La traque des balsamines de l’Himalaya !!! elles sont envahissantes !! en avez-vous vu ?

Lien permanent

Gestionnaires de cours d’eau et ouvriers communaux ont également mis la main à la pâte.

Pour rappel, les balsamines de l’Himalaya sont des plantes annuelles très dynamiques qui produisent de petites graines bien adaptées à la dispersion par l’eau. Chaque plante peut produire jusqu’à 800 graines qui peuvent rester jusqu’à 4 ans en dormance dans la terre !

Ornées de jolies fleurs roses, elles peuvent atteindre de 2,5 à 4 mètres de haut et forment des massifs denses qui étouffent la flore indigène. Leur système racinaire, peu développé, joue également un rôle dans la fragilisation des berges de nos cours d’eau.

« Si nous axons principalement nos travaux le long des berges des cours d’eau, durant cet été l’équipe a presté pas mal d’heure sur des propriétés privées car aucune gestion n’est menée par les propriétaires de ces sites malgré nos sollicitations et l’obligation européenne. Ces sites laissés en l’état compromettent fortement les efforts menés de longue date », indique Edmée Lambert, coordinatrice principale du CRMA.

Ces chantiers de gestion menés à l’échelle du bassin, sont coordonnés par le Contrat de Rivière Meuse Aval depuis 2012, et les résultats sont probants.

Au fil des années, les populations sont de moins en moins denses et pas mal d’entre elles ont complètement disparus.

Source  

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel