Hamoir, une des rares communes de la zone Intradel à ne pas changer

Lien permanent

Pas d’augmentation de taxe sur la collecte des déchets

La commune de Hamoir a décidé de ne pas augmenter la taxe sur la collecte des déchets. Par contre, d’autres taxes ont été adaptées aux réalités 2019. Tous les points ont été adoptés à l’unanimité lors du conseil communal.
A l’ordre du jour du conseil communal de Hamoir, plusieurs taxes réactualisées. Et notamment celle sur la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés. Et contrairement à la grande majorité des autres communes, Hamoir a décidé de ne pas l’augmenter!
«C’est un choix politique. Le coût-vérité des déchets pour le budget 2020 est de 98%. Nous allons voir l’évolution des choses. D’autant qu’à partir du 1er décembre prochain, nous allons passer au système de sacs PMC+. Un passage en deux phases. Durant deux ans, les habitants disposeront d’un sac supplémentaire pour y mettre les emballages en plastique souple puis il n’y aura plus qu’un seul sac. Intradel va communiquer à ce sujet auprès de la population. Nous espérons que cela va avoir un effet positif sur la diminution des déchets», précise le bourgmestre de Hamoir, Patrick En ce qui concerne la redevance sur les concessions de sépultures, la commune a adapté ses tarifs en fonction des réalités d’aujourd’hui. «Nous avons choisi les tarifs les plus équilibrés pour les concessions en pleine terre, les caveaux, les urnes, les aires de dispersion, ...», indique Patrick Lecerf.
Pour les terrains de camping, la réglementation de la Région wallonne a été modifiée sur la définition des emplacements. «On distingue les abris mobiles et les abris fixes (chalets) mais il reste très peu. Il y a une légère augmentation pour les abris mobiles (40€ par emplacement) et pour les abris fixes (75€ par emplacement)», détaille le bourgmestre.
Pour la taxe de remboursement sur la construction d’égouts, il y a du changement. «C’était une taxe qui couvrait la partie non subsidiée des travaux et qui est répercutée pendant 30 ans en fonction du nombre de mètres courants de façade. Mais les coûts sont devenus astronomiques aujourd’hui. Nous avons pourtant décidé de plafonner cette taxe pour garder un équilibre entre les anciens taxés et les nouveaux, ce qui signifie qu’une grande part des travaux reste à charge de la commune. Les habitants devront payer 5€ le mètre courant avec un plafond à 150€ par an, pendant 30 ans. Un exemple, au bord de l’eau, il n’y a des maisons que d’un côté dans une rue mais les travaux d’installation des égouts restent les mêmes. La recette de la taxe ne couvre qu’une petite partie des frais. On aurait pu taxer trois ou quatre fois mais c’est un choix politique», avoue Patrick Lecerf.
Nouvelle taxe
Et une nouvelle taxe fait son apparition en parallèle à la suppression de la taxe sur l’entretien des égouts qui n’a plus de raison d’être. Auparavant, la commune était propriétaire de la station d’épuration avec la mise à disposition de personnel mais la station a été reprise par la SPGE et l’AIDE. La nouvelle taxe concerne les prestations d’hygiène et de salubrité publique, comme dans d’autres communes voisines.
«Cette taxe sera applicable à tous les ménages pour le nettoyage des voiries et des bassins d’orage, pour l’entretien des avaloirs. Le montant s’élève à 25€ par personne et à 30€ pour un ménage à partir de deux personnes», explique le bourgmestre. 


Par MARC GéRARDY

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel