Le 16 août, à 20h, le chanteuse française de 32 ans, Emji, se produira au Nandrin Festival

Lien permanent

Quelle est la signification du titre de l’album ?

« C’est un album qui parle essentiellement des femmes. Mais de toutes les femmes, y compris les transsexuelles et les homosexuelles. J’aborde la féminité sous toutes ses formes. Dans cet album, j’ai voulu mettre en avant la femme guerrière en m’inspirant de mon expérience personnelle et de celles de mon entourage. A ma grande surprise, il y a encore beaucoup de tabous à briser et c’est ce que je veux faire avec cet album »

Un lien avec l’actualité de ces derniers mois ?

« Pas spécialement. J’ai commencé à écrire l’album il y a très longtemps, bien avant que l’actualité n’aborde ces problématiques (les révélations de harcèlement sexuel dans plusieurs sphères de la société, dont le début est marquée par l’affaire Weinstein en octobre 2017 NDLR). Quand on est une femme, et qu’on essaie de faire valoir son projet, c’est parfois difficile. J’ai rencontré des femmes qui entrent parfois en conflit avec les autres pour se faire entendre. Je leur rends un peu hommage »

Contrairement à ton album précédent, tu ne tournes qu’avec des femmes ?

« J’en avais envie depuis longtemps. Depuis mes débuts, j’ai l’habitude d’être la seule fille du groupe, de ne jouer qu’avec des hommes. Et dans un sens, j’ai toujours eu peur de jouer qu’avec des femmes parce que je craignais que ce soit la guerre. En réalité, c’est tout l’inverse. On est à l’écoute, on est solidaire. On est toutes égales. J’avais besoin de ça après avoir joué dans « Les Trois Mousquetaires » (spectacle de comédie musicale créé en 2016 NDLR) avec beaucoup d’hommes »

Sur le plan musical, ton style a évolué par rapport au 1er album « Folie douce » ?

« Le 1er album était fort instrumental, on est avait beaucoup plus de moyens. Cette fois, on l’a autoproduit en partie grâce à un crowdfunding. Pour gagner du temps, j’ai un peu expérimenté les sons sur ordinateur. Je me suis amusée avec ces sons-là, notamment au niveau des effets vocaux. On part donc sur un album pop et épuré tout en gardant mon côté magique »

C’est la deuxième fois que tu viens au « Nandrin Festival », tu penses quoi du public belge ?

« Tous les artistes français le disent. Le public belge est hyper chaleureux. En plus, j’ai déjà testé la scène l’année dernière et j’ai adoré le cadre, c’est agréable ».

PAR E.F

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel