L’assiette de votre enfant est-elle bonne pour lui?

Lien permanent

Un enfant belge sur quatre en surpoids!

L’assiette de votre enfant est-elle bonne pour lui ? Selon le dernier rapport publié par l’Unicef, au moins un enfant sur trois dans le monde est sous-alimenté ou en surpoids. « En 2018, on estimait que 149 millions d’enfants de moins de 5 ans souffraient de retards de croissance dus à de mauvaises pratiques alimentaires et 50 millions d’insuffisance pondérale. »
Le surpoids est lui aussi problématique. « De 2000 à 2016, le nombre d’enfants souffrant de surpoids a doublé passant d’1 enfant sur 10 à 1 enfant sur 5. » Un constat interpellant qui n’épargne pas la Belgique puisque, selon le rapport, 24 % des jeunes de 5 à 19 ans sont en surpoids.
Ce phénomène est davantage marqué dans les familles les plus pauvres, « une alimentation saine ayant un prix souvent élevé ». Ces ménages se tournent alors vers une nourriture plus accessible financièrement, ce qui se traduit généralement par une nourriture moins riche du point de vue nutritionnel.
Comme nous vous l’expliquions ce lundi dans notre grande enquête Sudpresse – Solidaris, il n’est pas non plus toujours évident de déchiffrer les étiquettes des produits que nous achetons. D’où la nécessité de développer le système d’information via les couleurs, appelé Nutriscore. « Le code couleur et la lettre fournissent aux consommateurs une indication sur la valeur nutritive des produits mis à l’étalage ou dans les rayons et aident les clients à faire les bons choix », rappelle l’Unicef. « Ces pratiques et d’autres suivent les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé pour faire reculer l’obésité chez les enfants. »
Privilégier le lait maternel
La question de la nutrition des enfants doit se poser dès leur naissance. Et, selon l’Unicef, cela passe par le lait maternel qui reste « la meilleure alimentation qu’un nourrisson puisse avoir ». Certains pays ont connu une hausse spectaculaire des ventes de lait en poudre. En Belgique, 250.000 tonnes de lait en poudre ont été produites en 2018. C’est 10 % de plus qu’en 2017, d’après les chiffres communiqués par Statbel. Cela ne signifie toutefois pas pour autant que les ventes suivent le même rythme.
Vers l’âge de 6 mois, les bébés reçoivent une alimentation solide. Là aussi, l’agence pointe l’importance de fournir une alimentation variée « indispensable au bon développement de son corps et de son cerveau ». Dans le monde, moins d’un enfant sur trois bénéficie de cette variété.
Enfin, le rapport dénonce le « marketing agressif et le matraquage publicitaire qui mettent immédiatement les enfants en présence d’un flot de produits alimentaires industriels ».
Par SA.B.

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel