Une escroquerie à l’extrait de casier judiciaire

Lien permanent

On aura tout vu!

Un site internet demandait 41 € pour un extrait (en principe gratuit)

Une escroquerie à l’extrait du casier judiciaire ! Il y a décidément des gens qui n’ont peur de rien… S’attaquer ainsi au cœur même de la machine : plus c’est gros, plus ça passe !


C’est le SPF Justice lui-même qui a alerté les administrations communales ce mardi et les citoyens ensuite. Par mail, les services État civil et Population, qui délivrent les fameux extraits du casier judiciaire, ont reçu pour ordre de « ne pas donner suite aux demandes d’extraits venant du site www.strafregistra.be ». En flamand, strafregistra signifie casier judiciaire.


Depuis cet appel à la vigilance, le site internet a été localisé (il est basé en Hollande) et neutralisé. Son responsable a été identifié et a promis de rembourser les victimes. Il semble que ce soit bien l’argent, et non une volonté de gratter dans le passé judiciaire des Belges, qui motivait l’individu. Par extrait de casier, il demandait 41,35 € ! Une somme mirobolante en comparaison avec les prix pratiqués dans nos communes. Dans la plupart des cas (pour un emploi par exemple), ces extraits sont gratuits. Et quand ils sont payants (visiteur de prison, tir sportif…), le montant demandé dépasse rarement les 7 €.


Depuis combien de temps sévissait strafregister.be et combien de citoyens ont été grugés ? Le SPF Justice cherche toujours à le savoir et demande aux personnes qui auraient eu affaires avec ce site, de se manifester auprès des services de police. Pour le citoyen, le site paraissait officiel : il affichait le nom et le logo du SPF Justice… « Il ne s’agit pas d’un site du gouvernement », insiste l’administration. « Le SPF Justice envisage d’ailleurs d’engager des poursuites à l’encontre de ses administrateurs ».


Des extraits de casier ont-ils été délivrés, via ce site, par le Casier judiciaire central ? Le SPF Justice n’a pas répondu à notre question. Mais tout laisse penser (via le mail envoyé aux communes) qu’une commune aurait pu se laisser berner. Un petit malin a en tous cas senti le bon coup. Depuis 2018, les communes ne fabriquent plus elles-mêmes les extraits de casier, elles doivent le demander par voie électronique au Casier judiciaire central, à Bruxelles.


Gourmand intermédiaire


« Nous ne sommes plus que des boîtes aux lettres », nous confie une employée qui travaille dans une commune de la province de Liège. « En fait, pour obtenir un extrait de son casier, la personne doit nous envoyer par mail une photocopie de sa carte d’identité. C’est nous, avec notre propre carte d’identité et nos autorisations, qui transférons la demande au Casier judiciaire central qui nous renvoie l’extrait ». Strafregistrer.be a sans doute voulu jouer les intermédiaires entre citoyens et communes en se sucrant au passage. « Le Casier judiciaire central a aussi reçu des demandes émanant de cette firme strafregister.be, qui se présentait comme mandataire au nom du citoyen, mais n’y a pas donné suite », indique Christine-Laura Kouassi, porte-parole du SPF Justice.
Par F. DE H.

 

Source

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel