Premier bilan des six lignes Bus Wel lancées le 29 avril dernier pour inciter à abandonner la voiture

Lien permanent

wel2.jpgNouveaux bus WEL : 21 fois plus  de passagers à Marche qu’à Mons.

« Directes, rapides et confortables », c’est ainsi que le TEC décrivait ses six premières lignes WEL lors de leur lancement le 29 avril dernier. Les bus traditionnels sont remplacés par des autocars climatisés avec Wifi gratuit. Le nombre d’arrêts est limité afin de garantir une bonne vitesse commerciale entre des pôles de moyenne ou grande importance (notre infographie). Le service est uniquement assuré le matin et le soir en semaine, pour permettre aux travailleurs d’effectuer l’aller-retour. Deux mois plus tard, le TEC tire un premier bilan.

C’est la ligne Marche-en-Famenne/Liège qui s’en tire le mieux, avec un total de 1.893 voyageurs, soit une moyenne de 210 voyageurs par semaine. L’analyse plus fine des statistiques montre des pointes hebdomadaires à 260 et 276. À l’inverse, la liaison entre le village d’Athis et Mons passant par Dour ne totalise que 87 trajets. La dernière semaine de juin n’a enregistré qu’un seul aller-retour. Braine-l’Alleud/Wavre fait à peine mieux avec 101 usagers en 9 semaines.

 

« Les WEL sont typiquement des lignes qui doivent s’insérer dans la durée. Elles visent à convaincre les automobilistes d’abandonner leur véhicule et d’opter pour une solution durable et écologique. Ce transfert de mode de déplacement est extrêmement complexe en Belgique », explique Stéphane Thiery, directeur du marketing du TEC. La société de transport compte beaucoup sur la rentrée de septembre. « Des échos d’étudiants qui ont testé le produit nous reviennent. Ils viendront chez nous, une fois qu’ils auront achevé leur abonnement SNCB », indique notre interlocuteur, donnant en exemple la ligne WEL Marche/Liège que nous avons testée.

Enquête de satisfaction

Le TEC vise au moins un taux de fréquentation équivalent aux bus Conforto. Pour l’atteindre, le WEL Marche-Liège devrait embarquer près de trois fois plus de passagers. « Nous allons tout faire pour que ce service réponde au mieux aux besoins de la population. En septembre, nous mènerons une enquête de satisfaction pour voir notamment s’il faut maintenir le principe des réservations », promet le directeur marketing. Les horaires et des points d’arrêt pourraient être adaptés.

« Ces lignes sont des projets menés dans des environnements très différents les uns des autres », ajoute Vincent Peremans, administrateur général de l’OTW, l’Opérateur de Transport de Wallonie. « Nous ferons l’évaluation après un an. Si certaines lignes ne fonctionnent pas, nous proposerons de les arrêter pour éviter de gaspiller de l’argent public. » L’OTW suivra de près l’évolution de la fréquentation mois. Une croissance, même faible, laisse de l’espoir. Par contre, une baisse à l’automne pourrait suggérer que des voyageurs ont testé et n’ont pas été convaincus.

« Nous avons mené deux grandes campagnes de communication sur le WEL. Nous en ferons encore une à l’automne, puis on laissera faire le bouche-à-oreille. Pour le Conforto3, lancé en avril 2018, il nous a fallu un an avant qu’il ne soit rempli. Je pense que le WEL est un bon produit en termes de confort et de prix », conclut Vincent Peremans. Si la mayonnaise prend, l’OTW a 34 autres projets de ligne WEL pour 2020.

Moins cher que le train, et plus rapide

7h40 du matin à Marche-en-Famenne.
Nous guettons le WEL à destination de Liège.
Deux personnes attendent.
« Non, nous allons sur une autre ligne.
Mais je connais le WEL. Ma femme l’a pris pour rejoindre à Liège.
C’est plus rapide que le train.
Cela faisait longtemps qu’on attendait une telle liaison », dit l’un d’eux. Le bus arrive.
Je suis seul à bord avec le photographe.
« Vous seriez monté avec moi de Liège, vous auriez eu du monde à interviewer. Je viens de décharger une vingtaine de passagers au terminus de Marche.
D’habitude, j’ai une jeune étudiante malentendante à cette heure-ci, mais c’est les vacances », explique Arnaud, le chauffeur.
Un peu plus tard, une passagère monte et éprouve des difficultés à scanner son QRCode prouvant qu’elle a réservé et payé.
« Cela m’est déjà arrivé la semaine dernière. J’ai un nouveau téléphone », dit Joëlle Petillon en s’installant. « Nous sommes en général quatre dames à voyager ensemble, nous avons sympathisé à bord. Les congés ont déjà commencé pour elle. »
Joëlle descend à Liège Opéra.
Jusqu’à présent, elle rejoignait Huy en voiture puis elle prenait le train.
« Maintenant, le parking est payant à la gare de Huy. Avec le train, cela me coûte 138 euros par mois, sans le trajet en voiture. Le prix du bus est plafonné à 70 € par mois. »

« Cela va le stage des enfants ? », demande Arnaud à une dame qui valide à son tour.

« Oui », répond Dorien Van Hede. « Avec mon compagnon, nous utilisons ce service depuis la mi-juin.

Nous travaillons tous les deux au CHU où il y a un vrai problème de parking. Nous devons souvent tourner avant d’avoir une place. Le bus nous dépose juste à deux minutes du travail.

Le seul souci, c’est l’horaire. Le bus passe ici à 7h25. Or la crèche n’ouvre qu’à 7h30.

Je dois donc attendre le suivant à 8h30. J’aimerais bien en avoir un à 8 h, même chose au retour.

C’est un peu juste. »

Un prix très raisonnable

Pas le temps d’approfondir la question. Nous arrivons à Nandrin pour reprendre dans l’autre sens le dernier bus de la matinée vers Marche.

Une jeune fille somnole à l’avant et ouvre les yeux à notre arrivée.

« J’ai pris le tout premier bus ce matin à Marche pour aller saluer de la famille à Neupré.

Maintenant, je rentre. C’est la première fois. Je suis encore étudiante.

D’habitude, j’utilise le TEC pour de plus courtes distances où je paie parfois jusqu’à 2,50 euros.

En comparaison, le prix du WEL est très raisonnable. Le Wifi fonctionne super-bien.

Le temps passe vite.

À mon avis, je vais le reprendre plusieurs fois pendant les vacances », estime Amandine.

PAR YANNICK HALLET

 Source  

Commentaires

  • Ces bus sont malheureusement incompatibles avec les horaires scolaires à Liège ! 8h10 place de l'Opéra. Et les cours commencent à 8h20.... impossible d'être à l'heure. Pour les élèves et les profs...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel