Intoxication au CO , parmi les personnes intoxiquées, on déplore 21 décès

Lien permanent

Parmi les personnes intoxiquées,

on déplore 21 décès en 2018.

Un triste record, c’est 5 de plus qu’en 2017. Le Centre Antipoisons met en garde à l’approche de l’hiver : le réflexe d’effectuer l’entretien de l’appareil et de la cheminée au moment opportun fait trop souvent défaut.


En haut de son site internet, le Centre Antipoisons met en garde contre l’intoxication au CO. Une vidéo sur le risque d’intoxication au CO se trouve sur la chaîne YouTube du Centre et peut être visionnée .

Notamment parce que les chiffres sont éloquents.

Ainsi sur l’année 2018, le Centre Antipoisons a répertorié 371 accidents au CO ayant fait 855 victimes dont 21 décès.

Par rapport à 2017, le nombre d’accidents a augmenté de 6 % et le nombre de victimes de 3 %.

En 2017, on ne comptait « que » 16 décès.


Ce qu’on peut en retenir ?


Les types d’intoxication.795 sont accidentelles, 47 professionnelles et il y a encore eu 12 tentatives de suicide dont 2 ont été fatales.


Les causes ? Le nombre d’accidents le plus élevé, soit 56 % est dû à un appareil à combustion dans la maison, 27 % à cause d’un incendie, 8 % à cause de gaz d’échappement. Pour 9 %, il s’agit de causes inconnues ou autres.

Comme, par exemple, 8 accidents… par pipe à eaux ! En chiffres, cela donne 206 accidents à cause d’un appareil à combustion dans la maison (530 victimes) ; 101 accidents dus à un incendie (210 victimes) ; 31 à cause d’un pot d’échappement (59 victimes).


Le danger des appareils domestiques. Les appareils individuels de chauffage ou de production d’eau chaude sont responsables d’au moins 155 (75 %) des 206 accidents à l’intérieur d’une habitation.

Les appareils de production d’eau chaude sont à eux seuls responsables de 35 % des accidents.

Le plus souvent il s’agit d’un chauffe-bain (46). Dans une minorité de cas, il s’agit d’un chauffe-eau de cuisine non raccordé à une cheminée (5).


Côté chauffage, les chaudières de chauffage central sont responsables de 51 accidents (25 %).

20 accidents sont provoqués par des appareils de chauffage utilisés à l’intérieur d’une maison, sans raccordement à un conduit d’évacuation des gaz brûlés.

Comparativement à 2017, le nombre d’accidents dus à un poêle à pétrole a fortement diminué (de 12 à 3).


Le froid, ça joue


Les incendies. 101 accidents ayant fait 210 victimes sont dus à un incendie. Comme les victimes d’inhalation de fumée ont souvent une intoxication mixte au CO et au cyanure, on peut se demander si le diagnostic est correct.

« Nous avons vérifié le taux d’HbCO pour les 210 victimes », explique le Centre Antipoisons.

« Pour 166 victimes (79 %) nous disposons d’un taux d’HbCO dont 159 (96 %) résultats positifs.

Le diagnostic d’intoxication au CO est donc confirmé pour au moins 159 (76 %) victimes ».


Les intoxications sont souvent liées à la température. C’est en février et mars, où elles étaient largement inférieures à la normale, que l’on a constaté, en 2018, le plus d’accidents.

Les chiffres sont aussi importants en novembre et décembre.

On notera enfin que l’âge de la victime est connu dans 93 % des cas.

Ce sont principalement les jeunes qui ont été touchés par le monoxyde de carbone. 68 % des victimes avaient moins de 50 ans.


Par Muriel Sparmont

 

Source 

 

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel