 01/12 de 10h30 à 19h00.
    - Chapiteau Decrollier , Place de Grand-Marchin, 4570 Marchin
    - Entrée gratuite
    - Contact : 0475 27 47 17

    Samedi et dimanche, l’ancien chapiteau de cirque Decrollier accueillera pour la troisième année consécutive le marché de Noël du Monde, place de Grand Marchin.


    L’événement est né d’une collaboration entre la commune, l’ASBL Maillon humanitaire et le club Soroptimist de Huy.

    Une quinzaine d’associations viendront exposer des objets venus tout droit des pays dans lesquels prend place leur action humanitaire.

    Quelques artisans de la région qui soutiennent le projet seront également présents.


    Au-delà d’un moment de convivialité, cette initiative vise à mettre en lumière le travail de ces ASBL qui viennent en aide aux populations qui en ont besoin au Maroc, au Congo, au Niger ou encore au Kenya.

    La commune de Marchin met le chapiteau gratuitement à disposition et l’entièreté des bénéfices récoltés lors de l’événement est redistribuée à l’ASBL organisatrice, pour l’aider à financer ses missions.

    « Notre association œuvre dans des régions reculées du Congo et du Maroc depuis 2007, explique Viviane Maréchal, bénévole de l’ASBL Maillon humanitaire depuis 13 ans.

    Début janvier, on fait partir un container à destination du Kasaï oriental avec du matériel médical et des lits. » En juin, l’ASBL organisait un repas pour financer des lampes pour ophtalmologues au Maroc.

    La dernière mission au Congo, d’un coût de 35.000€, a permis de venir en aide à 5000 patients. Les événements comme le marché de Noël du Monde sont nécessaires pour pérenniser l’action de l’ASBL.


    En plus, c’est l’occasion de trouver un cadeau de Noël original et exotique à l’approche de Noël. On pourra y trouver des tissus, poteries, lanternes, bijoux, masques, et autres objets issus de l’artisanat des pays représentés. « Il y a une ASBL qui vient en aide aux femmes aux Maroc, qui propose une confiture au rose.

    Sur un dessert de Noël, ça serait délicieux ! ».


    Le club des Soroptimist de Huy, investi dans l’amélioration des conditions de vie des femmes, sera présent pour proposer de la petite restauration sucrée et salée, également au profit de Maillon humanitaire

    Par P.T.

    Source 

  • Les dates des Concerts dans nos églises du Condroz

    Lien permanent

    Concerts dans nos églises

     Le dimanche 1 décembre 2019  à 15h à l’église d’Ouffet : Concert Gospel.

     Le dimanche 15 décembre 2019 à 17h30 à l’église de Tavier : Concert de Noël de « La choranthisnes ».

     Le samedi 21 décembre 2019  à 20h à l’église de Nandrin : Concert de la chorale « l’Elan Vocal ».

    Source

    Photo archive des 30 ans de L'Elan Vocal 

  • Attention un appel tous les cinq jours au centre Antipoisons: la tendance est à la hausse!

    Lien permanent

    Le centre Antipoisons reçoit de plus en plus d’appel pour des ingestions de piles boutons, ces petites piles rondes et plates que l’on retrouve dans les télécommandes ou les jouets. Les risques sont graves : brûlures internes et graves blessures pouvant parfois entraîner la mort.


    Les piles boutons, on en retrouve dans les montres, les télécommandes, les jouets, les appareils auditifs. Petites, de la taille d’une pièce, elles représentent un réel danger pour les jeunes enfants, mais aussi pour les personnes âgées.


    L’an dernier, le centre Antipoisons a reçu 70 appels pour des incidents avec des piles boutons concernant, au total, 72 victimes. « Parmi les victimes se trouvaient 49 enfants, 19 adultes et quatre dont l’âge est inconnu ou bien des animaux », indique le porte-parole, Patrick De Cock.


    Selon le centre, avec 50 appels en 2017, 70 en 2018 et déjà plus de 70 à un mois de la fin de l’année en 2019, la tendance est clairement à la hausse. « Ce n’est pas illogique, étant donné le succès croissant des jouets électroniques et autres gadgets qui contiennent des piles boutons », souligne-t-il. À l’approche de la Saint-Nicolas, le SPF Économie met en garde : « Sur certains appareils, il est facile d’ouvrir le compartiment à piles pour accéder aux petites piles, ce qui peut être dangereux pour les enfants. »


    Mais les enfants ne sont pas les seules victimes, comme en témoignent les chiffres du centre Antipoisons. « Les victimes adultes sont souvent des personnes âgées qui confondent une batterie d’appareil auditif avec une pilule ou un bonbon, par exemple », explique Patrick De Cock.


    Œsophage perforé


    Si le nombre d’appels augmente, il semblerait également que le nombre de cas graves connaisse lui aussi une hausse. « L’augmentation du nombre de cas graves ces dernières années s’explique par l’utilisation accrue de piles de 3V d’un diamètre de 20 mm ou plus », confirme le centre.


    Les piles au lithium d’un diamètre supérieur ou égal à 20 mm sont en effet les plus dangereuses. Mais, quel que soit le type de pile bouton, l’avaler représente un réel danger pour la santé. « Une pile bouton coincée dans l’œsophage peut, en 2 heures, être à l’origine de symptômes sévères pouvant aller jusqu’à la perforation », précise le centre Antipoisons sur son site internet. Les blessures graves pouvant même causer la mort.


    Mieux vaut donc agir rapidement, même s’il n’y a qu’une suspicion d’ingestion. D’autant que les symptômes (douleurs abdominales, fièvre, hémorragie intestinale, respiration bruyante, etc.) ne sont pas toujours immédiats.

    « En cas d’ingestion, il faut toujours faire le plus rapidement possible, de préférence dans l’heure qui suit, une radiographie du thorax et de l’abdomen pour localiser la pile. »


    En cas d’ingestion, il faut faire appel aux services d’urgence le plus rapidement possible et surtout ne pas faire vomir la victime ni lui donner à manger.


    par Sabrina Berhin

     

    Source

  • Les dates des Célébrations du temps de Noël

    Lien permanent

    Le mardi 24 décembre

    à 17h : messe des familles à l’église des Avins,

    à 17h: messe des familles à l’église d’Ouffet,

    à 17h: messe des familles à l’église de Seny.

    à 24h : messe de minuit à l’église d’Ocquier

    à 24h: messe de minuit à l’église de Saint-Séverin.

    Le mercredi 25 décembre :

    à 9h: eucharistie au presbytère d’Ouffet,

    à 9h30: eucharistie à l’église de Clavier-Station,

    à 10h30: eucharistie à l’église de Tavier,

    à 10h30: eucharistie à l’église de Villers-le-Temple,

    à 11h: eucharistie à la clinique de Fraiture.

    Le samedi 28 décembre :

    eucharistie à 18h à l’église d’Ellemelle.

    Le dimanche 29 décembre :

    à 9h: eucharistie au presbytère d’Ouffet,

    à 10h30: eucharistie à l’église de Fraiture,

    à 11h: célébration autour de la Parole à la clinique de Fraiture.

    Le samedi 04 janvier :

    à 18h: eucharistie à la chapelle de Pair

    à 18h: eucharistie à l’église de Tinlot.

    Le dimanche 05 janvier :

    à 9h: eucharistie à l’église de Borsu

    à 9h: eucharistie au presbytère d’Ouffet,

    à 10h30: messe des familles à l’église d’Anthisnes

    à 10h30: messe des famille à l’église de Nandrin,

    à 11h: célébration autour de la Parole à la clinique de Fraiture.

  • Une meilleure pension pour les agents contractuels

    Lien permanent

    Hier vendredi, le Conseil des ministres actera la mise en place d’un 2epilier de pension pour tous les fonctionnaires contractuels fédéraux.

    Un projet déposé par les ministres MR David Clarinval et Daniel Bacquelaine.


    Les pensions se déclinent en 3 piliers.

    Le premier est la pension légale à laquelle tout travailleur a droit. Le second, la pension complémentaire, est octroyé au niveau de certaines entreprises privées ou au niveau de certains secteurs professionnels.

    Actuellement, 3,7 millions de travailleurs y ont droit.

    L’épargne pension, que chacun peut se constituer à titre personnel, constitue le troisième pilier.


    Élargit à d’autres agents


    C’est au second pilier que se sont attaqués le ministre de la Fonction publique David Clarinval (MR) et le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR). Leur objet : octroyer une pension complémentaire à tous les fonctionnaires contractuels fédéraux.

    Autrement dit, cela concerne les travailleurs sous ce statut des services publics fédéraux, du ministère de la Défense, des Institutions publiques de sécurité sociale (comme l’Onem ou l’Inasti), des organismes d’intérêt public fédéraux (comme l’Afsca, la Régie des Bâtiments ou Fedasil), des greffes et parquets, de la police fédérale et locale, ainsi que des cabinets ministériels au niveau fédéral.

    Outre l’attribution du marché qui permet d’instaurer officiellement ce second piller, le Conseil des ministres de ce vendredi décide également d’étendre le système au personnel de quelques organismes fédéraux supplémentaires qui n’avaient pas été initialement repris et qui étaient demandeurs d’en faire bénéficier tout ou partie de leurs contractuels.

    Cela vise notamment le personnel du Conseil national du travail, de l’Orchestre national, de Unia et de Myria. Au total, cela couvre dans l’immédiat 20.000 personnes.


    Prise en charge par l’État


    Cette pension complémentaire sera offerte à tous les agents contractuels concernés, sans nécessiter la moindre démarche de leur part. La cotisation annuelle sera de l’équivalent de 3 % de leur salaire brut mais, c’est l’employeur fédéral qui prendra en charge la totalité du financement.

    Par conséquent, un budget annuel récurrent de 32 millions d’euros a été débloqué par le gouvernement pour financer la mesure.


    Mais qu’est-ce que ce système apportera concrètement aux travailleurs ?

    « Le projet de deuxième pilier de pension pour les agents contractuels rencontre une revendication légitime du personnel concerné », explique le ministre de la Fonction publique, David Clarinval.

    « Il a d’ailleurs été concerté avec leurs organisations syndicales.

    Quel que soit leur niveau d’études ou leur fonction, cela va permettre de voir leurs revenus améliorés lors de leur départ à la retraite.

    Ce système est semblable à celui dont bénéficient déjà beaucoup de travailleurs du secteur privé. La pension nette des agents fédéraux contractuels reste en outre aujourd’hui encore moindre que celle des agents statutaires.

    Cela ne me semble pas juste. Ce deuxième pilier que l’État fédéral financera sans intervention de leur part permet de compenser partiellement ces deux différences, ce dont je me réjouis vivement. »

    Au niveau de l’impact financier, chaque cas est différent en raison des parcours, des rémunération, des situation familiales… Mais voici un exemple.

    Sur un salaire brut annuel de 36.000 euros, une prime de 3 % permet à un agent contractuel ayant une carrière complète de 45 ans de se constituer un capital de 97.538,07 euros, ce qui représente une rente annuelle de 5.285,03 euros.


    Par Alison verlaet

     

    Source

  • Campagne BOB Comme chaque année !!!

    Lien permanent

    Comme chaque année depuis près d’un quart de siècle, à l’approche des fêtes de fin d’année, les différentes autorités du pays s’associent pour lancer, ensemble, la campagne hivernale de lutte contre l’alcool au volant.

    Intitulée « Bob. 100 % sobre », l’édition 2019 de cette campagne a pour ambition de contrôler quelque 300.000 conducteurs un peu partout sur le territoire. Nouveauté cette année : les policiers vérifieront également l’usage de drogue et du GSM au volant.


    Ces 10 dernières années, le nombre d’accidents impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool a baissé de 20 %, selon des chiffres de l’institut Vias. Malgré tout, il y a encore eu, en 2018, plus de 4.000 accidents avec tués ou blessés impliquant un conducteur imprégné d’alcool, soit en moyenne un accident toutes les deux heures environ. Au total, ces accidents ont fait plus de 5.200 victimes.


    Durant la présentation de la nouvelle campagne, le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR) a pointé le risque d’accident jusqu’à 200 fois plus élevé pour les conducteurs imbibés.

    « 4 conducteurs sur 10 impliqués dans un accident ont une alcoolémie de plus de 1,8 pour mille, soit 3,5 fois la limite autorisée », a fait remarquer le ministre libéral, soulignant au passage que cela représente tout de même 18 bières.


    Face à de tels contrevenants, ainsi qu’aux récidivistes sévères, le juge est tenu, depuis le 1er juillet 2018, d’imposer un éthylotest antidémarrage, a souligné le ministre Bellot. À ce jour, quelque 220 conducteurs ont été contraints d’équiper leur voiture d’un tel appareil. Outre l’installation de l’éthylotest, la personne doit également se faire accompagner par un organisme reconnu, tel l’institut Vias.


    du 2 décembre au 6 janvier


    De son côté, la ministre wallonne de la Sécurité routière, Valérie De Bue (MR), a mis en évidence l’existence des chèques taxi « Backsafe », à moitié prix pour les jeunes, comme alternative pour rentrer chez soi en toute sécurité. Elle a insisté sur l’importance des campagnes Bob afin de continuer la sensibilisation auprès des fêtards. « La prise de conscience est impérative car quand on conduit sous l’emprise de l’alcool, on met non seulement sa vie en danger mais également celle des autres. »
    La campagne Bob s’étalera du lundi 2 décembre au lundi 6 janvier. Mais les contrôles seront augmentés durant l’entièreté des mois de décembre et janvier, a averti Vias. Le week-end sans alcool aura, lui, lieu du vendredi 10 au dimanche 12 janvier.

     

    Source

  • Le lait, il ne faut rien y ajouter, il est bon par nature!

    Lien permanent

    L’Apaq-W lance une campagne de promotion du lait wallon

    « Le lait, il ne faut rien y ajouter, il est bon par nature ! »
    C’est avec ce slogan que l’Agence wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité (Apaq-W) a lancé, jeudi, une campagne de promotion du lait wallon.
    Une occasion pour l’Apaq-W de rappeler les bienfaits du lait, souvent décrié.
    La campagne rappelle que le lait est un produit de qualité qui dispose naturellement de nombreux nutriments utiles dans le cadre d’une alimentation équilibrée.
    L’Apaq-W souligne également que le lait est produit d’une manière raisonnée par les agriculteurs locaux.
    1,2 milliards de litres
    « En Wallonie, les exploitations fonctionnent en moyenne avec 74 vaches et comptent moins de deux personnes pour s’en occuper. »
    « Il s’agit clairement d’un modèle agricole familial et à taille humaine, dans lequel le lien entre l’homme et l’animal est très intense », ajoute encore l’Apaq-W.
    Chaque année, les agriculteurs wallons produisent 1,2 milliard de litres de lait.
    On trouve 3.754 détenteurs de vaches laitières et 249 producteurs disposent du label bio (6,5 %) en Wallonie.

     

     

    Source

     

  • Village de Noël de Liège 2019

    Lien permanent

     

    En 32 ans d'existence, le Village de Noël de Liège est devenu, par sa taille (200 chalets), sa durée et son esprit, le plus important marché de Noël de Belgique.

    Chaque année, il draine à Liège un public estimé à près de deux millions de personnes, attirant des visiteurs étrangers de plus en plus nombreux…


    Fidèle à la longue tradition germanique des marchés de Noël, le Village de Noël de Liège recrée au coeur de la ville l'esprit plein de magie et de féérie des fêtes de Noël.

    Mais fidèle à son caractère latin, avec le concours de son Conseil Villageois et de ses nombreux chalets de bouche, le Village de Noël a innové par une ambiance festive et conviviale, spécificité principale qui le démarque de ses confrères germaniques et alsaciens.


    Le Village de Noël est organisé par ENJEU asbl en collaboration avec le TOURNEVENT asbl, sous le parrainage de l'Echevinat du Développement économique de la Ville de Liège

    Le Village de Noël de Liège
    Place Saint-Lambert et Place du marché, 4000 Liège

    Chaque jeudi, le Village de Noël passe en mode « jeudredi ».
    Animation musicale, ambiance festive, quiz et blind tests musicaux : venez faire la fête sur la Place Saint-Lambert ! 
    Profitez de l’happy hour de 19h à 21h et tentez de remporter des lots gourmands des chalets de bouche de la Dalle, le tout dans une ambiance festive et conviviale… 
    RDV les jeudis 05, 12, 19 et 26 décembre au centre de la Dalle St-Lambert, de 19h à minuit.

    Les jeudis du Village de Noël

    Le Village de Noël de Liège

    Village de Noël de Liège 2019

     

    Le Village de Noël de Liège clic ici

  • En chemin vers Noël : aujour'hui 30 novembre 2019

    Lien permanent

    Noël sera bientôt là… Préparons nos cœurs…
    Pour bien commencer l’Avent, nous vous proposons une halte, un temps de réflexion, d’échanges et de prières.

    Venez nous rejoindre le samedi 30 novembre de 14 h30 à 16 h30 au Prieuré Saint Martin de Scry. 

  • Cortège de Saint-Nicolas aujourd'hui 30 novembre 2019 à Huy

    Lien permanent

    CORTEGE DE SAINT NICOLAS


    Comme chaque année, la Fédération Royale des Commerçants, Artisans et Indépendants de Huy a invité le Saint-Nicolas à faire une escale dans la citée mosane ! 

    Voici les points de rendez-vous :

    9h-9h45 : Statte (Huy)
    10h-10h45 : Orchestra - Huy (Zoning de Ben-Ahin côté Meuse)
    11h-11h45 : Le 31 ainsi que l'ensemble du Zoning de Tihange
    13h45 - 14h30 : Saint-Germain
    15h30 - 16h15 : Rue des Rotisseurs (Boutique Green BayHDT1001 BoulesFrit'HuyO' brunch coffee - HuyArômes et Volup'thésPastelLe Pont des ArtsLingerie Mat' LineCoiffeur DabompréNative BoutiqueLes opticiennes.beLa Boutique Du VoyageHub MosanLe Coup de Phil, ...)
    17h30 - 18h15 : ARONA danse & fitnessVaudrée 8 Huy

    Saint-Nicolas fera également des balades :

    13h20 : Rue Neuve (Ce que veulent les hommesCap modeATE Informatique HuyRive GaucheFactory StorePoker JeanstoreShopforgeek Huy,...)
    15h : Rue des Brasseurs - Grand Place (Daisy Flowers, Boutique Marina Pralines Neuhaus Huy, GabibouchTrevi RasquainLa Dérive Librairie Indépendante HuyO'Malley PubLe 45 BarCocobaiaChez SongLe Littéraire Huy, ...)
    16h30 : Rue des Rotisseurs



    1 sachet de bonbon sera offert à chaque petit bout présent !

    Lire la suite

  • Attention Apnées du sommeil: 9 enfants sur 10 non diagnostiqués

    Lien permanent

    Avec la mort subite du nourrisson, on parle souvent d’apnées du sommeil lors des premiers mois de l’enfant. Mais, l’inquiétude disparaît ensuite au fur et à mesure qu’il grandit ! Pourtant, 1 enfant sur 10 souffre de ce mal.


    Or, « quelque 90 % des enfants avec un syndrome d’apnées du sommeil ne sont pas diagnostiqués » s’inquiètent des médecins américains. Dans le « Journal of the American Osteopathic Association », ils ont publié une étude pour mettre en garde leurs confrères américains mais aussi de tous ceux des autres pays sur le problème.

    Il faut dire que les apnées du sommeil peuvent avoir de graves conséquences sur les enfants : altération de la qualité de vie, influence sur le développement physique et cérébral, troubles cardiaques et respiratoires, fatigue, problèmes alimentaires… 25 à 50 % des bambins souffrant d’apnées du sommeil auraient aussi développé un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).


    Effort interdisciplinaire


    Selon les médecins, pour éviter ce sous-diagnostic et le renvoi des petits patients de spécialistes en spécialistes, un effort interdisciplinaire est nécessaire.

    « La gestion du syndrome d’apnées du sommeil est un effort interdisciplinaire dans lequel les médecins, les dentistes et les professionnels de la rééducation des muscles maxillo-faciaux sont des membres clés.

    Il est essentiel que les professionnels de santé de toutes les disciplines reçoivent une formation adéquate en médecine du sommeil afin d’assurer un diagnostic et un traitement précoces », précisent-ils dans leur étude.


    Des symptômes


    Aux parents, il est important de rappeler que les enfants qui souffrent d’apnées peuvent présenter de nombreux symptômes comme des ronflements, des problèmes respiratoires dont des efforts accrus pour respirer, une respiration uniquement par la bouche, une hyper-extension du cou ou encore des éveils fréquents et un sommeil agité.

    Des signes sont également visibles durant la journée. Les plus fréquents sont une somnolence excessive, des siestes plus fréquentes et des maux de tête le matin.

    Avec la mort subite du nourrisson, on parle souvent d’apnées du sommeil lors des premiers mois de l’enfant. Mais, l’inquiétude disparaît ensuite au fur et à mesure qu’il grandit ! Pourtant, 1 enfant sur 10 souffre de ce mal.
    Or, « quelque 90 % des enfants avec un syndrome d’apnées du sommeil ne sont pas diagnostiqués » s’inquiètent des médecins américains. Dans le « Journal of the American Osteopathic Association », ils ont publié une étude pour mettre en garde leurs confrères américains mais aussi de tous ceux des autres pays sur le problème. Il faut dire que les apnées du sommeil peuvent avoir de graves conséquences sur les enfants : altération de la qualité de vie, influence sur le développement physique et cérébral, troubles cardiaques et respiratoires, fatigue, problèmes alimentaires… 25 à 50 % des bambins souffrant d’apnées du sommeil auraient aussi développé un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).
    Effort interdisciplinaire
    Selon les médecins, pour éviter ce sous-diagnostic et le renvoi des petits patients de spécialistes en spécialistes, un effort interdisciplinaire est nécessaire. « La gestion du syndrome d’apnées du sommeil est un effort interdisciplinaire dans lequel les médecins, les dentistes et les professionnels de la rééducation des muscles maxillo-faciaux sont des membres clés. Il est essentiel que les professionnels de santé de toutes les disciplines reçoivent une formation adéquate en médecine du sommeil afin d’assurer un diagnostic et un traitement précoces », précisent-ils dans leur étude.
    Des symptômes
    Aux parents, il est important de rappeler que les enfants qui souffrent d’apnées peuvent présenter de nombreux symptômes comme des ronflements, des problèmes respiratoires dont des efforts accrus pour respirer, une respiration uniquement par la bouche, une hyper-extension du cou ou encore des éveils fréquents et un sommeil agité. Des signes sont également visibles durant la journée. Les plus fréquents sont une somnolence excessive, des siestes plus fréquentes et des maux de tête le matin.

    Par Alison Verlaet

    Source

  • Journée porte-ouverte aujourd'hui 30 novembre à l'occasion de l'anniversaire des 1 an du Centre Ressource & Vous de Nandrin

    Lien permanent

    Centre Ressource &Vous, rue de la Gendarmerie 72, 4550 Nandrin, va déjà fêter ses 1 an ! Et à cette occasion, plein de nouvelles activités sont proposées au Centre !

    Tout d'abord, un cycle de conférences Santé et épanouissement personnel, qui abordera différentes thématiques concrètes pour améliorer son bien-être et sa santé, débute au Centre dès ce jeudi 14/11, à raison d'un jeudi /mois. Ce jeudi, focus sur notre corps et son langage 
     
    * Ensuite, le Centre Ressource&Vous proposera un programme varié à l'occasion d'une journée porte-ouverte ce samedi 30 novembre à l'occasion de l'anniversaire des 1 an: 
    - Massage découverte de la réflexologie (pieds, mains ou crâne au choix, 15min/pers/5€), réservez votre créneau via  le doodle https://doodle.com/poll/p46k67z3a548btyy
    - Conférence santé: "Une approche corps-esprit-émotions"
    - Atelier relaxation selon la méthode originale Music&Care ©
    - Un verre de bulles ou de jus de fruits pour fêter l'occasion
    - 10% de réduction sur les chèque cadeaux à offrir et sur la box de cartes de citations bien-être créé par
    Ressource &Vous
    Toutes les infos et horaires de la journée sur www.ressourceetvous.be et page facebook @ressourceetvousbe
     
     
     Et finalement, des ateliers de développement personnel sur différentes thématiques, basés sur la méthode originale Music&Care ©, sont également programmés au Centre chaque mois (des Team-building selon la méthode Music&Care pour les entreprises et collectivités sont également disponibles , cfr site web www.ressourceetvous.be/entreprises)
     

    resss2.jpg

    resss 3.jpg

    ress4.jpg

    resss1.jpg

  • Besoin d'un médecin , d'une pharmacie ?

    Lien permanent

    Médecin de garde 1733

  • Les sept «Publifinards» ont tous réclamé des acquittements

    Lien permanent

    Les avocats des sept « Publifinards » actuellement jugés devant le tribunal correctionnel de Liège pour des préventions de détournements de biens publics et de prises d’intérêt ont plaidé, jeudi matin, devant le tribunal.
    Ils réfutent les préventions visées et certains évoquent un racket judiciaire organisé.

    L’avocat général Catrice avait insisté, dans son réquisitoire, sur le fait qu’il souhaitait un rappel à la loi pour les administrateurs de Publifin et pas des peines de prison. L’avocat général avait ainsi réclamé des amendes entre 7.200 et 12.000€ en adéquation avec sa ligne d’accusation.
     
    Plus spectaculaire, l’avocat général avait réclamé des confiscations par équivalent pour un montant de 1.700.000 €.
    Hier  jeudi, c’était au tour des avocats des sept membres du conseil d’administration de Publifin d’exposer la version de leur client. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’ils sont tous d’accord pour réclamer des acquittements purs et simples dans le dossier Publifin. Beaucoup ont même refusé de solliciter la suspension du prononcé à titre subsidiaire tellement c’est l’acquittement qu’ils visent.
     
    Le dossier avait éclaté en décembre 2016. Il mettait en exergue que plusieurs mandataires politiques percevaient des jetons de présence pour des réunions auxquelles certains ne participaient même pas. 39 membres des comités de secteur et du conseil d’administration de Publifin faisaient l’objet d’une procédure judiciaire à l’initiative du parquet général.

    32 transactions pénales

    32 avaient signé une transaction pénale avec le parquet général afin d’échapper à un procès.
    Sept avaient décidé de ne pas payer. Georges Pire (MR), André Denis (MR), Pol Guillaume (EC), Robert Botterman (PS), Pierre Stassart (PS) et les deux Ecolo, Catherine Maas et Jean-Marie Gillon avaient donc délibérément choisi de se défendre devant le tribunal correctionnel.
     
    Me Franchimont, avocat de Pire et Guillaume, évoquait un racket judiciaire organisé en parlant des transactions pénales. « Ceux que nous avons accompagnés et qui ont transigé n’ont pas l’impression que justice a été rendue. »

    Me Bourtembourg, l’avocat d’André Denis, s’arrêtait sur les préventions visées par l’avocat général. « Le peuple veut des responsables pour le scandale Publifin. Ceux qui ont perçu de l’argent dans les comités de secteurs ont sauté sur la transaction pénale. Ceux qui n’étaient pas membres des comités de secteurs, eux, n’ont rien touché. Ils ne voulaient pas payer la transaction alors on les a traînés devant le tribunal pour leur faire porter le poids de la honte du scandale Publifin. Il est absurde de penser que mon client, serait le coauteur d’une infraction de prise d’intérêts et que sans son aide l’infraction n’aurait pas pu être commise. La notion d’avantage personnel est absente. Depuis très longtemps, je vois que les députés fixent, eux-mêmes, le montant de l’indemnité parlementaire et de leurs indemnités de sortie, il faut alors ouvrir une information judiciaire contre chaque député. »
     
    Les autres avocats ont suivi Me Bourtembourg dans son raisonnement, y compris sur la prévention de détournement où le pénaliste bruxellois a longuement insisté sur l’absence d’intention frauduleuse dans le chef de son client comme des autres Publifinards.
     
    Le jugement est attendu le 19 décembre.
     
    Les derniers mots des prévenus

    Les sept prévenus ont tous pris la parole une dernière fois à la fin de l’audience. Un dernier petit mot soigneusement préparé.
     
    « Si mon client est acquitté, comme nous le souhaitons », précisait le conseil de Robert Botterman, « le dossier Publifin laissera une tache désagréable sur son parcours professionnel. »
    Pol Guillaume, lui, prenait la parole pour convaincre les juges qu’ils méritaient l’acquittement. « Cela fait trois années que moi et mes proches, nous faisons l’objet de sarcasmes et de suspicions. Cet acquittement nous permettra de reprendre une vie normale. »
     
    Idem pour Georges Pire qui mettait en exergue le lynchage médiatique subi. « Cela fait trois ans que je m’impose le silence sur ce dossier. J’ai 45 années de carrière dans le domaine public derrière moi et c’est la première fois que je me retrouve devant le tribunal correctionnel. Ce n’est pas simple à vivre.
     
    Par ARNAUD BISSCHOP
     

  • La Belgique saute le pas et mettra en pratique l’arrondi

    Lien permanent
    Dimanche, la Belgique saute le pas et mettra en pratique l’arrondi. Le but de cette mesure : éliminer les petites pièces de 1 et 2 cents qui coûtent cher à fabriquer. Et comme, en Belgique, on aime le surréalisme, sachez que vos prochains règlements s’avéreront parfois être de vrais casse-tête !

    L’arrondi ne concerne normalement que les paiements en espèces. Jusqu’ici tout va bien. Vous devez 9,99 € à votre boucher. Sortez le billet de 10 € et l’affaire est faite. Votre boucher encaissera sans vous rendre le cent. Mais voilà, vous avez appris que ce gentil commerçant est à la page et permet à ses clients de régler les achats par carte bancaire. Une aubaine, vu que vous n’avez pas d’espèces sur vous. Eh bien, c’est ici que cela se complique.

    Parce que votre boucher a le choix et donc le droit : soit il décide de pratiquer l’arrondi pour tous les moyens de paiement qu’il met à disposition de sa clientèle, soit il le limite aux espèces. Dans le premier cas, il est alors tenu de le signaler via une affichette bien mise en valeur. Donc payer par carte ne vous garantira pas nécessairement que le montant total ne sera pas arrondi alors que la mesure, au départ, ne concerne que les espèces.
     
    Vous suivez toujours ?

     Alors, passons à un exercice plus compliqué et mettons dans le jeu de quilles les chèques repas.
     Selon la nouvelle mesure, ces derniers ne sont pas concernés par l’arrondi.

    Vous décidez de payer avec votre carte Sodexo par exemple : le commerçant ne peut pas pratiquer l’arrondi même s’il a affiché qu’il le fait pour tous les modes de paiement. Les chèques repas, éco-chèques et bons de valeur n’entrent pas dans la mesure. Là où le surréalisme à la belge refait surface, c’est quand vous réglez une partie de vos achats avec des chèques repas et l’autre partie avec des espèces. Dans ce cas, une fois le premier montant réglé, sans arrondi, le deuxième (avec des billets par exemple) devra l’être en calculant l’arrondi sur la somme restant due… On n’est vraiment pas sorti de l’auberge !
     
     
    Deux montants affichés

    C’est certain, il faudra un certain temps avant que la mesure soit vraiment bien comprise des clients mais aussi des commerçants. Ce qui ne sera pas le seul problème pour ces derniers. En effet, la nouvelle loi les oblige à ce que les deux montants soient indiqués sur le ticket de caisse : le montant total initial et le montant total arrondi. Ce qui signifie que les caisses enregistreuses vont devoir être adaptées. Les grandes surfaces seront prêtes en temps et en heure. Les logiciels fonctionneront dès dimanche. Par contre, en ce qui concerne les petits indépendants, on ignore si tout sera OK pour dimanche. Le SNI est d’ailleurs en train de mener une enquête à ce propos. Les résultats devraient être connus dans quelques jours. « Les franchisés, par contre », nous explique Olivier Maüen, chargé de communication au SNI, « ont vu leur caisse adaptée via la centrale informatique de la maison mère. Ainsi, par exemple, chez Spar, Colruyt a procédé au changement. »

    Pour les commerçants dont les caisses n’auront pas été adaptées, il leur faudra, dès lors, à partir de dimanche, inscrire sur le ticket le montant arrondi à la main.

    Ces possibles petits retards s’expliqueraient par le fait que les demandes d’adaptation sont pratiquement arrivées toutes en même temps et que donc, les firmes fournisseuses de caisses enregistreuses sont débordées.
    Et le coût dans tout ça ? Selon notre interlocuteur du SNI, cela dépend : pour certains, l’adaptation est comprise dans le contrat d’achat, pour d’autres, par contre, il faut payer le service.

    Pour devenir incollable sur l’arrondi, n’hésitez pas à aller sur le site du SPF Économie qui y consacre une large page.
     
    L’arrondi en 10 questions

    Qui doit pratiquer l’arrondi ?
    Pas seulement les magasins mais aussi votre médecin votre pharmacien ou encore votre administration. Bref tout qui poursuit un but économique durable. Par contre, cela ne concerne pas les ventes par internet.
    Y aura-t-il arrondi si je paie par carte ?

    Pas toujours. Cela dépendra de votre commerçant qui peut appliquer l’arrondi pour l’ensemble des moyens de paiement qu’elle accepte. Mais le commerçant doit dans ce cas l’annoncer de manière visible en affichant « Le montant total est toujours arrondi ».

    Si j’ai le montant exact, puis-je payer le prix non arrondi ?

    Non. Le paiement en espèces devra toujours être arrondi.

    Pratiquera-t-on l’arrondi sur ma facture de gaz ou d’électricité  ?

    Non. Même si vous payez par exemple cette facture à un guichet de poste.
     
    Cette dernière n’est en effet pas la destinataire du montant mais une simple intermédiaire.
    Le commerçant peut-il rendre la monnaie en pièces de 1 et 2 cents ?

    Bien entendu. Les pièces sont toujours valables. Et vous ne pouvez pas les refuser.
    Est-ce que je peux toujours payer avec des pièces de 1 et 2 cents ?

    Comme le commerçant peut vous en rendre, vous pouvez aussi payer avec cette petite monnaie. Mais pas plus de 50 pièces à la fois.
    L’arrondi s’applique-t-il aux virements ?
    Non puisqu’il ne s’agit pas de paiements en espèces.
    L’arrondi s’applique-t-il si je paie en chèques repas ?

    Non. Seuls les pièces et les billets sont considérés comme des espèces. Les paiements par chèques-repas, éco-chèques et bons de valeur ne peuvent pas être arrondis, même dans le cas où le vendeur a décidé de pratiquer l’arrondi pour les moyens de paiement autres que les espèces.

    Si je demande du cash en plus, le commerçant peut-il pratiquer l’arrondi ?

    Oui si le commerçant a décidé de le pratiquer sur tous les moyens de paiement et donc en l’occurrence ici la carte bancaire.

    Quel montant sera-t-il indiqué sur mon ticket de caisse ?

    Le commerçant sera tenu d’indiquer et le montant non arrondi et le montant arrondi.
     
    Par M.Parez

     

     

     

     

     

  • Le projet de réhabilitation de la piscine du Collège Saint-Roch à Ferrières se poursuit

    Lien permanent

    L’asbl Liège-Europe Métropole vient d’accorder un subside de 300.000 euros pour le projet de réhabilitation de la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières. Juste avant la constitution de l’Intercommunale en décembre prochain avec Ferrières, Hamoir, Anthisnes, Ouffet et Comblain-au-Pont.
     
    Le projet de réhabilitation de la piscine du Collège Saint-Roch à Ferrières se poursuit.
    Pour rappel, les communes de Ferrières, Hamoir, Comblain-au-Pont, Anthisnes et Ouffet vont s’associer dans une Intercommunale pour gérer la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières, la dernière dans le Condroz. Une Intercommunale baptisée « Bernardfagne & Co » du nom de l’ancien saint-patron de Saint-Roch. « Une Intercommunale avec des personnes bénévoles qui vont travailler dans l’intérêt de la région », insiste Patrick Lecerf, bourgmestre de Hamoir, après les déboires des administrateurs de Publifin-Nethys.
     
    Le budget de ce projet est de 2 millions 854.185 €. En plus de la part communale, le plan piscine de la Région wallonne n’apportera que 30% de subsides. Et l’asbl Liège-Europe Métropole vient d’accorder lors de son assemblée générale lundi dernier un subside de 300.000 euros à ce projet. « C’est une bonne nouvelle en soi.
     
    Je me réjouis de cette décision favorable pour le projet qui a obtenu le subside le plus important de l’arrondissement de Huy-Waremme. Je remercie les communes de l’arrondissement et Liège-Europe Métropole qui a souligné le caractère exceptionnel de ce projet en matière de services aux citoyens mais aussi en matière d’éducation pour apprendre aux jeunes à nager notamment », se félicite Patrick Lecerf.
     
    « C’est un pas supplémentaire dans la bonne direction, même si ce sera très serré. D’autant qu’il y aura quelques surcoûts par rapport à l’estimation initiale. Nous allons aussi tenter d’obtenir des subsides en matière d’économies d’énergie. Nous continuons à nous battre de tous les côtés », ajoute le bourgmestre de Hamoir.
     
    Course contre-la-montre

    Car le timing est toujours très serré. Tout doit être bouclé pour fin mai 2020. Le Ministre wallon des Infrastructures sportives Jean-Luc Crucke se montre toujours inflexible quant à un éventuel délai supplémentaire.
    « Le dossier technique a été affiné. En décembre prochain, les cinq conseils communaux vont approuver les statuts de la future Intercommunale tout comme les deux asbl de l’école et toutes vont désigner leurs représentants dans cette Intercommunale.
     
     
    Puis quand la tutelle aura marqué son accord, on pourra mettre sur les rails « Bernardfagne & Co » qui devrait être opérationnelle en avril ou en mai 2020 pour réaliser les opérations juridiques et administratives. En parallèle, en décembre également, il y aura la finalisation du cahier des charges, le lancement du marché et la demande de permis d’urbanisme et d’environnement », précise Patrick Lecerf.
     
     
    Et ce projet semble déjà donner des idées à d’autres communes. « Nous devons en effet cultiver la supracommunalité dans notre région », rappelle une fois de plus Patrick Lecerf, entendu par Liège-Europe Métropole qui a soutenu de nombreux projets supracommunaux (lire ci-contre). « C’est parti pour six mois de contre-la-montre », conclut Patrick Lecerf.
     
    Autres projets retenus
     

    Outre la piscine de Ferrières, l’asbl Liège-Europe Métropole a retenu d’autres projets de l’arrondissement de Huy-Waremme
     
    Pour la mobilité durable, il y a ViciGal, la création d’une dorsale de mobilité douce et touristique reliant Yvoir à Huy sur 41 km, de Meuse à Meuse, qui va recevoir 80.000 € de subsides sur un projet estimé à 470.452 €.
     
    Il y a aussi la liaison cyclable entre le Val Benoît et Engis, en rive gauche qui va recevoir 225.000 € de subsides sur un projet estimé à 1,6 million.
     
    Pour le tourisme culturel, la Maison de la Poésie à Amay (Poémathèque) recevra un subside de 150.000 € sur un projet estimé à 470.000 €.
     
     
    Pour le service aux citoyens, le Château Vert de Solières recevra 110.000 € de subsides pour la construction de six unités de vie pour ses pensionnaires estimée à 3,8 millions d’euros. A Hannut, la Passerelle, service résidentiel pour personnes handicapées adultes, recevra 20.000 € sur un montant estimé à 35.460 € pour la rénovation des pièces de vie pour atteindre une capacité de 10 personnes au lieu de sept actuellement.
     
     
    Par ailleurs, des dossiers non sélectionnés sont recevables et s’inscrivent déjà dans la thématique mobilité durable du plan triennal 2020-2022 dont la liaison RAVeL Clavier-Ouffet-Hamoir.
     
     
    PAR MARC GÉRARDY
     

  • Bientôt la fin !!! donc éliminer les petites pièces de 1 et 2 cent

    Lien permanent
     
    N’oubliez pas le Télévie!
     
    Si ces petites pièces vous encombrent, pensez au Télévie. Comme l’an dernier, Bérénice et son équipe relancent l’opération de collecte. En espérant qu’avec l’arrondi, cette petite monnaie ne se fera pas plus rare. Une bonne raison pour être encore plus généreux.

    379.000 € en 2018

    L’an dernier, 42 tonnes de pièces et un peu plus de 379.000 euros avaient été récoltés. Les derniers chiffres officiels sont que 14.215.180 pièces de 1, 2 ou 5 centimes ont été déposées dans les différentes tirelires disposées à travers la Wallonie et Bruxelles l’an dernier. Et c’est déjà bien parti pour battre ce chiffre.

    De retour à la banque, que vont-elles devenir?

    Les pièces de 1 et 2 centimes restent valables et pourront toujours être utilisées pour le paiement. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit d’une monnaie européenne et que tant que l’Europe n’a pas décidé de les supprimer, elles restent en circulation.

    Bien entendu, dans notre pays, elles vont se faire de plus en rares. Les commerçants les rapporteront à la banque qui ne les remettra pas en circulation. Elles retourneront alors à la BNB où elles seront stockées. Là, plusieurs cas de figure : soit elles seront vendues à des pays qui les utilisent encore ou échangées avec ces derniers. Dernière possibilité : leur destruction pure et simple.

    Rappelons que le but final de l’arrondi est de les faire disparaître une bonne fois pour toutes de nos porte-monnaie.
    Par M.Parez

     

     

     

     

     

  • AVIS REUNION D’INFORMATION PREALABLE AEROPORT DE LIEGE-BIERSET ALLONGEMENT DE LA PISTE DE CONTINGENCE

    Lien permanent

    AEROPORT DE LIEGE-BIERSET ALLONGEMENT DE LA PISTE DE CONTINGENCE

    AVIS REUNION D’INFORMATION PREALABLE A LA REALISATION D’UNE ETUDE D’INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT

    Section de BIERSET Projet de catégorie B (projet soumis à étude d’incidences sur l’environnement) DEMANDEUR : S.A. SOCIETE WALLONNE DES AEROPORTS, en abrégé « SOWAER », Avenue des Dessus-de-Lives, 8 à 5101 NAMUR (LOYERS) PERSONNE DE CONTACT : Benjamin DISTECHE – Tél. : 081/32.89.83 (bdi@sowaer.be) OBJET : Demande de permis unique dans le cadre du projet d’allongement de la piste de contingence de l’aéroport de Liège-Bierset afin de la porter de 2.340 m à 3.300 m en vue de son utilisation en cas d’indisponibilité de la piste principale + Extension des voies d’accès aux pistes et comblement partiel de la carrière en extrémité de piste avec mise en place d’une dérogation à la loi du 12 juillet 1973 sur la conservation de la nature L’allongement de la piste de contingence est prévu de part et d’autre de celle-ci sur le domaine de l’aéroport Conformément aux dispositions des articles D.29-5 et suivants et R.41-1 et suivants du Code de l’Environnement, la SOWAER vous invite à participer à la réunion d’information préalable relative à l’objet susmentionné et organisée : Le mardi 17 décembre 2019 à 19h Salle communale Le Beaulieu, rue Jean Jaurès, 15 à 4460 Grâce-Hollogne

    Sont concernés par cette invitation les habitants des Communes d’Amay, Ans, Awans, Bassenge, Donceel, Engis, Faimes, Fexhe-Le-Haut-Clocher, Flémalle, Grâce-Hollogne, Herstal, Juprelle, Liège, Oupeye, Saint-Georges-sur-Meuse, Verlaine, Villers-le-Bouillet (Communes situées dans le plan de développement à long terme adopté par le Gouvernement wallon en application de l’article 1er bis, § 2, de la loi du 18 juillet 1973 relative à la lutte contre le bruit) en vertu de la décision de l’autorité compétente 30 octobre 2019.

    Cette réunion d’information a pour objectif :

    1. De permettre au demandeur de présenter son projet ;

    2. D e permettre au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions concernant le projet ;

    3.  De mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l’étude d’incidences ;

    4. D e présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu’il en soit tenu compte lors de la réalisation de l’étude d’incidences. Toute personne peut, dans un délai de 15 jours à dater du jour de la tenue de la réunion d’information, émettre ses observations, suggestions et demandes de mise en évidence de points particuliers concernant le projet ainsi que présenter les alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur afin qu’il en soit tenu compte lors de la réalisation de l’étude d’incidences, en les adressant par écrit au Collège communal de la Commune de GRÂCE-HOLLOGNE – Rue Joseph Heusdens, 24 à 4460 GRÂCE-HOLLOGNE –

    Département Voirie et Environnement, environnement@grace-hollogne.be, en y indiquant ses nom et adresse avec copie à la SOWAER, Avenue des Dessus-de-Lives, 8 à 5101 NAMUR (LOYERS),  info@sowaer.be ; laquelle les communiquera sans délai à l’auteur de l’étude d’incidences

  • Black Friday ! L'Impression de ne pas avoir eu de rabais? Pas si simple

    Lien permanent

    Black Friday !

    Annoncé depuis des semaines, il est enfin tombé ce vendredi et vous avez un goût amer en bouche.

    La promotion qui semblait si alléchante ne l’était peut-être pas du tout. La réduction pourrait avoir été calculée à partir d’un prix surévalué, par rapport au prix habituel.

    Dès lors, pourquoi ne pas porter plainte à l’Inspection économique pour cette arnaque présumée ?

    Pas si simple.


    « Un vêtement vendu pendant onze mois à 90 euros, puis relevé à 110 euros pendant trois semaines avant d’être finalement soldé à 100 euros ne constituerait pas forcément une infraction.

    L’évaluation se fera au cas par cas », précise le porte-parole adjoint du SPF Économie.

    Une chose est certaine, le marchand ne s’est pas débarrassé de son produit en le vendant à perte.

    « Les réductions de prix sont libres, mais il est interdit de vendre à perte sauf durant la période légale des soldes en janvier et en juillet », rappelle notre interlocuteur.


    Une enquête préliminaire


    Le Black Friday s’est aussi invité à la Chambre où la députée Florence Reuter a interpellé la ministre de l’Économie, Nathalie Muylle, sur les possibles promotions factices dont pourraient être victimes les consommateurs.

    Selon la ministre, une enquête préliminaire de suivi des prix a été menée pour s’assurer de la légalité et de la véracité des réductions proposées.

    Une réponse qui a satisfait la députée : « Ce phénomène est une catastrophe pour nos indépendants qui représentent une part conséquente de notre économie.

    Il est donc essentiel de mieux les soutenir. »
    Par Y.H.

    Source

  • ‎Formation Initiation aux premiers secours le 11 décembre 2019

    Lien permanent

     

    Devenirs ASBL
    Rue du Parc, 5, 4570 Vyle-Et-Tharoul, Liege, Belgium

    En 3 heures, découvrez les règles essentielles de premiers secours et les réflexes à adopter en cas d'accident ou de malaise (brûlures, traumatismes, plaies, détresse respiratoire, crise convulsive, désobstruction), avec Act for Life

    Formation gratuite sur inscription : kathleen@moncondroz.be  085 27 46 17

     

     

    MonCondroz.be

    Formation Initiation aux premiers secours

  • Commémoration des évènements de Noël 1944 le 22 décembre 2019

    Lien permanent

    En décembre 2019, cela fera 75 ans que le village de Verdenne https://verdenne44.be/ aura été le théâtre de violents affrontements entre Américains et Allemands durant la période de Noël 1944.
    La rue principale du village en porte d’ailleurs le nom.

    Durant trois jours, le village commémorera ce triste épisode de la Bataille des Ardennes:

    - Dimanche 22 décembre de 14h00 à 17h00: parcours spectacle retraçant en 5 tableaux la bataille de Verdenne sur base de témoignages. Attention, réservation obligatoire au 0476/064059!

    - Lundi 23 décembre: journée académique et historique. Dépôt de gerbe à la stèle du Calvaire (14h00), séance académique sous chapiteau avec discours et narration historique des événements (15h00), réception (16h00) et exposé historique détaillé par Luc Vangansbeke sur la bataille de Verdenne (18h00)

    - Mardi 24 décembre: messe de minuit sous chapiteau

    Durant les 3 jours, exposition de véhicules et matériel militaire (chapelle), exposition de photos et projection de films historiques (salle du village).

    L'entrée est gratuite (réservation obligatoire pour le parcours théâtre! à

    Parkings aisés - Navettes gratuites.

    Plus d'infos via: verdenne44@gmail.com - 0476 06 40 59  https://verdenne44.be/ - https://www.facebook.com/Verdenne-44-1913564052010227/

     

    du 22 déc. 14:00 au 24 déc. 20:00
    Rue de Noël 1944 44, 6900 Marche-en-Famenne, Belgique

    Verdenne 44

    Commémoration des évènements de Noël 1944

  • Les cloches des vaches du Liégeois agacent dans l’Aude

    Lien permanent

    Patrick Hauglustaine a quitté le domaine du Menil, à Lierneux, pour élever de belles vaches gasconnes dans la petite commune de Saint-Benoît, dans l’Aude.

    Il y a deux semaines, il a placé un coup de gueule sur sa page Facebook et ce « post » a été largement commenté. Y compris dans la presse régionale qui a relayé le message du Liégeois.

    « Ce matin, j’ai été convoqué à la gendarmerie de Chalabre », écrivait-il.

    « La raison ?

    Mes vaches portent des cloches.

    Les chiffres ? 10 cloches sur 23 bêtes sur 20 hectares à Machore, pendant maximum 6 semaines par an.

    Les faits ? Les habitants de la seule maison dans cet endroit rural trouvent qu’ils subissent une nuisance sonore. » Patrick Hauglustaine ponctuait par cette constatation : « Encore un exemple de l’envahissement des citadins dans nos campagnes, des citadins qui essayent de grignoter nos coutumes et traditions ».

    Ces riverains « agacés » sont un couple de retraités, les époux Kühn.

    La Dépêche du Midi nous apprend qu’ils ont acheté une maison jouxtant les prés, voici trois ans. « On a été mis devant le fait accompli », dénonce Monsieur. « Il n’y avait pas de vaches quand on a acheté.

    On est venu ici pour avoir la paix, en se disant qu’on allait être tranquilles car le seul voisin est à un peu plus d’un kilomètre ».


    Diverses tentatives de méditation ont échoué, lit-on.

    Les Kühn soulignent qu’ils ont grandi à la campagne mais que le bruit des clarines, surtout en été quand ils dorment la fenêtre ouverte, est insupportable à leurs oreilles.


    Ils avancent que le Belge n’a pas à mettre des cloches puisque les champs sont clôturés. L’éleveur leur répond que ces cloches sont bien nécessaires pour le vêlage, « si une vache s’éloigne du troupeau ou en cas d’accident ». Il affirme avoir reçu le soutien de nombreux éleveurs de la région.


    Aux dernières nouvelles, les Kühn auraient mis leur maison en vente pour ne plus subir ce vacarme.


    Par Pierre Nizet

     

    Source

  • ‎Foire Aux Livres Kiwanis de Liège 2019 aujourd'hui 29 novembre 2019 dès 10h

    Lien permanent

     

    Vente de Livres d'occasion à prix très doux , au profit des actions sociales du Kiwanis de Liège.
    Près de 60.000 livres soigneusement triés

    Dès 10 h à 18 h non stop 

     


    Eglise de L'Eveché de Liège, Rue des Prémontrés, 38

     

    Foire aux Livres du Kiwanis de Liège

    Foire Aux Livres Kiwanis 2019

  • Week-end festif chez Belabris et Tonnelle-Confort demain samedi 30 novembre 2019

    Lien permanent

    Un bon verre de vin chaud, chocolat chaud et mignardises vous attendent ce samedi 30 novembre 2019 Chaussée de marche 12/B .
    Ce sera l'occasion de vous présenter notre nouvelle expo dans la convivialité et surtout de faire votre connaissance dans une ambiance " Christmas "

    Belabris
    Chaussée de Marche 12 / b,

    4121 Neuville-En-Condroz,

    Liege, Belgium

     

    0476 43 04 84

     

    Belabris

    Weekend festif chez Belabris et Tonnelle-Confort

  • Dégustation libre à Nandrin le dimanche 1er décembre 2019 de 14h à 20h

    Lien permanent

    Dimanche 1er décembre 2019, de 14h à 20h00, nous vous accueillerons à la maison, rue de la Croix André, 37 à Nandrin 4550, pour notre quatorzième ... et peut-être dernière dégustation d'hiver !
    Dégustation libre.
     
    Pour faciliter notre organisation, veuillez nous informer de votre visite !
    Ce jour-là, vous recevrez une ristourne de 10 % convertie en bouteille(s) de vin pour l'achat de 12 bouteilles de vin d'un prix minimum de 11 € TVAC.
    La dégustation sera agrémentée de quelques accompagnements gustatifs
     
    Nous aurons le plaisir de vous faire déguster des vins de 2015 et 2016,  ... de belles années ... aussi des vins des années 2011, 2012, 2013, 2014, ... qui ont eu le temps de  s'affiner en bouteilles, alors que souvent, aujourd'hui, pour des raisons de rentabilité, beaucoup de vins sont mis en vente dans les mois qui suivent la vendange ! 
     
    Nous élargissons aussi la gamme de magnums : l'Ad Agio 2008 (Toscane), le Barbera d'Alba Superiore DOC 2016, le Barolo DOCG 2013 (médaille d'argent à Mundus Vini, 90 points chez Wine Enthusiast), le Barolo Riserva DOCG 2011 (médaille de bronze chez Merano Wine Int.), l'Amarone Classico DOCG 2013 ( 3 bicchieri chez Gambero Rosso)
     
    A noter, parmi les formats classiques (75cl), le Negresco 2011 de Ca'Maiol.; aussi le Chianti Classico 2015 de la Fattoria di Corsignano (Sienne) qui cote 93 chez JamesSuckling et le Chianti Classico Riserva 2013 : 91 points chez James Suckling, le Cabernet Ribo 2014 et le Merlot Carpino 2011 et 2014 de RICCHI
    site web de JCCDECOUVERTES 
    Selva Capuzza - azienda agricola du Lac de Garde - produit des vins depuis 1917.
    La culture des vignes se fait dans le respect de la nature et suit la norme de l'éco-compatibilité pour protéger l'environnement (ecofriendly).
    Luca, le (co)-propiétaire des lieux est aussi Président du consortium du Lugana !
    La production se compose de vins blancs (Lugana, Tokay) et de vins rouges  (Groppello, DOC du Lac : assemblage de Groppello, Barbera, Sangiovese et Groppello).
     
    L'olio extravergine d'oliva est d'une grande finesse !
     
    www.selvacapuzza.it
     
    Importation directe -
    vente aux particuliers, à l'Horeca et aux commerces de vins fins
    cadeaux d'entreprises                   www.jccdecouvertes.be
    page facebook : jccdecouvertes.be
    GSM +32 473 280 768

  • Les 18-30 ans font toujours plus attention à leurs finances

    Lien permanent

    42,6% des 18-30 ans ont des difficultés financières

    Les 18-30 ans font toujours plus attention à leurs finances, c’est qui ressort également de la Grande Enquête Solidaris. 57,4% arrivent à mettre de l’argent de côté. Parmi eux, 11,4% en mettent beaucoup et 46% un peu. Un chiffre en hausse puisqu’ils n’étaient que 44,4% à épargner il y a cinq ans.
    «Les jeunes sont plus nombreux à faire des économies qu’en 2014 notamment du fait d’une amélioration sur le marché du travail», précise Delphine Ancel, Responsable des Études chez Solidaris. «En 2019, parmi les profils suivants, les trois quarts mettent de l’argent de côté: les travailleurs notamment en CDI, les couples sans enfant et les personnes titulaires d’un diplôme d’études supérieures de type long. Il faut aussi noter que 30% de ceux qui épargnent disent être aidés par leurs parents».
    À l’inverse, 27,8% des jeunes ont des revenus tout juste suffisants pour boucler leur budget. Plus inquiétant encore, 14,8% n’y arrivent pas. Parmi eux, 7,6% ont du mal mais ne sont pas à découvert et 7,2% s’en sortent plus difficilement au point d’avoir peur de basculer dans la précarité. On note toutefois une amélioration vis-à-vis de 2014 où ils étaient 21,1% à avoir du mal à joindre les deux bouts. «L’amélioration touche les hommes comme les femmes mais, ces dernières restent toujours plus nombreuses dans cette situation», analyse Delphine Ancel. «Alors que chômeurs et travailleurs ont de meilleures finances, c’est le public étudiant qui connaît des difficultés croissantes».
    Besoin de papa et maman
    « Aujourd’hui, sans petits boulots d’étudiants et l’aide de papa et maman, il est impossible de se construire un avenir stable. Les études sont chères, trouver un emprunt pour un logement est très difficile, les salaires sont précaires… On dirait que tout est fait pour nous mettre dans bâtons dans les roues. Sans quelques petites économies amassées durant l’enfance et l’adolescence grâce aux parents, un jeune ne peut espérer commencer sa vie d’adulte normalement », nous confie Sonia, 22 ans.
    Un avis confirmé par la Grande Enquête de Solidaris. Un grand nombre des 18-30 ans parviennent à subvenir à leurs besoins grâce à leur entourage. Ainsi, 4 jeunes sur 10 affirment qu’actuellement, sans l’aide financière de leurs parents, ils ne s’en sortiraient pas. C’est 3,5% de plus en qu’en 2014. «En 2019, 46% de ceux qui sont déjà propriétaires sont aidés par leurs parents, 56% de ceux qui vivent à Bruxelles, 45% de ceux sans enfant, 44% de ceux qui sont intérimaires et 70% de ceux qui sont à découvert», précise l’experte de Solidaris. «Un demandeur d’emploi sur deux et trois étudiants sur quatre sont soutenus par leurs aînés. Soulignons que 20% des travailleurs sont également dans cette situation, une proportion stable dans le temps».
    Recommandations
    Latitude Jeunes plaide dès lors pour continuer à offrir des plans d’aide à l’emploi pour faciliter l’insertion des jeunes dans le monde du travail via un travail de qualité. «Les conditions d’accès aux allocations d’insertion doivent également être assouplies afin de favoriser la prise d’autonomie et diminuer les risques de précarisation», souhaite l’association jeunesse du Réseau Solidaris. «Nous proposons en plus de réduire collectivement le temps de travail sans perte de salaire, pour améliorer la qualité de vie et créer des emplois. Pour ce faire, il faut une politique cohérente en termes d’emploi pour que le recul de l’âge de la retraite des aînés n’entraîne pas une entrée dans la vie professionnelle plus tardive des jeunes».
    Par Alison V.
     

  • Le pont de la Forge bientôt reconstruit à Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    Il devra être totalement démoli

    En février dernier, la voûte du pont de la Forge à Villers-leTemple avait été abîmée par des ouvriers de l’IDEN.

    Suite aux dégâts, le pont menaçait de s’effondrer et la circulation avait été fermée durant de nombreux mois. Il avait, entre temps, été rouvert uniquement pour les voitures.

    Après
    la consultation d’un bureau d’études, le pont devra être totalement reconstruit pour un montant de 83.902 euros sans compter l’étude de marché.

    «Le pont sera démoli et reconstruit au printemps 2020. Une partie du pont sera toujours empruntable jusqu’aux travaux pour les voitures mais pas pour les camions», explique l’échevin des travaux, Henri Dehareng.

    L’IDEN, l’intercommunale des eaux de Nandrin interviendra pour un montant maximum de 15.000 euros.

    La décision a été prise à l’unanimité lors du conseil communal.

    Par A.D.

    Source

     

    La circulation y est impossible, il faudra détruire le pont et le refaire

     

    le pont de la Forge à Villers-le-Temple devra être totalement remplacé.