Le taureau de la ferme Fisenne à Nandrin a une nouvelle fois été primé.

Lien permanent

Usinger, le taureau nandrinois de 796 kg termine 1er à Libramont

Vincent Fisenne qui a repris l’exploitation familiale en 2008 ne manque pas d’ambition avec ses bêtes. Avec ses 796 kilos, son taureau rafle le prix de sa catégorie des plus de 15 mois. Le fermier nandrinois a déjà remporté le concours régional Blanc Bleu Belge à Clavier il y a quelques semaines… avec Usinger. Un taureau prometteur qui avait déjà tapé dans l’œil du jury de Libramont. Ce dernier se déplace plusieurs semaines avant le concours afin de sélectionner les bêtes dans les exploitations agricoles. « Lorsqu’ils sont passés à la ferme, ils ont été séduits par Usinger. Le taureau a d’ailleurs été sélectionné pour participer à la foire de Libramont », souligne Vincent Fisenne, éleveur Blanc Bleu Belge. Cet évènement qui accueille chaque année 200 000 personnes est prestigieux pour les agriculteurs. « Terminer premier de la catégorie sur 12 taureaux à Libramont c’est une véritable consécration. Je suis tellement fier de l’animal. Il s’agit d’une récompense pour le travail accompli durant de nombreuses années. C’est comme un joueur de football qui gagne la Coupe du Monde, pour les agriculteurs c’est la même chose. Mon papa de 71 ans, très ému a sauté la barrière dès qu’il a entendu que nous avions gagné », nous explique avec émotion l’agriculteur qui participait à la foire de Libramont pour la 6ème année consécutive.

« Le taureau doit avoir un beau rebondi »

Grâce à ses 796 kilos et son mètre 32, Usinger a répondu aux critères des juges. Plusieurs facteurs ont été pris en compte durant l’épreuve. « Le taureau doit avoir de bons aplombs, un beau rebondi de fesse, un large bassin, une belle épaule avec de la viande, une côte bien ronde et un large garrot. La bête qui rassemble au mieux ces critères remporte le prix  », nous explique Vincent Fisenne. Aux petits soins pour sa bête, participer à la foire de Libramont nécessite un travail de longue haleine en amont. « Usinger a été isolé dans une prairie, il se nourrissait de maïs avec des compléments de céréales. On l’a pouponné comme Miss Belgique avant et pendant le concours. On veut toujours que l’animal soit le plus beau », souligne le fermier. Les fortes chaleurs de ces derniers jours ont cependant contraint Vincent Fisenne à rentrer l’animal dans une étable. « Lors du concours régional à Clavier, il pesait 804 kilos mais suite à la période de canicule, il a perdu 8 kilos », nous explique Vincent Fisenne.

Un travail de longue haleine

Pour ce passionné d’agriculture, terminer premier sur les marches du podium augmente la visibilité de l’exploitation agricole. « Gagner le concours permet une certaine reconnaissance par les autres éleveurs Blanc Bleu Belge du pays présents à la foire de Libramont. Il y a 20 ans, les champions avaient des retombées financières mais maintenant ce n’est plus comme ça », nous affirme Vincent Fisenne. L’agriculteur nandrinois effectue un travail de sélection et génétique avec ses animaux. « Il ne s’agit pas de faire des artifices comme certains le croient. Il faut trouver une vache et un taureau qui pourraient avoir un veau ou une génisse prometteurs », poursuit Vincent Fisenne. Quelques jours avant la foire de Libramont, Usinger a été vendu à un centre d’insémination belge, Belgimex. « Ils ont repéré le taureau et l’ont acheté directement pour une somme assez importante. Ils vont effectuer tout un travail de reproduction », ajoute le fermier.

Un gagnant condruzien et hannutois

Jean-Philippe George, agriculteur à Bois-et-Borsu a remporté le 1er prix avec sa génisse de 800 kilos à la foire de Libramont. Un honneur pour ce fermier condruzien. « Beaucoup de monde me disait que j’avais toutes mes chances d’être sur le podium à Libramont avec ma génisse. Terminer premier dans la catégorie des grosses génisses primipares de 32 à 44 mois est un aboutissement, un rêve inaccessible pour un agriculteur », lance Jean-Philippe George, éleveur de Blanc Bleu Belge. L’année prochaine, les propriétaires ne pourront plus participer avec Intact du Pouhon dans la même catégorie. Elle sera désormais avec les vaches.

La championne, prénommée Intact du Pouhon appartient également à Jean-François Warnant, agriculteur à Hannut. « La génisse est à nous deux et nous vendons plusieurs de ses embryons pour qu’ils soient reproduits. Ces derniers semaines, nous en avons vendu 11 ». Le prix d’un embryon fluctue en fonction de l’offre et la demande. « Pour le moment, ils sont achetés à 300 euros pièce », poursuit Jean-Philippe George.

Willy Dantinne, originaire d’Hannut a également raflé le prix du championnat de la petite génisse à Libramont. L’agriculteur est monté sur le podium en première position avec Glamour, sa génisse de 609 kilos. « C’est une première pour moi. Je suis très content et je le savoure », nous raconte le fermier.

PAR AMÉLIE DUBOIS

Source

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel