Un jeu de société fantastique , créé par une classe de 2e primaire

Lien permanent

C’est un jeu fantastique, notamment par son principe collaboratif : il n’y a ni gagnants, ni perdants. Toutes les équipes participent ensemble au choix des réponses. Et, à la fin du jeu, on découvre si celles-ci étaient bonnes, ou non. On peut y jouer à partir de 4 joueurs, jusqu’à 40 (maximum 10 équipes de quatre) ce qui permet de s’amuser en famille ou en classe, tout en se familiarisant au bien-être animal.

« C’était un peu le projet de l’institutrice, au départ », reconnaît Madame Cécile, aujourd’hui pensionnée, mais qui est revenue à l’école pour découvrir le jeu avec son ancienne classe, invitée par la ministre Tellier. « Mais c’est vite devenu celui des enfants ». « Des écoliers très créatifs, qui ont participé au projet jusqu’au bout », insiste Vincent Célenne, de la firme Arts of Game (Nil-Saint-Vincent), sélectionnée pour produire « Puissance Cat ».

La classe de 2e primaire de l’Institut de l’Enfant Jésus de Nivelles a reçu à plusieurs reprises les experts wallons du bien-être animal pour développer son projet. Résultat : un plateau magnifique et un concept hyper-sympa. Chaque équipe lance les dés et fait avancer un pion unique (le super-chat) sur les cases du plateau.

A chaque arrêt, une épreuve d’équipe comme imiter ensemble un animal ou lancer son cri. Ou une question à choix multiples à laquelle toutes les équipes devront réfléchir ensemble pour retrouver un animal caché. Des indices sont évidemment fournis : son type d’alimentation, est-il à l’aise sur l’eau, vit-il seul ou en groupe…

Les écoliers de Nivelles ont imaginé avec leur enseignante et les équipes de la Région 80 questions différentes, accessibles dès 7 ans (il faut savoir lire). Au terme de la partie, qui dure de 40 à 70 minutes, un sabot avec des cartes est constitué sur base des réponses collectives. Ces cartes forment un puzzle et, si toutes les réponses sont bonnes, elles permettent de reconstituer un animal. Si certaines sont fausses, votre chien risque de se retrouver avec des pattes de hamster et des ailes de canari... Mais, quoi qu’il arrive, vous aurez appris pas mal d’infos sur les habitudes et les besoins des animaux qui nous entourent.

Si le concours a été lancé à l’époque de Carlo Di Antonio, ministre wallon hyper-novateur en matière de bien-être animal, le jeu voit le jour aujourd’hui sous la direction de Céline Tellier, fraîchement désignée pour lui succéder. C’est elle qui a rendu visite aux 22 écoliers de 2e primaire, qui sont désormais en 6e, pour leur remettre un exemplaire de leur jeu.

Cent classes avaient initialement participé au concours. Cinquante-trois d’entre elles ont développé leur propre jeu, qui a fait l’objet d’une sélection par deux jurys composés de spécialistes (pédagogie, jeux de société, bien-être animal). Des centaines d’enfants ont ainsi été sensibilisés au bien-être animal grâce à une mallette pédagogique disponible sur le site bienetreanimal.wallonie.be leur présentant les besoins de nos principaux animaux de compagnie (chien, chat, poisson, hamster, lapin, poule…). Tous ces élèves ont découvert qu’un animal n’est pas un jouet et qu’en avoir un implique des responsabilités.

« Deux jeux se détachaient nettement des autres », explique Vincent Célenne, de la firme Arts of Game. « Celui-ci était intéressant par sa mécanique mais aussi parce qu’il mène au bout du suspense : c’est à la fin de la partie que l’on voit si les réponses collectives étaient bonnes. Si son coût de fabrication n’était pas aussi élevé en raison des nombreuses pièces qui le compose, il pourrait même être exporté. »

Les élèves récompensés ont reçu un exemplaire du jeu de même que les 52 autres écoles participantes. Tous les autres exemplaires sont désormais disponibles à la location dans les Espaces Wallonie et dans certaines ludothèques. « Puissance Cat » ne sera donc pas mis en vente.

Source

 

puissance cat.jpg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel