L’ancien bourgmestre de Clavier François Dehosay, est décédé le jeudi dernier à l’âge de 89 ans.

Lien permanent

Conseiller communal puis échevin avant d’être bourgmestre : François Dehosay a mené une longue carrière politique de 36 ans et a fait beaucoup pour Clavier et ses villages. Il est décédé à 89 ans.
François Dehosay, l’ancien bourgmestre de Clavier, est décédé le jeudi 17 octobre dernier à l’âge de 89 ans.
Né à Terwagne le 28 novembre 1929, François Dehosay a été résistant armé durant la Seconde Guerre mondiale 1940-1945. « Il n’avait jamais envisagé de faire de la politique. C’est en buvant une bière à la buvette du club de football avec Armand Lebeau que l’idée lui est venue », rappelle l’actuel bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois.
« Il s’est lancé en politique en 1964. Il a été conseiller communal dans l’opposition durant six ans puis a été échevin de l’Instruction en 1971 et il a restructuré les écoles des villages alors que moi j’étais élève », se souvient Philippe Dubois. « A la fusion des communes en 1977, il a encore été échevin derrière le bourgmestre Gérard puis il a été bourgmestre durant 18 ans, du 1er janvier 1983 au 31 décembre 2000 et il a décidé de ne plus se représenter », ajoute Philippe Dubois.
« Il a « vécu » sa commune pendant ses 36 ans de mandat »
« On lui doit l’éclairage public dans les villages, notamment à Pailhe et à Hoyoux ainsi que toute l’opération de remembrement entre les villages et surtout le développement rural. Il a participé aux deux premières opérations et au début de la troisième. Clavier a été une des premières communes à avoir son PCDR et ses salles de village à Bois-et-Borsu (salle multifonctionnelle), Les Avins, ... Et puis il y a eu l’élargissement et l’aménagement de la Nationale 63 à Clavier. François a fait en sorte que ce soit une opportunité et pas une contrainte, en installant des ponts qui enjambent la N63 et des chemins parallèles pour les agriculteurs. François a encore participé jusqu’il y a trois ans aux jumelages et aux réunions du syndicat d’initiative. Il a « vécu » sa commune pendant ses 36 ans de mandat », avoue Philippe Dubois.
Annie Luymoyen a aussi bien connu François Dehosay.
« Je l’ai rencontré en 1991 et c’est lui qui m’a poussée à me lancer en politique », confie l’ancienne bourgmestre de Clavier. « C’était un grand Monsieur, novateur pour beaucoup de choses dans une commune rurale. Un homme très calme, très serein, qui connaissait bien ses dossiers. Ce que je retiens de lui, c’est qu’il avait une idée et il la suivait jusqu’au bout. Il était plein d’idées et il allait chercher les projets. Il allait partout avec sa femme, Nelly. Un petit couple bien sympa et très accueillant, tout en étant réservé. Ses objectifs étaient de maintenir une école dans chaque village et de créer une salle dans chaque village où c’était possible d’en avoir une (pas à Ochain par exemple). »
Un hommage à l’administration communale de Clavier
Les visites sont prévues uniquement à partir de mercredi et jeudi, de 16h30 à 18h30 au centre funéraire Dubois à Tinlot. Et vendredi, un dernier hommage pourra lui être rendu à l’administration communale de Clavier rue Forville, 1 de 14h à 18h.
Le lendemain, le samedi 26 octobre, la levée du corps est prévue à 9h30 à l’administration communale puis la messe des funérailles est prévue à l’église Saint-Antoine de Clavier-Station à 10h.

Par MARC GÉRARDY

Source

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel