On pourrait rentrer à nouveau dans le bus par l’arrière dès demain lundi 21 octobre 2019

Lien permanent

Dès lundi, le TEC Liège va tenter une expérience d’un mois sur la ligne 10 (entre Liège et Fléron) : permettre à nouveau d’entrer dans le bus par l’arrière. Le but ? Éviter les files à l’avant, améliorer la vitesse commerciale et remplir les bus de manière plus équilibrée.


Rappelez-vous, en 2005, le TEC obligeait tous les voyageurs à entrer dans le bus par l’avant. Pourquoi ? Parce que la fraude atteignait à l’époque des sommets. 10 % en moyenne sur l’ensemble des lignes liégeoises. Mais un chiffre qui pouvait monter à 20 % sur les lignes plus « étudiantes » (comme la 48).


En entrant par l’arrière, il n’y avait en effet que peu ou pas de contrôle visuel du tout du chauffeur et le fraudeur ne devait finalement faire attention qu’à la montée éventuelle d’un contrôleur durant le trajet.


Mais voilà, si la mesure a porté ses fruits concernant la diminution de la fraude, elle a par contre provoqué des conséquences à l’avant du véhicule.


« On constate en effet que des files se forment plus facilement à l’avant lorsqu’il y a beaucoup de monde ou que certains clients paient avec de l’argent liquide, explique Carine Zanella, la porte-parole du TEC Liège. Et du coup, la vitesse commerciale du bus est ralentie. »


Et par ailleurs, un fait nouveau est apparu depuis 2015. À savoir l’apparition de la carte MOBIC et l’installation de la billétique dans tous les bus qui permet aux usagers de scanner facilement leur carte sans contact.


Équilibrer le bus


Du coup, le TEC a décidé de retenter l’expérience : « Oui, reprend la porte-parole. Nous sommes actuellement en train d’installer des lecteurs de cartes Mobic à l’arrière des bus articulés qui desservent la ligne 10 Liège-Fléron. Nous allons tenter l’expérience durant un mois. À partir de ce lundi 21 octobre, les usagers de cette ligne pourront à nouveau entrer par l’arrière et y scanner leur carte Mobic pour éviter les files et les bousculades à l’avant. »
Mais ce n’est pas la seule raison : « oui, il y a aussi le fait qu’on remarque que beaucoup de clients se massent à l’avant, alors qu’il y a encore beaucoup de place à l’arrière. Du coup, en permettant à nouveau l’entrée par l’arrière, on permettra de remplir mieux les bus. »


C’est le chauffeur qui décidera d’ailleurs d’ouvrir les portes à l’arrière dans les deux cas précités : s’il y a formation de files à l’avant et s’il constate que l’arrière du véhicule est vide.


Mais attention, cette possibilité sera uniquement réservée à ceux qui possèdent un titre de transport bien sûr, et pas à ceux qui n’en ont pas ou qui veulent acheter un ticket. Ceux-ci continueront obligatoirement à rentrer par l’avant. Durant 15 jours, des accompagnants seront dans le bus pour aider à la nouvelle à l’application de la nouvelle formule.


Et dans un mois, on tirera le bilan de l’expérience. « S’il est concluant, reprend Carine Zanella, la formule devrait alors être étendue à toutes les lignes TEC de la province, voire même de la Région wallonne.


Par Luc Gochel

 

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel