Des communes limitent la consommation d’eau, L’idée étant de faire face à la sécheresse

Lien permanent

Vous le sentez, la canicule s’est bien installée dans nos régions.

Et pour lutter contre la chaleur oppressante et vous offrir un peu de fraîcheur, vous êtes nombreux à remplir votre piscine ou à arroser davantage vos plantes préférées. Logique, diriez-vous. Eh bien, dans certaines communes wallonnes, on s’inquiète.

La raison ? Avec ces températures élevées, la consommation en eau augmente considérablement ce qui expose certaines communes à un risque de sécheresse. Jeudi, plusieurs appels à la vigilance ont déjà été lancés.

C’est le cas en province de Luxembourg. La commune de Tellin a même pris un arrêté où elle limite la consommation d’eau à un usage strictement ménager.

L’idée étant de faire face à la sécheresse en préservant autant que possible les nappes phréatiques. Mais rassurez-vous, vous serez tout de même autorisés à arroser votre potager. Vous voilà donc rassurés. En Sambre et Meuse, l’Association Intercommunale des Eaux Molignées qui s’occupe notamment des communes de Mettet, Fosses, Anhée et Onhaye, a demandé à tous les citoyens d’éviter au maximum de gaspiller l’eau pour certaines utilisations. Elle conseille notamment d’éviter le lavage des véhicules au tuyau d’arrosage, le nettoyage à grandes eaux des terrasses, trottoirs, sentiers, rues et rigoles mais aussi l’arrosage des cours, pelouses, jardins ou terrains de sport.

Dans le Condroz namurois, c’est via les réseaux sociaux que l’alerte a été donnée.

En effet, l’Association Intercommunale des Eaux du Condroz, qui couvre Ciney, Hamois, Havelange, et Somme-Leuze, a publié un message sur Facebook : « La canicule a débuté et les consommations s’envolent. Veillez à ne pas consommer d’eau inutilement. Les nappes d’eau souterraines sont à nouveau très faibles cette année. Il n’y a pas de restrictions officielles mais nous faisons préventivement appel à votre bon sens ! »

Vigilance également dans le sud-est de la province de Namur, à savoir Beauraing.

« La situation est beaucoup plus critique. La réalimentation de la nappe phréatique ne s’est pas faite correctement et donc, on part avec un handicap. La région n’est pas riche en eau et la prudence est de rigueur », développe Philippe Libertiaux, le directeur de l’intercommunale Namuroise de Services Publics de Distribution d’eau.

« Situation sous contrôle »

Pour le reste de la Wallonie, pas d’inquiétude, ou du moins pas pour le moment : « À l’heure actuelle, il n’y a pas de dispositions particulières à prendre. Nous sommes encore très loin de ce que nous avons connu l’année passée où la sécheresse s’était prolongée sur plusieurs semaines. Pour le moment, les habitants ne doivent pas changer leurs habitudes. On ne parle pas encore de pénurie mais ça tombe sous le sens de faire attention », rassure Benoît Moulin, le porte-parole de la société wallonne des eaux.

Par STEFANO BARATTINI

Source 

Les commentaires sont fermés.