Des Nandrinois condamnés pour vol à main armée

Lien permanent

Le 15 avril 2017, la station Octa + de Flémalle avait été la cible d’un vol à main armée : un homme encagoulé, muni d’une arme de poing, s’était fait remettre le contenu de la caisse. Trois jours plus tard, Geoffrey (32), de Nandrin, s’était livré et il avait dénoncé sa compagne de 26 ans, habitant à Nandrin également. L’ancien couple et deux complices viennent d’être jugés à Liège.
Le 15 avril 2017, la station Octa + de Flémalle avait été la cible d’un vol à main armée : un homme encagoulé, muni d’une arme de poing, s’était fait remettre le contenu de la caisse. Trois jours plus tard, Geoffrey (32), de Nandrin, s’était livré et il avait dénoncé sa compagne de 26 ans, habitant à Nandrin également. L’ancien couple et deux complices viennent d’être jugés à Liège.
Les faits auraient été imaginés par un Flémallois de 29 ans, Thibaut, et le Nandrinois. Tous les deux avaient déjà été condamnés, lors du même procès en 2014, pour des vols. C’est la compagne de Geoffrey qui les avaient véhiculés chez un Engissois de 35 ans, propriétaire de l’arme factice et 4e prévenu, pour lui emprunter cette arme.
La prévenue a soutenu que quand son compagnon d’alors et Thibaut avaient évoqué ce « coup », elle avait tenté de les dissuader. Elle leur avait prêté son véhicule pour commettre les faits, et elle était restée à l’arrière de sa voiture quand ils les ont commis. C’est le Flémallois qui avait braqué la station, pendant que le Nandrinois attendait au volant pour démarrer en trombe une fois leur butin récolté. Les quelques centaines d’euros avaient été utilisés immédiatement par les deux hommes pour acheter de la cocaïne qu’ils avaient fumée toute la nuit dans une chambre d’hôtel.
Puisqu’elle a prêté sa voiture, indispensable à la commission des faits, la Nandrinoise est coauteure et elle écope de 60 h de travail (ou un an de prison si elle ne les accomplit pas). L’Engissois qui avait cédé son arme factice au duo soutenait qu’il pensait qu’il s’agissait d’une blague, mais il connaissait les antécédents de ses amis, a relevé le tribunal. Il est coupable, mais bénéficie d’une suspension du prononcé. Les deux principaux prévenus écopent chacun d’une peine de 18 mois de prison, mais le tribunal leur a accordé un sursis à condition qu’ils suivent une cure de désintoxication.

Par LWs

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel