Le GAL des Condruses est en train de tester un site web nommé Smartmob.

Lien permanent

L e GAL est en train de tester un site web nommé Smartmob.
 
 
Il permettra de planifier un trajet en utilisant tous les moyens de locomotion, en particulier les transports sociaux.
Il devrait être opérationnel début 2020.

La première fête du vélo se tenait pour ce samedi à Clavier.
 
Organisée par le GAL Pays des Condruses, l'événement se déroulait au sein de l’Alter école.
 
« Cet établissement propose un projet à contre-courant de ce qu’il se fait habituellement », indique Jean-Benoît Graas, chargé de mission au GAL. « C’était donc naturellement que l’on s’est associé à eux. »
 

David Schuyten, informaticien au GAL, participait à l’événement. Voilà plus d’un an qu’il travaille à mi-temps sur Smartmob. Il s’agit d’un site web similaire à Google Maps mais qui inclut les services des communes du Pays des Condruses à savoir Anthisnes, Clavier, Modave, Marchin, Nandrin, Ouffet et Tinlot.

« Smartmob permet de prendre en compte si les personnes sont à mobilité réduite, s’il est nécessaire de stocker des courses et de gérer les services de transports sociaux », explique-t-il.

Ces services, avec lesquels le GAL veut travailler, sont l’Ouftibus, le Tinlot Bus et le Téléservice du Condroz. « On veut aussi y ajouter le covoiturage lancé par Clavier. » Des partenariats avec le TEC, le WEL et la SNCB sont également envisagés.

Le far-west

Le site web utilise les bases de données des différents services. Celles-ci proviennent d’un travail mis en place il y a trois ans. « Les chauffeurs des transports sociaux notaient les adresses des différents passagers sur un papier. Ils la recopiaient parfois de manière différente. C’était le far-west », indique David Schuyten.

Petit à petit, l’idée d’un site web « couteau suisse » a émergé dans la tête de l’informaticien. « Il y a une vraie demande des services pour cela », explique-t-il. « On a essayé de dénicher des applications similaires à Google Maps, mais impossible d’en trouver pour moins de 15.000 ou 20.000 euros. » Le site est actuellement en phase de test.

« On espère le lancer en janvier », détaille David Schuytens. « On est passé par la société ‘Deux points’ pour apporter plus de sécurité au niveau du site. J’ai dû retravailler mes bases de données suite à cela ces deux derniers mois. »
 
L’informaticien a fait en sorte que Smartmob soit déjà accessible à tout le monde. Toutefois, ce ne sera que plus tard que tout le monde pourra l’utiliser. « On préfère d’abord que les services comme les communes l’utilisent. »
Les communes voisines ont déjà montré leur intérêt. « Il faudra trouver des partenaires financiers pour pouvoir porter le projet », continue David Schuyten. Actuellement, le développement de Smartmob est pris en charge par le programme européen FEADER.
Au fur et à mesure de son extension, le GAL passera petit à petit le relais, tout en gardant à un œil sur le projet.
Par Jérôme Guisse
 
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel