L’arbre à papillons souvent cité comme utile dans nos jardins serait-il nuisible ?

Lien permanent

ü Yves, un fidèle lecteur du Blog, nous fait revenir sur l’article « Attirez les papillons et les abeilles dans votre jardin grâce à nos 4 conseils sur le Blog ! » du 18 juillet.

Voici un extrait de son commentaire :

  • On pourrait croire à ce fameux arbre à papillons, mais l'impact de ce nuisible est catastrophique pour ces insectes !

Vous pouvez lire l’intégralité de son commentaire sous l’article cité plus haut.

ü Notre recherche approfondie confirme ses propos … et aussi ceux du Blog.

Nous avons trouvez dans l’article en suivant ce lien (et repris ci-dessous) la confirmation des propos d’Yves.

Ce texte attire l’attention sur les conséquences nuisibles de l’arbre à papillons et son caractère invasif. Celui du Blog (Proposé par Pierre, autre fidèle lecteur) mettait en avant son attractivité intéressante pour la pollinisation d’autres espèces végétales.

jard.png

On est toujours heureux de le voir au milieu d’un chantier ou d’une friche.

Il fleurit tout seul, attire de jolis papillons, mais peut aussi… les éradiquer.

 

  • Qui l’eut cru ?

Cet arbre aux papillons peut, dans certains cas, menacer directement les insectes qu’il attire. L’arbuste salvateur devient alors exterminateur.

 

  • Il nourrit les papillons mais pas leurs chenilles

 Introduit en France en 1869 par le père David, Buddleia davidii est originaire de Chine. Il a vite séduit au point de compter aujourd’hui plus de 300 cultivars issus de l’espèce type. Certes, ses longues inflorescences (de 20 à 70 cm) couvertes de petites fleurs bleu pâle, mauve, pourpre, vieux rose, blanc, attirent les papillons grâce à leur nectar. En revanche, les feuilles ne nourrissent pas les chenilles de ces papillons alors que des essences locales le faisaient. Résultat : quand l’arbuste se propage, il devient vite invasif, chasse les autres plantes et vient bloquer la reproduction des papillons qu’il attire. Paradoxalement, l’arbre aux papillons peut contribuer très directement à l’extinction des papillons qu’il nourrit.

 

  • Il est déjà invasif

 Cette menace est réelle uniquement sur les zones ou l’arbuste est dominant. C’est tout de même souvent le cas dans le sud-ouest, le sud-est, par endroits en Bretagne, en Ile-de-France. Et la situation peut rapidement empirer si on n’y prête pas attention.

 

  • Jusqu’à 3 millions de graines

 En effet, on a tous déjà constaté cette capacité incroyable des buddleias à se ressemer un peu partout sans aucune aide de l’homme. On en voit sur des friches industrielles, au milieu de chantiers en plein centre-ville, sur des bords des voies ferrées et des routes, sur les talus, les berges des rivières, les trottoirs. En réalité, quand l’arbuste fane, des petites capsules beiges se fendent pour libérer les graines ailées qu’elles contiennent. Celles-ci sont emportées parfois très loin et se ressèment sur tous types de sols et expositions. Et comme un seul arbuste peut produire jusqu’à 3 millions de graines on peut, dans certains cas, craindre une prolifération de l’espèce. D’autant que le buddleia est très rustique, très résistant aux fortes chaleurs et aux sécheresses prolongées, et qu’il n’est jamais malade. De plus, il peut fleurir, et donc grainer et ressemer dès la première ou seconde année.

 

  • Des cultivars stériles

 Le buddleia qui pousse spontanément un peu partout n’est pas toujours l’espèce type. Les hybrides plantés dans les jardins peuvent eux aussi coloniser les alentours. Restez attentifs, surtout si vous êtes dans une région à forte implantation. Mais sachez aussi que désormais les obtenteurs ont sélectionné des nouveautés stériles comme les Buddleia x weyeriana.

C’est parfois plus prudent de les privilégier.

 

  • Remerciement du Blog :

Le Blog remercie bien évidemment, autant Yves que Pierre, pour nous proposer (ou réagir sur) des articles qui sont des sujets de notre terroir local et rural !

Si vous avez d’autres propositions qui rappellent, à tous, que nous vivons à la campagne (et non en ville), le Blog est le premier intéressé !

Encore MERCI à vous deux !

 

ü Sources

o   Article tiré du site :
« JARDIN PRATIQUE », le magazine des conseils simples et faciles à appliquer au jardin.
Texte signé de Catherine Larenaudie. ce lien 

Article de GyM.

Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel