Attention vacanciers !!!!

Lien permanent

Les plages sans cigarettes se multiplient à la mer du Nord

La Ville de Bruges vient d’interdire de fumer sur une partie de la place de Zeebrugge.

La nouvelle ne devrait pas trop étonner les habitués de la côte belge, où de plus en plus de plages bannissent la cigarette.

À Zeebrugge, les fumeurs seront invités à jeter leur mégot dans des cendriers avant de se rendre à la plage.

Avant Zeebrugge, des zones non-fumeurs existaient déjà au Coq, à Bredene, La Panne et Ostende. Dans ces villes, il s’agit de projets pilotes voués à sensibiliser la population au danger que représente la cigarette pour l’environnement.

Pourtant, aucune amende ne sera infligée par les agents (notamment des bénévoles et des étudiants), qui sont plutôt là à sensibiliser le public.

À Ostende, le projet environnemental comprend de plus une série d’autres initiatives, qui visent, par exemple, à installer des fontaines d’eau potable ou à interdire le plastique à usage unique, déjà banni des beach bars de la ville, comme l’explique Natacha Waldmann (Groen), échevine au bien-être à Ostende. « Le projet a démarré le 1er juillet. Pour l’instant, les gens ne se sont pas encore habitués, donc on va adapter notre signalisation », explique-t-elle.

Quant au ramassage des déchets, un collectif se consacre à cette tâche. Il s’appelle « Proper Strand Lopers » et son but est de nettoyer les plages et pas uniquement des mégots.

Coup de main Bénévole

« Pour tirer le bilan après cette première semaine, on remarque que beaucoup de touristes n’ont pas encore compris que l’on se trouve dans une zone non-fumeurs. Nous formons une ‘beach team’ qui vise à sensibiliser les gens », explique Kevin Pirloot, l’un des coordinateurs du collectif.

Très heureux de cette initiative, il constate que de plus en plus de gens rejoignent le groupe en tant que bénévoles et se rendent chaque soir à la plage pour la nettoyer. « On y va en fin de journée pour que les gens puissent aussi nous voir et comprendre qu’il y a un enjeu », argumente le coordinateur. « L’an passé, on avait récolté 7.000 canettes sur 50 mètres de plage en deux mois. Cela commence à diminuer, même si les déchets restent bien présents. »

Ce 1er juillet, l’équipe a récolté 120 litres de déchets : s’il reste du pain sur la planche pour les citoyens et pour les politiques, c’est déjà un bon début.

L.R.

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel