Les citoyens invités à donner leurs propositions

Lien permanent

Climat: les citoyens invités à donner leurs propositions

Deux ans pour lister les actions à prendre

Comment arriver à réduire de 55% les émissions de CO2 d’ici 2030?

«C’est une très très grosse ambition», concède Philippe Henry, cette fois avec sa casquette de ministre du Climat. «Mais nous sommes déjà à 36%, le point de départ étant 1990.

Et puis, il s’agit de la traduction de l’accord de Paris à l’échelle de la Wallonie.

Nous avons l’obligation morale de le faire.»

Jusqu’à présent, les efforts effectués étaient les plus «faciles», selon le ministre.

«Il y a les mesures d’isolation des bâtiments qui ont été prises mais il y a aussi plusieurs industries fortement polluantes qui ont fermé», illustre-t-il.

Pour atteindre l’objectif fixé, Philippe Henry entend bien que tout le monde se retrousse les manches. Transport, Industrie,bâtiment: les efforts viendront de partout.

«C’est inimaginable qu’un secteur ne contribue pas! Nous allons prendre deux ans pour élaborer un plan abouti qui listera toutes les actions à mettre en œuvre. Nous serons prêts pour 2022.»


DÉBATS DANS LES ÉCOLES

La participation de tous se fera aussi en amont: «Nous avons prévu un processus très participatif avec les secteurs mais aussi avec la population. Tout le monde doit être associé à la réalisation.

Les experts vont élaborer différents scénarios. Il faudra par exemple connaître la quantité de CO2 économisée si on se déplace en train plutôt qu’en voiture.» Les citoyens auront donc leur mot à dire. «Il faudra d’abord que les informations soient accessibles au grand public, notamment via internet.

Ensuite, il faudra veiller à ce que tout le monde puisse émettre des suggestions. Je pense notamment que, dès 2020, nous pourrons organiser des débats de manière décentralisée, dans les communes mais aussi dans les écoles et les entreprises», envisage Philippe Henry.

Les deux principaux postes d’émissions de CO2 sont le transport et l’industrie qui représentent respectivement 25% et 30% de l’ensemble. «L’industrie devra bien évidemment faire des efforts.»

Les accords volontaires entre la Wallonie et les entreprises pour améliorer l’efficacité énergétique et réduire les émissions en CO2 des procédés industriels seront poursuivis et renforcés.

«Pour l’instant, ils concernaient surtout les grandes entreprises mais nous viserons aussi les PME. Grâce à ces accords, si l’entreprise s’engage à réduire ses émissions, elle bénéfice d’un soutien public.» Le ministre Ecolo ne manque en tout cas pas d’idées en la matière.

Économie circulaire, zéro déchet, réduction des transports: tout sera examiné au cours des deux prochaines années.

 

Par SA.B.

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel