Un matelas « affiché » à 375 euros était ainsi vendu 1.560 euros

Lien permanent

David, un Français habitant dans la Loire, se rendait régulièrement l’an dernier sur les marchés hebdomadaires de la région, où il proposait des matelas à la vente.

Mais si tout était affiché comme s’il s’agissait d’une excellente affaire, il n’en était rien : au moment de payer par carte, le commerçant distrayait le client, empochant bien plus qu’annoncé. L’affaire vient d’être jugée au tribunal correctionnel de Liège.


Si 13 clients ont porté plainte contre les agissements de David, il pourrait y en avoir d’autres, des personnes âgées notamment, tant la manœuvre était bien rodée.

A côté des matelas qu’il vendait, il apposait une affichette sur laquelle un prix était barré, puis il mettait en grand un autre chiffre, en rouge, qui en fait ne correspondait qu’à une prétendue réduction.

Il ajoutait qu’il s’agissait de modèles d’exposition, ce qui pouvait justifier le montant très bas affiché…

Quatre fois le prix !
Une fois le client séduit, le commerçant lui faisait remplir un bon de commande en premier, c’est-à-dire avant que le prix réel n’y soit indiqué.

Il n’acceptait que les payements par carte bancaire, et il veillait, au moment où le client devait composer son code, à le distraire afin qu’il ne vérifie pas le montant encodé.

Ce n’est qu’après avoir reçu leurs extraits bancaires, où lorsque leur carte affichait « solde insuffisant », que les personnes se rendaient compte qu’elles avaient été lésées. Un matelas « affiché » à 375 euros était ainsi vendu 1.560 euros.

Les clients avaient été escroqués sur les marchés de Seraing, Visé, Fléron, Herstal, Spa et Verviers. David, a tranché le tribunal, a bien fait usage de manœuvres frauduleuses. Il n’avait en outre pas déclaré son activité de commerçant ambulant en Belgique et n’y avait rien payé comme impôts, empochant indûment un montant de plus de 35.000 euros (qui lui sera confisqué).

Il écope par défaut d’une peine de huit mois de prison et de 6.800 euros d’amende, assorties d’une autre confiscation de 11.840 euros au bénéfice des parties civiles. Il se voit également interdit d’exercer une activité commerciale en Belgique pour une durée de cinq ans.

 

Par LWs 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel