Si vous désirez adopter un petit chat, prenez votre mal en patience

Lien permanent

Si vous désirez adopter un petit chat, prenez votre mal en patience

Depuis une semaine, la Société Royale Protectrice des Animaux (SRPA) à Liège suspend les adoptions de chats. En cause : quelques délais légaux mais aussi un problème sanitaire. Suite à une saisie, plusieurs animaux sont entrés au refuge dont quelques félins.

« À chaque arrivée, les chats font ce qu’on appelle une quarantaine. Ils sont isolés pendant une certaine période pour les mettre en ordre sanitaire mais aussi en ordre administratif », explique Fabrice Renard, inspecteur principal de la SRPA.

Des cas de teigne

Malgré toutes ces mesures, il arrive qu’un virus passe entre les mailles du filet. Parmi les chats saisis nouvellement arrivés au refuge, certains étaient malades. Rien de grave cependant, puisqu’il s’agit de la teigne. La teigne est une sorte de champignon qu’on soigne relativement facilement (voir encadré à droite). Le problème c’est que l’infection est très contagieuse autant pour les chats que pour les hommes.

« Une cinquantaine de chats reçoivent des bains et ont été bloqués par le service vétérinaire. Ils occupent pour l’instant les zones de quarantaine », complète Fabrice Renard. Sécurité oblige : ni visiteurs ni bénévoles dans ces zones. Il faut dire que la teigne voyage dans l’air et peut s’accrocher à une chaussure. L’infection pourrait donc prendre une ampleur très grande si les précautions n’étaient pas prises.

149 chats attendent

En outre, les autres chats du refuge ne peuvent pas non plus partir cette semaine dans une famille. Ceux-ci sont bloqués suite aux délais légaux nécessaires avant une adoption. « Il faut savoir que quand un animal rentre, en particulier les chats, il faut environ un mois avant qu’il puisse être proposé à l’adoption. On doit faire la quarantaine, les stériliser, les identifier, les vacciner. Dix animaux rentrent et sortent chaque jour, il y a une sorte de turn-over », ajoute l’inspecteur principal.

Concours de circonstances, toutes les adoptions sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Cela peut arriver mais « c’est rare », confirme-t-il. En tout, 149 chats attendent à la SRPA.

« Par sécurité, le vétérinaire a préféré retarder les adoptions pour être sûr. Il n’y a aucun danger. Les chats ne vont pas mourir », rassure l’inspecteur principal. « Les adoptions sont postposées. Mais ça va, les gens comprennent qu’il s’agit d’une mesure de précaution ».

« Je reviendrais dans quelques jours. Ce sont des choses qui arrivent, ce n’est pas grave tant que les chats vont bien. J’aurai du appeler avant », confie une future adoptante, venue au refuge ce dimanche pour rencontrer les félins.

Les chiens pas touchés

En ce qui concerne les 104 chiens de la SRPA à Liège, pas de risque de contamination. Les adoptions sont toujours possibles. Pour l’instant, une trentaine d’entre eux sont prêts à partir dans une nouvelle famille.

A priori, les chats du refuge devraient, quant à eux, être remis à l’adoption d’ici la semaine prochaine (lundi 19 août). C’est au vétérinaire du refuge que reviendra la décision, mais tout est mis en œuvre pour que la situation revienne à la normale.

VICTORINE MICHEL

 

Plus d’infos : http://www.srpa-liege.be/

 

La teigne, c’est quoi?

Si la teigne n’est pas considérée comme dangereuse, il faut tout de même bien connaître de quoi il s’agit afin d’adopter les bons réflexes.

« La teigne est un champignon. La contagion se fait soit par contact direct, soit via un intermédiaire dans l’environnement », explique Philippe Schutters, vétérinaire responsable de la sécurité civile animalière pour la province de Liège. Concrètement, les chats comme les humains ou les chiens peuvent développer la teigne.

Mais la contagion peut être limitée si toutes les précautions sont prises, comme c’est le cas à la SRPA. Et le traitement – bien que long et rigoureux – est simple. « Pour les chats, soit on traite avec des bains. On prend une solution qu’on dilue dans l’eau et on les plonge dedans. Soit on peut utiliser une pommade », ajoute Philippe Schutters. « Pour l’humain, on applique une petite pommade aussi ou bien on prend un cachet ».

Pour le reste, il suffit d’une bougie pour traiter l’environnement. « Le cycle du champignon en trois semaines est vaincu », assure le vétérinaire.

Pas de panique, il n’y a pas de danger. Les chats du refuge liégeois ne risquent donc pas la mort et pourront bel et bien rejoindre une nouvelle famille d’ici les prochains jours, quand tout sera rentré dans l’ordre.

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel