• Le château de la Gotte du 18ème siècle à Nandrin en vente pour 1,1 million d’euros

    Lien permanent

    L a commune de Nandrin compte plusieurs édifices remarquables. Le château de la Gotte date du 18ème siècle.
    Une propriété d’exception qui comprend 8 chambres et s’étend dans un parc d’environ 17.000 m².
     
    C'est aux portes du Condroz, dans le village de Nandrin, que se situe cet élégant château du XVIIIème siècle, il a subi très peu de modifications importantes au cours des âges et a gardé le charme d'antan.
     
    L’un des édifices remarquables de cette commune, un authentique château actuellement mis en vente : le château de la Gotte. Le prix proposé : 1,1 million d’euros. « C’est un bien exceptionnel avec des espaces très importants.
    Les endroits ne pas sont définis ce qui laisse à la personne, la capacité de s’imaginer ce qu’elle pourrait y faire », vante Christiane Cools, directrice de son agence immobilière de luxe.

    Une surface habitable de 620 m²

    Cette dernière fait également valoir l’environnement comme un atout pour le futur acheteur. « Il n’est pas visible de la route. Il y a énormément de tranquillité. Le terrain s’étend sur une surface de 17.000 m² avec une surface habitable d’environ 620 m².
    Aux étages, il y a des appartements d’habitation et à l’extérieur, il y a un jardin paysagé avec piscine et prairies. Grâce à ces volumes importants, l’ensemble a un très fort potentiel qui permet la création et la réalisation de divers projets », ajoute Christiane Cools.
     
    La vente d’un bâtiment exceptionnel comme celui du château de la Gotte n’est pas si rare. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. «Cela dépend en grande partie de la situation géographique », ajoute la directrice de l’agence immobilière qui s’est spécialisée dans les propriétés de luxe en Belgique et en France. « Je suis implantée en France mais je travaille énormément avec la Belgique. Il y a des bâtisses qui méritent d’être vues », conclut Christiane Cools.
     
    Par AMÉLIE DUBOIS
     
     

  • Un message de sensibilisation avec votre amende

    Lien permanent

    « En partenariat avec l’administration fédérale, les Régions flamande, bruxelloise et wallonne mettent en place une nouvelle fiche de sensibilisation concernant les infractions régionalisées en matière d’excès de vitesse. Elle reprend les avantages d’une conduite responsable et sécurisée tout en communiquant quelques astuces pour respecter facilement les limitations de vitesse », explique l’AWSR.

    Depuis mai dernier, 200.000 contrevenants au code de la route ont déjà reçu une fiche de sensibilisation, dont 87 % à la suite d’un excès de vitesse sur autoroute (163.090 fiches). Les autres messages envoyés concernent l’usage d’un téléphone au volant (14.933 fiches), le non-port de la ceinture de sécurité ou le non-usage du siège enfant (7.698 fiches) et l’alcool au volant (2.570 fiches).

    Les prochains à recevoir ces fiches seront les conducteurs verbalisés lors du Speedmarathon du 8 octobre dernier, en ce compris ceux qui ont été contrôlés sur une route secondaire du pays. Ce sera le cas de 7.371 personnes verbalisées au cours des contrôles menés en Wallonie, précise l’AWSR.

     

    Source

  • Présentation des équipages Régionaux Condroz 2019‎ le 26 octobre 2019

    Lien permanent

     

    Comme chaque année, ce samedi 26 octobre, aura lieu sur la grand place de Huy la traditionnelle présentation à la presse et au public des équipages participant au Rallye du Condroz.

    Durant cette soirée, les voitures ainsi que le parcours du rallye seront présentés.


    Cette année encore et en collaboration avec le Royal Motor Club Huy une tombola sera organisée et récompensera un équipage régional présent lors de la présentation. Celui-ci se verra offrir une remise sur l'engagement

    Un certain nombre de tickets boissons vous seront distribués au début de la soirée.


    Réservation :
    - via Page facebook
    - Jean-fred Collignon 0475/68.21.41
    - Johan Jalet 0493/49.70.86

    Présentation des équipages Régionaux Condroz 2019

  • Réserve de recrutement : accueillant(e)s extrascolaire

    Lien permanent

    La Commune de Hamoir cherche à constituer une réserve d’accueillant.e.s pour l’encadrement des enfants de 2,5 à 12 ans dans ses cinq implantations scolaires.

    Horaires variables possibles : de 12h15 à 13h15 et/ou 7h à 8h15, 15h30 à 18h.

    Profil : capacités pour encadrer des enfants.

    Conditions financières : suivant votre statut.

    Infos : la coordinatrice 0496 16 09 06 ou l’échevine 0476 39 07 61

    Envoi du CV et lettre de motivation : atl@hamoir.be   

     

    Source clic ici 

  • ‎Après-midi dégustation le 10 novembre 2019 Le Chat Lait à Nandrin

    Lien permanent

    Au programme, dégustation de :

    - yaourt ferme et à boire
    - riz au lait et crèmes dessert
    - maquée, fromage frais et petit frais
    - lait cru

    Venez aussi goûter notre nouveau fromage à pâte pressée !

    Il y aura également quelques surprises à découvrir !!

     

    •  
      Dimanche 10 novembre 2019 à 13:30
       
    •  
      Rue du Halleux, Nandrin

     

     

    Le Chat Lait

    Après-midi dégustation

  • Conférence: Les comportements extrêmes sur le net le 24 octobre 2019 par TSC

    Lien permanent

    Pour les marcheurs, pas de soucis Philippe vous a concocté une belle balade.

    Conférence: Les comportements extrêmes sur le net

    Quand: Jeudi 24/10 à 10h     Où: Cercle Sainte-Jeanne à Ferrières (Entrée gratuite)

     

    Internet semble être un outil aux plusieurs visages, aussi bien positifs que négatifs.

     Encyclopédie, listes, idées, thèses, il semble que l’ensemble du savoir humain est devenu disponible à toutes et tous d’un simple coup de clic. Cette disponibilité semble ainsi marquer une véritable démocratisation du savoir. En plus de cela, les réseaux sociaux permettent à chacun de s’exprimer et de confronter les points de vue, ce qui offre la possibilité de se renseigner, de débattre, de s’éduquer, et de devenir ainsi un citoyen lucide et réfléchi.

     

    Mais il y a une facette plus sombre liée à cette possibilité illimitée d’expression. En effet, on note sur les réseaux sociaux et sur les forums des journaux une forme de libération des discours de haine, ou en tout cas l’expression d’une agressivité bien plus rare dans les rapports humains réels (non virtuels).

     

    Internet semble ainsi libérer la parole, pour le meilleur et pour le pire.

     

    Du harcèlement en ligne à la propagation des discours de haine, les comportements extrêmes semblent bien se normaliser sur Internet, à un point où l’on peut légitimement se demander si cette utopie d’une communication globale et permanente ne va pas se transformer en véritable problème pour la démocratie.

    Pourquoi la cruauté s’épanouit-elle sur le net ? Pourquoi ce sentiment d’impunité ? Existe-t-il d’ailleurs réellement une impunité ? Que peut concrètement faire la loi ?

    Faut-il interdire les forums ? Modérer absolument tous les messages ? Faut-il encadrer la parole ? Si oui, comment ?

     

    Ce cycle d’activités de la LLP permettra de débattre de cette question : pourquoi et comment les comportements extrêmes se répandent-ils sur Internet, et que peut-on faire pour les limiter au maximum sans pour autant censurer toute expression personnelle ?

    Cette conférence sera suivie d’un repas Moules frites/Dessert et café pour 14€ les membres et 16€ non membres ou Boulets frites/Dessert et café 12 les membres et 14€ non membres.

    Réservation obligatoire pour le lundi 21/10 avant midi au 086/36.67.18 ou 0479/29.81.18.

    Les comportements extrêmes sur le net.clic ici docx

  • Fête du vélo le 19 octobre 2019

    Lien permanent

     

    Une journée placée sur le thème du vélo
    L'occasion de venir faire réviser votre vélo, le faire réparer, de participer à la bourse vélo mais aussi de découvrir diverses animations sur le thème de la mobilité active et douce tout au long de la journée !
    de 10 à 12h00 : Repair'Café Vélo
    de 13 à 15h00 : Départ des randonnées familiales à vélo
    de 13 à 18h00 : Stands divers et Bourse vélo (Attention : dépôt des vélos, pièces le matin de 10 à 12h00)
    18h30 : Projection du film "Aventure cyclo-balkanique"

    Petite restauration et bar tout au long de la journée

    Pour toute information : Jean-Benoît GRAAS, 085/ 27 46 10 ou info@mobicondroz.be

     

    GAL Pays des Condruses

    Fête du Vélo

  • Les ventes de vélos électriques no1 en 2018: une premièreen Belgique!

    Lien permanent

    Le vélo a de plus en plus la cote auprès des usagers. C’est du moins ce qui ressort du baromètre de la mobilité publié par Vias qui a sondé 3.000 personnes sur leurs habitudes de déplacement durant l’été dernier. En septembre, près de 10,5 millions de vélos avaient déjà été comptabilisés par des compteurs de vélos situés le long des pistes cyclables, selon Vias

    . Ces dernières années, le vélo électrique est l’option qui semble remporter le plus de succès. Les chiffres de l’industrie belge du cycle publiés par Agoria confirment cette tendance.

     

    L’an dernier, 485.400 vélos ont été vendus en Belgique. «Le chiffre d’affaires total a augmenté de 11% par rapport à celui de l’année précédente», confirme l’organisation belge d’employeurs.

    Et cette année, pour la première fois, le nombre de vélos électriques vendus a dépassé le nombre de vélos traditionnels! «Le segment de marché des vélos électriques croît chaque année», confirme Agoria.

    En 2018, quelque 250.000 vélos électriques ont été achetés en Belgique, contre 220.000 l’année précédente. Beau succès également pour les speed pedelecs, ces vélos dotés d’un moteur pouvant aller jusqu’à 45 km/h. Fin 2018, on recensait 16.000 immatriculations, dont 8.750 nouvelles enregistrées en cours d’année.

    Le succès se poursuit très certainement en 2019. D’après la Febiac, le constructeur suisse Stromer a, au cours des neuf premiers mois, déjà enregistré deux fois plus de nouvelles immatriculations que l’an dernier, soit 3.329.

    Le fabricant de vélos, Riese and Müller, est quant à lui passé de 1.551
    nouvelles immatriculations en 2018 à plus de 2.400 entre janvier et septembre de cette année.


    SÉDUIRE AUSSI LES JEUNES

    D’après le baromètre de l’institut Vias, les vélos électriques séduisent particulièrement les personnes de plus de 55 ans. «Non seulement le vélo électrique est davantage utilisé par les seniors mais ces derniers parcourent en moyenne 21 km quotidiennement avec ce mode de transport, contre seulement 17 km pour un adulte moyen», précise le porte-parole Benoit Godart.

    Toutefois, les jeunes ne sont pas oubliés par les constructeurs. Agoria a notamment relevé, parmi les tendances de l’industrie belge du cycle, la volonté de cibler un public plus jeune qu’auparavant.

    Bonne nouvelle enfin pour le portefeuille: le prix de vente des vélos produits en Belgique a diminué en 2018, «alors qu’il augmentait jusque-là d’année en année», indique Agoria.

    Par SA.B.

     

    Source 

  • Verbaliser un ado sans ceinture?

    Lien permanent

    Verbaliser un ado sans ceinture? Impossible!

    L’Institut Vias déplore une lacune dans la loi actuelle. Et ce genre d’infraction est fréquent!

    Étonnant, nos enfants ne sont pas placés sur un pied d’égalité.

    Si un policier peut dresser un p.-v. parce que votre bébé n’est pas correctement attaché dans son siège, il ne peut pas infliger d’amende à votre ado, à côté, qui n’a pas bouclé sa ceinture.


    Si un policier vous a déjà rappelé à l’ordre parce que votre fiston de 15 ans n’avait pas bouclé sa ceinture de sécurité en disant « C’est bon pour cette fois », il n’a pas fait preuve d’une mansuétude particulière à votre égard.

    En se basant sur le strict respect de la loi, il ne pouvait pas dresser contravention.

    C’est ce que vient de découvrir l’Institut Vias.


    Classé sans suite


    « Des policiers d’une zone locale m’ont expliqué qu’ils ne pouvaient pas établir une perception immédiate à l’égard d’un mineur parce qu’il ne porte pas sa ceinture.

    Par contre, ils peuvent verbaliser parce qu’un enfant en bas âge n’est pas installé correctement dans un siège adapté », indique Benoît Godart, porte-parole de Vias.


    La législation est très claire à cet égard : tout enfant dont la taille est inférieure à 135 cm doit être transporté dans un dispositif de retenue adapté, sinon c’est l’amende.

    Par contre, si votre enfant mesure plus de 1,35 m et n’est pas encore majeur, « la perception et la consignation sont exclues si l’auteur de l’infraction est âgé de moins de 18 ans », précise l’article 3.1 de l’arrêté royal du 19 avril 2014. Une seule exception, l’adolescent de 16 ans au guidon d’un cyclomoteur qui ne respecte pas le code de la route.


    Interpellé par Vias à ce sujet, Centrex, le centre d’expertise et de connaissance circulation routière de la police, estime que le policier doit rédiger un procès-verbal et « l’envoyer au parquet compétent qui décidera des suites à donner ».


    « Dans la pratique, le policier ne va jamais faire cela car il sait que le p.-v. sera classé sans suite. Et s’il le faisait quand même, le parquet ne donnerait pas suite », déplore Benoît Godart. On en revient donc à l’impunité pour les ados. Le cas de figure n’est pas si rare.


    un public particulier


    « D’après les policiers qui nous ont alertés, ce genre de constatation d’infraction est régulier. On sait que les adolescents représentent un public particulier.

    Ils sous-estiment les risques et obéissent moins aux parents. Quand ils sont installés à l’arrière, le conducteur ne voit pas toujours s’ils sont effectivement attachés », analyse Benoît Godart.

    Pour lui, cette lacune législative pose en problème au niveau de la sécurité routière. « Sans ceinture à l’arrière, on risque de se blesser dès 20 km/h, voire de tuer le passager à l’avant si on percute son siège à une vitesse élevée », prévient le spécialiste. Une partie du problème devrait être résolue avec la généralisation des signaux sonores indiquant à l’automobiliste que les personnes à l’arrière n’ont pas mis leur ceinture.


    Selon les mesures effectuées par Vias, 85 % des usagers ne la bouclent pas et 13 % des enfants ne sont pas, ou mal, attachés. « Une erreur qui survient souvent est de laisser le bras de l’enfant au-dessus de la sangle. Le rehausseur peut aussi ne pas être adapté à sa taille. On le met trop vite dans un siège trop grand pour lui », détaille notre interlocuteur.


    La loi prévoit trois cas de figure : un siège-enfant dos à la route pour un poids de 0 à 13 kg, un siège enfant face à la route entre 9 et 18 kg et un rehausseur entre 15 et 36 kg. Pour le rehausseur, on peut se contenter simplement de l’assise, « mais il est recommandé d’avoir un modèle avec un dossier incorporé. Cela protège mieux les côtés », conseille Benoît Godart.


    Pour rappel, l’amende est de 174 euros pour ne pas avoir bien attaché son enfant (infraction du 3e degré), et de 116 euros si vous êtes un adulte oublieux.


    Par Yannick Hallet

    Source

  • EN ROUTE VERS LA CONFIRMATION

    Lien permanent

    Pour les jeunes qui souhaitent recevoir le sacrement  de la confirmation en 2020, 1ère rencontre le sam. 19 octobre  de 9h30 à 17h au prieuré de Scry. Pers. de contact : Anne-Marie et Jean-François DEDAVE (085 51 25 31).

  • L'Art en Ciel 13 ème exposition biennale 19 & 20 octobre 2019 à Neupré

    Lien permanent

    L'Art en ciel 19 & 20 octobre 2019 à Neupré    latelierdetissagedeperles.be de Saint-Séverin Nandrin y sera 

  • C’est ce lundi à minuit que se clôturait le dépôt des candidatures pour le renouvellement de l’équipe dirigeante de la Fédération du cdH de Huy-Waremme

    Lien permanent

    Thomas Fyon candidat à présidence du cdH

    Un Hannutois pour succéder à un autre Hannutois? Les militants trancheront le 22 novembre

    C’est ce lundi à minuit que se clôturait le dépôt des candidatures pour le renouvellement de l’équipe dirigeante de la Fédération du cdH de Huy-Waremme. Hier en fin de journée, une seule équipe était en lice. Elle est emmenée par le Hannutois Thomas Fyon

    A moins d’un rebondissement de dernière minute, le successeur de Benoît Cartilier, le président sortant de la Fédération du cdH de Huy-Waremme, ne devrait pas faire l’objet de beaucoup de suspens. Hier, lundi, à quelques heures de la clôture des candidatures, une seule équipe avait déposé sa candidature. Elle est emmenée par le Hannutois Thomas Fyon qui se présente au poste de président. Ce jeune trentenaire, licencié de l’ULB en sciences politiques, père de deux enfants de 2 et 5 ans, incarne le renouveau au sein du cdH où il travaille depuis 2012. Depuis les élections régionales et la débâcle des Humanistes, il a rejoint l’équipe pilotée par le philosophe Laurent de Briey qui réfléchit au futur du parti. Ce vaste chantier a déjà débuté. «Il a démarré par une phase d’écoute interne qui nous amène à faire le tour des Provinces et des arrondissements. Il se poursuivra par une phase d’écoute externe qui devrait être lancée à partir de janvier», révèle le Hannutois. Sur le plan local, depuis 2016, il préside la section locale de Hannut.


    FORCE ET FAIBLESSE DU HANNUTOIS

    Sa faiblesse? Il n’est pas très connu dans l’arrondissement.

    «C’est par le travail qu’il se fera connaître au fil du temps car se faire accepter par les militants, je n’ai aucun doute là-dessus.

    Il a déjà commencé sa tournée dans l’arrondissement et on peut déjà voir son rôle fédérateur. Il a beaucoup d’enthousiasme. Pour le cdH de Huy-Waremme, il est l’homme de la situation», assure avec optimiste
    Damien Wathelet (42 ans) , candidat également pour faire partie de l’équipe.

    Le 1er échevin de Clavier se représente au poste de secrétaire politique, une place qu’il occupait déjà sous le règne de Benoît Cartilier. «Je me sens mieux dans un rôle de transition et de relais.

    En tant que 1er échevin et mon engagement dans différentes structures comme le contrat rivière Meuse Aval je n’ai pas assez de temps pour porter une équipe.», justifie ce père de deux filles de 9 et 13 ans, employé au SPW Energie où il travaille sur la promotion des énergies renouvelables.

    L’équipe complétée par deux vice-présidents, le Lincentois Raphaël Lefèvre et la Hutoise Françoise Kunsch sera proposée au suffrage des militants le 22 novembre prochain.

    L’assemblée générale se tiendra à Huy.

    Par MARIE-CLAIRE GILLET

    Raphaël Lefèvre (Lincent) et Françoise Kunsch (Huy)

    Raphaël Lefèvre, 39 ans, de Lincent.

    Ce jeune papa d’une fille de 4 ans est professeur de cuisine dans l’enseignement spécialisé; il est également guide nature. Au niveau politique, il est membre du cdH depuis 20 ans.

    Il a entamé sa carrière à Hannut avant de déménager à Lincent en 2012.

    Il a été élu conseiller communal en 2018. Il connaît bien Thomas Fyon avec qui il travaillé lors de la dernière campagne électorale. «Raison pour laquelle nous souhaitions repartir ensemble», souligne-t-il.

    Son ambition?

    «Poursuivre le travail de Benoît Cartilier, être un relais pour les mandataires et donner une ouverture à la société civile.» 

    Françoise Kunsch-Lardinoit, 65 ans,de Huy, «je suis l’aînée de l’équipe», comme elle se décrit elle-même avec le sourire.

    «la plus âgée et la plus expérimentée», complète-t-elle pour introduire son parcours politique.

    Depuis 2001, la Hutoise siège au conseil communal de sa ville.

    En 2010, lors du renversement de la majorité d’Anne-Marie-Lizin, elle est entrée dans le collège où elle a été réélue aux élections de 2018

    .M-CL.G.

     Par MARIE-CLAIRE GILLET

     

    Source