Des vieux GSM ont été récoltés dans les écoles : 118 kg

Lien permanent

Selon une estimation, plus de 3 millions de téléphones portables dorment dans les tiroirs des Belges. Au printemps, la Région wallonne avait lancé une grande collecte dans les écoles secondaires et supérieures afin de recycler ces appareils via l’ASBL Recupel. Le bilan vient de tomber. « Nous avons pu récupérer 118,6 kg, ce qui fait près de 1.500 GSM et smartphones », indique le cabinet du ministre wallon de l’Environnement, à la base de l’initiative.

L’opération n’avait duré que quatre jours, du 1er au 4 avril. « C’est typiquement le genre d’organisation qui doit s’installer dans le temps et devenir un rendez-vous annuel. Tout le monde n’a pas eu le temps de vider son téléphone de ses données pour pouvoir le donner dans le timing prévu », explique le cabinet Di Antonio, donnant en exemple le Grand nettoyage de printemps. Lors de son lancement en 2015, 10.000 volontaires avaient accepté de se retrousser les manches pour nettoyer les abords de leurs communes. En 2019, ils étaient 163.055. Le nombre de participants a donc été multiplié par seize en l’espace de quelques années. « On pourrait connaître une croissance de ce type avec les GSM usagés », estime-t-on chez le ministre wallon de l’Environnement. Au-delà de la récolte, l’objectif était également de sensibiliser les jeunes, grands consommateurs de ces joujoux technologiques.

Peu écologiques

Aujourd’hui, ils comptent plus de 70 matériaux différents, dont une cinquantaine de métaux. Leurs alliages sont parfois complexes et rendent nombre d’entre eux difficiles à recycler. Les éléments viennent de partout sur la planète. Entre sa fabrication et sa livraison, un smartphone aura « parcouru » l’équivalent de quatre fois le tour du monde… Pas très écologique.

Par Y.H.

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel