Nandrin : Le taureau Usinger a été primé

Lien permanent

Le taureau Usinger a été primé à Clavier

Le fermier nandrinois, Vincent Fisenne est heureux. Son taureau est premier sur le podium au concours Blanc Bleu Belge du concours régional à Clavier. La bête de 804 kg et grande d’un mètre 32 a répondu aux critères des juges, désignés quelques semaines auparavant. Plusieurs facteurs ont été pris en compte durant l’épreuve. « Le taureau doit avoir de bons aplombs, un beau rebondi de fesse, un large bassin, une belle épaule avec de la viande, une côte bien ronde et un large garrot. La bête qui rassemble au mieux ces critères remporte le prix », nous explique Vincent Fisenne, éleveur de Blanc Bleu Belge.

Pour ce passionné d’agriculture, gagner un prix est toujours une consécration. « Quand on est agriculteur et que l’on finit sur le podium avec son animal, c’est une fierté », lance le fermier. Plusieurs semaines avant le concours régional Blanc Bleu Belge qui rassemble les éleveurs condruziens, Vincent Fisenne a choisi « ses plus belles bêtes » et les a ensuite mises en quarantaine. « Lorsque j’ai trouvé celles qui pourraient potentiellement gagner, je les ai chouchouté. Je leur ai donné des aliments adéquats. Ce sont des rois ou reines durant deux mois », poursuit Vincent Fisenne qui a repris la ferme familiale en 2008. Un travail de longue haleine est souvent réaliser en amont des concours. « Il s’agit d’un travail génétique et de sélection pour avoir une bête qui participe aux compétitions. Il ne s’agit pas de faire des artifices comme certains le croient. Il faut trouver une vache et un taureau qui pourrait avoir ensemble un veau ou une génisse prometteurs », souligne le fermier.

Usinger est prêt pour la foire de Libramont !

Du 26 au 29 juillet prochain, le taureau Usinger ira à Libramont avec son maître, Vincent. L’objectif ? Remporter un deuxième prix au concours prestigieux des agriculteurs. « Le jury de Libramont passe dans les fermes deux mois avant la foire et présélectionne les bêtes qui participeront. Il se trouve qu’Usinger avait déjà été sélectionné bien avant de remporter le prix au concours de Clavier. Il a du potentiel », se réjouit Vincent Fisenne. Participer à cette plus grande foire agricole en plein air d’Europe, qui accueille chaque année 220 000 visiteurs est une fierté pour l’agriculteur. « Pendant quatre jours, c’est une bouffée d’air pour moi. J’y vais avec le taureau mais aussi avec Davina de la Gotte, une vache de 768 kg. Cet évènement est une réelle satisfaction pour un fermier. On compare nos bêtes aux meilleurs sujets de la race et les taureaux pourraient être repérés par les centres d’insémination », affirme Vincent Fisenne.

« Vivre de notre travail ? Non. »

Spécialisé dans les viandes Blanc Bleu Belge depuis quatre générations, Vincent Fisenne se dit révolté par le Mercosur, le Marché commun du Sud. « Si l’on continue à importer des viandes qui viennent d’ailleurs, comment voulez-vous que ce soit encore rentable pour les agriculteurs ? », s’irrite Vincent. Contrôlé plusieurs fois par an, le fermier s’indigne également du manque de contrôle sur les viandes étrangères. « Je produis du lait et tous les trois jours, je suis contrôlé. Il y a des produits qui ne le sont pas du tout. Une fois par an, j’ai un audit de la ferme et l’AFSCA qui vient régulièrement ». Suite à l’annonce d’un accord libre-échange entre l’UE et le Mercosur, Vincent se tracasse. « J’espère que l’on a encore une place dans une commune rurale ».

PAR AMÉLIE DUBOIS

 

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel