Pegasus, permet d’apprendre ou de s’améliorer,Un cheval électrique unique

Lien permanent

Depuis le premier juillet dernier, le centre équestre du Ry de Lize à Marchin, qui héberge une centaine de chevaux vivants, dispose d’un cheval... électrique.

« C’est un concept qui vient de France et qui est fabriqué à Rennes. Il est utilisé depuis 20 ans là-bas mais pas encore ici en Belgique. Il en existe deux, un à Chaumont-Gistoux et un ici à Marchin », précise Bénédicte Dewez, directrice du centre équestre du Ry de Lize.

« C’est un outil fantastique que j’ai loué jusque fin décembre. Depuis le premier juillet dernier, une quarantaine de personnes sont déjà montées sur « Pegasus ». C’est ainsi que j’ai baptisé ce cheval électrique avec ce nom de la mythologie grecque (cheval ailé). Il y a déjà une dizaine d’assidus », ajoute Bénédicte Dewez. C’est le cas de Valérie, une cavalière habituée qui vient de Champlon pour monter « Pegasus ». « C’est la troisième fois que je monte « Pegasus ». Il est très sympa. Il reproduit les mêmes mouvements qu’avec un cheval vivant. C’est vraiment bluffant. C’est une vraie remise en confiance car l’on sait ici que l’on ne va pas tomber et il permet l’apprentissage des techniques. Il travaille aussi notre souplesse. En plus, Bénédicte Dewez nous donne les cours non pas par rapport aux performances sportives mais bien par rapport au ressenti, au développement de soi. On apprend à travailler sur la position de son corps sur le cheval et qui plus est, dans une ambiance sympa », explique Valérie, enchantée.

« Pegasus » est donc un simulateur équestre unique et innovant dans la région. C’est un outil précieux pour travailler la posture et les différents mouvements du bassin, de la colonne vertébrale et des jambes des cavaliers ou des cavalières de loisir ou de compétition. Il les aide à prendre conscience de leurs gestes et à les perfectionner. Les mouvements sont très proches de la réalité et il vous permettra de retrouver les mêmes sensations que lorsque vous êtes à cheval.

« Il apprend aux cavaliers à sentir les mouvements et leur corps, à se relâcher. On s’occupe de la respiration des cavalières et des cavaliers, de leur détente et de conscientiser leur position sur le cheval. Moi-même, cela m’a permis d’être plus sensible et plus délicate avec mon cheval », avoue Bénédicte Dewez.

« Par exemple, une cavalière est tombée de son cheval au sixième obstacle d’un concours. Je lui ai demandé de revisualiser cette chute puis de changer sa position sur le cheval. Elle y a repensé et j’ai constaté qu’elle se décrispait, qu’elle trouvait une meilleure position et une meilleure détente pour finalement franchir l’obstacle avec son cheval. Il lui reste ensuite à appliquer cet apprentissage acquis sur le cheval électrique sur son cheval vivant », détaille la directrice du centre équestre marchinois.

« J’y crois beaucoup. « Pegasus » est idéal pour les personnes qui ne sont encore jamais montées à cheval ou pour celles et ceux qui ne sont plus montés depuis longtemps suite à une chute ou à un traumatisme. Il permet plus d’harmonie et d’équilibre. En toute légèreté, vous travaillez votre position. Vous vous centrez sur vous-même, vous prenez conscience de votre corps et de votre respiration dans un cadre agréable et sécurisé. Vous pouvez travailler à toutes les allures et vous faites durer le plaisir de l’apprentissage. Une bonne présence permettra au cheval de se sentir mieux », conclut Bénédicte Dewez.

Une séance particulière d’une demi-heure sur « Pegasus » coûte 30  € et un cycle de cinq séances revient à 140 €. Il existe aussi une formule de cours particulier avec le simulateur et une séance à cheval pour 50 € pour un cheval de propriétaire et pour 60 € pour un cheval de manège. Plus d’infos sur le site internet e-rydelize.be ou à info@rydelize.be

PAR MARC GÉRARDY

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel