• Un avis positif du gouverneur pour le Stockage de déchets nucléaires à Huy

    Lien permanent

    L’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) vient de recevoir l’avis du gouverneur relatif à la construction d’un hall de stockage pour les déchets nucléaires sur le site de la centrale nucléaire de Tihange.
     
    Il est positif.

    Hervé Jamar, le gouverneur de la Province de Liège vient se prononcer en faveur de la construction du hall de stockage de déchets nucléaires à Tihange.
    Il a transmis cet avis positif la semaine dernière à l’AFCN (Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire).
    « Cet avis est notamment relatif à la sécurité et à la sûreté des installations sur le plan nucléaire.
    Il est conditionné à la réalisation d’une étude technique et approfondie de l’AFCN devant prendre en compte l’avis des communes » a précisé Sylvain Jonckheer, porte-parole de l’AFCN.

    Rappelons qu’Engie-Electrabel souhaite construire sur le site de la centrale de Tihange un vaste entrepôt destiné à accueillir le combustible nucléaire usé pour une durée de 80 ans.
    Les déchets seraient stockés à sec et non plus dans une piscine, comme c’est le cas actuellement. Ce projet a été lancé parce que les piscines actuelles arrivent à saturation.
     

    Dossier présenté au Roi

    Dans le cadre de l’enquête publique toujours en cours, l’AFCN continue d’analyser les avis des communes et citoyens.
    « La prochaine étape est de présenter le dossier complet au comité scientifique de l’AFCN et ensuite au Roi, la décision devant faire l’objet d’un arrêté royal » a encore indiqué le porte-parole.

    En tout, dans le cadre de l’enquête publique, 265 courriers émanant de citoyens ont été reçus. Huy et Modave se sont prononcés en faveur de la construction du hall de stockage.
    Villers-le-Bouillet, Marchin et Wanze ont également donné un avis positif assorti de conditions.
     
    Par contre, Verlaine, Amay et Engis ont rendu un avis négatif.

    Si l’AFCN se prononce sur l’aspect nucléaire, c’est le fonctionnaire délégué de la Région Wallonne qui devra rendre la décision définitive dans ce dossier.
     
     
    Par A BT 
     
     

  • Les trois policiers sont issus des zones de police de Huy et du Condroz, tous renvoyés devant le tribunal correctionnel dans la délicate affaire d’agression sexuelle à Modave

    Lien permanent

    Les trois policiers hutois et le Modavien qui étaient inquiétés dans une délicate affaire d’agression sexuelle à Modave sont tous renvoyés devant le tribunal correctionnel. La chambre du conseil de Huy a rendu son ordonnance de renvoi ce mardi.
     
    Les trois policiers hutois -deux de la zone de Huy et un de la zone du Condroz- n’échapperont pas à un procès.
     
    Leur ami, D., un Modavien de 48 ans, non plus. Ce mardi, la chambre du conseil de Huy a décidé de renvoyer les 4 hommes devant le tribunal correctionnel où ils devront se défendre d’une agression sexuelle qui aurait été commise sur une mère de famille de 43 ans. Les faits remontent au 5 juin 2018, jour de la marche blanche à Liège organisée en hommage à Cédric Vangriecken et aux deux policières liégeoises Soraya Belkacemi et Lucille Garcia, tous trois tués par Benjamin Herman. Deux des trois policiers ainsi que le Modavien y participent.
     
    À l’issue de la manifestation, les trois hommes reviennent au domicile de D. à Modave et s’installent sur la terrasse où un troisième policier vient les rejoindre. En cours de soirée, D. invite sa voisine, une mère de famille de 43 ans, à se joindre à eux.
    On lui propose un verre. Selon ses souvenirs, deux verres de vin blanc lui sont servis. Et puis, c’est le trou noir, affirme-t-elle. La suite de l’histoire, ce sont les voisins qui la rapportent plus tard aux policiers.
     
    LE PANTALON BAISSÉ JUSQU’AUX GENOUX
     
     Un père et sa fille de 10 ans qui promenaient leur chien dans la rue racontent avoir vu deux hommes traînant leur voisine. Elle semblait inconsciente et se trouvait dans une fâcheuse posture, le pantalon baissé jusqu’aux genoux laissant apparaître sa culotte.
    Les deux hommes l’ont ainsi traînée jusqu’à son domicile où par la fenêtre du salon, le père et sa fille, rejoints par d’autres voisins, disent l’avoir aperçue couchée sur le divan, le pantalon toujours abaissé et la culotte à demi retirée cette fois.
    Elle était maintenue par un des deux hommes tandis que l’autre tenait son sexe à quelques centimètres de son visage… Selon ces témoins, les deux types tenaient à peine debout.
    En quittant le salon, celui qui avait ouvert sa braguette peinait d’ailleurs à la refermer, diront-ils. Suite à ces faits, la mère de famille a subi un test d’agression sexuelle.
    Il s’est avéré négatif. Pas de viol donc.
     
    Par contre, un examen sanguin a permis de relever un taux important d’alcool dans le sang: 2,3 gr.

    ATTENTAT À LA PUDEUR
     
    Devant le tribunal correctionnel de Huy, les 4 hommes devront se défendre de préventions liées à ces faits.
    Les deux policiers qui ont ramené la Modavienne chez elle devront répondre d’attentat à la pudeur, avec la circonstance aggravante qu’il a été commis par un fonctionnaire de police, d’outrage public aux mœurs, de s’être abstenu de venir en aide à une personne exposée à un péril grave et enfin d’avoir observé ou fait observer une personne sans son consentement alors qu’elle était dénudée.
    Concernant les deux autres, seule la 4e et dernière prévention leur est reprochée. D., l’hôte de la soirée, se dit serein. «Je n’ai rien à me reprocher.
    J’ai agi en bon citoyen: elle avait bu un verre, se montrait aguicheuse, j’ai demandé qu’on la ramène chez elle», a-t-il fait valoir.
    À la partie civile, l’avocat liégeois Me Jean-Louis Gilissen s’est dit satisfait par l’ordonnance rendue ce mardi. «Qu’il y ait un débat, c’était mon souhait. Chacun va pouvoir s’expliquer.
    Ce qui s’est passé est trop grave», a-t-il commenté.

    Par M-CL.G.
     

  • Ciné-échange le 28novembre 2019 à Nandrin sur le thème du harcèlement en milieu scolaire

    Lien permanent

    Le Plan de Cohésion Sociale (PCS) du Condroz et le CPAS de Nandrin inaugurent le 28 novembre prochain un cycle de « ciné-échanges » à destination d’un public adulte.

    Ces séances auront lieu dans la salle du Conseil de l’Administration Communale de Nandrin, Place Ovide Musin, 1.

    Les films seront choisis en fonction de thèmes de société dans la perspective ...

    • de rassembler les citoyens lors d’un moment agréable et sensé
    • de susciter un échange, une réflexion.

    Afin d’optimiser ces échanges, chaque séance-ciné sera soutenue par un intervenant extérieur en lien avec le sujet du film diffusé.

     

    Pour la première séance, le PCS du Condroz et le CPAS de Nandrin ont choisi le film « Wonder », réalisé par Stephen Chbosky. Un film qui permettra d’aborder la délicate question du harcèlement en milieu scolaire.

     

    Synopsis : C’est l’histoire d’un petit garçon différent des autres, portant sur son visage les stigmates de sa maladie. Son entrée à l’école soulève bien des questions et une certaine violence…

     

    Afin d’enrichir la soirée après la projection, le service OPEnAdo (dispositif provincial « Orientation-Prévention Enfants Adolescents ») sera présent pour répondre aux questions et susciter l’échange.

     

    Programme :

    18h : Accueil des participants et buffet sandwich.

    18h30 : Présentation du service OPEnAdo

    19h : Projection du film « Wonder »

    21h : Echanges sur le film.  

    Vous êtes les bienvenus à cet évènement qui marque le début d’une série de soirées enrichissantes. Si vous avez des questions, vous pouvez joindre Anabelle Gérard (PCS Condroz) au 0474/77 51 68.

     

    Le calendrier des prochaines projections sera établi après la première et diffusé via la page facebook du PCS Condroz et de la Commune de Nandrin, le site www.pcs-condroz.be et des supports papiers seront également distribués dans les communes et CPAS, écoles…

     

     

  • Le Conseil d’État a décidé de suspendre le choix des assurances de la commune de Nandrin

    Lien permanent

    L'information nous vient de l'Echo, un article en ligne du 8 octobre 2019 à 21h 21 .

    Il est annoncé qu' au nom du principe d’égalité, le Conseil d’État a suspendu l’attribution des assurances de la commune à Ethias.

     L'attribution des contrats de la commune de Nandrin à une compagnie qui est Ethias plutôt qu’à l'autre qui est  P&V Assurances , cela a été suspendue par une procédure d’extrême urgence,  un arrêt rendu au mois de septembre 2019.

    Selon les explications de l'Echo 

    P&V a déposé un recours en extrême urgence devant le Conseil d’État pour le  Motif que le principe d’égalité aurait  été violé, par la raison que la commune aurait invité  seulement Ethias à remettre une offre améliorée, et pas P&V. .

     

    Article complet explications et détails sur l'Echo Clic ici 

     

     

  • VISITE DU CHÂTEAUX AUX FLAMBEAUX - BOUILLON LE 12 OCTOBRE 2019

    Lien permanent

    Venez découvrir l’une des beautés de l’Ardenne belge grâce à cette balade !

    Vous ne croyez pas aux fantômes ?

    Alors, c’est parti pour une escapade nocturne au château de Bouillon !

    Pas besoin de lampes torches, les flambeaux feront l’affaire (ou pas...)


    EN PRATIQUE Le 12 octobre 2019 6830 Bouillon Infos : 061 46 52 11

  • JobDays@Defence 2019, 4e Bataillon de Génie d’AMAY les 13 octobre 2019

    Lien permanent

    Un emploi à la Défense représente bien plus qu’exercer en tant que soldat ou matelot. Laissez-vous surprendre par nos offres.

    Inscrivez-vous afin de visiter une unité de 10 à 16 heures les 13 et 20 octobre prochains.

    Les nouveaux postes vacants à la Défense sont ouverts !
    Intéressés ? Rendez-vous sur https://m.mil.be/fr/jobs-education-mobile pour découvrir les possibilités d'emploi et de carrière

    13 OCTOBRE 2019

    Flawinne2 Bataillon Commando1/4 Élément Médical d’Intervention 

    Florennes
    2 Wing Tactique
    80 UAV Squadron
    1/4 Élément Médical d’Intervention

    Amay
    4 Bataillon Génie

    Burcht
    11 Bataillon Génie

    Brasschaat
    Bataillon Artillerie

    Lombardsijde
    Bataillon Artillerie

    Bourg-Léopold
    Brigade Motorisée

    Marche-en-Famenne
    Brigade Motorisée

     

    20 OCTOBRE 2019

    Tielen
    3 Bataillon de Parachutistes

    Coxyde
    Base de Coxyde

    Heverlee
    Bataillon Chasseurs à Cheval (ISTAR)

    Zeebruges
    Base Marine1/4 Elément Médical d'Intervention

    Neder-Over-Heembeek
    Hôpital Militaire Reine Astrid

    Source

     
     
     
     
  • Une formation plus poussée pour les motards

    Lien permanent

    Les six premiers mois de 2019 ont été dramatiques pour les adeptes de la moto avec une hausse de 91 % du nombre de tués selon le baromètre de l’Institut Vias, soit 44 décès contre 23 un an plus tôt. « Nous prônons une formation plus poussée, réagit Fedemot.

    L’asbl active dans la prévention et l’information propose dès lors de rendre obligation une formation post-permis pour les motards. « Il suffit d’écouter les réactions des personnes qui font des stages de maîtrise pour comprendre l’utilité d’une telle la formation », souligne Jean-Marc Jorssen, président de Fedemot.


    Les motards ne sont pas les seuls victimes de la route. En fait, tous les progrès réalisés ces dernières années ont été gommés par le bilan, particulièrement lourd de ce premier semestre 2019.

    Selon l’Institut Vias, 146 personnes ont perdu la vie en Wallonie, soit une hausse de 35 % par rapport à la même période en 2018.

    Il faut remonter à 2013 pour avoir un bilan aussi élevé (151 tués). La Flandre déplore aussi une hausse des victimes (de 124 à 152), mais elle n’est que de 23 %. À Bruxelles, c’est quasiment le statu quo (de 9 à 8 tués).


    Ces chiffres sont tirés à la hausse par les provinces de Hainaut et de Luxembourg. Par ailleurs, les cyclistes ont payé un lourd tribut en Wallonie.

    Alors que le nombre de décès n’était, en moyenne, que de cinq au premier semestre ces dix dernières années, il a grimpé à 15 en 2019. Sur l’ensemble de la Belgique, pas moins de 48 cyclistes ont été tués, soit le nombre le plus élevé jamais atteint.


    « Intensifier les contrôles routiers »


    « Des États Généraux de la Sécurité Routière seront organisés en 2020 afin de faire le point de la situation et de prendre de nouvelles mesures pour infléchir cette tendance négative », annonce l’Institut Vias.

    De son côté, le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, appelle à « une réaction énergique » et à « mettre à nouveau la priorité sur l’intensification des contrôles routiers ».


    Le nombre d’accidents mortels a augmenté pour chaque période de la semaine, la hausse est particulièrement impressionnante le week-end (de 24 à 50 tués pour les nuits et de 46 à 70 tués pour les journées).

    « Autre mauvaise nouvelle, le nombre de personnes décédées dans les accidents impliquant un jeune automobiliste a, pour la première fois depuis 2015, augmenté », souligne Benoît Godart de Vias.


    Paradoxalement, il y a eu un peu d’accidents corporels avec blessés : -3 % en Wallonie (5.113 sinistres au lieu de 5.267) et -4 % en Flandre (11.094 au lieu de 11.519).


    ¨Par Y.H.

    Source

  • Pour des crèches zéro plastique

    Lien permanent

    Pour la ministre, il est plus que jamais nécessaire de combattre l’usage du plastique. À la fois pour des questions de santé, mais aussi d’environnement. « Nos milieux d’accueil devraient être les premières zones sans plastique », annonce-t-elle. « C’est en ce sens que je travaillerai. » L’objectif est ici de limiter l’exposition au plastique dès le plus jeune âge, « les effets de l’exposition à long terme n’étant pas encore connus », précise le porte-parole Nicolas Parent.

    Verre, inox, faïence…

    La question de l’usage du plastique et de ses alternatives a déjà fait l’objet d’une réflexion au sein de l’ONE. Selon lui, il est tout à fait possible de remplacer le plastique par du verre, de la faïence ou de l’inox. Il conseille également de privilégier des récipients en verre ou en pyrex plutôt qu’en plastique, pour éviter tout risque de migration dans la nourriture. « Ces alternatives existent déjà dans des crèches », précise-t-on au cabinet de la ministre. « Deux éco-crèches ont été récemment inaugurées en région bruxelloise. Elles sont la preuve que l’écoconsommation est possible en milieux d’accueil et en plus, sans impact financier. »

    Mais ces recommandations ne suffisent pas, selon Bénédicte Linard. « C’est pourquoi je demanderai à l’ONE de mieux mettre en avant les alternatives dont l’efficacité est d’ores et déjà prouvée dans les milieux d’accueil et de donner des exemples concrets de communes belges ou étrangères où le plastique a totalement été abandonné. Ceci peut impliquer une remise en cause du recours à la liaison froide lors des préparations alimentaires. » En liaison froide, les plats préparés en cuisine centrale subissent une réfrigération rapide avant d’être stockés à basse température.

    La première étape sera donc la sensibilisation et l’accompagnement. « Sur le principe, il devrait y avoir un consensus du personnel des crèches qui agit pour le bien des enfants », commente Nicolas Parent. « Sur l’application des mesures, après concertation avec le secteur, cela pourrait in fine faire l’objet de contraintes réglementaires. Une sorte de phasing-out, comme pour les pesticides. » Bénédicte Linard chargera l’ONE d’évaluer l’opportunité. La ministre n’exclut pas non plus de mettre en place des incitants. Primes, appels à projets, charte… Le choix est grand. Mais pour l’instant, rien n’est encore décidé.

    Pour Sabrina Berhin

     

    Source

  • ‎Place aux enfants à Nandrin aussi le 19 octobre 2019

    Lien permanent

    « Place aux enfants » a réussi à rassembler au fil des années – et ce depuis 1995 – plus de 12.000 enfants et près de 5 200 adultes.

    L’éveil à la citoyenneté commence avec la rencontre de son voisin. Il s’agit, le temps d’une journée, non pas de partir à la découverte des métiers, mais des acteurs opérant au sein de la communauté. Il est question de rencontres, d’échanges, de partage et de questionnements. Les enfants participeront à diverses activités et poseront les questions qui les préoccupent. L’objectif de l’opération est de stimuler les jeunes participants à adopter un comportement actif au sein de leur vie quotidienne.

    « Place aux enfants » prône des valeurs telles que la solidarité, l’autonomie et la recherche du bien commun, chaque intervenant occupant une place légitime au sein de la société. L’opération défend le principe d’une démocratie dans laquelle chacun, à son niveau, participe activement.

    Cette opération encourage le développement du lien social au sein des communes participantes et amorce le début d’une relation privilégiée entre les enfants et les acteurs de leur commune.

    Une activité chez un boulanger n’est pas uniquement l’occasion d’apprendre à faire du pain. Les enfants pourront mettre un nom sur un visage qu’ils croisent tous les jours, comprendre ses choix de fabrication et les valeurs qu’il souhaite transmettre à travers les actions qu’il pose quotidiennement. De même, la visite d’un théâtre sera l’occasion d’éveiller nos jeunes citoyens à l’importance des arts dans la société. Au Parlement, les enfants appréhenderont la manière dont s’organise l’État. La rencontre avec un photographe apportera un regard différent sur le monde.

    Les activités proposées couvrent les secteurs économique, politique, social, culturel et sportif de la vie communale.

     

    Cette année place aux enfants aussi à Nandrin !!!

    Votre enfant a entre 8 et 12 ans et se passionne déjà pour le monde qui l’entoure ?

    Il est curieux, a soif de rencontrer et d’échanges ?

    Place aux enfants lui permettra de découvrir sa commune, ses rouages, ses artisans et ses habitants, tout en s’amusant….

    Infos et inscriptions : ATL Nandrin 085/27.44.66

    Source
     
    Le theme de cette annee 2019 est "Place aux enfants se bouge pour le climat"
     

     

     

  • ‎Nuit de l'obscurité le 12 octobre 2019 à Nandrin

    Lien permanent

    .


    Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ASCEN)
    « Le ciel étoilé fait partie intégrante du patrimoine mondial à préserver » (UNESCO - 1992)

     

    En Belgique, les éclairages artificiels, qu'ils proviennent de l'éclairage public, commercial, industriel ou résidentiel sont chaque année de plus en plus nombreux.
    Non seulement ils ont un coût énergétique mais ils amplifient également de façon dramatique le problème de la pollution lumineuse.
    Cette pollution a évidemment un impact sur la qualité des observations astronomiques : le ciel noir n'existe plus en Belgique depuis longtemps. Où que vous soyez, même au plus profond de l'Ardenne, vous n'échapperez pas à la vision des halos orangers sur l'horizon. En ville, l'Etoile Polaire est quasiment invisible et rares sont les enfants qui peuvent encore dire « je connais la Voie Lactée car je l'ai vue » !
    Les éclairages nocturnes, souvent trop puissants, trop nombreux, mal orientés et/ou mal utilisés, peuvent avoir des impacts non négligeables sur les écosystèmes mais aussi sur notre santé, ne fût-ce qu'en perturbant la qualité de notre sommeil.
    Depuis 1995, des astronomes et des naturalistes du Nord du pays organisent chaque année la Nuit de l'Obscurité (Nacht van de Duisternis) avec un succès manifeste.
    Le samedi 12 octobre 2019, pour la 12ème fois, leurs homologues francophones de Wallonie et de Bruxelles les accompagneront dans cette manifestation afin de sensibiliser le grand public et les responsables politiques du Sud du Pays à cette problématique.
     

     

    http://www.ascen.be/no

     

     

     

  • Incapacité de travail: quel salaire?

    Lien permanent

    Huit Belges sur dix ignorent quel serait le montant de leurs revenus en cas d’incapacité de travail pour cause de maladie ou d’accident.


    C’est ce qu’il ressort d’une étude menée par Baloise Insurance conjointement avec la KU Leuven. Il existe bien une règle de base (un employé touche 65 % de son salaire brut plafonné pendant la première année, après le premier mois à charge de l’employeur), mais elle ne dit pas ce que l’on va toucher exactement.

    « Les informations sont trop dispersées et les calculs bien trop complexes pour les profanes », explique Jan Scheepers, de Baloise Insurance.


    Toujours selon la même enquête, il ressort que 90 % des personnes ne peuvent pas dire quelles seront les répercussions d’un décès inopiné sur les revenus des survivants.


    L’assureur lance donc une plateforme Gonna.be pour lever un coin du voile. Via une boîte de dialogue automatique, l’internaute encode ses différentes données : salaire net, composition du ménage, allocations familiales, dépenses fixes, etc.

    Le site web calcule ce que la personne touchera effectivement. On apprend ainsi qu’un salarié qui perçoit 2.400 euros net par mois recevra à partir du 13e mois d’incapacité d’un peu plus de 1.400 euros, une somme avec laquelle il devra faire face à ses emprunts. « Nous connaissons tous quelqu’un touché par un cancer ou un burn-out. Mieux vaut être bien informé », indique Michaël Vos, expert de Gonna.be.


    Groupes à risques


    « Nous avons identifié trois groupes à risques : les indépendants pour lesquels les règles fixant le revenu ne sont pas les mêmes que pour les ouvriers ou les salariés, les travailleurs qui ont une rémunération très importante et qui dès lors doivent faire face à une très forte diminution des rentrées et enfin les personnes qui ont des frais fixes très conséquents, notamment sur le plan hypothécaire », détaille Michaël Vos.


    La plateforme peut tirer la sonnette d’alarme en cas de risque avéré de perte de revenu. Gonna.be permet aussi de calculer le montant de sa retraite mensuelle, un autre domaine que les Belges connaissent mal, toujours selon l’enquête de Baloise Insurance.


    Par Y.H.

    Source

  • Les infos décès de la région aujourd'hui mercredi 9 octobre 2019

    Lien permanent

    Docteur Louis MEYS (99 ans) de Terwagne, décédé le 06/10/2019.

    Pompes Funèbres Les Mosanes & Kerstenne - 04 225 08 28

     

    Monsieur Roger DUCHENE (84 ans) de Huy, décédé le 08/10/2019.

    Centre funéraire Dubois et Tanier - 085 21 18 64

     

    Monsieur Alain FRAIPONT (47 ans) de Huy, décédé le 07/10/2019.

    Centre funéraire Dubois et Tanier - 085 21 18 64

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances aux la familles .

     

     

  • Aujourd'hui mercredi 9 octobre 2019 JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019

    Lien permanent

    JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019 le mercredi 9 octobre dès 14h!

    Au programme: animations, présence du Loup, démonstrations, etc

    Vous repartirez avec un sac rempli de surprises et bien entendu notre toute nouveau catalogue des jeux et jouets!!

    ils vous attendent nombreux!

     

    Affiche Fete Du Catalogue NANDRIN clic ici .pdf

    04/3611160

    0478/911639