La prolifération des insectes dopée par la chaleur ?

Lien permanent

Tout le monde semble avoir l’impression qu’il y a davantage d’insectes autour de nous cet été : guêpes, mouches, fourmis volantes… S’agit-il d’une simple impression ou d’un phénomène que constatent également les scientifiques ?

« Le ressenti de chaque personne est différent selon qu’elle habite près d’un nid de guêpes ou pas », nous explique le scientifique Fabian Deck, entomologiste (spécialiste des insectes), et volontaire chez Natagora. « Il est possible qu’il y ait plus de nids de guêpes cette année-ci. Plusieurs rebonds d’étés consécutifs peuvent avoir un effet favorable. Les guêpes vivent plusieurs années. Un bel été peut favoriser l’augmentation des abeilles et des guêpes. Leur métabolisme, donc leur reproduction, est accéléré par la chaleur. Les insectes se portent très bien cette année grâce à la chaleur et à la riche biodiversité, parce que 2018 a été une bonne année. L’explication de la présence visible de ces insectes cet été pourrait être l’influence de la bonne année 2018. » La nouvelle législation sur les pesticides jouerait également un rôle dans la prolifération des insectes. « Si on utilise moins de pesticides, il y a une recrudescence de la biodiversité », explique Fabian Deck, » et on remarque davantage les guêpes. »

Fourmis noires

Et les fourmis ailées alors ? « Les fourmis qui s’envolent sont des fourmis qui essaiment. Elles ne le font qu’une seule fois dans leur vie. Elles continueront ensuite à vivre sur terre. Mais on remarque que des centaines de fourmilières sur une même zone essaiment au même moment. Pourquoi ? Cela reste un mystère. Mais ces fourmis noires, qui sont les plus répandues, sont celles qui se font le plus remarquer mi-juillet/fin juillet, parfois début août. Il n’y en a pas plus, mais on les remarque parce qu’elles essaiment au même moment. C’est un phénomène régulier, annuel. »

PAR NICOLAS DEWAELHEYNS

Source

Les commentaires sont fermés.