Une nouvelle technique d’entraînement Foot a été présentée à Clavier

Lien permanent

lundi 16 septembre 2019, une nouvelle technique d’entraînement a été présentée à Clavier.

L’entrainement a été donné à 5 jeunes joueurs de La Clavinoise âgés entre 6 et 8 ans, sous l’œil attentif de José Huynen, qui commentait l’entraînement en détail aux 26 formateurs présents afin de leur expliquer sa façon de faire. « L’enfant ne joue pas pour apprendre, il apprend en jouant. »

Telle est la philosophie adoptée par le pédagogue.

Celle-ci se ressent rapidement dès le début de l’entraînement. En effet, si certains coaches font légèrement courir leurs joueurs ou préparent des exercices techniques et difficiles à comprendre pour l’enfant, ce n’est pas le cas de l’ancien entraîneur. Il entre vite dans le vif du sujet et permet aux enfants de se retrouver en situation de matches et de duels.

Au cours de cette démonstration, on va y retrouver uniquement des formes d’un contre un, deux contre deux ou trois contre trois avec des contraintes. Soit en jouant avec des ballons de tailles différentes, soit en obligeant l’enfant à faire une passe à son camarade afin de lancer le duel ou encore en les faisant faire un sprint pour aller chercher le ballon et ainsi lancer la phase de match. Pas question de faire des exercices de dribbles, de passes ou de frappes au but. « Cela ne sert à rien. L’enfant va développer lui-même sa psychomotricité en faisant des petits matches. Il va, au fil du temps, apprendre à gérer ses passes, doser ses frappes et ses courses... A cet âge-là, les petits viennent au football pour jouer et faire des matches, rien d’autre. »

aider les formateurs

L’ACFF a décidé il y a quatre ans, de supprimer les matches à 5 contre 5 pour les enfants et a opté pour une formule de duels à un contre un, deux contre deux ou trois contre trois. « Cette réforme est excellente selon moi. Je suis là pour tenter d’apporter un complément à cette formule et pour essayer d’aider les formateurs des équipes U6, U7 et U8 qui sont parfois un peu perdus et ne savent pas quoi faire. Les autres pays n’utilisent pas cette formule, il n’y a pas de modèle sur lequel s’inspirer », poursuit-il.

Cette démonstration fut la première donnée par José Huynen et il n’a pas choisi Clavier par hasard. « J’avais envie de travailler dans un plus petit club qui progresse bien et qui fait du bon boulot. C’était un peu l’occasion de les mettre en lumière. Cette région est un petit peu désertique au niveau des clubs, cela m’a motivé encore plus. »

Par GUILLAUME TIRION

 

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel