L’écurie Loom Horse’inn vient d’ouvrir route du Condroz 413 à Nandrin

Lien permanent

Nandrin: passionnés des chevaux depuis leur séjour africain

Au lieu-dit « La Tôle », la ferme Grandjean est transmise de génération en génération, depuis 100 ans. Emmanuel Grosjean et son épouse, Valérie Claes, ont repris l’établissement familial. Un terrain d’environ 7 hectares prêt à accueillir une trentaine de chevaux une fois les travaux terminés.

« L’idée n’a pas toujours été d’ouvrir une écurie… On a pensé à l’élevage de chèvres ou d’insectes ! », sourit Valérie. Le couple d’ingénieurs agronomes a vécu au Maroc, au Niger, au Rwanda et au Burundi. C’est en Afrique qu’ils ont développé leur amour des chevaux, où ils montaient régulièrement. À présent, Emmanuel, Valérie et leurs deux filles vivent à Huy. « Nous voulions allier la passion au travail tout en conservant l’esprit ferme et élevage », précise Valérie. Pour l’instant, la ferme est en cours de rénovation mais elle conserve en effet son aspect typique, cher au cœur d’Emmanuel.

L’étable a été transformée en écurie et abrite déjà 17 chevaux en pension. Au total, l’écurie compte 21 boxes. D’ici quelques mois, les propriétaires prévoient de rénover une autre partie de la ferme pour en faire des boxes plus grands, ou de stabulation, dans le but d’accueillir des vieux chevaux ou plusieurs chevaux ensemble. Au loin, des prés à perte de vue sont convertis en paddock afin de permettre aux animaux de gambader, mais aussi aux cavaliers et au personnel de l’écurie d’entraîner les chevaux. Tout a été pensé pour offrir une qualité de vie supérieure aux pensionnaires. Les équidés y sont chouchoutés.

Des concours équestres

Yannick Ledru, l’associé de la famille, est moniteur, éleveur et étalonnier. Il donne des cours particuliers aux cavaliers confirmés. « On vise surtout les cavaliers qui souhaitent s’entraîner pour des compétitions. D’ailleurs, l’année prochaine, nous allons organiser des concours avec la Ligue Équestre Wallonie Bruxelles », explique Yannick. L’homme, fier de son travail, n’hésite pas à rappeler le gage de qualité offert par l’écurie « Loom horse’inn » : « Le suivi que nous offrons est assez rare. On accueille la jument enceinte, on veille sur elle durant la gestation et puis, on s’occupe aussi du poulain et de le débourrer, l’éduquer », développe le moniteur.

Toutes les infos pratiques sont à retrouver sur la page Facebook des écuries Loom Horse’inn.

Un centre d’insémination équine dans un box sécurisé

Le centre d’insémination équine se trouve à l’arrière des écuries. Un service que toutes les écuries ne proposent pas… En clair, il s’agit d’un box sécurisé dans lequel la jument est inséminée. Juste à côté, un endroit est prévu pour un éventuel poulain, ce qui permet à la jument de rester calme lors de l’insémination. « Si la jument a déjà eu un poulain, le fait qu’il soit à ses côtés pendant la manipulation l’empêche de paniquer. Si la jument est stressée parce qu’elle est séparée de son bébé, elle peut blesser involontairement la vétérinaire », explique Yannick Ledru. Le centre contient aussi un laboratoire.

Une fois l’insémination terminée, la jument est suivie par la vétérinaire pour toutes les manipulations médicales. « L’équipe surveille le cheval et prend soin d’elle. Quand le poulain naît, on continue à s’en occuper. On a des boxes assez grands pour garder la mère et le bébé ensemble », précise Yannick.

E.F.

PAR ESTELLE FALZONE

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel