• Un homme averti en vaut deux !!! Piégé par l’arnaque au pneu crevé

    Lien permanent

    Samedi sur le coup de midi, une vieille personne a été victime, à Theux, d’une arnaque au pneu crevé.

    Alors qu’elle sortait de la banque, la victime, âgée de 92 ans, a été suivie en voiture par deux individus mal intentionnés.

    Ceux-ci auraient apparemment crevé eux-mêmes un pneu de la voiture de la victime et, arrivés chez elle, lui ont gentiment proposé de l’aider à changer la roue.

    La victime a accepté et bien mal lui en a pris puisque sur ce laps de temps, elle s’est fait voler son portefeuille.

    Le modus operandi était bien rodé.

    Pendant qu’un des arnaqueurs s’occupait de la roue, le deuxième en a profité pour dérober le portefeuille et faire le tour de la maison, prétextant avoir soif.

    Aucune agression physique n’est, heureusement, à déplorer mais la victime est choquée de ce qui lui est arrivé.

    PAR J.D.

    Source 

  • Première dauphine Amandine Toffoli à Miss Liège, Anicca Van Hollebeke, 23 ans, de Faimes, est devenue la nouvelle Miss Liège

    Lien permanent

    Miss Liège est faimoise
    Devant 400 personnes, c’est Anicca Van Hollebeke (23 ans) qui a décroché la couronne

    C’est à Barvaux-sur-Ourthe (Durbuy) qu’a eu lieu ce dimanche après-midi la finale provinciale de Miss Liège, Miss Namur, Miss Luxembourg et Miss Hainaut. Pour les autres provinces, il faudra attendre les prochaines semaines.

    Sur scène, elles étaient 16 à vouloir décrocher la couronne de Miss Liège. Parmi elles, 2 filles de notre arrondissement : Céline Paris, 24 ans, d’Engis, esthéticienne, et Anicca Van Hollebeke, 23 ans, de Faimes, étudiante en management tourisme et loisirs. Chorégraphies, défilés, actes personnels, elles ont tout donné devant 400 personnes et le jury composé notamment de Darline Devos, la présidente du comité Miss Belgique ; Lorenzo Di Siervi, organisateur de la finale bruxelloise et brabançonne, et Elena Castro Suarez, la Miss Belgique en titre. Pour défiler en robe du soir, Anicca avait choisi une longue robe fourreau très glitter. Céline, elle, un modèle long également dans des tons de gris, brillante également. Pour leurs actes personnels, elles ont toutes les deux dansé.

    Au terme d’un spectacle de trois bonnes heures, c’est finalement Anicca qui est repartie avec la couronne de Miss Liège. Elle a pour première dauphine Amandine Toffoli, 22 ans, de Seraing, et pour seconde dauphine, Vienna Lezan de Malizard, 21 ans, d’Oupeye. Amandine a aussi reçu le prix du jury. « Je suis très contente d’avoir gagné et j’ai hâte de savoir pour la finale. Je suis aussi soulagée », a déclaré Anicca à l’issue des résultats.

    Tout n’est cependant pas encore gagné pour elles puisque mi-septembre, une ultime sélection permettra de choisir, parmi les Miss, les dauphines et quelques filles invitées, les 30 finalistes de Miss Belgique 2020. Ensuite, ces finalistes s’envoleront une semaine en Egypte pour le voyage préparatoire. Durant ce voyage, elles tourneront les petits clips vidéo qui seront diffusés le soir de la finale, rencontreront la presse et feront des shootings-photos. C’est aussi l’occasion de faire connaissance avec les autres finalistes.

    Ensuite, il sera temps de préparer la finale nationale qui aura lieu le 11 janvier 2020, à La Panne.

    Par LAURENCE BRIQUET

    Source 

    Amandine Toffoli est sélectionné pour miss province de Liège, miss Belgique 2020 clic ici

  • Promotions sur les peintures chez Pivot-Badoux à Nandrin

    Lien permanent

    -21 % sur l’assortiment Levis et -33 % sur les peintures murales Ambiance, jusqu’au 31 août.

    Contact: 085/51.12.09

    Source 

  • Réinstallation des chicanes au Pery Fraineux Nandrin aujourd'hui lundi 26 août 2019

    Lien permanent

    Le bourgmestre de Nandrin a fait placer des blocs de béton pour bloquer les gens du voyage clic ici

  • Qui est le plus rapide entre Nandrin et le CHU ? découvrez la réponse dans la vidéo !!! Test gratuitement jusqu'au 30 août 2019

    Lien permanent

     

    Nandrin – CHU : voiture ou bus-WEL qui est le plus rapide ? Source 

    Fais le test pour le moment gratuitement jusqu'au 30 août 2019 

    D'Aujourd'hui 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL clic ici

     

  • Des aérodromes temporaires,du 5 au 8 septembre 2019 dans le cadre des commémorations du 75e anniversaire de la bataille des Ardennes

    Lien permanent

    Les communes de Bastogne et Vaux-sur-Sûre ont décidé, dans le cadre des commémorations du 75e anniversaire de la bataille des Ardennes, de recréer du 5 au 8 septembre des aérodromes temporaires, tels qu’ils existaient en 1944, avec une activité aérienne permanente d’avions de reconnaissance alliés.

    Les promoteurs de cette reconstitution historique prévoient de reconstituer un «aérodrome temporaire d’époque» (baptisé EBX1) à Chenogne, un hameau de Vaux-sur-Sûre, et un de secours à Jodenville-Morhet (EBX2, également sur la commune de Vaux-sur-Sûre), ainsi qu’un autre aérodrome temporaire à Bizory (EBX3) sur la commune de Bastogne.

    «Cet événement est destiné en priorité aux avions de liaison alliés utilisés en 1940-1945 (comme des Piper L4, Stinson L5, ...) ou leurs copies en tout point conformes. En fonction des possibilités et de leur intérêt historique ou commémoratif, des avions d’autres types correspondant à l’esprit de l’événement pourront être admis (comme des Auster, des Piper PA-18, L18-21, voire des Fieseler Storch allemands)», précisent les organisateurs dans un communiqué.

    Cette initiative, baptisée Piper Cub Ardennes 1944-2019, émane notamment de Philippe Mordant, passionné de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et copropriétaire d’un Piper L-4H Grasshopper (la version militaire, dédiée à l’observation et au réglage des tirs d’artillerie, du Piper J-3 Cub civil).

    Aviation légère

     

    A l’époque, les aérodromes de campagne américains et britanniques n’étaient en général que de grandes prairies permettant à des avions légers d’atterrir et décoller.

    Les organisateurs annoncent ainsi pêle-mêle une activité aérienne permanente sur les aérodromes de Bizory et Chenogne/Jodenville, un survol de Bastogne pour le lancement officiel du 75e anniversaire de la bataille des Ardennes (décembre 1944-janvier 1945), le survol de différents monuments dans la région (à Sibret et Houffalize) et des commémorations de la Libération des Trois Frontières à Arlon et un rassemblement et des animations à l’aérodromes de Saint-Hubert.

    Ce qui se traduira par des survols de Piper en patrouille à basse altitude (grâce à des dérogations délivrées par la Direction générale du Transport aérien) des écoles, des villages, «avec déclenchement des cloches des églises à toute volée lors du passage des avions afin de faire vivre aux enfants (des écoles) et habitants l’ambiance de la Libération», souligne le communiqué.

    Un autre organisateur, Yves Cartilier, également pilote de ligne chez Brussels Airlines et président de la Belgian Aviation Preservation Association (BAPA), a précisé que des reconstitutions similaires se dérouleraient aux mêmes endroits en décembre, lors du «Nuts Week-end» des 13 au 15 - ainsi baptisé d’après le célèbre «nuts» (hors de question) adressé par le général américain Anthony McAuliffe aux Allemands qui le sommaient de se rendre alors qu’ils encerclaient Bastogne, point focal de l’offensive des Ardennes en 1944, la dernière contre-attaque allemande d’ampleur sur le front ouest avant la fin de la guerre - et en janvier 2020.

    BELGA

    Source 

  • Modave September Fest' 19 les 30 et 31 août 2019 Line-up du festival

    Lien permanent

    VENDREDI 30 AOUT :
     Sur la main stage : A 18h10,US band ouvrira les festivités.

    The Synd à 19h30.

    BJ Scott chantera ses compositions à 21h10.

    James Deano à 23h05.

    Le dj Kid Noize montera sur scène à 00h40.


     Sur la scène déKouverte :


    Marie Radoux à 17h30.

    Léo fifty Five à 18h50.

    Banging Souls à 20h20. Tyana à 22h35.

    Soltanto à 22h55.


    SAMEDI 31 AOUT :

    Sur la main stage : Duff à 16h30.

    Toxicity à 18h40.

    Queen à 21heures et Reise Reise à 23 heures.


     Sur la scène déKouverte :

    Fixator à 17h40.

    Dog day’s à 19h50.
    Bugul Noz à 22h15.

    Et pour clôturer l’événement à 00h30, Clark Gables.


    L’entrée est fixée à 10 euros par jour

     KID NOIZE, BJ SCOTT, JAMES DEANO,BANGING SOULS,QUEEN (by Queen on Fire),RAMMSTEIN (by Reise Reise)
    SYSTEM OF A DOWN (by Toxicity),SOLTANTO (Mattéo Terzi de The Voice Belgique),LEO FIFTY FIVE,THE SYND
    US BAND,TYANA P. (Tyana de The Voice Belgique),DOG DAY'S,BUGUL NOZ,CLARK GABLE'S,FIXATOR,DUFF
    MARIE RADOUX,,... and maybe some more to come 

    Prix sur place le vendredi (pour les 2 jours) : 25€.
    Samedi gratuit avant 17h... Passé ce créneau, une entrée de 5€ vous sera demandée sur place (à moins évidement d'être en possession du pass 2 jours).

    Les places pour le MSF19 sont désormais disponibles sur le site internet de la billetterie Night&Day (https://www.librairie.be/tickets/modave_september_fes/), dans tous les shops Night&Day, ainsi qu'à la Fnac et à la pompe Total de Strée.

    Modave September Fest'

    Modave September Fest' 19

     

  • HUCCORGNE – TEMPLIERS NANDRIN B 5-0

    Lien permanent


    Les buts :32e Preud’homme (1-0),
    60e Paulo Da Silva (2-0), 65e et 80e
    Larock (4-0), 86e de la Cruz (5-0)
     Huccorgne :Couscheir, Frisque
    (65e de la Cruz Robla), Derenne, Gratia (77e Heine), Larock, Willems, Duchesne, Moureaux, Amor Y Suarez
    (55e Paulo Da Silva), Preud’homme,
    Puits.
     Templiers Nandrin B :Creppe, Ernest, Hossay, Van Laeken, Gaspard,
    Calabon, Sauvage J., Gruslet (60e
    Dessart), Emonds Alt, Sauvage A.
    (46e Renglet, 75e Torfs), Sauvage L.
     Cartes jaunes :Emonds Alt (80e),
    de la Cruz (81e)
     Carte rouge : Hossay (12e)
     Arbitre :M. Zanol

    Source 

  • Il n’y a jamais eu autant de donneurs d’organes inscrits au Registre national !!! Et vous ?

    Lien permanent

    Grâce à la sensibilisation, le record est battu d’année en année

    « S’enregistrer officiellement comme donneur est très simple et rapide. Il suffit de se rendre au service ‘Population’ de sa commune. L’employé vous demandera votre carte d’identité et vous fera compléter un formulaire de consentement. Ce dernier est disponible sur internet, vous pouvez donc le remplir chez vous et venir à la commune avec. Il faut y mentionner votre prénom, nom, date de naissance, lieu de naissance, numéro de registre national et adresse. Il faut ensuite faire un choix entre quatre cases : s’oppose à tout prélèvement d’organes et de tissus, se déclare expressément donneur (volonté expresse), lève la déclaration d’opposition ou lève la déclaration de volonté expresse. Comme le montrent les choix du formulaire, il est possible à tout moment de revenir sur sa décision d’être donneur d’organes ou non », nous explique Léa, employée communale dans le Hainaut. « Une fois le document complété, le travailleur communal encodera les données dans le Registre National et vous remettra un accusé de réception confirmant votre inscription comme donneur d’organes ».

    Une hausse constante

    Une démarche que réalisent aujourd’hui de très nombreux Belges. On bat même chaque année des records en la matière. Alors qu’ils étaient 90.379 donneurs d’organes en décembre 2009, ils étaient 205.938 cinq ans plus tard et 282.996 huit ans après. En avril dernier, nous avons dépassé la barre des 350.000 avec 361.552 donneurs confirmés.

    Le nombre de personnes s’opposant au don d’organes après leur mort reste, lui, stable. Sur l’ensemble de la population belge, ils sont 196.684 à avoir enregistré ce choix auprès de leur commune.

    Ce n’est plus un tabou

    « Ce record de donneurs s’explique par les campagnes de sensibilisation ces dernières années. Les associations réalisent des séances d’informations pour rappeler que tout Belge est potentiellement donneur selon la législation. Les médecins demandent toutefois l’accord des familles qui refusent le prélèvement dans 20 % des cas. Poser un tel choix permet donc aux proches de ne pas se torturer avec de telles questions », continue un médecin urgentiste. « Mais, ces chiffres records s’expliquent surtout par la mise en avant de cette cause lors des dernières élections. Dans de nombreux bureaux de vote, des greffés et associations étaient présents pour sensibiliser au don. Il était même possible de s’enregistrer comme donneurs dans certains d’entre eux ».

    « Ça a vraiment éveillé les consciences », ajoute Léa. « Les personnes qui viennent s’inscrire m’expliquent que parler du don d’organes n’est plus tabou. Je remarque aussi que cet acte est mûrement réfléchi en famille et plus seul dans son coin ».

    Concrètement, le 14 octobre dernier jour des élections communales, 15.602 citoyens se sont enregistrés auprès de leur commune. Mais, certains ont préféré cogiter sur la question. Ainsi, le lendemain, ils étaient un peu plus de 1.500 à le faire. Le 16 octobre, ils étaient environ 2.300 à rendre leur formulaire consentement complété.

    Mais insuffisant

    Le SPF Santé publique et les associations se réjouissent de cette évolution et comptent bien réitérer de telles campagnes dans les années à venir… Surtout que la demande en organes comme le cœur, les poumons, le pancréas, le foie et les reins reste fortement supérieure à l’offre !

    ALISON VERLAET

    Source

  • TEMPLIERS NANDRIN – UNION FLEMALLOISE 3-5

    Lien permanent

     Les buts : 7e Janin (1-0), 23e Bawin
    (2-0), 36e Militello F. (2-1), 42e De Giorgi
    (2-2), 51e Santoro (2-3), 60e Militello
    (2-4), 81e Santoro (2-5), 84e Degbomont
    (3-5)
     Templiers/Nandrin : Hannosset, Bertels, Janin, Di Pasquale (46e Burton), Gregoire, De Blaere (46e Degbomont), Velter
    (62e Morsat), Bawin, Mare, Sougnez,
    Damsin.
     Union Flemalloise : Dentz, Didier, Kalam, Russotto, Vazzana (59e Marchiori),Militello F., De Giorgi (42e Santoro), Militello N. (81e Légaz), Houbart, De Nuccio,
    De Castris.
     Cartes jaunes : De Giorgi (30e), Bertels
    (40e), Velter (55e), Militello N. (57e), Janin (70e), Russotto (83e)
    Arbitre : M. Mancin

    Source 

  • ‎Les Amaytoises 2019 les 13, 14 & 15 septembre 2019

    Lien permanent

    « Les Amaytoises » !
    Plus qu'un concept, c'est une volonté de vivre sa commune autrement.

    Parce qu'il est urgent de renforcer les liens de proximité et de rassembler tous les citoyens Amaytois

    Annonce le Facebook de la commune 

    Les équipes ont pris le soin de concocter une programmation diversifiée, axée notamment sur les saveurs du terroir, dès le vendredi 13 septembre, avec un marché de produits artisanaux et régionaux ; et axé sur le sport avec la remise des Mérites sportifs 2018-2019.


    Samedi 14 septembre, la journée commence par l'accueil des citoyens et des nouveaux habitants.

    Les services communaux, le tissu associatif, social et culturel vous attendent toutes et tous sur la Grand-Place.

    Parce que la commune, c'est la mise en commun des ressources de chacun au service de tous, notre Administration et l'ensemble des forces vives d'Amay  apportent leur aide en répondant aux questions et vous conseillent dans vos projets et/ou activités que vous développez tout au long de l’année.

    Projets d’urbanisme, stages pour enfants, participation au Plan Communal de Développement de la Nature, à Amay en Transition ou à un comité de quartier, etc…vous devriez trouver des réponses à vos multiples questions.

    De nombreuses animations sont également prévues l’après-midi : un jeu dédié aux familles "Fort Boyard Amaytois" avec cette année encore, un mur d’escalade (accessible à tous dès le matin), une descente en death-ride ou encore un simulateur de saut en parachute, des châteaux gonflables, une animation du Club de tir ou encore des expositions : « Sur la route » à la Maison de la Poésie et « 40 ans de présence poétique » autour des œuvres littéraires et picturales de Béatrice Libert, à la Collégiale.

    La soirée du samedi 14 septembre sera consacrée à l’ouverture de la saison « Concerts » au centre culturel d’Amay avec la venue de Matteo Terzi-Soltanto (candidat finaliste The Voice 2019).

    Faire la fête et bouger !
    Dimanche 15 septembre est entièrement consacré à la Mobilité sous toutes ses formes avec la 13e journée sans voiture et, pour les plus vaillants, l'incontournable rendez-vous des joggeurs, le Semi-Vert qui en est à sa 7e édition.

    Il y aura aussi une balade en vélo qui vous fera (re)découvrir tous les chemins et sentiers de la commune.
    Des visites guidées des tours & charpentes de la Collégiale sont également prévues l’après-midi. Une manière insolite de découvrir le patrimoine !

    Vous familiariser avec la trottinette électrique le dimanche 15 septembre sur la Grand-Place !

    Cerise sur le gâteau, cette année encore, la Descente urbaine aura lieu : une course spectaculaire à vélo en plein coeur d’Amay à laquelle pas moins de 80 jeunes participent.

    Consultez tout le programme sur www.amay.be.

     

     

    Commune d'Amay

    Les Amaytoises 2019

  • Les enfants (7-18) apprennent la programmation informatique à Clavier

    Lien permanent

    Les ateliers de programmation auront lieu dans un local de l’école Les Avins un dimanche après-midi par mois. Le développeur compte d’ailleurs sur le soutien de la commune, qui pourrait mettre des ordinateurs supplémentaires à la disposition des enfants.

    « L’ASBL, de son côté, fournit des adresses mail ou des vieux PC », précise le développeur Karl Wilvers, à l’origine du projet sur Clavier.

    De la programmation à la campagne, c’est plutôt rare et c’est une des raisons qui a poussé Karl Wilvers à développer un dojo à Clavier : « Les enfants n’ont plus besoin d’aller à Marche ou à Liège. Pour l’instant, je vise les habitants de la commune, mais les enfants des communes avoisinantes sont les bienvenus.

    A termes, j’aimerais les inclure dans le projet ».

    Des communes qui rejoindront un réseau mondial. Au total, 58.000 jeunes prennent part aux ateliers de CoderDojo dans 105 pays.

    Comment ça se passe ?

    Karl Wilvers a déjà testé la méthode CoderDojo sur ses filles de 7 et 8 ans. « Elles s’amusent à faire de la programmation par blocs. Elles habillent des personnages, font des petites animations... », explique le papa de trois enfants. « Ce n’est pas un cours magistral. En fonction de leur âge et de leurs compétences, les enfants se lancent dans la programmation par blocs, la robotique ou la programmation python. Il n’y a pas d’examen, mais ils doivent accomplir certaines tâches pour obtenir leur bracelet de couleur, qui correspond aux ceintures en arts martiaux », sourit Karl Wilvers.

    Lors de ces ateliers, on ne parle pas de professeur ou d’enseignant, mais de coach. En cas de problème, les enfants ne peuvent faire appel au coach qu’en dernier recours ! « On les encourage à utiliser les softskills. Quand un jeune rencontre un souci, il cherche la solution seul. Si il n’y arrive pas, il a recours à internet, ou demande l’aide d’un camarade. Si rien ne fonctionne, je viens débloquer la situation », décrit le coach. Les « ninjas » (nom donné aux élèves) apprennent à coder, mais aussi à stimuler leur logique et leur sociabilité.

    Des ateliers gratuits!

    Les ateliers sont gratuits et ouverts aux jeunes de 7 à 18 ans. Possibilité d’utiliser son PC, mais des ordinateurs sont disponibles sur place. Les ateliers durent 3h de 14h à 17h un dimanche après-midi par mois. Ils se déroulent à l’école Les Avins (rue de l’école 2). La première session aura lieu le 22 septembre.

    Il faut s’inscrire avant chaque atelier. Les inscriptions se font via Eventbrite directement sur la page Facebook « CoderDojo Clavier ». Pour ceux qui hésiteraient, Karl sera présent à la Journée des Claviérois ce samedi 24 août pour répondre à toutes vos questions.

    E.F.

    Source

  • Une dizaine de villes wallonnes sont toujours en alerte sécheresse

    Lien permanent

    Pays à risque de pénurie, la Belgique manque d’eau

    La chaleur de cet été et celle qui nous attend toute cette semaine n’arrangent rien au manque d’eau que connaissent aujourd’hui certaines communes.

    Une dizaine de villes wallonnes sont toujours en « alerte sécheresse ».

    À certains endroits, les réserves n’ont jamais été aussi basses. Des restrictions d’eau sont donc imposées aux citoyens.

    L’arrosage, le nettoyage des terrasses et trottoirs, le remplissage des piscines et réserves d’eau, le nettoyage des véhicules et les jeux d’eau sont interdits.

    22e sur 150

    Il faut dire que notre pays est classé parmi les régions les plus menacées par une pénurie d’eau.

    C’est ce qui ressort du rapport du World Resources Institute (WRI) qui a évalué la rareté future de l’or bleu dans quelque 150 pays sur la base de modèles climatiques, de critères démographiques et de tendances socio-économiques.

    Côte à côte avec le Maroc, la Belgique occupe la 22e place. Nous sommes en « pénurie hydrique élevée ».

    Rappelons que l’institut World Resources alerte depuis plusieurs années les autorités belges sur notre situation à « haut risque » face à la crise de l’eau, alors que nos pays voisins font beaucoup mieux.

    A.V.

    Source 

  • L ’épuisement moral et physique ne touche pas que les travailleurs.

    Lien permanent

    Les étudiants ont le nez dans leurs syllabus. Depuis ce lundi ou d’ici quelques jours, ils repasseront certains de leurs examens. Travaux de groupe, dossiers, questionnaires à choix multiples, oraux, mémoires, rapports de stage… La tâche n’est pas simple et bon nombre d’entre eux sont soumis à un stress important. Ils donneront un maximum pour réussir, au risque d’être totalement épuisés, aussi bien physiquement que mentalement. Des examens et une fatigue extrême qui peuvent petit à petit conduire à un burn-out.

    « Depuis une vingtaine d’années, les termes burn-out et épuisement professionnel sont bien connus. Plusieurs milieux de travail font de la prévention auprès de leurs employés et employées », détaille l’Université de Laval, pionnière dans le domaine. « L’étudiant ou l’étudiante n’est pas à l’abri de l’épuisement, qui n’est pourtant pas aussi facilement reconnu ni traité. Parce que jeune et généralement en forme, on assume qu’un étudiant ou une étudiante doit exceller et est capable de le faire à un niveau élevé et soutenu. On croit d’emblée que sa situation universitaire est plus facile que celle d’un travailleur ou d’une travailleuse parce qu’elle comporte moins de responsabilités personnelles et professionnelles. Cependant, même si leurs priorités sont différentes, leurs préoccupations n’en sont pas moins importantes. Tout étudiant et toute étudiante a des obligations scolaires, financières et sociales auxquelles il ou elle doit faire face ».

    La prestigieuse revue « European Psychiatry » a publié le rapport de chercheurs qui ont analysé 24 études parues entre 2010 et 2017 sur le burn-out. On y apprend que, sur les 17.431 étudiants en médecine interrogés dans le monde, 8.060 ont souffert d’épuisement professionnel. Soit 44,2 % ! Un taux élevé qui, selon les scientifiques, peut être aisément transposé à tous les autres types d’études.

    Des profils à risque

    « Pour obtenir ces statistiques, ils se sont basés sur trois symptômes : la fatigue extrême liée au stress, une dépersonnalisation avec une attitude négative générale et une faible estime de soi/sensation de ne pas être légitime. Si encore peu d’études de ce genre le confirment, le burn-out étudiant semble augmenter année après année. La rentrée et les examens sont particulièrement propices au développement d’un burn-out. Durant toute la scolarité et encore plus durant ces périodes, le jeune fait face à des milliers d’interrogations sur : ses études, ses capacités à y arriver, le sens qu’il veut donner à sa vie, la peur de décevoir son entourage… », nous confie Élodie, une psychologue. « Certains profils sont plus à risque que d’autres. C’est par exemple le cas des étudiants perfectionnistes qui vont prendre en charge l’entièreté des travaux d’équipe par manque de confiance envers les autres. Les symptômes du burn-out étudiant étant assez similaires à ceux du burn-out professionnel, le traitement est identique. La seule manière de sortir le jeune de son mal-être est de l’emmener voir un médecin, d’être à son écoute et, tous ensemble, d’essayer de comprendre les raisons de cet épuisement ».

    Les scientifiques à l’origine de l’étude mondiale rappellent que « le développement de détresse aussi précoce peut affecter la santé mentale » de nos students sur le long terme. Il est donc indispensable pour eux « d’améliorer la prévention et d’arrêter de stigmatiser le burn-out ».

    ALISON VERLAET

    Source 

  • POURSUIVRE SES ÉTUDES EN MÊME TEMPS QU’UNE FORMATION D’ARBITRE DE FOOTBALL DE HAUT NIVEAU !

    Lien permanent

    Entretiens et inscriptions le lundi 26 août 2019 à 17h

    Où ? Collège Sainte-Véronique, rue Rennequin Sualem 15 à 4000 Liège.


    Pour qui ? Ouvert aux garçons et aux filles de la 3ème à la 6ème année.


    Comment ? Deux séances d’entraînement par semaine, en matinée, pour répondre aux différents besoins d’un arbitre, en axant la formation sur :


    POURSUIVRE SES ÉTUDES EN MÊME TEMPS QU’UNE FORMATION D’ARBITRE DE FOOTBALL DE HAUT NIVEAU !


    Entretiens et inscriptions le lundi 26 août 2019 à 17h 


    - connaissance et maîtrise des lois de jeu avec mise en situation et vidéo.


    - condition physique et diététique.
    - développement de la personnalité.
    - autorité, gestion du stress et des émotions.
    - résistance à la critique, à l’imprévu.
    - brevet de premier secours.
    - maitrise du langage corporel et des langues de communication du football belge : anglais et néerlandais.


    Pour tout renseignement :


    ACFF : J.N.Jacob 0495/500.476
    Collège : V. Urbin Choffray 0498/91.45.45