L’occasion pour ses futurs usagers d’en franchir les portes, sera visible sur l’espace Tivoli du 5 au 13 octobre

Lien permanent

Le tram est déjà une réalité en Cité ardente

Certains le comparaient au monstre du Loch Ness : tout le monde en parle, mais personne ne l’a jamais vu. Mais aujourd’hui, la réalité est tout autre : le tram est arrivé en Cité ardente. Ce mercredi, il s’exposait ainsi au dépôt du TEC de Robermont, avant de s’installer pour quelques jours sur l’espace Tivoli.

S’il ne s’agit encore que d’une maquette à l’échelle 1/1, cette étape marque toutefois un tournant important dans ce dossier.

« C’est le troisième événement de l’année autour du tram, s’est félicité Vincent Peremans, l’administrateur général du TEC. Nous avons eu la signature du contrat en février, puis le lancement des travaux, et enfin l’arrivée de la maquette. Le rêve se réalise enfin concrètement. »

Après avoir plus de dix ans à imaginer ce fameux tram liégeois, les équipes qui ont travaillé sur ce projet ont en effet enfin pu en franchir les portes.

Une étape-clé

Une étape symbolique donc, mais également technique : « Cette maquette, c’est une étape-clé dans le processus de fabrication du matériel roulant », a d’emblée précisé Michel Rucquois, le directeur général de Tram’Ardent. Les prochains jours vont en effet être consacrés à passer en revue toutes les exigences techniques prévues par le cahier des charges, avant de lancer la fabrication du véritable tram liégeois.

S’il a tout du vrai, celui vient d’arriver à Liège présente en effet quand même quelques différences par rapport à celui transportera des passagers dès 2022. Dont une de taille : il a été construit… en bois.

« C’est en effet une réplique en bois, sur une structure métallique. Les éléments intérieurs sont par contre identiques à ceux qui se trouveront dans le vrai tram. »

La maquette est également plus petite que le vrai tram : 19 mètres de long, contre 45 pour celui qui sillonnera la Cité ardente. Mais elle a toutefois le mérite d’offrir du concret aux Liégeois.

Sur l’espace Tivoli du 5 au 13

« Car on ne croit que ce que l’on voit, assure Willy Demeyer, le bourgmestre liégeois. Ce n’est pas parce que le centre-ville est en travaux que tout le monde croit que le tram va bel et bien arriver. Or, cette fois, il est là. »

Et il reste plus que jamais pertinent, continue-t-il, « au niveau climatique, parce qu’il va améliorer la qualité de l’air en ville en supprimant les émissions de plusieurs milliers de voitures et de bus, au niveau urbanistique, parce que, dans le cadre de ce chantier, 50 hectares en plein centre-ville vont être complètement remodelés, mais aussi au niveau social, termine Willy Demeyer. Parce que les conditions de transport actuelles, dans des bus bondés, ne sont plus acceptables. »

Il faudra toutefois attendre octobre 2022 pour que les premières rames relient Sclessin à Coronmeuse.

Mais d’ici là, les Liégeois auront quand même l’occasion de découvrir leur futur « réseau structurant ».

Du 5 au 13 octobre, la maquette dévoilée ce mercredi sera en effet installée sur l’espace Tivoli et sera accessible au grand public (en semaine de 11 à 18h, le week-end de 10 à 18h et le 5 octobre jusqu’à 21h à l’occasion des Coteaux de la Citadelle).

Ce mini-tram prendra ensuite la direction du musée des transports en commun de la rue Natalis, où il restera exposé.

GEOFFREY WOLFF

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel