Une application pour aider les enfants dans la circulation

Lien permanent

L’Institut pour la Mobilité de l’UHasselt et la marque de cartables Kipling ont présenté hier à la presse le projet Route2School, une application qui devrait aider les parents à définir le chemin le plus sûr pour les déplacements de leurs enfants vers l’école.

D’après une enquête menée par Kipling auprès d’enfants et de parents en Belgique, il apparaît qu’un enfant sur deux a déjà eu peur dans la circulation routière, et que 4 sur 10 ne se sentent pas en sécurité sur le chemin de l’école.

Les parents estiment d’ailleurs que la circulation est aujourd’hui plus dangereuse qu’il y a quelques années.

C’est pourquoi ils sont si nombreux à conduire eux-mêmes leur progéniture à l’école. Pourtant, 2 sur 3 se disent prêts à laisser leur enfant se rendre seul à l’école si la rue était plus sûre.

Pour les aider à franchir le cap, la nouvelle application électronique identifie les points noirs à proximité de l’école et affiche un itinéraire permettant de choisir le chemin le moins dangereux.

Ce projet est mis sur pied en collaboration avec les administrations communales et les établissements scolaires.

Cartables à gagner

Route2School lance également une plate-forme pédagogique digitale destinée aux écoles, afin de responsabiliser les enfants de 10 à 14 ans face aux risques de la circulation routière. Cette plate-forme a été conçue sous la forme d’un jeu. À noter que les écoles qui s’inscrivent sur le site web pédagogique et participent au concours auront la chance de remporter des cartables de la collection « Be Seen » de Kipling.

La marque a en effet développé une collection qui améliore la visibilité des écoliers quand ils sont dans la circulation. Les cartables devraient plaire à la fois aux enfants et aux parents : ils sont à la mode mais ils sont munis de bandes réfléchissantes.

Il est en effet ressorti de l’enquête demandée par Kipling que les écoliers n’aimaient pas tous ces accessoires fluo, qu’ils en avaient même honte devant leurs camarades.

D’après les réponses des personnes interrogées, les enfants portent généralement peu d’accessoires améliorant la visibilité.

Ceux de l’enseignement primaire y sont toutefois plus enclins. Manifestement, l’entrée en secondaire est un moment charnière.

Nous vous proposons par ailleurs dans cet article 5 autres points soulevés par cette enquête menée par le bureau d’études iVOX.

M.P.

Source 

appli.JPG

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel