• 177 vols ont été commis à Nandrin selon le rapport de la Police fédérale sur le nombre de vols commis pour l’année 2018

    Lien permanent

    177 nandrin vols.JPG

    Selon le rapport de la Police fédérale sur le nombre de vols commis pour l’année 2018 dans chaque commune de l’arrondissement Huy-Waremme, Fexhe-le-haut-Clocher arrive en haut du classement avec 334 vols commis pour 10.000 logements.

    La Police Fédérale a publié ses chiffres en termes de cambriolages dans les habitations au cours de l’année 2018 pour les 31 communes de l’arrondissement Huy-Waremme. La comparaison se fait par le nombre de vols par le nombre d’habitations.
    On pourrait donc dire que le classement réalisé donne une idée des communes où votre maison a le plus de chances d’être visitée. C’est la commune de Fexhe-le-Haut-Clocher qui arrive en pole position avec 334 vols commis durant l’année 2018 suivi de Geer avec 297 cambriolages.
    Contrairement aux attentes, ce ne sont pas les villes les plus peuplées qui figurent dans le top : la situation géographique influence ces vols.
    « Il y a de nombreuses sorties d’autoroute à proximité de la commune. Il y a également le fait que la police manque d’effectifs. Je ne parle pas de qualité mais de la quantité.
    Par conséquent, il y a une présence insuffisante des policiers sur le terrain.
    S’il y avait davantage de patrouilles, on diminuerait certainement le nombre de vols.
     
    Je n’en veux évidemment pas à mon chef de zone, il n’en peut rien », explique Henri Christophe, le bourgmestre de Fexhe-le-Haut-Clocher.

    « Les voleurs évitent la confrontation »

    Si les cambriolages interviennent tout au long de l’année, force est de constater que certaines périodes sont plus propices pour les cambrioleurs.
    Ces derniers profitent souvent d’une absence pour aller vider les maisons.
    A l’approche des fêtes de fin d’année, une recrudescence des vols dans les habitations est constatée dans plusieurs zones de police de l’arrondissement Huy-Waremme .
    « Cela varie en fonction de la luminosité.
    Dès qu’il commence à faire nuit plus tôt, les voleurs voient très bien si la maison est inoccupée. Souvent, ils préfèrent éviter la confrontation c’est pourquoi, ils préfèrent venir en début de soirée quand les habitants sont toujours au travail ou ailleurs.
    Pendant la nuit, ils peuvent à tout moment se réveiller et tomber nez à nez avec les cambrioleurs », nous explique Jean-Pierre Doneux, chef de corps à la police Meuse-Hesbaye.

    Si les voleurs sévissent toujours dans notre arrondissement à cette période-ci de l’année, il y a tout de même un net recul.
    « Les vols dans les habitations sont en diminution constante depuis 2014. Cela est plutôt une bonne nouvelle », conclut Jean-Pierre Doneux.
     

    « On travaille avec les citoyens »
     
     
    Dans le cadre de la semaine de l’action nationale de lutte contre le cambriolage, la zone de police Meuse-Hesbaye ouvre davantage l’oeil
    . « Nous ne mettons pas en plus des patrouilles pour cette semaine mais j’ai demandé aux policiers d’ouvrir l’oeil aux comportements qui pourraient être suspects comme un véhicule qui ralentit devant les habitations d’être vigilants.
    Ce n’est évidemment pas quelque chose qui doit être uniquement fait cette semaine mais bien toute l’année », explique Jean-Pierre Doneux, chef de corps à la police Meuse-Hesbaye.
    Même si les chiffres diminuent depuis 2014, les voleurs sévissent encore. Pour les éviter un maximum, des partenariats locaux se sont créés.
    « Cela doit permettre de renforcer la sécurité et la qualité de vie au sein d’un quartier. Les citoyens peuvent communiquer avec la police lorsqu’ils aperçoivent des individus qui pourraient s’avérer être des voleurs », ajoute le chef de corps.
    Si cela permettrait plus facilement de relater les faits correctement à la police, il n’empêche que certains riverains ont encore l’habitude de prévenir Facebook avant d’appeler le 101.
    « Facebook peut être une bonne base d’informations pour nous mais il arrive que l’on ne voit pas toujours certains messages ».

    « Il y a plus de vols avec violence »

    Le commissaire à la zone de police de Huy, Bernard Degrange confirme les propos de Jean-Pierre Doneux qui sont également valables pour la Ville de Huy.
    « Il est vrai qu’il y a une recrudescence des vols dans les habitations à l’approche des fêtes de fin d’année.
    C’est chaque année pareil !
    Malgré la diminution constante des vols depuis 2014, on constate tout de même parmi les vols qui sont encore commis, une exhibition de plus en plus fréquente des armes.
    Il y a également beaucoup de violence.
    Nous ne sommes pas noyés dans les vols, ce n’est pas la plus grosse criminalité de la Ville. Dès qu’on arrête l’une ou l’autre personne, on remarque que les vols diminuent », explique Bernard Degrange.
    Selon Nathalie Renard, en charge de l’analyse stratégique à la police de Huy, malgré la diminution recensée depuis 2014 il y a eu une petite augmentation des vols dans les habitations en 2017 qui ne s’explique pas spécialement.
    Chaque jour, la police de Huy reste vigilante aux cambriolages.
    « Dès que nous observons un comportement suspect, il est signalé. Cela permettra d’arrêter un ou plusieurs individus et d’éviter surtout, qu’ils agissent davantage », conclut le commissaire.
     

    Par A.D.

    Source 

     
     

    Lire la suite

  • Si vous désirez débuter ou reprendre le basket-ball et que vous êtes désireuses de rejoindre des jeunes femmes ambitieuses ?

    Lien permanent

    Alors que le club d’Amay Basket Féminin fêtait ses 50 ans d’existence l’année dernière, il a dû mettre la clé sous le paillasson, à contre cœur, un déchirement total. Fin de saison dernière, c’est le club homme d’Amay, né de la fusion des Gaulois d’Ombret de l’US Ampsin, qui l’imitait. Résultat, plus aucun club de basket n’évolue au hall omnisport d’Amay à ce jour alors que ce sport faisait partie intégrante des installations amaytoises depuis sa création en 1992.

    Mais, aujourd’hui, un élan d’espoir renaît du côté féminin. En effet, Mélanie Clajot, ancienne joueuse du club d’Amay, désire recréer un club. Le projet est conséquent et elle souhaite s’entourer de personnes motivées pour que le projet voie le jour. « J’ai joué au basket à Amay étant plus petite mais voilà facilement 10 ans que je n’ai plus pratiqué ce sport mais j’ai l’envie de créer une nouvelle ambiance ici à Amay ».

    À 22 ans, elle a déjà trouvé deux joueuses désireuses de l’accompagner dans ce nouveau challenge : l’Amaytoise Noémie Mousset, 18 ans, ayant évolué au club d’Amay durant près de dix ans et la Hutoise Marine Dejasse, 20 ans. Trois jeunes joueuses qui veulent simplement reprendre les bases de ce sport. « On redémarre de zéro, clairement. Mais ce n’est pas grave, l’essentiel est de prendre du plaisir et de créer notre propre identité », nous indique encore Mélanie. Une trésorière-secrétaire a déjà été trouvée, les premières démarches sont lancées auprès de la fédération et une plage horaire est même en discussion avec la responsable du hall omnisport, Coline Gilles. « Ce serait une belle opportunité, nous allons voir ensemble s’il est possible de libérer un jour de la semaine pour un entraînement, probablement dès janvier. N’ayant plus de club à Amay, nous sommes évidemment ouverts à un retour d’une équipe. Actuellement, seul le club de Villers-le-Bouillet occupe la salle quelques heures par semaine », nous dit la gestionnaire du hall. Un projet qui va demander de l’investissement et du temps pour ces jeunes filles. De nombreuses démarches sont encore à réaliser mais la motivation est bien présente. « Nous devons encore trouver un entraîneur, un président de club, quelques sponsors et bien entendu des joueuses mais nous sommes positives. Il n’y a pas d’âge pour commencer le sport donc les filles qui veulent nous rejoindre, il ne faut surtout pas hésiter. On réfléchit déjà aux futures activités de club qui nous permettrait de rentrer de l’argent dans les caisses » conclut Mélanie. Si vous désirez débuter ou reprendre le basket-ball et que vous êtes désireuses de rejoindre ces jeunes femmes ambitieuses, contactez Mélanie au 0487/974143.

    CEDRIC MONTULET

     

    Source

  • Rallye du Condroz 2019, les infos avant, pendant, après, sur Driver's

    Lien permanent
    Votre nouveau blog amateur, consacré au rallye automobile WRC et championnat de Belgique des rallyes (BRC)
     
     
     
    Votre blog amateur, consacré au rallye automobile WRC et championnat de Belgique des rallyes (BRC). Suivez l'actualité quotidienne, de ses deux championnats et de vos équipages favoris, interview, coulisse et cela sans tabou.
     
     
     
     

    https://www.facebook.com/drivers.rally/

     

    driver.s@outlook.fr

  • C'était le 16 octobre à l' Avouerie d'Anthisnes, le GAL et la commune d'Anthisnes ont inauguré la plateforme www.villages-solidaires.be

    Lien permanent

    Ce mercredi 16 octobre à l' Avouerie d'Anthisnes, le GAL et la commune d'Anthisnes ont inauguré la plateforme www.villages-solidaires.be co-construite avec les citoyens d'Anthisnes, Merci à eux!
    Beau moment partagé avec les 7 communes autour d'une Pinata !
    Villages-solidaires.be est ouverte aux 7 communes du Condroz, c'est ensemble que nous allons la faire vivre pour une belle entraide citoyenne

    Photos et infos

    GAL Pays des Condruses

     

     

     

  • Soiree Rallye du Condroz le 25 octobre 2019 Chez Ben's‎

    Lien permanent

     

    Soirée Rallye avec un concours.
    A gagner 2 PASS pour le Rallye.
    A gagner 6 Casquettes du rallye.
    et promotion sur tout les Blancs
    Et exposition de plusieurs voitures de Rallyes et leurs pilotes .


    Vendredi 25 octobre 2019 de 20:00 à 02:00
    Chez Ben's
    Rue du Chénia , 6, 4540 Ampsin, Liege, Belgium

    Chez Ben's

    Soiree Rallye du Condroz.

  • Aujourd'hui le 18 octobre 2019 Marche aux lampions contée organisé par Comité Scolaire de Saint-Séverin

    Lien permanent

    Ne manquez pas la marche aux lampions contée ce vendredi 18 octobre à Saint-Séverin !

    Pas moins de quatre conteurs vous attendront sur le parcours de la promenade.

    Les lampions (3 euros) doivent être réservés par courriel à reservations@comitescolairests.be avant le 11 octobre (paiement sur le compte BE90 0689 0073 2832 en mentionnant en communication Famille Dupont P4 - 5 lampions).

    Quatre départs sont prévus : à 18 h 15, 18 h 35, 18 h 55 et 19 h 15. Point de départ : la cour de l’école communale de Saint-Séverin. Soyez présent 30 min avant l’heure de départ.

    Hot-dogs et boissons vous seront proposés à des tarifs démocratiques.

    N'hésitez pas à vous déguiser pour l'occasion !

     

    Comité Scolaire de Saint-Séverin (Nandrin)

    Marche aux lampions contée

  • Bourse aux jouets Neupré le 10 novembre 2019

    Lien permanent

    L'annuelle bourse aux jouets et matériel de puériculture aura lieu ce dimanche 10 novembre 2019 au Hall Omnisports de Rotheux (Piscine).

    Les dépôts se font sur la base d'une liste préparée sur un formulaire fourni lors de l'inscription à l'adresse suivante : boursejouetsneupre@gmail.com

    HORAIRES :
    - de 9h30 à 13h00 : dépôts
    - de 16h00 à 17h30 : vente
    - de 20h00 à 21h00 : retrait des invendus

    TARIF :
    PAF : 5€ par déposant
    15% sur toutes les ventes


    Pour toutes questions supplémentaires, vous pouvez contacter : 
    Madame Dominique Culot au 04/372.03.50 de 18h30 à 20h30
    Madame Maryline Henrotin au 04/371.50.62 de 18h00 à 20h00

  • Le Belge préfère de plus en plus la bière spéciale

    Lien permanent
    Nandrin (Saint-Séverin ) avait sa bière " La Romane de Saint-Séverin " Blonde ,Brune et Ambré 
     
     
    À Chimay, on exporte dans 75 pays mais 50 % de la production est vendue chez nous et 28 % en France. La bière prospère aussi de plus en plus au pays du vin !

    Le Français boit de plus en plus de bières spéciales, c’est ce qui ressort d’une enquête de nos confrères du journal le Parisien. La consommation est en hausse : 2,35 milliards de litres de bières en 2018 pour 2,15 milliards, une année plus tôt, soit une augmentation de 9,3 %. Attention, on parle de bières spéciales, artisanales. En magasin, les hausses ont augmenté de plus de 5 % également.
    En France, fin 2018, on comptait 1.600 brasseries soit 500 de plus qu’en 2017.
    Et chez nous ? Même phénomène : on boit moins mais on boit « mieux ». Entendez, il y a une progression des bières spéciales au détriment de la pils. « La consommation du Belge diminue, c’est un fait. En 1980, elle était de 120 litres par habitant pour 72 litres par habitant aujourd’hui », nous dit Fabrice Bordon, Brand Ambassador pour les bières et les fromages de Chimay. Qui consomme ? « Nous exportons dans 75 pays mais 50 % de notre production est destinée à notre pays. 28 % de la production est à destination de la France. Avec un nouveau phénomène, on se développe aujourd’hui, dans le sud et plus uniquement sur le nord ou Paris. Oui, le Français aime notre bière partout », poursuit M. Bordon. Les 22 autres pour cent de la production de Chimay sont répartis sur 73 autres marchés avec en tête les USA et l’Italie.
    Du local
    Autre spécialiste, Michaël Vermeren, professeur au CEFOR de Bièrologie (c’est le nouveau terme à la mode et ses cours affichent déjà complet pour toute l’année) confirme : le Belge va délaisser la pils pour quelque chose de plus particulier. « C’est une évolution : on boit moins au bistrot notamment parce qu’il y a davantage de contrôles, peut-être aussi pour certains, pour leur santé. On note aussi que les cafetiers ne sont plus obligés de vendre uniquement une licence. Eux aussi n’hésitent pas à proposer de la bière de petits brasseurs. Et à ce niveau-là, ça explose. On estime que l’on est passé, en moins de 5 ans, de 120 brasseries à 300 aujourd’hui. »
    Et comme pour l’alimentation, on privilégie de plus en plus le produit local, du terroir. « Même au niveau des jeunes, la consommation change. Il va apprécier une bière spéciale, fruitée parfois. Bref, 2 à 3 bonnes bières plutôt qu’une dizaine de pils. »
    Même constat dans les grandes surfaces, les rayons bières prennent toujours plus d’ampleur. C’est le cas notamment chez Cora. Avec également des différences selon la région, une fois encore pour privilégier les bières locales.

    Par Muriel Sparmont
     
  • Des notaires vous conseillent sur votre successionle 22 octobre 2019

    Lien permanent

    La Fédération du Notariat organise une soirée d’information gratuite à Huy sur le thème « Planifier sa succession : transmettre, gérer et répartir mon patrimoine à différents moments de la vie ».

    « Chaque année, nous organisons ce type de conférence et le thème de la succession est celui qui intéresse le plus le citoyen », explique Tom Jenné, attaché de presse de la Fédération Royale du Notariat belge.

    « La succession est un sujet privé et délicat à aborder avec les membres de sa famille. Beaucoup n’osent pas en parler. Lors de ces séances d’informations, des notaires sont là pour conseiller les citoyens et les aider à éviter les conflits ».

    Lors de cette séance, le notaire wanzois Moïra Plenevaux et le Hutois Simon Gérard seront présents pour répondre à vos interrogations : « C’est bien que les gens puissent venir avec des questions qu’ils n’osent pas poser où des experts pourront leur répondre gratuitement ».

    Ces derniers leur donneront également des conseils pour éviter les droits de succession mais « chaque cas est différent et il est nécessaire de faire les bons choix en fonction de sa propre situation », ajoute Tom Jenné.

    La soirée d’information se tiendra à la Maison des Notaires de Huy (rue du Marché 64), le 22 octobre à 18h. Les inscriptions sont obligatoires par téléphone au 04/222.38.48, ou sur www.notaire.be. Les places sont limitées à 50 personnes.

    Pauline Govaert

    Source

     

  • Et vous, que faites-vous pour sécuriser votre habitation contre les cambriolages ?

    Lien permanent

    L’action nationale de lutte contre les cambriolages 1 joursans présente sa 6eédition du 14 au 20 octobre.
    L’ensemble des partenaires de la prévention – SPF Intérieur, Police fédérale, Police locale, Services de prévention communaux, Partenariats locaux de prévention et Partenaires privés s’unissent pour sensibiliser un maximum de citoyens.
    Les initiatives de prévention inonderont donc les communes : stands,sessions d’info avec le conseiller en révention vol, promenades de quartier, opérations rosace, …Contexte

    La tendance à la diminution continue depuis 2014. De 72.717 faits (chiffres datant de la 1e édition 1joursans), nous sommes tombés à 51 617 cambriolages enregistrés en Belgique en 2018. Mais cela représente encore
    plus de 141 cambriolages par jour.
    L’objectif de cette campagne est d’interpeller les citoyens, les partenariats locaux de prévention, les communes, les écoles sur ce qu’ils peuvent eux-mêmes entreprendre pour sécuriser leur habitation, leur rue ou leur quartier. Il s’agit par exemple de faire appel à un conseiller en prévention vol pour réaliser un audit gratuit de son habitation (www.conseillerenpreventionvol.be), de créer une page Facebook contenant une foule de conseils pour sa rue ou son quartier, ou encore de se rencontrer entre voisins et de s’entraider.


    L’action 1joursans en 2019


    Cette année l’action 1joursans se déroulera du 14 au 20 octobre avec comme point d’orgue, la journée du vendredi 18 octobre 2019.
    Le moment de l’action coïncide avec le passage à l’heure d’hiver, qui marque traditionnellement le début des mois sombres. Car, malgré ce qu’on en pense, c’est bien durant les mois d’hiver que se commettent le plus de cambriolages. C’est pourquoi il importe de mettre l’accent sur cette période et d’interpeller chacun sur la problématique des cambriolages et sur l’importance de la prévention.

    Plein feux sur les Partenariats Locaux de Prévention (PLP)
    A l’heure actuelle, la Belgique compte 1154 PLP (243 en Wallonie - 8 à Bruxelles
    - 903 en Flandre). Pierre Thomas, Directeur de la Direction Sécurité locale
    intégrale du SPF Intérieur : « Les PLP connaissent un succès grandissant.

    La cohésion sociale dans les quartiers est toujours davantage mise en avant et est essentielle pour détecter des situations suspectes et peut-être ainsi pouvoir éviter un cambriolage. »
    Les conseils de prévention à appliquer Commencez par prendre de bonnes habitudes :
    - Ne dites pas sur les réseaux sociaux que vous n’êtes pas chez vous. En quelques clics, tout le monde peut retrouver votre adresse…
    - Vous avez une tablette, un ordinateur portable, ne les laissez pas à la vue de tous.
    - Vous partez, fermez votre porte à clé. Même si ce n’est que pour 5 minutes.
    - Donnez à tout moment une impression de présence : lumière/musique sur minuterie aléatoire.
    - Demandez à vos voisins de jeter un œil sur votre habitation

    - Vous voyez quelque chose de suspect ?

    N’attendez pas et prévenez immédiatement
    la police au 101.
    Ensuite pensez à renforcer vos portes et fenêtres. Non, ce n’est pas forcément coûteux.
    - Placez un manche en bois dans le rail de votre porte coulissante.
    - Placez des verrous supplémentaires.
    - Installez des poignées à clés sur vos châssis.
    Matériel de campagne
    Tout le matériel de campagne figure sur www.1joursans.be/materiels.

     

    1 jour sans

    Que vole-t-on le plus ? Quels outils utilisent les cambrioleurs ? Quel numéro appeler ? Toutes les réponses dans cet infographique #1joursans

    1 jour sans.png

  • Plus de 32.000 élèves vont courir ce vendredi 18 octobre 2019

    Lien permanent

    Marquée par une expérience d’une vingtaine d’années, la journée scolaire « Je cours pour ma forme » revient ce vendredi 18 octobre, dans 30 centres différents implantés dans toute la province de Liège, avec des objectifs bien précis qui n’ont pas bougé depuis sa création : rassembler tous les enfants d’une classe et les convier à une course d’endurance bien encadrée par des professeurs et des étudiants, qui gèrent les différents aspects de la discipline (échauffement, course, récupération).


    Afin de donner le goût de la course à pied à tout le monde, le contexte de l’épreuve se veut original, les deux tiers du parcours s’accomplissent ainsi en peloton et seul le final se veut « libre », ce qui permet aux plus sportifs de se détacher sans pour autant creuser des écarts significatifs avec leurs camarades sur la ligne d’arrivée.
    Car il ne s’agit pas de performer, mais bien de s’amuser !


    plus de 32.000 élèves


    Grâce aux Fédérations du Sport Scolaire de la Province de Liège, à la Fédération Royale Sportive Enseignement Libre (FRSEL), la Fédération Sportive Enseignement Officiel Subventionné (FSEOS), la Fédération Sportive Wallonie Bruxelles Enseignement (FSWBE), regroupées en Association des Fédérations Francophones du Sport Scolaire (AFFSS), ce sont plus de 32.000 élèves, répartis dans 263 établissements scolaires, qui prendront part à cette grande manifestation.

    Les enseignants reçoivent en prime un dossier pédagogique qui traite chaque année d’une thématique bien spécifique liée au sport (préparation, diététique, mental, blessures). Pour que l’envie de courir se développe sur le terrain, mais également en classe.


    Cross (inter-)provincial


    L’événement est d’ailleurs préparé depuis des semaines durant les séances d’éducation physique à l’école, les étudiants s’attachant à développer des compétences strictes en matière d’endurance et de vélocité.


    Ceux qui adhèrent à la pratique du jogging peuvent ensuite se diriger vers le cross provincial (le 6 novembre à Cointe) et interprovincial (le 13 novembre à Hannut).

    Source