Des box repas pour les démunis liégeois

Lien permanent

Liège est en train de revoir sa politique en matière d’aide alimentaire aux plus démunis. L’idée ?
Mettre en place trois ou quatre pôles sur l’ensemble de la ville, pour concentrer les moyens, humains et matériels.
 
Ce qui pourrait permettre de lancer ensuite des ateliers culinaires et la distribution de box repas, reprenant des recettes et des produits frais.

« À Liège, en 2019, parmi les 40.000 personnes qui vivent en dessous du seuil de risque de pauvreté, on en compte plus de 10.000 qui font appel à l’aide alimentaire », rappelle le conseiller communal Michel Faway (PS).
Une vingtaine d’associations viennent à leur rescousse en organisant la distribution de colis alimentaires. Le souci ? « Ces associations font état de diverses difficultés : les bénévoles sont de moins en moins nombreux alors qu’ils doivent faire face à un nombre grandissant de nouveaux demandeurs, dont notamment une part significative d’étudiants », constate M. Faway.

Qui a relayé les préoccupations de ces ASBL auprès de Julie Fernandez Fernandez, l’échevine liégeoise en charge des Solidarités, de la Cohésion sociale et des Droits des Personnes.

Une situation qui, non seulement ne surprend pas l’échevine liégeoise, mais pour laquelle elle s’attelle déjà à trouver une solution, en réorganisant complètement l’aide alimentaire en Cité ardente.
« Pour l’instant, les personnes qui bénéficient de ces aides alimentaires sont dirigées vers l’association active dans leur quartier en fonction de leur adresse, précise-t-elle. Le problème, c’est que ces associations travaillent avec des bénévoles, et qu’ils sont de plus en plus âgés. Par ailleurs, toutes ces associations ne disposent pas de travailleurs sociaux. Elles se contentent donc de distribuer les colis, mais n’ont pas la possibilité de proposer des mesures d’accompagnement. »

La solution pour Julie Fernandez-Fernandez ?
 
Optimiser les moyens, en les concentrant.
« On pourrait travailler avec uniquement trois ou quatre pôles sur la ville de Liège, estime-t-elle. Ça permettrait de fédérer les bénévoles et les travailleurs sociaux, pour les dispatcher au mieux sur chaque site de distribution, et de libérer des moyens, en les dispersant moins. »

Une politique globale et davantage structurée en matière d’aide alimentaire qui pourrait permettre à terme la mise en œuvre de nouvelles initiatives originales.

Actuellement, les fruits et légumes n’ont en effet pas toujours la cote auprès des bénéficiaires de ces colis alimentaires. « Pour des raisons diverses, souligne l’échevine liégeoise. Mais ça peut notamment être le cas de personnes qui ne savent pas trop comment les préparer. »

D’où l’idée de mettre en place un système de box repas, dans la même veine que ceux qui sont déjà proposés au grand public par des sociétés telles que Hello Fresh par exemple. « On envisage en effet de distribuer des paniers reprenant les ingrédients et des fiches-recettes, qu’on pourrait aussi accompagner par des ateliers culinaires, qui permettraient en outre de retisser du lien social. »
Une belle manière d’aider les plus démunis, tout en les conseillant pour la confection des repas plus sains, à base de légumes frais, qui pourrait être mise en œuvre dans le courant de l’année prochaine.
 
Réfléchir avec toutes les associations
 
«L’idée n’est pas du tout d’imposer cette réforme aux associations», prévient d’emblée Julie Fernandez Fernandez. Une journée de réflexion réunissant les associations et le CPAS est ainsi prévue début 2020, pour discuter ensemble des moyens à mettre en œuvre pour améliorer l’aide alimentaire en Cité ardente. «Nous sommes aussi en train d’analyser ce qui se fait ailleurs, dans d’autres pays ou dans d’autres villes. Notamment à Herstal, citée en exemple en matière de reconditionnement des invendus.»
Le but ? Arriver à mettre en œuvre l’aide alimentaire nouvelle formule au plus tôt: «Dans le courant de l’année prochaine, ou l’année suivante, termine l’échevine liégeoise. Parce qu’il faudra tout d’abord déterminer ce nouveau programme, mais aussi aller chercher les fonds pour le mettre en oeuvre.»
 Par Geoffrey Wolff
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel