L’association des cardiologues va proposer des contrôles gratuits du 17 au 21 juin 2019

Lien permanent

 

Le saviez-vous ? Votre cœur bat en moyenne, 103.000 fois par jour… Du moins si vous allez bien. La Belgian Heart Rhythm Association (BeHRA) profite de la Semaine du Rythme Cardiaque pour faire le point sur une décennie de sensibilisation auprès de la population belge.

300.000 Belges souffrent de troubles cardiaques et 40.000 souffrent de fibrillation auriculaire (trouble du rythme cardiaque, voir ci-contre) sans le savoir. Inquiétant encore : chaque jour, environ 30 Belges sont victimes d’un arrêt cardiaque. Seuls deux d’entre eux survivront. Et la fibrillation auriculaire (FA), touche un Belge de plus tous les quarts d’heure.

Pas que le stress

« Une récente étude belge montre qu’un screening systématique des patients âgés de plus de 65 ans, par exemple lors de la visite chez le généraliste, permet de détecter plus de 2 % de cas de FA inconnus », explique le Dr Ivan Blankoff, cardiologue au CHU de Charleroi et président de la BeHRA.

À quoi sont dus les troubles cardiaques ? Stress, fatigue, mauvaise alimentation ? « Ces facteurs qui y contribuent mais vous ne pouvez pas tout remettre sur le stress. Les causes, ce sont principalement des défauts électriques du cœur qu’on ne connaît pas forcément », poursuit le médecin, « C’est même difficile à détecter. Vous sentez que votre cœur bat trop vite, vous vous rendez chez le médecin… mais le mal est passé. D’où la difficulté d’un diagnostic, les symptômes n’étant pas permanents ».

Ce qui explique l’importance de la prévention et de l’assistance. Là où certains pays européens ont un taux de survie concernant les incidents cardiaques, s’élevant à 20 voire 40 %, la Belgique atteint péniblement les 8 %. « Les personnes qui ne savent pas comment réagir s’abstiennent de le faire. C’est pourquoi il n’y a une intervention que dans un tiers des cas d’arrêt cardiaque en Belgique », explique le Dr Ivan Blankoff. Pour sauver davantage de vies, il faut dès lors améliorer la rapidité et l’efficacité de la réaction des personnes présentes lors de cas d’arrêt cardiaque. « Il faut savoir que, chaque minute qui passe, le taux de survie diminue de 10 % », souligne-t-il encore.

L’association de cardiologues organise gratuitement, du 17 au 21 juin, des contrôles du rythme cardiaque ainsi que des sessions d’initiation aux gestes qui sauvent. Des séances de cardio-training seront organisées dans près de 180 centres de fitness le samedi 15 juin. Une façon ludique et utile d’entraîner son cœur et de se familiariser avec son rythme !

M.SP.

 Source 

Plus d’infos sur www.monrythmecardiaque.be !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel