• Ne pas attendre que nos pouvoirs déclenchent le « Plan Canicule » pour agir en bons citoyens !

    Lien permanent

    ü Il y a quelques jours, en prévision des fortes chaleurs attendues pour les prochains jours, on lisait dans certains quotidiens : La canicule arrive en Belgique: la phase d’avertissement du plan « fortes chaleurs et pics d’ozone » activée.

    Il n’est donc pas nécessaire d’attendre un déclenchement officiel pour que le citoyen puisse intervenir, à la place ou en plus des autorités locales.

    ü Des gestes simples et qui ne prennent pas beaucoup de temps.

    Si dans votre entourage, vous avez des parents, des proches ou des voisins plus faibles ou plus âgés, il est facile de leur rendre une petite visite pour s’assurer :

    • Qu’ils disposent d’eau fraiche (pas trop froide) à proximité et au besoin, les pourvoir en bouteilles d’eau (non pétillante et non sucrée).
    • Qu’ils boivent en suffisance et n’utilisent pas l’eau pour arroser les plantes !
    • Qu’ils disposent et mangent des fruits frais, comme des pommes pour leurs apporter aussi de l’eau. Ne dit-on pas, garder une pomme pour la soif ?
    • Qu’ils disposent d’un coin d’ombre et surtout qu’ils en profitent.
    • Si vous détectez une dégradation de la santé ou simplement une déshydratation chez ces personnes, n’hésitez pas à avertir votre CPAS et/ou votre Administration Communale pour le bien-être de tous. C’est aussi leur rôle !

     

    Ces quelques conseils, chacun les connait et les applique pour lui-même, autant en faire profiter d’autres qui, par la maladie ou la vieillesse les oublieraient !

    ü Posez un geste citoyen pour d’autres vous permet d’y penser aussi pour vous !

    Article de GyM

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

  • Brocante véhicules anciens et pièces le 7 juillet 2019

    Lien permanent

    Pour celles et ceux qui souhaiteraient encore s'inscrire, n'hésitez pas à vous rendre sur notre site internet pour le faire :
    www.republique-libre-de-tihange.be

    Pour toute information (et uniquement information), vous pouvez contacter le 0484/90.50.55 entre 18h00 et 21h00.

    Cette année, la République Libre de Tihange a décidé de consacrer une partie des emplacements de la Rue Warnant à la présentation de voitures anciennes , à une bourse de pièces mécaniques, catalogues et toutes activités consacrés à l'automobile d'avant 1985.
    C'est évidement "une première" et ils  espèrent déclencher un réel intérêt pour ce genre de manifestation.

     

  • Un beau succès pour la Brocante de l'école Saint-Martin Nandrin sous la chaleur d'un début de canicule à Nandrin

    Lien permanent

    Si en 2018, 550 brocanteurs s’étaient déplacés, ils étaient plus de  600 cette année. 

    Ils ont étalé leur marchandise sur près de 4 kilomètres, rue Rolée,  rue Sylvain Gouverneur, dans et autour de l’école Saint-Martin, et même sur la place communale des allées devant l’administration.

    65115088_388147915382410_6204119570907660288_n.jpg

    64988485_324717921800118_7911513863005143040_n.jpg

    64787480_896643890676331_925079322119634944_n.jpg

  • Pour les festivités de fin d'année à l'école Saint-Martin Nandrin , un attelage de chevaux ardennais à l'école

    Lien permanent

    Ce vendredi 21 juin 2019 , dans le cadre des festivités de fin d'année,  l'école Saint-Martin de Nandrin a eu le plaisir d'avoir un attelage de chevaux ardennais à l'école.

    Attelage Bernard Ridelle 

    Les petits des classes maternelles ont  profité avec leur institutrice l'après-midi, entre 13h et 15h30.

    A partir de 15h30, toutes les familles de l'école ont également monté à bord pour un petit circuit dans le centre du village. Les enfants étaient  accompagnés par un membre de leur famille.

    65213792_400610120545393_2793313628281896960_n.jpg

    64572885_917165175292456_4510134780888612864_n.jpg

  • En raison de la vague de chaleur, tout employeur est tenu de prévoir des mesures à appliquer pour protéger leur personnel

    Lien permanent

    Tout employeur est tenu de prévoir des mesures à appliquer en cas de fortes chaleurs

     

    La réglementation à ce sujet est assez générale, mais chaque entreprise doit effectuer une analyse de risques au sujet des ambiances thermiques sur le lieu de travail et déterminer des mesures de prévention, en concertation avec son Comité pour la prévention et la protection au travail.

    Lorsque, pour des raisons météorologiques, la température à laquelle sont soumis les travailleurs dépasse un certaine seuil, l’employeur doit offrir gratuitement des boissons rafraîchissantes appropriées, installer dans les 48 heures un dispositif de ventilation artificielle dans les locaux et, le cas échéant, protéger le personnel contre les rayonnements solaires (couvre-chefs, ...).

    Si la chaleur excessive persiste plus de 48 heures, l’employeur doit en outre accorder des périodes de repos.

     
    Les températures à partir desquelles des mesures doivent être prises dépendent de la charge physique de travail, plus ou moins lourde. Elles ne sont pas calculées en degrés celsius mais en WBGT (Wet Bulb Globe Temperature), un indice qui tient compte du taux d’humidité.

    Pour une charge légère, comme un travail de secrétariat, l’employeur doit agir à partir de 29 WBGT. Pour un travail très lourd, comme du bêchage en profondeur, c’est déjà le cas à partir de 18 WBGT.

    Un conseil pour les nombreux employeurs qui ne disposent pas d’un thermomètre approprié: le SPF Emploi fournit un tableau qui permet d’estimer l’indice WBGT à partir de la température de l’air et du pourcentage d’humidité, souligne Mme Ponnet. S’il fait 28 degrés avec 50% d’humidité, par exemple, l’indice WBGT est de 23.

     

    Source 

  • L'histoire avait ému la région, peine de travail requise pour avoir battu son chat à mort

    Lien permanent

    Le 3 avril dernier, plusieurs témoins avaient assisté à une scène de maltraitance envers un chat de la part d’un habitant de la rue Vankeerberghen, à Huy. Après divers sévices, l’animal avait été jeté dehors à coups de pied avant de décéder sous une voiture.

    Ce mardi, son bourreau, Hichem J., a comparu devant le tribunal correctionnel de Huy pour maltraitance animale. Interrogé, le Hutois a admis les faits, qu’il regrette. « Ce jour-là, j’étais dans un état second car je n’avais plus mon traitement. Je l’ai frappé violemment mais je regrette », a expliqué le prévenu.

    Pour Me Wauters, l’avocat de GAIA et de l’association Chaîne Bleue Mondiale, un tel acte de cruauté doit être sanctionné afin de faire respecter les droits des animaux. « De telles atrocités ne peuvent et ne doivent pas se produire en toute impunité ». Les deux associations réclament 1 € symbolique.

    Pénalement responsable

    Pour le Parquet, l’état mental du prévenu ne résulte en rien des actes qu’il a commis sachant que celui-ci avait fumé un joint peu avant les faits. « Le manque de discernement étant ainsi causé par le prévenu lui-même le rend pénalement responsable de ses actes ». Il a requis une peine de travail au sein d’un refuge assortie d’une peine complémentaire l’interdisant de posséder un animal durant 5 ans.

    Sa défense, Me Docquier a invoqué un trouble mental ayant « supprimé ses facultés cognitives et volitives » suite au manque du médicament pour stabiliser son état. À titre subsidiaire, il a plaidé en faveur d’une peine de probation autonome. Jugement le 10 septembre.

    LA.MA

    Source 

  • Il s’agit du dernier mandat de l’Anthisnois

    Lien permanent

    Marc Tarabella enfin député

    Après un couac, Marc Tarabella enfin député 

    « Il y a eu un retard à l’allumage. C’était une situation inconfortable essentiellement pour mes trois collaborateurs. Ils ne savaient pas s’ils devaient s’inscrire au chômage ou si leur contrat serait prolongé, comme cela devait être le cas… », glisse Marc Tarabella.

    Deux éléments ont provoqué ce « retard à l’allumage » :. après l’élection du 26 mai, Paul Magnette n’a démissionné de son poste de député que le 13 juin. Conséquence : la notification officielle des élus belges au parlement européen ne comportait pas le nom de Marc Tarabella. « Je ne savais pas si j’allais pouvoir prêter serment avec l’ensemble des autres députés le 2 juillet. Et je n’ai pas pu participer aux premières décisions de mon groupe concernant, notamment, l’élection des dirigeants du groupe social-démocrate. Enfin, finalement, grâce à l’appui du député Antonio Tajani, j’ai pu régler les problèmes administratifs. »

    une empreinte

    Depuis ce vendredi, Marc Tarabella figure donc sur la liste officielle des députés européens et prêtera bien serment le 2 juillet. Pour la dernière fois. L’Anthisnois annonce en effet que son 4e mandat sera le dernier. « J’approcherai de la soixantaine et je pense qu’à cet âge-là, j’aspirerai à travailler moins. Actuellement, j’ai encore de l’énergie, mais à un moment, il faut lever le pied. »

    Marc Tarbella avait par ailleurs déjà annoncé qu’il s’agirait de son dernier mandat en tant que bourgmestre. En attendant, il espère bien encore marquer de son empreinte le parlement européen : « J’aimerais poursuivre au sein de la commission agricole, on verra si c’est possible » conclut-il.

    A.BT

    Source 

     

  • Comment gérer l’échec scolaire de votre ado ? Les conseils d’une psychoéducatrice

    Lien permanent

    Votre enfant n’a-t-il rien foutu de toute l’année ? S’est-il réveillé trop tard ? A-t-il bossé comme un fou pour un résultat décevant ? Autant de cas de figure qui ne changent rien à l’affaire et qui, à écouter Valentine Anciaux, ne doivent pas vous faire hurler.

    Une expérience

    « De toute manière, c’est une expérience dont il faut tirer parti », explique la psychoéducatrice. « Discutez avec votre enfant. Dans le premier cas de figure que vous citez, demandez-lui son projet de vie, comment il compte attaquer l’année prochaine, les choix qu’il veut faire. S’il s’est réveillé trop tard, parlez-lui de sa stratégie qui n’a visiblement pas été optimale. Vous pouvez l’aider à préparer la session du mois d’août, peut-être avec l’aide d’un spécialiste du soutien scolaire… Et s’il a beaucoup travaillé sans y arriver, parlez avec lui de son orientation, mais surtout valorisez ses efforts. Valorisez votre enfant, dites-lui que vous avez confiance en lui. »

     

     

    Valentine Anciaux et Stéphanie de Schaetzen ont lancé psychoeducation.be, un site qui mérite le coup d’œil.

    « Narcissiquement, c’est épouvantable pour un ado de rater son année. Il est important de débriefer son résultat, mais aussi de laisser un temps pour lui permettre de digérer cette information », reprend Mme Anciaux. « Il ne sert à rien de le priver de vacances, de lui en parler sans arrêt, d’en rajouter. On peut très bien laisser passer le mois de juillet et préparer une seconde session en août. N’oubliez pas qu’un ado n’est pas son bulletin, que ce document ne reflète pas tout son être. »

    Pas de punition donc, « car c’est contre-productif…Mais si cela n’a pas marché en néerlandais, on peut envisager un stage en Flandre, par exemple. Imaginons que ce soit un stage de voile et qu’il adore ça, cela peut être très intéressant. Toujours avec son consentement, bien sûr. »

    La spécialiste lâche ensuite une phrase qui surprendra plus d’un parent : « Pour 75 %, nos réussites sont dues à l’intelligence émotionnelle et pour 25 % à nos connaissances ».

    Intelligence émotionnelle

    L’intelligence émotionnelle ? « Se connaître, avoir la maîtrise de soi, être capable de se fixer des objectifs et de les atteindre (automotivation), l’empathie ou la capacité de comprendre le mode d’emploi des autres et les relations interpersonnelles : « Tu as plein de potes, ce n’est pas rien ». Il est important de valoriser d’autres choses que les résultats scolaires et on peut profiter des vacances pour cela. Il n’y a pas que l’école mais plein de chemins pour réaliser ses rêves. Une expérience scolaire malheureuse ne signifie pas que vous ne pourrez pas faire un super-job plus tard. L’enfant qui passe son temps sur son smartphone, au désespoir de ses parents, va peut-être en tirer des choses incroyables qui feront sa réussite professionnelle plus tard. Aujourd’hui, des formateurs vont en entreprise pour développer cette intelligence émotionnelle. »

    En une phrase comme en cent : parents, ayez plus confiance dans le capital de vos enfants !

    Article de DIDIER SWYSEN

    Source