Un jardin au naturel, c’est tout bon pour la planète

Lien permanent

La Région wallonne propose onze 11 fiches pour aménager votre coin de paradis

« Jardiner sans pesticides, économiser l’eau au jardin, aménager un compost, créer une prairie fleurie, planter une haie champêtre, sont autant d’actions responsables en faveur de la biodiversité, qui vont permettre de renforcer le réseau écologique », explique Carlo Di Antonio, le ministre wallon de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire. Avec le support de Natagora, la Région propose onze fiches thématiques pour aménager son jardin en préservant l’environnement.

La fiche Nº4 regorge ainsi de conseils pour attirer les insectes pollinisateurs avec des fleurs sauvages dans les parterres. Un m2 suffit au début pour créer un havre dans un coin ensoleillé dégagé des arbres sur un terrain le plus pauvre possible. On y laisse pousser la pelouse pendant une année. Les pâquerettes, les véroniques et les pissenlits prépareront la place pour des plantes plus hautes comme les marguerites, l’achillée millefeuille ou le lotier corniculé. Une fauche annuelle suffit, fin août-début septembre. Si vous voulez favoriser les plantes à floraison printanière, comme la cardamine ou la marguerite, optez plutôt pour la mi-juillet. Commencez toujours à faucher par le centre. Les insectes peuvent ainsi s’échapper. L’important est d’effectuer cette opération toujours à la même période de l’année. Avec un peu de chance, la grande sauterelle verte viendra élire domicile chez nous. Vous l’entendrez « chanter » en été, une fois que les oiseaux se sont tus.

L’indispensable mare

On trouve aussi un fichier sur la création et l’entretien d’un potager en permaculture. Cette méthode est respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible. Fleurs et légumes peuvent ainsi être mélangés. La mare est l’un des musts pour favoriser au mieux la biodiversité, tout comme la haie champêtre. Cette dernière doit être un patchwork d’espèces locales (elles sont plus résistantes) afin d’avoir une plus grande diversité de feuillage, de fleurs et de fruits. La haie sera ainsi plus résistante face aux maladies.

« Pour ma part, je n’utilise pas d’herbicide grâce à la technique du paillage », indique Carlo Antonio : « Je dispose de la paille ou de l’herbe tondue entre mes plantations. Comme le sol ne reçoit plus de lumière, les mauvaises herbes ne poussent plus. Cette technique relativement simple permet aussi d’économiser l’eau car la couche conserve l’humidité ».

Les fiches de la Région wallonne n’oublient pas les citadins. La Nº8 leur est consacrée. Les balconnières ne sont pas les seules à apporter de la verdure. Un mur couvert de plantes grimpantes apporte abri et nourriture aux mammifères, insectes et oiseaux. Il retient une partie des polluants de l’atmosphère. Comme quoi, il en faut parfois peu pour améliorer les choses. Toutes les informations sur le portail Wallonie.be/amenagementduterritoire.

https://www.wallonie.be/fr/publications/amenager-son-jardin-en-preservant-lenvironnement

YANNICK HALLET

 

Aménager son jardin en préservant l'environnement

Source 

Commentaires

  • Comment pouvons-nous obtenir ces fiches sur un sujet qui nous intéresse particulièrement. Merci d'avance

  • Bonjour ,


    ici https://www.wallonie.be/sites/default/files/2019-06/brochure_futurs-proprios_br.pdf

    Via le site de Natagora

    https://www.natagora.be/
    Bien à vous

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel