Attirez les papillons et les abeilles dans votre jardin grâce à nos 4 conseils sur le Blog !

Lien permanent

Rien de plus joyeux, au jardin, que de voir les papillons voleter et les abeilles vrombir de fleur en fleur. D'autant que leur utilité n'est plus à démontrer ! Ils assurent notamment la pollinisation des arbres fruitiers.

Voici 4 astuces pour attirer plus de papillons et d'abeilles au jardin. 

ü 1. Accueillez des plantes nectarifères

Les plantes nectarifères sont très importantes si vous voulez attirer les papillons et les abeilles dans votre jardin. Le nectar est la substance sucrée contenue dans les fleurs. Les papillons et les abeilles en raffolent et en vivent ! Les fleurs doubles ne contiennent pas de nectar. Optez dès lors pour des fleurs simples. Il est important de diversifier l'offre de plantes nectarifères puisque les papillons, les bourdons et les abeilles ont chacun leurs propres préférences. Parmi les plantes nectarifères intéressantes sur le plan esthétique, citons :

 

  • La phacélie à feuilles de tanaisie (Phacelia tanacetifolia)
  • La viorne obier (Viburnum opulus)
  • La verveine de Buenos Aires (Verbena bonariensis)
  • La lavande (Lavandula)
  • Le pois de senteur (Lathyrus)
  • L'échinacée pourpre (Echinacea purpurea)
  • La digitale (Digitalis purpurea)
  • L'arbre aux papillons (Buddleja davidii)
  • Le lilas (Syringa vulgaris)
  • La rose trémière (Alcea rosea)

ü 2. Fournissez un abri

Les papillons et les abeilles apprécient la chaleur et le soleil et font le plein d'énergie au soleil, à l'abri du vent. Offrez-leur donc des coins abrités, par exemple en installant au jardin des haies ou des arbustes. Ces coins de verdure attireront également toute une série d'autres insectes utiles, comme des araignées. Par ailleurs, les coins un peu "fouillis" composés de feuilles mortes et de restes de plantes sont très attirants pour les insectes, y compris en automne et en hiver. Un autre élément très intéressant pour les abeilles et les papillons est la prairie fleurie. Semez-la au printemps et profitez tout l'été d'un jardin plein de couleurs et de variété !

 

Saviez-vous que les oiseaux adorent eux aussi voleter dans un jardin bien abrité ?
Vous pourrez donc faire d'une pierre deux coups !

7.jpg

ü 3. Réalisez un hôtel à insectes

Quoi de mieux pour héberger les insectes au jardin qu'un hôtel conçu spécialement pour eux ? Achetez un hôtel à insectes ou réalisez-en un vous-même. Rien déjà qu'un bout de bois dans lequel quelques trous ont été perforés ou un fagot composé de morceaux de bambou ou de branchettes ne manqueront pas d'attirer de nombreux insectes. Vous souhaitez en faire une maisonnette sympa ? Faites donc preuve de créativité et créez un véritable hôtel avec, dans chaque "chambre", des matières différentes comme de la paille, des brindilles et des pommes de pin. Les insectes pourront alors y passer la nuit, l'hiver, voire y pondre leurs œufs. Installez l'hôtel à insectes à un endroit ensoleillé du jardin, à l'abri du vent.

an.jpg

ü 4. Prévoyez des plantes hôtes

Les plantes hôtes sont des plantes qui servent de nourriture aux chenilles. Elles sont très importantes car si les chenilles n'ont pas assez de nourriture, elles ne pourront jamais se développer jusqu'au stade de papillons. Les chenilles sont sélectives et ne mangent pas n'importe quelles plantes. De plus, chaque chenille/papillon a des préférences différentes. Voici une petite liste de plantes hôtes :

  • L'ortie commune (Urtica dioica) accueille le vulcain, le paon du jour, la petite tortue, le Robert-le-diable, la carte géographique
  • La julienne des dames (Hesperis matronalis) accueille l'aurore
  • Les chardons (Carduus) accueillent la vanesse du chardon
  • Le lierre (Hedera helix) accueille l'azuré des nerpruns
  • Les choux (Brassica oleracea) accueillent la grande et la petite piéride du chou
  • L'oseille commune (Rumex acetosa) accueille le cuivré commun

 

ü Un jardin accueillant pour les abeilles, les papillons et... les humains !

Si vous suivez tous ces conseils, vous aurez un jardin accueillant pour les papillons et les abeilles, mais nous aussi, les humains, apprécions d'être entourés de fleurs. Si vous avez un grand jardin, vous pouvez même aménager une haie mixte composée d'arbustes fleuris comme l'aubépine, le pommier sauvage, le troène commun ou le nerprun. Et n'oublions surtout pas les arbres fruitiers. Les abeilles, qui se sentiront bien dans votre jardin, ne manqueront pas de les polliniser.

Profitez bien de ce don de la nature !

11.jpg

ü Si vous êtes sensibles aux actions menées pour la protection des abeilles, je vous invite à consulter le page Facebook de « Ruchers sans frontière ».

Ruchers sans Frontière veut sensibiliser le grand public à la problématique de la disparition des abeilles et agir pour enrayer le processus de déclin de la production des fruits et légumes de la planète.

Il faut savoir que 75 % de la production mondiale de nourriture dépend des insectes pollinisateurs.

Que 90 % des semences cultivées ont disparu en moins d’un siècle.

Que les abeilles assurent la reproduction de plus de 80 % des espèces végétales du globe.

L’abeille est donc une alliée indispensable dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes et de notre agriculture.

L’Association s’engage dans la lutte contre la disparition des abeilles et veut promouvoir l’apiculture en Belgique et à l’étranger (déjà une action au Togo) en formant et en aidant les candidats apiculteurs.

 

ü Sources

  • Un Post de Pierre DELVAUX sur Facebook le 13 juillet.
    Pour lire l’article original, suivez « ce lien».
  • Page Facebook de « Ruchers sans frontière ».
  • Photos libres et Blog 

Article de GyM.

Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

66659456_2398274400267516_6493699357064298496_n.jpg

 

Commentaires

  • On pourrais croire a ce fameux arbre a papillon,mais l'impact de ce nuisible est catastrophgique pour ces insectes!
    Diminution des polinisateurs. Son intérêt apparent pour les papillons (source importante de nectar et pollen) peut être « pondéré » par les arguments suivants : Si ses fleurs nourrissent effectivement de nombreux papillons adultes (imago), ses feuilles ne sont consommées par aucune de leurs chenilles. Là où il est très présent, il occupe la niche écologique d'espèces autochtones qui n'ont pas résisté à sa concurrence et qui ne pourront donc servir de support au développement des chenilles, en effet, « ses feuilles ne participent pas à leur cycle biologique : le buddleia ne nourrit pas les chenilles comme certaines plantes-hôtes indigènes (orties, graminées, buissons,…) », auxquelles il se substitue Cependant quelques chenilles de Sphinx tête de mort (Acherontia atropos) et Cucullie du bouillon blanc semblent avoir été signalées sur le buddleia qui pourrait donc être une des « plante-hôte de substitution » pour ces espèces.
    Colonisation des milieux remaniés avant les espèces pionnières locales
    Régression des communautés locales par concurrence et inhibition de la croissance
    Formation d’encombres provoquant l’érosion des berges

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel