• Si vous désirez adopter un petit chat, prenez votre mal en patience

    Lien permanent

    Si vous désirez adopter un petit chat, prenez votre mal en patience

    Depuis une semaine, la Société Royale Protectrice des Animaux (SRPA) à Liège suspend les adoptions de chats. En cause : quelques délais légaux mais aussi un problème sanitaire. Suite à une saisie, plusieurs animaux sont entrés au refuge dont quelques félins.

    « À chaque arrivée, les chats font ce qu’on appelle une quarantaine. Ils sont isolés pendant une certaine période pour les mettre en ordre sanitaire mais aussi en ordre administratif », explique Fabrice Renard, inspecteur principal de la SRPA.

    Des cas de teigne

    Malgré toutes ces mesures, il arrive qu’un virus passe entre les mailles du filet. Parmi les chats saisis nouvellement arrivés au refuge, certains étaient malades. Rien de grave cependant, puisqu’il s’agit de la teigne. La teigne est une sorte de champignon qu’on soigne relativement facilement (voir encadré à droite). Le problème c’est que l’infection est très contagieuse autant pour les chats que pour les hommes.

    « Une cinquantaine de chats reçoivent des bains et ont été bloqués par le service vétérinaire. Ils occupent pour l’instant les zones de quarantaine », complète Fabrice Renard. Sécurité oblige : ni visiteurs ni bénévoles dans ces zones. Il faut dire que la teigne voyage dans l’air et peut s’accrocher à une chaussure. L’infection pourrait donc prendre une ampleur très grande si les précautions n’étaient pas prises.

    149 chats attendent

    En outre, les autres chats du refuge ne peuvent pas non plus partir cette semaine dans une famille. Ceux-ci sont bloqués suite aux délais légaux nécessaires avant une adoption. « Il faut savoir que quand un animal rentre, en particulier les chats, il faut environ un mois avant qu’il puisse être proposé à l’adoption. On doit faire la quarantaine, les stériliser, les identifier, les vacciner. Dix animaux rentrent et sortent chaque jour, il y a une sorte de turn-over », ajoute l’inspecteur principal.

    Concours de circonstances, toutes les adoptions sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Cela peut arriver mais « c’est rare », confirme-t-il. En tout, 149 chats attendent à la SRPA.

    « Par sécurité, le vétérinaire a préféré retarder les adoptions pour être sûr. Il n’y a aucun danger. Les chats ne vont pas mourir », rassure l’inspecteur principal. « Les adoptions sont postposées. Mais ça va, les gens comprennent qu’il s’agit d’une mesure de précaution ».

    « Je reviendrais dans quelques jours. Ce sont des choses qui arrivent, ce n’est pas grave tant que les chats vont bien. J’aurai du appeler avant », confie une future adoptante, venue au refuge ce dimanche pour rencontrer les félins.

    Les chiens pas touchés

    En ce qui concerne les 104 chiens de la SRPA à Liège, pas de risque de contamination. Les adoptions sont toujours possibles. Pour l’instant, une trentaine d’entre eux sont prêts à partir dans une nouvelle famille.

    A priori, les chats du refuge devraient, quant à eux, être remis à l’adoption d’ici la semaine prochaine (lundi 19 août). C’est au vétérinaire du refuge que reviendra la décision, mais tout est mis en œuvre pour que la situation revienne à la normale.

    VICTORINE MICHEL

     

    Plus d’infos : http://www.srpa-liege.be/

     

    La teigne, c’est quoi?

    Si la teigne n’est pas considérée comme dangereuse, il faut tout de même bien connaître de quoi il s’agit afin d’adopter les bons réflexes.

    « La teigne est un champignon. La contagion se fait soit par contact direct, soit via un intermédiaire dans l’environnement », explique Philippe Schutters, vétérinaire responsable de la sécurité civile animalière pour la province de Liège. Concrètement, les chats comme les humains ou les chiens peuvent développer la teigne.

    Mais la contagion peut être limitée si toutes les précautions sont prises, comme c’est le cas à la SRPA. Et le traitement – bien que long et rigoureux – est simple. « Pour les chats, soit on traite avec des bains. On prend une solution qu’on dilue dans l’eau et on les plonge dedans. Soit on peut utiliser une pommade », ajoute Philippe Schutters. « Pour l’humain, on applique une petite pommade aussi ou bien on prend un cachet ».

    Pour le reste, il suffit d’une bougie pour traiter l’environnement. « Le cycle du champignon en trois semaines est vaincu », assure le vétérinaire.

    Pas de panique, il n’y a pas de danger. Les chats du refuge liégeois ne risquent donc pas la mort et pourront bel et bien rejoindre une nouvelle famille d’ici les prochains jours, quand tout sera rentré dans l’ordre.

    Source 

  • Le réseau loup lance un sondage pour que la population détermine le nom du premier loup wallon

    Lien permanent

    Le Réseau loup souhaiterait donner un nom au loup des Hautes Fagnes, aperçu en juin 2018. En effet, il semblerait que celui-ci ait établi durablement son territoire en Wallonie. Il laisse d’ailleurs régulièrement des indices de sa présence au sein de son territoire comme des restes de proies, des déjections, des poils… Certains ont même eu la chance de l’observer.

    « Il est là depuis un an et attend une compagne ! », indique Corentin Rousseau du WWF.

    Un sondage va être lancé par le Réseau loup afin de donner un nom à l’animal. Cela faciliterait la communication entre les différents acteurs du réseau, le SPW, les naturalistes, chasseurs, éleveurs et gardes forestiers, mais aussi avec les médias et les citoyens. Pour choisir le nom de l’animal, chacun de ces acteurs a émis une proposition. Et les Belges auront la possibilité de choisir parmi les propositions en question qui sont Fagnus, Wolfgang, Akela, Romulus et Lucky.

    présence en hausse

    Depuis quelques années, le loup est de retour dans la plupart des pays européens, notamment en Belgique. Le nombre de passage de ces grands prédateurs sur notre territoire s’explique par l’augmentation de la population de loups en France et au Pays-Bas. Officiellement, ils sont trois à être bien établis dans le pays : Naya et August, les loups du Bourg-Léopold, dans le Limbourg, et le loup des Hautes Fagnes. Par ailleurs, Naya avait été aperçue en mai 2018, le ventre arrondi, ce qui laissait penser que la louve était en pleine gestation.

    « Nous ne pouvons pas encore dire formellement si la louve a mis bas mais August a été photographié en train de transporter de la nourriture à plusieurs reprises, ce qui laisse présager que les petits louveteaux sont bien là », indique Corentin Rousseau, responsable de la thématique Loup au WWF.

    Depuis 2016, au moins quatre loups ont été aperçus en Wallonie, tous des mâles. Trois d’entre eux étaient issus de la lignée d’Europe centrale et le dernier de la lignée italo-alpine. Selon le Réseau loup, trois de ces prédateurs n’auraient fait que traverser la Wallonie puisque plus aucun indice de leur présence n’a été relevé par la suite.

    Les différents acteurs du Réseaux loup souhaitent aujourd’hui sensibiliser le public à la cause du loup et rendre la cohabitation possible. « Il faut se préparer à son grand retour ! Les loups n’ont pas d’impact direct sur la biodiversité », explique Malcolm Eeman, de Natagora. « Le loup est tout à fait adapté à notre écosystème belge ».

    Il aurait même un impact favorable sur celui-ci, confirme Corentin Rousseau. « Les sangliers et les biches qui ont une influence défavorable sur la pousse de la végétation ont tendance à plus se disperser quand un loup est dans les parages », explique-t-il. « Le loup permet également de réguler certaines espèces d’herbivores. À un niveau sanitaire, il se nourrit des cadavres et en débarrasse la forêt ».

    PAULINE GOVAERT

     

    Source 

     

    Le Réseau loup propose à tous les Belges de voter pour l’un des cinq noms proposés par les différents acteurs du réseau : le Département Nature et Forêt et le Département de l’Étude du milieu naturel et agricole du SPW, ainsi que des représentants naturalistes, chasseurs et éleveurs.
    Fagnus, Wolfgang, Akela, Romulus, ou Lucky ? Pour donner votre avis, il suffit de vous rendre sur

    https ://wwf401442.typeform.com/to/JHzlI7 et de choisir le nom que vous préféreriez voir attribué au loup des
    Hautes-Fagnes, aperçu pour la première fois en juin 2018 en province de Liège.
    Le sondage qui démarre aujourd’hui prendra fin à la mi-septembre. -
    P.G.

  • Formation en Vente: séance d'information le 20 août 2019 Mission Régionale Huy-Waremme

    Lien permanent


    Formation en Vente 2019
    Ultime séance info le 20 août
    Intéressé(e)? Contactez-nous car l'inscription est OBLIGATOIRE 
    0490/45.83.38
    david.dejeneffe@mirhw.be
    Début de la formation: septembre 2019
    Fin de la formation: décembre 2019

    Formation en Vente: séance d'information


     · Organisé par Mission Régionale Huy-Waremme
  • SOS patrimoine rural !!!

    Lien permanent

    Superbe document sur le patrimoine 

    Vade-mecum réalisé par la Fondation rurale de Wallonie, avec l’aide de la Wallonie et le concours de l’Institut du Patrimoine wallon

    Ce vade-mecum a pour objectif de proposer un outil permettant à tout un chacun de concevoir, réaliser ou défendre un projet de préservation ou de valorisation
    du patrimoine rural, qu’il soit monumental ou qu’il s’agisse d’éléments ayant valeur d’accompagnement. Ainsi, la sauvegarde du petit patrimoine, la réaffectation
    de bâtiments publics ou privés, l’avenir d’ensembles à l’abandon, la protection des paysages, la réhabilitation d’anciens sentiers, la mise en valeur de lieux publics…
    sont autant de problématiques rencontrées par les porteurs de projet.

    Repérer, répertorier et inventorier les éléments constitutifs du patrimoine rural

    Identifier et protéger les haies et arbres remarquables

    Intervenir sur le petit patrimoine

    Désaffecter une église

    Valoriser un ancien cimetière

    Restaurer un mur en pierre sèche

    Réhabiliter les chemins et sentiers

    Agir sur le patrimoine industriel

    Agir sur le patrimoine commémoratif des Guerres mondiales

    Réaliser une signalétique touristique autour du patrimoine rural

    https://www.frw.be/uploads/7/8/3/9/78394446/sos_patrimoine_-_global.pdf

    sos_patrimoine Clic ici.pdf

  • Festival Sport Nature 16, 17 et 18 août 2019

    Lien permanent
    Cette année pour le Festival Sport Nature, les enfants n'ont pas été oublié 

    -hamoir.JPG

  • ‎Marche Adeps Nandrin 15 septembre 2019

    Lien permanent

    Marche Adeps - Points verts organisée par Les scouts de Nandrin - Tinlot

    DIMANCHE 15 septembre 2019 de 8h à 18h

    DÉPART:
    Rendez-vous dans les locaux de l'école Saint-Martin de Nandrin - Rue de la Rolée à 4550 NANDRIN.

    PARCOURS:
    Des parcours boisés de 5 , 10, 15 et 20 km. Nouveaux parcours de 10 et 15 kms !
    Selon les distances, les parcours traverseront les entités de Nandrin, Tinlot ou encore Anthisnes. Durant toute votre promenade, vous profiterez de paysages ruraux et boisés typiques du Condroz.

    HORAIRE:
    Secrétariat ouvert de 8h à 18h.

    A L’ARRIVÉE:
    Après le sport, le réconfort! Les Scouts de Nandrin vous réservent un accueil chaleureux autour d'un petit verre... Au programme: sandwiches maison, bières spéciales régionales et pâtisseries!


    L'entierté des gains récoltés servira aux projets et animations menés dans les différentes sections de l'Unité scout de Nandrin -Tinlot

    Dimanche 15 septembre 2019 de 08:00 à 18:00

    Rue de la Rolée 2 à 4550 NANDRIN

     

    Scouts de Nandrin 20OA

    Marche Adeps Nandrin

  • La Meuse Huy-Waremme cherche des correspondants

    Lien permanent

    Vous aimez le sport en général ? Vous aimez écrire ?
    Pourquoi ne pas combiner vos deux centres d’intérêt en devenant correspondant sportif pour La Meuse Huy-Waremme ?
    Alors que la saison reprendra très bientôt dans les différentes disciplines, nous cherchons à étoffer nos équipes.
    Les qualités requises : bonne orthographe, connaissances du domaine sportif, contact facile avec les gens, réactivité, disponibilité…
    Les candidatures et lettres de motivation peuvent être envoyées par mail à laurent.maes@sudpresse.be

     

    Source 

  • Le portrait-robot génétique ?

    Lien permanent

    Longtemps après les Pays-Bas (précurseurs), l’Allemagne vient de légaliser le portrait-robot génétique, tandis que la France l’autorise sur base de la jurisprudence et que bon nombre d’autres pays européens (Portugal, Espagne, Royaume-Uni…) le tolèrent. La Belgique ne l’autorise toujours pas, « alors que de nombreux magistrats sont demandeurs », insiste l’un d’eux.

    Tueurs du Brabant : appel à la France

    Comme la pratique est illégale en Belgique, les labos refusent de faire de telles analyses. Résultat : il est arrivé (au moins une fois) que le magistrat belge envoie un échantillon en France où la pratique est autorisée. Ce fut le cas pour un échantillon ADN du dossier relatif aux tueurs du Brabant, qui fut envoyé dans un labo de la police scientifique à Lyon.

    « Un roux aux yeux bleus et légèrement chauve »

    Actuellement, voici ce qu’un échantillon ADN permet de dire de l’individu : sexe, couleur de peau, couleur des yeux, couleur des cheveux et typologie (bouclés…), calvitie précoce, taches de rousseur. « Mais la technique évolue très fort », nous confie le spécialiste François-Xavier Laurent, ingénieur à la police scientifique au laboratoire de Lyon (France). « Depuis peu, l’ADN permet de déterminer l’âge de l’individu, à 3 ans près, si l’on part de sperme ou de salive. On voudrait aussi pouvoir donner la taille d’un individu, mais la marge d’erreur est encore trop importante, donc nous n’utilisons pas encore cet élément ». Parviendra-t-on, un jour, à sortir le portrait-robot d’un suspect en image sur base de son ADN ? Comme les dessinateurs de la police le font sur base des témoignages recueillis ?

    Squelette de Marseille

    « Pas encore mais d’ici 5-10 ans, on y arrivera ! Actuellement, la technique ne permet pas encore de déterminer la taille du nez, l’écart entre les yeux, le développement du menton… », répond l’expert français. « Cela n’empêche pas des labos privés, aux États-Unis, de sortir des images sur base de l’ADN ! C’est très aléatoire et leur méthode n’est pas scientifiquement valable ».

    En France, le portrait-robot génétique (PRG) a été utilisé dans 60 affaires criminelles depuis 3 ans. « Dans un quart des dossiers, cette méthode a permis d’identifier un inconnu ou de resserrer une liste de suspects », indique M. Laurent. En 2016, le PRG a permis de résoudre l’affaire du squelette emmuré de Marseille. C’était une femme, blessée par balle à la tête, son fils a été confondu.

    Révision complète

    Alors, à quand cette technique en Belgique ? « Le ministère de la Justice est favorable à une révision complète et à une modernisation de la loi sur l’ADN, qui réponde mieux aux possibilités et besoins actuels (par exemple, portrait-robot génétique) », répond son cabinet ce lundi. « Cela peut faire partie du prochain accord gouvernemental ».

    PAR FRANÇOISE DE HALLEUX

    Source

  • Cet été, les bières artisanales ont la cote

    Lien permanent

    Les bières locales et artisanales fleurissent dans les rayons ! Et de plus en plus. « Aujourd’hui, nous comptons plus de 500 références qui proviennent de 85 fournisseurs différents », nous dit Karima Ghozzi, porte-parole de Delhaize. « Les variétés changent selon les régions puisque Delhaize propose des bières locales. La tendance est à la hausse : on estime que les ventes ont augmenté de 10 % par rapport à l’année dernière ».

    Et chez les discounters ? On parle plutôt de bières spéciales chez Lidl ? « Notre priorité actuelle est de proposer un assortiment des bières connues du consommateur belge », nous dit Julien Wathieu pour Lidl. « Nous proposons 14 bières spéciales belges mais nous sommes en pourparlers continus avec d’autres fournisseurs afin d’optimaliser notre gamme. » Lidl a sa marque propre, l’Archivist : « Et nous vendons en ce moment 40 % de plus d’Archivist blonde que de Leffe blonde ».

    Colruyt vient, lui, d’assortir son assortiment avec 16 nouvelles bières artisanales. Et, bonne nouvelle, la chaîne de magasins s’est associée à 9 petites brasseries artisanales indépendantes des quatre coins du pays.

    Originalité

    Jo Panneels est sommelier bières chez Colruyt depuis 2016. Il suit les tendances et nouveautés du marché. Pour effectuer sa sélection de bières artisanales, il a sillonné la Belgique avec l’acheteur. Il a choisi 16 bières provenant de 9 brasseries différentes, sur la base de divers critères.

    « La qualité en est un, bien sûr. La brasserie doit aussi produire un volume suffisant pour approvisionner 30 à 50 magasins Colruyt », explique Jo Panneels. « Et nous tenions à proposer un choix de différents types et styles de bières : blonde, rouge-brun, foncée, blanche, fruitée, IPA, Sour Ale… Nous avons volontairement choisi des brasseries de régions différentes, de la Flandre occidentale à la province de Namur. »

    Le terme « bières artisanales » (Craft Beers) vient des États-Unis. Il s’agit de bières produites par de petites brasseries indépendantes de façon plutôt expérimentale.

    « Ces brasseries font toujours preuve de créativité, dans le verre comme sur l’étiquette », explique Jo Panneels. « Hof ten Dormaal, par exemple, brasse une bière à base de racines de chicorée. L’étiquette de la Super Sanglier de la Brasserie Minne arbore un sanglier déguisé en Superman. Plus c’est fou, mieux c’est. Ce grain de folie n’affecte toutefois en rien la grande qualité de ces bières. Elles sont souvent issues de petites brasseries relativement jeunes, qui tentent des expériences, loin des traditions et du commerce, et réinventent ainsi le monde brassicole. »

    PAR M.SP.

     |

    Source 

  • Spectacle en plein air dans les idées sorties du 20 au 31 août 2019

    Lien permanent

    Jusqu'à ce que la mort nous sépare par Dominique Breda 

    Supplémentaire le 25 août...
    Réservez vite !!!
    www.pailhe.be