• Amay et Nandrin s’opposent au projet déchets nucléaires à Tihange

    Lien permanent

    Selon L’Avenir, l’enquête publique concernait neuf communes dans la zone concentrique autour de la centrale nucléaire de Tihange (Huy). Les citoyens étaient appelés à réagir sur la construction d’un hangar pour stocker à sec (et non plus dans les piscines) les déchets nucléaires pour une durée d’au moins 80 ans.

    265 courriers ont été reçu avec d’importantes disparités entre communes: 117 réclamations et une pétition de 8 personnes à Huy, 80 courriers à Marchin (où une conférence avec un expert avait été donnée), 20 à Amay, 18 à Wanze, une dizaine à Villers-le-Bouillet, 9 à Nandrin, 3 à Modave. À noter qu’à Verlaine et Engis, personne ne s’est manifesté.

    Ces citoyens ont notamment pointé la durée d’exploitation anormalement longue, hypothéquant ainsi la réhabilitation du site, un surdimensionnement de l’entrepôt (120 emplacements au lieu des 53 nécessaires), des températures d’assemblages très élevées, des risques minimisés en cas de chute d’avion, le fait que le hangar ne soit pas bunkerisé.

    Les neuf communes devaient également se prononcer, si bien qu’Amay et Nandrin s’opposent au projet, les autres communes sont favorables mais parfois sous conditions, comme à Huy, Wanze et Villers-le-Bouillet.

    Le fonctionnaire-délégué de la Région wallonne devra rendre la décision définitive sur l’urbanisme tandis que l’AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire) se prononcera sur l’aspect nucléaire.

    PAR BELGA

    Source 

  • le pont de la Forge à Villers-le-Temple devra être totalement remplacé.

    Lien permanent

    Depuis février dernier, le pont de la Forge à Villers-le-Temple est fermé à la circulation suite à des dégâts provoqués lors d’une intervention de l’IDEN. Après la consultation du service technique provincial il y a quelques jours, le pont devra être totalement remplacé. « Le pont a été fermé car il risquait de s’effondrer. Il doit être reconstruit complètement », souligne Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.

    L’option de la reconstruction présente l’avantage de pouvoir procéder au déplacement de divers câbles et conduites qui entravent actuellement le bon écoulement des eaux. Malheureusement, la mise en œuvre de cette solution globale est complexe et nécessite du temps. « Nous aimerions que les travaux débutent dans le courant de l’automne mais cela a pris énormément de temps. Les ouvriers d’IDEN qui ont provoqué les dégâts travaillaient en sous-traitance », poursuit le bourgmestre. La société Sotrez-Nizet a été choisie par la commune pour s’occuper des aménagements. « Ils ont réalisé en urgence les plans et le cahier de charges », précise Michel Lemmens.

    Le conseil communal du 26 juin a dégagé un budget de 45 000 euros pour la reconstruction du pont. L’IDEN, l’intercommunale de distribution d’eau de Nandrin interviendra à hauteur de 15 000 euros.

    Le chantier devrait débuter dans le courant de l’automne prochain lorsque l’ensemble des autorisations seront obtenues.

    Par A.DU

    Source

     

    La circulation y est impossible, il faudra détruire le pont et le refaire

  • Saint-Séverin en mode « Cyclisme » et « FETE » ce 21 Juillet. Encore une belle réussite pour le RSC CYLISTE NANDRINOIS !

    Lien permanent

    Album photo clic ici 

    Les résultats clic ici 

    Pour ces courses que toutes les communes de Wallonie espèrent organiser un jour, Saint-Séverin, pour la qualité de son exigeant circuit et l’expérience du Club Cycliste Nandrinois, a été retenu pour cette édition 2019 des Championnats de la « Fédération Cycliste Wallonie-Bruxelles » au nom du « BELGIUM CYCLING ».

     

    ü Avant l’esprit sportif, il faut d’abord retenir l’ambiance de fête qui reprenait sa place au centre du village.

    Toute proportion gardée, Saint-Séverin s’est transformé le temps d’une journée en ville étape du tour de France ; j’ai bien dit « toute proportion gardée ».

    La fierté de cette organisation réussie à presque tous points de vue, se lisait sur le visage d’André RINGLET, Président du club cycliste local !

    ü Deux bémols à mettre en avant.

    Puisque la volonté de ce club est de toujours s’améliorer, André RINGLET, retient toutefois 2 bémols de cette belle journée…

    Bémols venant de 2 riverains, qui malgré l’information distribuée en toute boite, qui stipulait très clairement l’interdiction totale de circuler sur le parcours. Deux voitures ont outrepassé les injonctions des signaleurs et ignoré la signalisation mise en place par les services de la commune.

    Elles se sont retrouvées sur le parcours, dont une à contre-sens, mettant en danger les jeunes cyclistes.

    Heureusement l’accident a pu être évité.

    ü Au travers les photos, vous aurez le plaisir de constater, de par vous-même, l’ambiance « PRO » qui régnait ce dimanche ensoleillé.

    Malgré le jeune âge des participants, tout était prévu, autant du côté des équipes représentées que des organisateurs qui pouvaient avoir, en cas de besoin accès à la « photo finish ».

    Du côté des sportifs, mobilhomes, tentes, voitures et aussi rouleaux pour les échauffements avant de prendre le départ… comme pour les pros, rien n’est laissé au hasard !

    La victoire se gagne sur des détails.

    Pour les spectateurs et suiveurs, le Club Cycliste avait lui, de son côté dressé un grand chapiteau, pour pouvoir offrir de l’ombre, et proposait une petite restauration et des boissons fraiches.

    2.jpg

    ü Un petit mot sur l’aspect Sportif.

    Une petite centaine de coureurs (Filles et Garçons) s’alignaient pour endosser le maillot tant convoité de « Champion F.C.W.B. », maillot aux belles couleurs de la Wallonie.

    Vous trouverez tous les classements dans notre album photo.

    Dans les catégories U13, U14 et U15, à l’exception de l’épreuve U15 féminine, les nouveaux champions du contre la montre sont également devenus champions de la course en ligne.

    Sachez que le matin était réservé aux championnats du contre la montre pour les catégories de 13, 14 et 15 ans et l’après-midi pour les courses en ligne pour toutes les catégories (de 8 à 15 ans).

     

    Il serait trop long de vous relater les 10 épreuves du copieux programme de la journée.

    Raison pour laquelle, le Blog ne commente que la dernière épreuve de la journée, c’est-à-dire, la plus longue !

    Sur la ligne de départ, 12 coureurs impatients de s’élancer pour les 18 tours du circuit long de 1.700 mètres, échangeaient encore quelques mots dans la bonne humeur.

    Dès le départ, la course est nerveuse jusqu’à l’envolée fulgurante de Corentin DELHAYE qui fit une « De Gendt », solitaire du début à la fin des 30,6km. Il augmente son avance de tout en tour et termine, toujours seul avec un écart confortable de 2’14’’ (Presqu’un tour d’avance) sur le groupe des 8 puis 7 poursuivants sur la ligne d’arrivée.

    Assuré de terminé seul, il ralenti son allure infernale du début de course à 3 tours de la fin pour soit, ne pas doubler tous ses concurrents ou soit que la fatigue et la chaleur ne lui permettaient plus de maintenir le même tempo !

    C’est donc sous l’œil des commissaires et des applaudissements de ses supporters qu’il remporte le dernier maillot distinctif disputé de la journée, maillot qu’il portera une année durant.

    3.jpg

    Corentin DELHAYE, fier de ses 2 maillots, à la plus grande joie de sa famille.

    Bravo à lui et à tous les participant(e)s de la journée.

    ü Un petit regret personnel…

    Au-delà de cette nouvelle réussite, il manquait aux spectateurs habitués des courses cyclistes à Nandrin et ailleurs, la voix bien connue, dynamique qui vous fait voir la course autrement et surtout les commentaires avisés de l’ancien coureur Nandrinois, Benoit RAMELOT.

    Comprendront nos propos, seuls ceux qui ont connu Luc VARENNE, l’idole de tous les reporters sportifs !

    ü Pour terminer et pour l’anecdote !

    Notre commentateur de la RTBF du Tour de France, Rodrigo BEENKENS n’aurait certainement pas manqué de vous relater l’histoire de notre joyeux architectural, l’Église Romane Saint-Pierre et Saint-Paul qui trône fièrement sur la bute de la place de Saint-Séverin.

    67096116_3167322179961463_5777188109309444096_n.jpg

    Album photo clic ici 

    Les résultats clic ici 

    ü Sources

    • Texte et photos de GyM
    • Classements de Romain SMEETS (Classificateur pour la FCWB).

    Article de GyM.

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

     

  • L’histoire de Saint-Séverin se raconte aussi en légendes sur le Blog

    Lien permanent

    ü Un village sans légende est un village sans histoire, sans passé !

    Celle que vous allez lire ci-dessous est la plus connue des 3 légendes de Saint-Séverin.

    Pour celles et ceux qui ne souhaitent pas la lire en entier, vous trouverez en fin d’article, quelques planches illustrées par Marco VENANZI (cité dans « Saint-Séverin Nandrin l'histoire de l'église Romane en vidéo à vos agendas, visites guidées Saint-Séverin dimanche 4 août 2019 »), les textes sont du scénariste Michel DUSSART, tous deux en soutien des élèves des écoles de Nandrin.

    ü Les carpes de SAINT-SYMPHORIEN :

    2.jpg

    En ce temps-là, le village s'appelait Saint-Symphorien-au-Bois (ou dans le Bosquet). Quelques lustres, sans doute, s'étaient écoulés depuis que le comte Gislebert de Clermont avait donné un terrain à l’abbaye de Cluny pour que des moines viennent s'y installer.

    Les Clunistes (ainsi les a-t-on nommés longtemps) n'y ont jamais été plus de cinq, le prieur compris.

    Ils se livraient à l’étude, au travail manuel, à la prière, et pratiquaient l’aumône. Peut-être l’un d'eux passait-il son temps à recopier des manuscrits. Ils durent défricher la forêt environnante et développèrent l’agriculture autour de la ferme construite de leurs mains.

    En plus de la prière individuelle, ils se réunissaient au Choeur pour chanter l'office de jour et de nuit.

    Mais leur présence marquait surtout la région, aux yeux de ses habitants, par la charité avec laquelle ils distribuaient des secours aux nécessiteux. Certes, ils n'ont jamais été aussi riches que les moines de l'abbaye-mère où se faisaient des distributions journalières de pain, distributions de fèves ou de légumes suivant les jours, de viande aux grandes solennités, d’étoffes de laine à Pâques, de souliers à Noël.

    Mais, sauf dans les circonstances pénibles où ils connurent la misère, ils ont toujours pratiqué le précepte de l’aumône selon les coutumes de Cluny.

    Ils ne manquèrent jamais de poisson, semble-t-il, et la tradition a gardé le souvenir d’une pêche...mémorable,

    Un jour donc, le Père Hilarion se promenait entre deux des trois étangs situés à l'arrière des bâtiments du prieuré, sans prêter beaucoup d'attention au magnifique paysage entourant ces nappes d’eau alimentées par la Falogne limpide et qui reflétaient d’un côté les frondaisons touffues et, de l'autre, la tour octogonale toute neuve en moellons aux couleurs chaudes que dorait davantage encore le soleil d’un printemps précoce.

    Loin d'admirer ce cadre enchanteur, il déambulait comme un aveugle, l’esprit occupé à la solution d’un problème métaphysique.

    Un léger bruit à la surface de l’eau, une brise apportant un parfum délicat, une lumière insolite le tirèrent de sa rêverie philosophique, et le voilà face à face avec une apparition aussi gracieuse qu'inattendue : une dame tout de blanc vêtue lui souriait gentiment. Des cheveux d'or s'échappaient en longues mèches soyeuses d’une couronne ornée de brillants. Mais le sourire surtout attirait. Sourire à la fois aristocratique et enjôleur.

    Tout interdit, le bon Père s'arrêta et son attitude exprimait une interrogation qui n'arrivait pas à franchir ses lèvres. En réponse à cette question muette, l'apparition dit d’une voix caressante :

    • Tu ne me connais pas.
      Je suis une fée qui hante les étangs du pays, semant des bienfaits partout sur mon passage. Cependant les paysans ne m'aiment guère. Ils me chassent à coups de: pierres. C'est pourquoi je viens chercher refuge auprès des bons moines, espérant y trouver une paix que les rustres me refusent.”

    Le Père Hilarion n'en croyait ni ses yeux, ni ses oreilles. Ne rêvait-il pas tout éveillé ? Il se frotta les paupières, s'épongea le front mouillé d'une sueur provoquée davantage par l'émotion que par la chaleur de cette après-midi. || se demanda si ce n’était pas quelque ruse de l'enfer, toujours si adroit lorsqu'il s’agit de jouer un mauvais tour aux pauvres humains.

    Puis, tout de suite, il regretta cette pensée. Il ne pouvait imaginer un démon caché sous tant de grâce. Et puis….on ne peut pas juger !

    Aussi, d’une voix qu’il ne parvenait pas à rendre dure, il demanda :

    • Que viens-tu faire ici ?
      Es-tu bien ce que tu prétends ?
      Et pourquoi t'adresses-tu à moi ? ”
    • Je n'ai d'autre idée, répondit la fée en souriant, que de m'installer ici avec la permission des bons moines. Et je voudrais obtenir de toi que tu plaides ma cause auprès du prieur et de tes confrères.
      En échange de votre hospitalité, je multiplierai les carpes des étangs et leur donnerai un goût savoureux.”

    C'était prendre le bon Père Hilarion par son point faible. Il adorait les carpes et avait toujours regretté, depuis son arrivée au prieuré Condruzien, que le Père Odon, le cuisinier, n'ait pas plus de talent pour les accommoder. Au point que cela lui devenait un supplice de manger ces poissons fades et maigres servis chaque vendredi (et les mercredis de carême) sur la lourde table en bois rugueux.

    Il n'aurait pas fallu beaucoup insister pour le convaincre, mais un reste de scrupule l'arrêta, et puis, il ne pouvait prendre seul une décision aussi importante.

    • J’en parlerai au Père Hugues, mon supérieur, dit-il, mais jure- moi que tu n’agis pas par un artifice du diable.”

    La fée n'eut aucune peine à le rassurer et l'invita à revenir au même endroit le vendredi suivant.

    Le lendemain, après l'office de prime, devant le chapitre réuni dans une pièce attenante au cloître, le Père Hilarion raconta son aventure à la communauté stupéfaite.

    Le prieur commença par exprimer sa méfiance, appuyé tout de suite par le Père Odon, humilié du fait que celui qu’il appelait le visionnaire semblait mettre en doute ses capacités de cordon-bleu.

    Le Père Odilon, le portier, habitué à entendre s'exprimer au parloir des opinions divergentes sur tous les problèmes, essayait de concilier les avis opposés et s'efforçait de faire comprendre aux uns et aux autres que leur antagoniste n’avait pas tort sur tous les points.

    Le Père Aymard, le sonneur, n’était pas intervenu jusqu'à ce moment : il faut dire que les arguments théologiques invoqués par les avocats des deux causes le dépassaient un peu, mais la perspective de déguster des carpes délicieuses lui faisait prendre le parti de son confrère Hilarion.

    Les Pères de l'Eglise furent appelés à la rescousse pour étayer les deux thèses.

    • Les démons, incarnation du mal, ne pouvaient se montrer sous d'aussi agréables apparences.
    • Au contraire, rétorquaient les adversaires, ils excellaient à cacher leur vilain jeu sous des dehors plaisants. Il fallait se méfier davantage de ceux qui paraissaient tout à fait inoffensifs.
      On en connaissait qui s'étaient déguisés en moines ou en pèlerins.

    Et la discussion s'éternisait, chaque camp croyant, tour à tour, triompher, puis voyant s'évanouir ses espoirs.

    Enfin, le Père Hilarion, dans un grand mouvement d'éloquence, emporta l'assentiment du portier qui, ajoutant sa voix à celle du Père Aymard, permit de dégager une majorité en faveur de la fée des étangs.

    Heureux de son succès, craignant un revirement de la part du prieur, mais plus encore alléché par un menu inhabituel, le Père Hilarion ne parvenait plus à fermer l'œil de la nuit, ce qui expliquait sa somnolence pendant les offices, au grand scandale du Père Odon, mortifié dans son honneur de maître queux.

    Tôt le matin du vendredi suivant, la gaule sur l'épaule et le panier au dos, notre frère…pêcheur courut au bout de la propriété.

    La fée ne se montra pas, mais la brise parfumée et la lumière irréelle de la rencontre précédente témoignaient suffisamment de sa présence.

    Par Saint Benoît, quelle pêche miraculeuse !

    Les carpes se battaient pour s'accrocher à sa ligne. Elles sautaient par bandes entières au fond de son panier et sur la berge où il n'avait qu'à les ramasser.

    Tout heureux et bien chargé, le Père Hilarion revint au monastère. Il n'eut pas à annoncer le résultat de ses efforts (si l’on peut ainsi parler), car le portier et le sonneur guettaient son retour. Leurs cris de joie avertirent le prieur et le cuisinier qui, malgré leurs réticences antérieures, partagèrent l'allégresse de leurs confrères.

    Le Père Odon avait bien rechigné un peu devant la quantité de poisson à préparer, mais l’aide apportée par les autres religieux le dérida bientôt. Quel dîner ! A croire que les carpes bien grasses avaient été rôties dans du miel. Elles valaient leur pesant d'or et elles plongèrent la communauté tout entière dans le plus énorme péché de gourmandise du siècle.

    Vous avez compris depuis longtemps que la bonne fée n'était qu'une apparence revêtue par le démon, ennemi des moines, de leurs dévotions et de leurs austérités.

    La faute méritait un châtiment. Il ne se fit pas attendre.

    Le Père Hilarion devait, comme bien on pense, payer le premier. Et puisqu'on est toujours puni par où l'on a péché, il fut secoué d’effroyables vomissements presque ininterrompus.

    Puis vint le tour des confrères qui, les uns après les autres, durent s’aliter. Plus de Père portier pour accueillir les hôtes, plus de Père cuisinier aux fourneaux (d’ailleurs, plus personne n'avait envie de manger l), plus de sonnerie de cloches pour annoncer les offices, et plus d'offices du tout.

    Pendant trois jours et trois nuits, les Pères gémirent sur leur grabat alors que le vent hurlait dans les arbres, secouait le monastère devenu la maison du diable et tenait les paysans terrés dans leurs chaumières.

    L'orage passé, les Pères Hugues et Odon, les moins impliqués dans l'affaire, prirent le chemin de Cluny pour confesser au Père Abbé la faute de la petite communauté.

    Après réflexion et prière, le supérieur général décida d’exiler à Saint-Trond le Père Hilarion « d'où venait tout le mal ». Les autres moines devraient s’astreindre à un carême supplémentaire de la fête des saints Pierre et Paul à celle de saint Lambert. Injonction leur était faite en outre de remblayer l'étang témoin du prodige diabolique, de curer les autres après les avoir exorcisés et purgés de toute espèce de poissons ; et à l'avenir on ne pourrait plus les repeupler.

    Ne fallait-il pas guérir le mal par le mal ?

    Pour mieux encore effacer toute trace de cette tache dans l'histoire de l'Ordre, le nom même du village devait disparaître. C'est ainsi que l'agglomération fut rebaptisée Saint-Séverin.

    Bien longtemps après les événements, il paraît que les habitants passant à côté du prieuré jetaient un regard mélancolique vers les eaux qui s'étaient révélées si poissonneuses, se rappelant le mémorable dîner des Pères.

    Mais aujourd'hui que les moines ont quitté la région depuis plus de quatre cent cinquante ans, il n’est plus personne qui se souvienne de la mésaventure des premiers occupants, les poissons moins que les autres, puisqu'ils ont reconquis un domaine qu'ils partagent avec un couple de cygnes muets...comme des carpes.

     

    La légende en bande dessinée

    Cet ouvrage est le résultat d’un appel à projet soutenu par la « Loterie Nationale », « La Communauté Wallonie Bruxelles », « Electrabel – GDF Suez » et la commune de Nandrin.

    Mr Joseph NANDRIN (Bourgmestre de l’époque) et Mr Daniel POLLAIN (Echevin de l’Enseignement de l’époque) préfacent l’ouvrage en remerciant les enseignants, les enfants et les animateurs spécialisés pour leur participation.

    L’histoire racontée dans la bande dessinée commence dès la donation d’une partie de ses biens par Gislebert, Comte de Clermont, et Ermengarde en 1091 à l’Evêque.

    Vous avez déjà eu l’opportunité de découvrir les deux premiers dessins au début de l’article, voici la suite :

    3.jpg

    4.jpg

    5.jpg

    6.jpg

    7.jpg

    8.jpg

    9.jpg

    10.jpg

    11.jpg

    12.jpg

    ü Sources

    • Trois légendes de Saint-Séverin (1991)
      Cahier n°2 de Saint-Séverin à l’occasion du neuvième centenaire par Jean GODARD.
    • Histoires et légendes en Condroz.

    Article de GyM.

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

     

     

  • Attention à cette arnaque !!! Voici la Solution !!!

    Lien permanent

    Isabelle Gabreau n’en revient pas. Vendredi après-midi, aux alentours de 15h20, elle reçoit un coup de fil d’une agence de recouvrement « HardenBerg Beukers », basée en Hollande.

    « Il paraît qu’en juin 2018, j’aurais été contactée par une agence de télé-marketing Fly&Travel. Je ne m’en souviens pas. Il paraît que j’aurais accepté que l’on m’envoie un mail avec des voyages dans lequel si je ne me rétractais pas dans les 14 jours, je m’engageais. »

    L’agent au téléphone, insiste et précise que si elle ne paye dans les trois jours elle aura la visite d’un huissier.

    « Ça m’a fait flipper »

    « Nous avons la preuve que votre appel a été enregistré qui prouve que j’ai accepté le mail, m’a-t-elle dit. J’ai demandé à pouvoir l’écouter, mais la personne au téléphone m’a dit que je devais passer par un avocat et payer des frais »…

    Isabelle n’est pas crédule, mais elle avoue : « Ça m’a fait flipper. Elle m’a tenu la jambe pendant 18 minutes. J’imagine que si mon père est au téléphone, il panique. Et d’autres personnes qui pourraient prendre peur, seraient susceptibles de payer », confie Isabelle qui lance un appel sur les réseaux et voit tout de suite pas mal de ses amis lui confirmer que c’est une arnaque.

    D’ailleurs, en googlant « HardenBerg Beukers », on trouve sur le net, toute une série de plaintes depuis le début du mois de juin 2019, beaucoup en néerlandais, certaines en français, expliquant le même modus operandi et des sommes tout aussi importantes qui sont réclamées par la même société de recouvrement hollandaise pour le compte de diverses agences de voyages, avec un numéro de compte qui « serait attaché à Istanbul ».

    « Ce sont des professionnels de l’arnaque », suppose Isabelle qui souligne qu’ils lui ont même proposé de « faire un voyage » pour l’équivalent de cette somme. Voyage qu’elle aurait dû payer pour un voyage factice ou une villa factice. Double arnaque donc. « Elle a failli me convaincre que c’était vrai ! ».

    Évidemment, Isabelle a essayé de recontacter le numéro qui l’avait appelé, pas de réponse. Mais désormais, elle s’inquiète : « Soit c’est vrai, j’attends et donc je vais avoir des frais d’huissier. Soit je paye, et c’est une arnaque. En plus une veille de week-end on ne sait pas vérifier grand-chose. J’ai bien essayé de contacter un huissier. »

    Mais le conseil, pour beaucoup, c’est de ne pas répondre… « Ils essayent de jouer sur la peur de l’huissier. En tout cas. Je ne vais pas me laisser faire. Dès lundi, je porte plainte à la police de Chapelle pour tentative d’escroquerie. Il faut dénoncer parce que d’autres se feront avoir… »

    F. SCHIAVETTO

    Ne rien payer, raccrocher au nez…

    Le 28 mars 2018, l’émission de la RTBF On n’est pas des Pigeons, abordait la thématique des « Vente de voyages par téléphone. Attention arnaque ». La chroniqueuse Annie Allard, y explique que les « fausses » agences de voyages sont « vivaces » et « changent de nom, ce qui perturbe le consommateur ».

    Dans ce principe, les agences de voyages font miroiter des offres de voyages incroyables, des réductions et des séjours gratuits.

    Le reportage fait état de divers témoignages très similaires à celui qu’a vécu Isabelle.

    Et souligne que selon le Centre européen des consommateurs, il ne faut rien faire : « Ne rien payer, raccrochez au nez, ne discutez pas avec ces sociétés, cela ne sert à rien », souligne Ibtissame Benlachhab, conseillère juridique.

    Parfois, il faut même contester par email.

    On apprend que toutes les sociétés de recouvrements de ces arnaques sont basées en Hollande.

    Et le modus operandi est similaire : un an plus tard on vous dit que vous n’avez pas payé et on « vous envoie la facture, éventuellement des frais de rappel ».

    Annie Allard souligne que ces sociétés de recouvrement basées en Hollande ne peuvent rien réclamer car elles doivent avoir un agrément du SPF Economie, dont elles ne disposent pas.

    F.SCH.

    Source 

  • Un distributeur de médicaments hors de la pharmacie à Nandrin

    Lien permanent

    Grâce au robot automate, la pharmacie Baecken propose une autre innovation, un distributeur externe de médication. Le premier de la région, permettant ainsi de répondre à la demande d’un type de patientèle. Actuellement, la borne n’est pas encore opérationnelle, mais elle devrait l’être dans quelques semaines. « Elle permettra de venir chercher des produits hors prescriptions comme du lait maternelou des compléments, ainsi que des commandes en dehors des heures d’ouverture ». La borne n’accepte que les paiements par carte et informe des différents postes de gardes et leur itinéraire d’accès.

     

    LA Ma 

    Source 

  • Une pharmacie avec robot et distributeur de médicaments à Nandrin

    Lien permanent

    Il y a plusieurs mois, la pharmacienne titulaire, Corinne Baecken, installait provisoirement sa pharmacie dans un conteneur afin d’entamer de grands travaux de rénovations. En quatre mois, la bâtisse est méconnaissable avec une toute nouvelle annexe moderne au bardage en bois. La pharmacie est ainsi passée d’une superficie totale de 80m2, à 280m2 dont 200m2 entièrement dédiés aux services aux patients. Le but de ces travaux est de proposer un service à la patientèle plus complet et un meilleur confort. « Avant nous avions environ 25m2 pour la patientèle, c’était bien trop étroit. On ne savait même pas présenter tout notre stock. Désormais, la surface est plus grande et facile d’accès aux patients à mobilité réduite avec un comptoir adapté ainsi qu’un parking avec 8 emplacements contre 3 précédemment », insiste la titulaire.

    système d’automation

    Conviviale et chaleureuse, la nouvelle pharmacie est installée dans un cadre moderne et épuré tout en gardant l’idée du pharmacien d’antan centré sur le conseil personnalisé, la proximité et l’efficacité. Dans ce sens, le nouvel espace dispose d’un salon où les patients peuvent aborder leur traitement à l’abri des regards.

    Un grand changement pour Corinne et ses 3 employés est la venue d’une aide considérable, un robot permettant de distribuer et ranger près de 13.000 médicaments. Celui-ci dispose d’un bras articulé qui lui permet d’amener directement les produits demandés au comptoir et lui permet de ranger les produits de manière quasiment autonome. « C’est une vraie révolution. Cela nous permet un gain de temps non négligeable, nous permettant d’avoir plus de temps à accorder aux patients pour répondre à leurs questions. De plus, c’est un système très sécurisé qui permet également de protéger les médicaments », souligne Corinne.

    Ouverte de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h45 en semaine et le samedi de 9h à 13h, la pharmacie fait en sorte de s’adapter à l’emploi du temps de chacun.

     LA.MA.

    Source 

  • C'est la fête à Villers-le-Temple 26, 27, 28 & 29 juillet 2019 !

    Lien permanent

    C’est la Fête à Villers-le-Temple !


    Pour cette nouvelle édition, nous déménageons sur le parking de l’école communale, Rue Joseph Pierco.

    Au programme cette année :

    VENDREDI – JOURNEE JOGGING

    - Dès 19h00 : 23ème Jogging Max Boissons des Fermes et châteaux. Grande course de 11.3 km, petite course de 6 km et course enfant 1 km. Voir événement spécifique : https://www.facebook.com/events/1324604004370002/
    Renseignements Jean Pierre Nesca (0475/454 192)

    - Soirée en plein air animée par Dj Ludo dès 21h30

    SAMEDI – JOURNEE CONCERTS

     20h00 : Snug Room (cover rock acoustique)
    21h30 : Gustave Brass Band (fanfare festive)
    23h00 : Soirée animée par Dj Dan

    DIMANCHE - JOURNEE DES FAMILLES

     Dès 09h00 : balade motos.

    Renseignements Vincent Pironet (0476/640276)
     Dès 12h00 : Barbecue villageois
    Animation musicale et magicien aux tables
    Apéritif offert au bénévoles et sympathisants de Villers Animations
    Réservation obligatoire avant le 22/07, auprès de Marie Christine Pourbaix (0471/588 107)

    16h00 : André Borbé – Le Grand Possible. Spectacle musical pour enfants. Voir événement spécifique : https://www.facebook.com/events/705325723221191/

    17h00 : La Guinguette à Villers, avec Radio Bistrot
    20h00 : Blind Test plein air, animé par Décibell

    LUNDI – JOURNEE VILLAGEOISE

    - On joue le jambon à la Bizawe !
    - 20h00 : Animation musicale par les Physical Brothers (duo mandoline/harmonica)
    - 21h30 : Bal aux lampions avec The Puzzles (cover rock acoustique)


    Durant tout le week-end : bar, petite restauration, proximité de la fête foraine,…

     

     

    Villers Animations ASBL

    C'est la fête à Villers-le-Temple !

  • Attention , attention l’IRM conseille de fermer portes et fenêtres

    Lien permanent

    L’entièreté du pays placé en alerte orange: l’IRM conseille de fermer portes et fenêtres, les prévisions météo région par région!

    L’Institut Royal Météorologique de Belge a placé le pays en alerte orange. Les fortes chaleurs qui vont toucher le pays ces prochains jours vont être intenses

    L’entièreté du pays sera placée en alerte orange à partir du lundi 22 juillet minuit jusqu’au vendredi 26 juillet à minuit : « Dans de telles circonstances de températures élevées, les règles suivantes minimales sont d’application : boire régulièrement, se vêtir légèrement, passer ses journées dans des endroits frais, se conformer aux règles habituelles de santé, fractionner les portions alimentaires, éviter la chaleur extérieure en fermant portes et fenêtres. Soyez prêts et suivez les conseils donnés par les autoritéśs compétentes. », renseigne l’IRM.

    Les prévisions région par région

    Une zone de haute pression se renforce sur la France et nos régions ; elle se décalera graduellement vers l’Europe Centrale en début de semaine. Elle maintient de l’air encore d’origine maritime, mais stable, sur notre pays. Ce lundi, la masse d’air se réchauffera et, à partir de mardi, nous serons sous l’influence de courants méridionaux secs et extrêmement chauds.

    Mardi

    Mardi, temps ensoleillé et déjà très chaud avec des maxima de 28 degrés en bord de mer et sur les hauts plateaux de l’Ardenne à 31 ou 32 degrés dans de nombreuses régions. Vent faible de sud-est s’orientant à l’est, le long du littoral au nord-est.

    Mercredi

    Mercredi, la chaleur s’accentue avec des maxima de 32 à 36 degrés. Une petite brise de nord-ouest pourrait éventuellement ramener de l’air un peu moins chaud sur l’ouest du pays en fin de journée. Les températures nocturnes sont également élevées et ne repassent pas sous la barre des 20 degrés en de nombreuses régions. Ciel bien ensoleillé

    Jeudi

    Jeudi sera la journée la plus chaude. La chaleur sera accablante avec des températures particulièrement élevées, de 36 ou 37 degrés, voire même un peu plus. Ciel toujours bien ensoleillé avec probablement quelques nuages en fin de journée.

    Vendredi

    Vendredi, l’atmosphère devrait devenir plus instable avec possibilité de quelques averses orageuses. De l’air plus frais devrait revenir sur l’ouest du pays avec des maxima proches de 25 degrés mais les températures pourraient encore dépasser 30 degrés sur les provinces de l’est. Forte incertitude sur ce changement de temps.

    Source