LA CHASSE AUX FRAUDES EST OUVERTE 1 carte de stationnement pour handicapés sur 5 illégale

Lien permanent

Traquer les utilisateurs frauduleux de places pour personnes handicapées : depuis un an, une application mobile permet de repérer les cartes invalides ou celles créées de toutes pièces. S’il est facile de sanctionner une personne qui ne dispose simplement pas de carte, il est plus difficile de repérer ceux qui utilisent de faux ou anciens documents. C’est là que l’application « Handi2Park » entre en jeu.

Disponible sur Androïd et iPhone, elle est très simple d’application. Il vous suffit d’encoder le numéro de carte ou, pour les documents émis à partir de 2016, de scanner le code QR.

En un an, entre juillet 2018 et juillet 2019, quelque 319.991 contrôles ont été effectués par ce biais. Résultat ? 11,7 % d’entre eux ont révélé l’utilisation d’une carte non-valide. Tandis que 7,3 % ont indiqué que la carte utilisée était inconnue des services… Deux possibilités : soit il s’agit d’une fausse carte de stationnement, soit d’une erreur de manipulation. Précisons également que certaines cartes ont pu être contrôlées à plusieurs reprises et donc comptabilisées autant de fois.

« L’opération a d’abord été testée par des professionnels dans quatre communes à savoir Koekelberg, Namur, Courtrai et Anvers », rapporte Gerrit Van de Mosselaer, porte-parole du SPF Sécurité sociale. « Et, depuis l’automne dernier, l’application est ouverte à tout un chacun, services de police, comme les citoyens lambda. »

Dénoncer les infractions

N’importe qui peut donc utiliser l’application mais la compétence en matière de détection des abus reste du ressort de la police. « Les citoyens qui détecteraient un possible abus doivent le rapporter aux forces de l’ordre ou au SPF Sécurité sociale qui en fera référence aux services de police. »

Cette application semble opportune quand on sait de nombreuses cartes « périmées » circulent encore dans la nature. Sur quelque 465.146 cartes en circulation, 250.000 ne sont plus valides. C’est le cas notamment des documents appartenant à une personne aujourd’hui décédée, des cartes pour lesquelles un duplicata a été demandé ou dont l’utilisation a expiré. Gerrit Van de Mosselaer tempère tout de même : « Cela ne signifie pas qu’il y a nécessairement des abus. Nombre de cartes auront probablement été perdues lors du décès du titulaire du droit. »

Si l’application permet de repérer ces stationnements frauduleux, elle ne règle pas tous les soucis. Des personnes continuent aujourd’hui, malgré les campagnes de sensibilisation, de stationner sur des places pour handicapés, sans carte.

Il arrive aussi qu’une carte soit utilisée alors que la personne handicapée ne se trouve pas à bord du véhicule. Enfin, les copies ou utilisation d’un numéro existant sur un faux document ne sont pas non plus à exclure. En attendant, « Handi2Park » permet d’augmenter de manière significative les contrôles des abus.

« Ce qui permet de s’assurer qu’un plus grand nombre de places de stationnement reste effectivement libre pour les personnes handicapées », précise le SPF Sécurité sociale. Policiers, à vos smartphones !

Par SABRINA BERHIN

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel