Ce que vous ne pourrez pas jeter dans les Nouveaux sacs bleus !

Lien permanent

Le « nouveau sac bleu » va progressivement être introduit dans l’ensemble des communes belges. La Commission interrégionale de l’emballage vient de fixer les messages qui accompagneront le déploiement de ce nouveau système de tri. On apprend ce qu’on pourra y jeter… et surtout ce qui ne pourra pas s’y retrouver.

Il va révolutionner la façon dont vous faites vos poubelles. Annoncé depuis des mois, et déjà expérimenté dans certaines communes, il pointe enfin le bout de son nez. À partir du 1er octobre, il sera utilisé à Namur. Et Liège devrait suivre en décembre.

Si le projet est dans les cartons depuis des mois, les messages à adresser aux citoyens pour ce nouveau tri viennent seulement d’être officialisés par la Commission interrégionale de l’Emballage. Concrètement, on apprend ce qu’on pourra y jeter et ce qu’on ne pourra pas (voir infographie). « On veut être assez prudent, et on ne va pas exagérer dans la communication envers la population », nous explique Marc Adams, directeur f.f.. « Tout le pays ne passera pas d’un coup au nouveau sac bleu. Et il ne faut pas mentir aux citoyens : tout ce qui va dans le nouveau sac bleu doit pouvoir être recyclé. »

Comment ça marche ?

Actuellement, le sac bleu PMC traditionnel ne peut accueillir que les bouteilles et flacons en plastique, les emballages métalliques et les cartons à boissons. Avec le « nouveau sac bleu », vous pourrez y ajouter tous les autres emballages en plastique. Pots, raviers, barquettes, films et sacs… Tout, ou presque !

Sont exclus notamment les emballages non-alimentaires et les déchets spéciaux des ménages (bouteilles de white-spirit, eau de javel…) Mais aussi les emballages composés d’un mix de matériaux comme les célèbres petits jus « Capri-Sun », qui se composent d’une couche de film plastique et d’une couche de film aluminium. Par contre, le paquet de chips traditionnel sera accepté

 

 

 

 

Du côté de Go4Circle, la fédération qui regroupe les entreprises actives dans le recyclage et l’économie circulaire, on regrette que certains flux soient écartés de ces nouveaux sacs bleus. « Ce nouveau sac bleu est très positif. Mais il aurait été intéressant de l’ouvrir aussi à d’autres déchets en plastique comme les Tupperware, les boîtes à tartine, les gourdes ou certains petits jouets. Or c’est interdit ! », estime Cédric Slegers, directeur-adjoint. « Le nouveau sac bleu pourrait être une opportunité générale de développement de filières de recyclage. »

Pour Go4Circle, le nouveau sac bleu n’est toutefois pas la solution à tous les problèmes. Trop d’emballages de produits posent encore question : « Pour nous, il y a quand même un débat fondamental à mener sur l’écodesign. On est encore trop souvent confrontés à des emballages impossibles à recycler. On peut citer les tubes rigides d’une célèbre marque de chips, les canettes transparentes ou encore les emballages complexes composés de papier et de plastique comme les cartons de tarte et certains sacs à pain. »

Attention, le nouveau sac bleu est introduit de manière échelonnée en Belgique. Vous serez donc prévenus en temps opportun par votre intercommunale ! Et inutile de s’inquiéter, vous pourrez toujours utiliser vos anciens sacs PMC.

Plus d’infos sur www.lenouveausacbleu.be

Consigne, poubelles… Ce qui va changer

Dans la déclaration de politique régionale, on retrouve différents points qui concernent directement vos poubelles. Morceaux choisis.

1Consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique PET

« Après évaluation des expériences pilotes actuelles, le Gouvernement défendra la mise en œuvre progressive, à l’échelle de la Belgique, d’un système de consigne ou de prime de retour pour les canettes et les bouteilles PET, qui soit viable économiquement, efficace et qui permette d’obtenir des gains environnementaux et de propreté publique », peut-on lire dans la Déclaration de politique régionale.

Du côté bruxellois, on peut lire dans la DPR que le gouvernement « prendra l’initiative en vue de l’instauration d’un système de consignes pour les canettes et bouteilles en plastique ».

Bref, tous les regards se tourneront vers la Flandre, lorsqu’elle aura constitué son nouveau gouvernement. Mais il faut rappeler que les partenaires de la coalition NVA-Open VLD-CD&V avaient décidé, sous la précédente législature, de reporter une application générale d’une consigne à 2023, si l’industrie ne parvient pas à atteindre ses objectifs. Et tant la N-VA que l’OpenVLD étaient réticents à l’instauration générale d’une consigne.

2Réduction de 50 % des déchets incinérés

« La Wallonie mettra en œuvre une politique permettant d’atteindre à l’horizon 2027 une diminution de l’incinération des déchets de minimum 50 % des niveaux actuels », ont ajouté les trois partis politiques dans la DPR.

« En ce sens, le Gouvernement généralisera la collecte de la fraction organique des déchets ménagers et encouragera la séparation de la fraction organique pour les déchets industriels banals (DIB) en provenance des entreprises, des collectivités, du secteur horeca, etc. »

Pour rappel, les déchets organiques comprennent tout ce qui est pourri et compostable. On estime que ces déchets représentent jusqu’à 40 % des ordures ménagères. Dans de nombreuses communes, il est collecté via un sac blanc biodégradable.

3Des changements potentiels pour votre portefeuille

Dans la DPR, on apprend aussi que le gouvernement adaptera « le mécanisme de coût-vérité, payé par les citoyens, pour la gestion des déchets, afin de le rendre plus juste et solidaire. »

Le nouveau gouvernement estime que ce coût-vérité et les dépenses qu’il finance doit être évalué, afin de maîtriser son impact sur les citoyens.

On apprend aussi qu’un « fonds social et un accompagnement pour les ménages en difficulté pourront également être instaurés ».

PAR GUILLAUME BARKHUYSEN

 Source

Commentaires

  • C'est une bonne chose.
    Mais je ne vois nulle part, ce que l'on fait des raviers en aluminum ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel