• Le magasin Point Ferme ouvre bientôt à Nandrin

    Lien permanent

    Le magasin Point Ferme ouvre en août à Nandrin

    Autour du producteur local, c’est tout un écosystème qui s’est façonné. Un magasin, dans le Hall relais agricole ouvrira ses portes au mois d’août prochain, à deux pas de la Route du Condroz. « Les clients pourront y retrouver des fruits et légumes, des produits laitiers, de la viande et une épicerie. Tout ce que l’on trouve a été produit dans la région », se réjouit Marjorie Corman, déléguée à la gestion journalière de Point Ferme. Une nouvelle qui devrait ravir les amateurs de circuit court, qui ne seront plus obligés de passer commande via internet. « Il y a une demande de plus en plus importante. Les gens pourront désormais choisir leurs produits et les toucher », poursuit Marjorie Corman.

    La coopérative à finalité sociale composée d’une quarantaine d’agriculteurs du Condroz a implanté son point relais, rue Tige des Saules à Nandrin en septembre dernier. « Les gens passent commandent en ligne. Ils viennent ensuite chercher leur panier », continue Marjorie Corman. Le Hall relais de Nandrin constitue le point de départ des livraisons vers une centaine de points relais, répartis dans la Province de Liège. Ce premier magasin du Point Ferme proposera de nombreuses variétés de produits locaux, des essentiels du quotidien. Les clients sont attendus le mercredi, jeudi et vendredi de 10 heures à 18 h.

    PAR AMÉLIE DUBOIS

    Source 

  • Il est bel et bien présent et certains annoncent son retour en Belgique

    Lien permanent

    Faut-il s’inquiéter du moustique tigre ?

    En France, il fait rage. Chez nous, pas encore. Le moustique Aedes Albopictus, communément appelé « moustique tigre », se distingue pour sa dimension très réduite et ses couleurs. Il vient d’Asie mais sa première apparition en Belgique date de 2000, selon l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers (IMT). Depuis août 2017, il a été répertorié en Flandre-Orientale, dans le Hainaut, dans les provinces de Namur et Luxembourg. Selon les données de l’IMT du mois de juin, il n’a pas encore été identifié cette année. « Il est trop tôt pour le repérer. Il faudra attendre au moins un mois pour dresser le bilan », confirme le Professeur Frédéric Francis, responsable de l’unité d’entomologie à Gembloux Agro-Bio Tech. Dans tous les cas, le monitoring mené chez nous est constant.

     

     

    Surveillance

    En effet, l’IMT mène une surveillance dans une vingtaine de zones considérées à risque, grâce au projet MEMO avec d’autres institutions. Le scénario le plus probable, à ce stade, voit ce moustique arriver chez nous de France et d’Allemagne et en voiture comme le laissent penser des œufs retrouvés sur des aires d’autoroutes en province de Namur et de Luxembourg.

    Dans tous les cas, le phénomène paraît cyclique, comme l’explique Frédéric Francis. « L’aspect cyclique est lié au climat. Lorsqu’on parle de réchauffement climatique, on peut se demander si la diminution du gel peut permettre une compatibilité avec l’habitat de ces moustiques », explique-t-il. Par rapport au passé, où ces insectes étaient détectés dans les pneus et dans des plantes importés tel que le bambou, aujourd’hui ce n’est pas une question de longues distances. « Maintenant, on les retrouve dans le sud de la France ou en Afrique du Nord et donc les vacanciers peuvent les ramener de manière involontaire », explique le spécialiste.

    Protégez-vous

    Ce qui pourrait alarmer, c’est que cet insecte peut transmettre la dengue, le chikungunya et la zika. Mais aussi la fièvre jaune, comme le pointe le Dr Jean-Christophe Marot, Infectiologue responsable de la Travel Clinic à la Clinique Saint-Pierre d’Ottignies. « La zika est dangereuse pour les femmes enceintes, car elle peut provoquer la microcéphalie chez le bébé. Chez l’adulte, elle n’est pas mortelle. Et le chikungunya non plus » explique-t-il. La dengue peut l’être, alors que la fièvre jaune est létale, mais un vaccin existe. Malgré l’existence d’une possibilité de contagion, celle-ci reste très faible, comme le rapporte l’infectiologue, en rappelant que l’an passé en France, seulement une douzaine de cas ont été répertoriés. « Si on se fait piquer », conseille-t-il « il faut appliquer de la crème solaire et ensuite un répulsif. Dans ce même ordre ». Au niveau préventif, le Prof. Francis conseille de ne pas laisser des fenêtres ouvertes si la lumière est allumée et d’éviter de laisser l’eau stagnante : il s’agit de l’habitat le plus prospère à la prolifération de cette espèce.

     

     

    Rupture de stock en France

    VENDREDI, JUILLET 5, 2019 - 21:19

    PAR LR.

     

    L’invasion du moustique tigre en France fait la une de la presse ce week-end : 51 départements français sont impactés. De vastes opérations de démoustication ont été menées à Bergerac (Dordogne) et à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). À Toulouse, qui avait été fortement impactée l’an dernier, des pièges ont été installés partout dans les écoles et dans les crèches.

    Si vous voyagez en France, il faudra faire attention à ces insectes, qui ont l’habitude de piquer tôt le matin et en fin d’après-midi, comme l’explique le Dr Jean-Christophe Marot, infectiologue et responsable de la Travel Clinic à la Clinique Saint-Pierre d’Ottignies. Si vous êtes piqué, les instructions à suivre sont très simples (lire ci-contre). Pourtant, il vaut mieux amener vos répulsifs et vos lotions de Belgique, car certaines pharmacies françaises sont actuellement en rupture de stock. Comme le rapportait un pharmacien de Blénod-lès-Toul (Meurthe-et-Moselle) à nos confrères de France 3 ce 3 juillet, il y a une rupture de stock en tout ce qui concerne les produits calmants et répulsifs. Afin de pallier ce problème, le pharmacien donne des conseils pour apaiser les piqûres dans l’immédiat : bien laver la peau, par exemple, afin d’éliminer l’agent qui cause l’irritation. Pourtant, il vaut mieux se prémunir. En l’occurrence, cela veut dire amener sa petite pharmacie de Belgique si vous partez bientôt en France.

    PAR LR.

    Source 

     

  • Dans les nouveautés La Petite Boutique de Nandrin annonce ....

    Lien permanent

    Sur la page Facebook La Petite Boutique de Nandrin

     

    Une nouvelle créatrice fait son entrée à La Petite Boutique de Nandrin: Anne-Caroline Villers de Respirer le Bonheur 
    C'est un grand plaisir que de promouvoir le bien-être avec des produits naturels de qualité.
    Anne-Caroline crée ses synergies d'huiles essentielles avec  et passion.

    A découvrir sans tarder !!!

     

     

     

  • Offre d'emploi

    Lien permanent

    OFFRE D'EMPLOI : EMPLOYE DACTYLOGRAPHE (M/F)

    Le CHBA recherche, pour un démarrage rapide, un employé dactylographe (m/f) à temps plein, sous contrat à durée indéterminée, pour le service de Dactylographie médicale de Seraing.

    Le profil de la personne sera le suivant :
    Baccalauréat ou équivalent en dactylographie médicale.
    Une expérience dans le milieu hospitalier ou en polyclinique est indispensable.
    Parfaite maîtrise de l’orthographe.
    Excellente connaissance des termes médicaux et des médicaments.
    Méthodique, rigoureux et sens de l’organisation.
    Méticuleux et précis.
    Sens du travail en équipe.
    Respect de la confidentialité des informations traitées et discrétion.
    Très bonne maîtrise des logiciels informatiques classiques (MS office et en particulier Word). 
    Remarque : il ne s’agit pas d’un poste de secrétariat médical, les tâches consistent à dactylographier en continu les protocoles médicaux.

    Nous offrons :
    Un contrat à durée indéterminée à temps plein
    Une rémunération en rapport avec la fonction exercée, chèques-repas, possibilités d’évolution de carrière et de formations (interne ou externe), …

    Contact : 
    Candidature et curriculum vitæ à envoyer par courrier pour le 15 août 2019 au plus tard à l’attention de Mme Marie-France ANSAY – Directeur opérationnel - CHBA - Rue Laplace 40 à 4100 SERAING
    Renseignements : Service du Personnel : tél. 04/338.72.90 - fax 04/338.72.78

    NB : Il ne sera répondu qu’aux candidats qui remplissent impérativement les conditions souhaitées.

     

     

  • Les travaux sont finis à la Pharmacie Baecken de Nandrin

    Lien permanent

    Les travaux sont finis à la pharmacie Baecken route du Condroz Fraineux Nandrin .


    Ils sont maintenant superbement installés dans les nouveaux locaux .

    En bordure de la N 63 route du Condroz , un parking facilement accessible, des places adaptées PMR sont également disponibles.

    Adresse : Route du Condroz 207, 4550 Nandrin
    Téléphone : 085 51 12 75

  • Samedi 13 juillet 2019 La Fête au Village à Saint-Séverin

    Lien permanent

    Un moment de convivialité  prendre un verre avec des amis , manger un pain saucisse , boissons softs , bières spéciales , Grimages , jeux en bois pour jeunes et moins jeunes , château gonflable, ping-pong , pétanque,kiker...... et un fond de musique pour agrémenter la  soirée

    Fête au Village


     · Organisé par Bourgmestre + Nandrin

    Fête au Village clic ici 

     

  • Des vieux GSM ont été récoltés dans les écoles : 118 kg

    Lien permanent

    Selon une estimation, plus de 3 millions de téléphones portables dorment dans les tiroirs des Belges. Au printemps, la Région wallonne avait lancé une grande collecte dans les écoles secondaires et supérieures afin de recycler ces appareils via l’ASBL Recupel. Le bilan vient de tomber. « Nous avons pu récupérer 118,6 kg, ce qui fait près de 1.500 GSM et smartphones », indique le cabinet du ministre wallon de l’Environnement, à la base de l’initiative.

    L’opération n’avait duré que quatre jours, du 1er au 4 avril. « C’est typiquement le genre d’organisation qui doit s’installer dans le temps et devenir un rendez-vous annuel. Tout le monde n’a pas eu le temps de vider son téléphone de ses données pour pouvoir le donner dans le timing prévu », explique le cabinet Di Antonio, donnant en exemple le Grand nettoyage de printemps. Lors de son lancement en 2015, 10.000 volontaires avaient accepté de se retrousser les manches pour nettoyer les abords de leurs communes. En 2019, ils étaient 163.055. Le nombre de participants a donc été multiplié par seize en l’espace de quelques années. « On pourrait connaître une croissance de ce type avec les GSM usagés », estime-t-on chez le ministre wallon de l’Environnement. Au-delà de la récolte, l’objectif était également de sensibiliser les jeunes, grands consommateurs de ces joujoux technologiques.

    Peu écologiques

    Aujourd’hui, ils comptent plus de 70 matériaux différents, dont une cinquantaine de métaux. Leurs alliages sont parfois complexes et rendent nombre d’entre eux difficiles à recycler. Les éléments viennent de partout sur la planète. Entre sa fabrication et sa livraison, un smartphone aura « parcouru » l’équivalent de quatre fois le tour du monde… Pas très écologique.

    Par Y.H.

    Source 

  • La propriété du 18e siècle, est proposée à 525.000 euros

    Lien permanent

    L’annonce de la vente de la maison appartenant à Raymonde Lamy, veuve de Freddy Terwagne, dans la rue Gaston Grégoire, a surpris beaucoup de monde à Amay. La doyenne de l’entité, décédée le 2 mai dernier à l’âge de 100 ans, tenait énormément à sa maison canoniale (relative aux chanoines, des dignitaires ecclésiastiques NDRL) et craignait qu’après sa mort, le bâtiment soit dénaturé par le nouvel acheteur. Elle avait trouvé l’apaisement lorsqu’un ami antiquaire s’était porté acquéreur et lui avait laissé la jouissance du bien jusqu’à sa mort. Un projet culturel avait été évoqué.

     

     

    À présent, la propriété du 18e siècle est en vente pour la somme de 525.000 euros, via l’agence immobilière Allen Keapler. « J’ai acheté cette maison pour faire plaisir à Madame Lamy, qui était une amie intime de ma mère, j’ai toujours adoré cette bâtisse qui constitue un joyau à Amay. Mais cinq ans plus tard, je mène un autre projet de restauration important et la maison canoniale nécessitant d’importants travaux, je n’ai pas les moyens de financer ces deux chantiers de front », explique l’actuel propriétaire. Il affirme toutefois veiller à l’avenir du site: « Je ne vendrai pas à n’importe qui, car l’immeuble doit être respecté. L’idéal serait un collectionneur ou un amateur d’art... Mais la maison étant classée, cela devrait déjà la protéger. »

     

     

     

     

    Il est vrai que la bâtisse, située à deux pas de la Collégiale, possède plus que du cachet : extérieurement, elle mérite déjà le coup d’œil mais, à l’intérieur, son aménagement est remarquable. Au-delà de l’espace de vie de 475 m², elle possède un majestueux escalier, des boiseries, des portes, des cheminées, des volets, des moulures, des peintures d’époque. En réalité, l’intérieur a peu évolué depuis le 18e siècle. Même le mobilier en est le témoin. La demeure possède 6 chambres, deux salles de bain, une véranda et cinq caves. Mais attention, les importants travaux de rénovation s’annoncent très coûteux.

     

     

     

     

    Javaux: «Plus tôt, on aurait pu être intéressé par un achat»

    Comme beaucoup d’autres, Jean-Michel Javaux a appris la mise en vente de l’ancienne maison canoniale sur internet. Bien que la valeur patrimoniale du bien soit sans conteste, la commune d’Amay ne souhaite pas se porter acquéreuse. « Si la vente s’était produite plus tôt, avant la Maison Hanoul où nous avons installé la Maison du tourisme, on aurait pu être intéressé. La commune est limitée en capacité d’emprunt et il ne faut pas oublier le budget aménagement intérieur et rénovation. Nous n’avons donc pas de projet mais resterons attentifs au devenir de la bâtisse. »

    Le Roi Baudouin a salué sa dépouille

     

    Freddy Terwagne.
    Freddy Terwagne. - S.DT

    Cette maison possède une fameuse histoire.

    Sur les fondations de la bâtisse actuelle, avait été construite une habitation de chanoine (Godefroid Emont), avec un clos et un jardin, au milieu du... 15e siècle. La maison telle qu’on la connaît aujourd’hui date du 18e siècle. Le chanoine Ferdinand Gossuart va bâtir la première partie de la maison (l’aile sud) dans le premier tiers du 18e siècle. Son neveu, Godefroid Gossuart, va lui succéder mais son goût du luxe va lui être fatal: il meurt désargenté, ayant dépensé plus que ses moyens, notamment investis dans la maison canoniale. C’est à lui qu’on doit la rehausse du corps de bâtiment en 1740, la construction de l’aile nord et l’imposant portail qui porte d’ailleurs son blason (deux G entrelacés).

    A sa mort, deux chanoines (Berryer et Lempereur) vont y vivre avant la fin de l’Ancien Régime.

    En 1826, le site est acheté par la famille de Walcker. En 1880, la propriété passe aux mains du docteur Benjamin Wibin Senior qui la lègue à son fils (au même nom) qui y meurt en 1939. C’est à cette période que les parties essentielles de la maison sont classées par la commission des sites et monuments. La fille cadette du docteur Benjamin Wibin Junior occupe la propriété avec son mari André François (dont le père était bourgmestre d’Amay, Auguste François) jusqu’au décès accidentel d’Agnès. André François reste avec ses enfants jusqu’à sa mort en 1965.

    Le bureau de Robert Collignon

    Ses enfants revendent alors la maison à Raymonde Lamy, la seconde épouse de Freddy Terwagne. Raymonde Lamy, passionnée de belles choses, était antiquaire à Liège, Freddy Terwagne a quant à lui été avocat, député, bourgmestre d’Amay et ministre socialiste des Relations communautaires sous les gouvernements Eyskens-Merlot (1968-1969) puis Eyskens-Cools (1969-1971). Régionaliste, il a été l’un des artisans de la révision constitutionnelle belge de 1970, au cours de laquelle les Régions, dont la Région wallonne, sont inscrites dans la Constitution. A la mort prématurée de l’homme d’Etat à l’âge de 45 ans, la Roi Baudouin est venu saluer la dépouille de l’homme d’Etat dans sa maison amaytoise.

    « André Cools a certainement eu des réunions avec Freddy Terwagne dans sa demeure à Amay. Robert Collignon, ancien bourgmestre d’Amay, y avait même son bureau d’avocat, tout un temps », complète Jean-Louis Matagne, conservateur du musée communal et passionné de patrimoine et d’histoire locale. Ce dernier espère lui aussi que la demeure canoniale sera respectée par le nouveau propriétaire.

    Par A.G.

    Source et photos clic ici 

     

  • BAUDET’STIVAL À BERTRIX DANS LES IDÉES SORTIES SUR LE BLOG

    Lien permanent

    Le Baudet’Stival : un festival de musique et groupes variés,3 jours de bonne humeur et de découvertes musicales.
    Musique, ambiance, été, vacances, décontraction, culture,voilà les ingrédients qui caractérisent ce festival. À
    l’affi che: Jenifer, Kendji Girac, Mossiman, Louis Bertignac,Coeur de Pirate, Soprano...

    EN PRATIQUE
    Du 12 au 14 juillet 2019
    Centre-ville – 6880 Bertrix
    Infos : 0497 30 99 68

     

  • CRISNÉE COVER FESTIVAL DANS LES IDÉES SORTIES DU BLOG CES 12, 13 et 14 JUILLET 2019

    Lien permanent

    Les amateurs de concerts reprises et tributes sont invités au Crisnée Cover Festival. Découvrez une affi che de folie !
    Comme chaque année, les meilleurs tribute bands sont à l’affi che : The Clark Gable’s, U2 par Achtung Babies,
    ACDC par High Voltage, The Kilt, GOLDMAN par Goldmen, MISTER COVER, DJ Charley, DISCO PARTY SHOW…


    EN PRATIQUE
    Du 12 au 14 juillet 2019
    Grand’Route 23 – 4367 Crisnée
    Infos : www.crisneecoverfestival.be

    Source 

    Cette année encore le programme s’annonce haut en couleur pour célébrer la demi-décennie du festival le plus convivial de la Province.

    Les deux grandes nouveautés cette année sont avant tout un programme exceptionnel sur 3 jours dans une ambiance conviviale, Rock, Pop et Disco, pour les néophytes, les amateurs ou encore les fidèles connaisseurs ainsi que la mise en place d’une seconde scène couverte, afin de se parer aux différentes conditions climatiques. « On brasse d’ordinaire 5.000 personnes lors du festival. Cette année, avec le programme sur 3 jours, nous espérons atteindre entre 7.000 et 8.000 festivaliers », souligne André Joyeux, organisateur.

    Pour cette 5ème édition, un nouveau concept fait également son entrée en ouverture du festival : l’ApéRock, l’occasion de (re)découvrir les clips des plus grands groupes de l’histoire. « Chaque année, on voit les habitués revenir avec toujours plus d’enthousiasme et ça fait chaud au cœur. Cela nous pousse à toujours proposer davantage. D’ailleurs, en plus des divers concerts, de nombreux produits artisanaux seront à déguster et un espace enfant avec animations, jeux, goodies et grimages est mis à disposition ».

    Rendez-vous ce vendredi 12 juillet dès 17h pour le début des festivités qui se clôtureront le 14 juillet avec DJ Charley de Nostalgie et à 20h un concert du groupe Disco Party Show.

    Le festival est gratuit pour les moins de 12 ans et accessible aux personnes à mobilité réduite. Pour plus d’informations sur le festival ou les préventes, rendez-vous sur www.crisneecoverfestival.be.

    Source 

  • Elle revient : Il n’a plus plu depuis le 19 juin 2019

    Lien permanent

    « Elle », c’est évidemment la pluie qui ferait du bien à nos jardins et à nos pelouses si elle retombait chez nous. En consultant les observations sur les trente-deux derniers jours de l’IRM, on constate que la dernière fois qu’il a plu à Bruxelles, c’était le 19 juin. Il avait bien « draché » ce jour-là puisqu’on avait récolté 13,4 mm de précipitations à Uccle. Il avait aussi bien plu le 15 juin (23,2 mm) et les 13 (7,4 mm) et 12 juin (13,4mm).

    Avec modération

    Depuis le mois de juillet, on n’a donc pas récolté la moindre goutte d’eau à l’IRM. Mais les choses vont changer. Il faudra profiter de cette dernière journée sans pluie, ce mercredi.

    Dès  aujourd'hui jeudi, tant l’IRM que MeteoBelgique prévoient des averses. Qui dureront jusqu’à samedi compris.

    Mais ne vous attendez pas à faire le plein de votre citerne d’eau. Les quantités prévues durant ces trois jours sont plutôt faibles.

    Le jour le plus pluvieux serait le vendredi avec 3 mm qui devraient être récoltés à Uccle même si la marge de prévision, hier, allait jusqu’à 10 mm.

    Retour des 25° dès mardi

    Le temps sec devrait revenir le dimanche jusqu’à mercredi prochain.

    Le jeudi 18 juillet, il y a un risque de pluie.

    Notons que, dès mardi prochain, le thermomètre devrait atteindre les 25 degrés et que cela risque de durer un certain temps.

    P. N.

    Source