Attention des brûlures au 2e degré dues aux produits contre les verrues

Lien permanent

Vous avez une verrue, vous pouvez vous rendre en pharmacie et acheter sans ordonnance un produit corrosif afin de la brûler vous-même. Mais, l’Agence nationale française de sécurité du médicament appelle à la prudence concernant le conditionnement de certains de ces produits. Elle conseille d’éviter les traitements vendus dans des flacons. Des patients ont, en effet, subi des brûlures au 2e degré en les renversant involontairement. L’agence rappelle donc « que d’autres dispositifs médicaux, sous forme de stylo ou de systèmes imprégnés, sont disponibles et permettent une application localisée, plus sécurisée ».
29 appels en Belgique
Et en Belgique ? « Cette année, nous avons déjà reçu 29 demandes d’exposition à ces produits, 25 pour Aporil et quatre pour Duofilm. En cas de contact avec la peau, il est préférable de gratter le produit, qui forme immédiatement un « coating », le plus rapidement possible, par exemple avec une pierre ponce ou simplement avec les ongles. Ne pas essayer de rincer le produit à l’eau. Parce que le produit est résistant à l’eau et parce que l’eau rend le « coating » encore plus épais », nous confie le Centre antipoison. « Cela rend l’ingestion du produit problématique. On ne peut pas boire de l’eau, à cause de la formation de « coating », mais les acides propres à l’organisme rendent le produit corrosif, avec toutes ses conséquences sur l’œsophage. Si un produit est avalé, il n’y a pas de traitement concluant. Il est donc préférable de consulter un médecin ou les urgences ».
« Cette question est d’actualité, car l’Agence Fédérale belge des Médicaments et des Produits de Santé vient de demander aux producteurs de produits anti-verrues de remplacer les bouchons actuels par des bouchons de sécurité, par un compteur goutte à goutte. Les fabricants ont déjà réagi positivement », conclut le Centre.
Par Alison Verlaet

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel