Cela faisait 3 ans et 3 mois qu’il n’avait plus autant plu

Lien permanent

«Le long épisode de sécheresse que nous avons connu jusqu’à récemment a fait place à une transition particulièrement pluvieuse depuis la dernière semaine de septembre», témoigne le météorologue de l’IRM, Pascal Mormal.

Il nous livre les statistiques récoltées à la station climatologique d’Uccle.

«Au pluviomètre, on a déjà récolté 104,4 mm ces 30 derniers jours.

Mais le plus remarquable est la concentration des pluies: depuis le 22 septembre: 100,5 mm sont tombés en seulement 17 jours.

Un total de plus de 100 mm tombés en un peu plus de deux semaines, c’est assez remarquable et sensiblement plus que la moyenne qui se situe autour d’une quarantaine de mm pour un tel laps de temps, à ce moment-ci de l’année.»


181,6 MM AU MONT RIGI!

En tenant compte des pluies qui étaient encore attendues mercredi, il faut remonter au mois de juin 2016 pour trouver trace d’une période aussi pluvieuse sur un espace de temps similaire.

«À cette époque, on avait enregistré à Uccle entre le 7 et le 23 juin, 141,4 mm tombés principalement sous forme de précipitations orageuses».


Ailleurs dans le pays, les pluies de ces deux dernières semaines ont donné lieu à des cumuls localement remarquables (totaux compris entre le 22 septembre et le 8 octobre).

Quelques exemples: Stembert près de Verviers 103,3 mm, Beitem 106 mm, Bougnies près de Mons 116,5 mm, Vezon près de Tournai 121,9 mm, Buzenol 129,6 mm, Bièvre 135,1 mm, et Mont Rigi… 181,6 mm! «Si le temps actuel est plutôt déprimant pour la plupart d’entre nous, il faut souligner que ces pluies régulières et pas trop violentes sont bénéfiques pour la recharge des nappes phréatiques qui vont pouvoir commencer à résorber l’important déficit observé depuis trois ans».

Il devrait faire plus sec jusqu’au week-end. Dimanche, les températures devraient franchir la
barre des 20oC.

«Au niveau des précipitations, cette accalmie ne devrait être toutefois que temporaire car de nouvelles précipitations sont attendues dès le début de la semaine prochaine».

Pascal Mormal précise que les chiffres fournis pour Uccle proviennent de la station climatologique historique et sont mesurés à 8 h chaque jour.

«Ils diffèrent très légèrement des données publiées sur notre site et qui sont établies à partir d’une station automatique sur un pas de temps 0h-24 h depuis le mois de février 2019».

Pour la cohérence climatologique et pour favoriser la comparaison avec les données historiques plus anciennes de cette station, il a donc préféré nous fournir les données de la station historique d’Uccle.

Par PIERRE NIZET

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel