• Des coupures de courants sur le Condroz, averses intenses, orages, grêle, vigilance l’IRM place la province de Liège en alerte orange!

    Lien permanent

    Des coupures de courants il semblerait sur Ouffet ,Clavier ,Tinlot , Villers le Temple , Ombret , Amay aujourd'hui dimanche 19 mai 2019 en soirée .

    Le problème se situerait à la cabine Scry.

    Ils font le maximum pour rétablir l’alimentation

    Dimanche 20 h il semblerait que la situation est réglée et tout est rentré dans l'ordre !!! 

    Une Alerte Orange pour les orages .

    Donc soyez vigilants

     

    Des averses intenses accompagnées d’orages et de grêle pouvant conduire à des cumuls de précipitations importants en peu de temps continueront en effet à se développer localement dimanche après-midi et en soirée, précise l’IRM.

    Si l’est et le nord-est du pays devront composer avec les précipitations les plus marquées, l’ouest du pays devrait être épargné par les fortes averses, ajoute encore l’IRM.

    L’alerte orange restera en vigueur jusque 19h00 tandis que le code jaune s’appliquera jusque 22h00.

    Source 

  • En Belgique, les dépenses des partis politiques sont plafonnées : voici ce qu’ils comptent dépenser

    Lien permanent

    En Belgique, le financement des partis et les dépenses qu’ils peuvent engager durant une campagne électorale sont strictement réglementés.

    « La loi de financement des partis politiques a été adoptée en juillet 1989 », nous explique Pascal Delwit, professeur de sciences politiques à l’ULB. « Elle comporte principalement deux volets. »

    Le premier concerne le financement des partis. « Depuis 1989, ils peuvent bénéficier d’un financement public s’ils remplissent deux conditions. La première est de compter au moins un élu au fédéral. La deuxième, qui est plus formelle, c’est que le parti doit indiquer dans ses statuts ou dans son programme qu’il respecte et applique la Convention européenne des droits de l’homme. »

    Si les partis disposent d’un financement public et de dons de particuliers, les dépenses autorisées durant les quatre mois qui précèdent les élections sont elles aussi réglementées.

    « Tous les acteurs sont soumis au contrôle des dépenses électorales », ajoute Pascal Delwit. « Il y a deux catégories d’acteurs concernés. La première, ce sont les partis qui ne peuvent pas dépenser plus de 1 million d’euros. Les candidats ont également un plafond à respecter. Pour déterminer celui-ci, il faut connaître son statut. »

    Pour faire simple, les candidats dits « éligibles » peuvent dépenser 8.700 € auxquels il faudra ajouter 0,037 € par électeur vivant dans la circonscription. (NdlR : le nombre de candidats « éligibles » de chaque liste correspond au nombre de sièges déjà obtenus +1). Les candidats effectifs et le premier suppléant peuvent dépenser 5.000 €. Enfin, les autres candidats sont concernés par un plafond fixe de 2.500 €.

    59 millions

    Du côté de l’Institut de recherche VIVES de la KULeuven, on a calculé les montants que peut dépenser chaque parti pour la campagne 2019. Au total, ils pourront utiliser au maximum 59.030.694 €.

    Mais ce plafond théorique ne devrait pas être atteint. En se basant sur des scrutins précédents, des simulations ont été réalisées. Selon celles-ci, « seuls » 32.546.136 € seront utilisés, dont 3.347.342 € par le PS, 3.169.940 € par le MR, 2.612.684 € par le cdH ou encore 1.101.242 € pour Ecolo. Pour les Verts, qui nous ont livré leur budget total de campagne (lire par ailleurs), on peut remarquer que le montant calculé par ces chercheurs a été légèrement surestimé. 

    Di Rupo-Magnette: un duo de «dynamite douce»

    PAR DIDIER SWYSEN

    Paul Magnette qui ne ferme pas la porte à des négociations avec la N-VA, au contraire d’Elio Di Rupo. Depuis la sortie du numéro 2 du PS, au « Zevende dag », l’émission politique dominicale de la VRT, les observateurs flamands s’enflamment. Di Rupo-Magnette, c’est de la dynamite, entend-on. De la dynamite douce alors. S’il y a une « saine rivalité » entre eux, elle ne risque pas d’exploser, certainement pas à brève échéance. Tout se passe de façon bien plus subtile, même si 2019 marquera (sans doute) le passage de témoin entre eux à la tête du PS…

    Di Rupo et Magnette disent-ils vraiment des choses différentes ? Là où Elio Di Rupo a exclu de gérer avec la N-VA, Paul Magnette aurait donc laissé dimanche la porte entrouverte… À titre de comparaison, cette phrase puisée dans la presse flamande il n’y a pas un mois : « Magnette a encore répété clairement que le PS ne gérerait pas avec la N-VA, ce que même Di Rupo n’a jamais dit aussi explicitement. ‘Je n’exclus rien’, a encore affirmé le président du PS dans une interview donnée au Tijd ». À la VRT, Paul Magnette a exclu toute négociation portant sur la réforme de l’État et le confédéralisme, ne souhaitant pas perdre du temps à cela. Alors, bien sûr, il a été plus courtois à la télé flamande que dans un meeting du PS en Wallonie, mais Bart De Wever agit-il autrement ? Le risque (ou la chance) est faible de voir le PS négocier une majorité avec la N-VA et quasiment inexistant de voir les deux ténors socialistes s’étriper sur la question. Plus étonnante a été la sortie récente d’Elio Di Rupo sur la révision de la Loi de financement. Il n’envisageait des discussions qu’à l’horizon 2024, mais c’est rare dans son chef, lui qui balaie d’ordinaire ce genre de question. Paul Magnette a donc fermé la porte ce week-end, balançant le célébrissime « Nous ne sommes pas demandeurs ». Question de stratégie (le MR est prompt à critiquer un axe PS/NV-A sur l’institutionnel).

    Leur rivalité va-t-elle « exploser » sur la place publique après les élections ? En 2014, ils avaient surpris tout le monde en se présentant en duo aux négociations. On peut leur faire confiance pour trouver un système qui permette à chacun de trouver sa place cette fois aussi. Rien d’irréparable ne devrait donc les opposer… Certainement si le PS réussit ces élections. Le duo Di Rupo-Magnette ne repose pas sur une logique « clanique » comme au MR, entre Charles Michel et Didier Reynders. Ils n’incarnent pas des socialismes différents, appelés inéluctablement à s’affronter. Même si les scrutins du 26 mai se révélaient une Berezina pour le PS, on ne s’attend pas à un putsch. L’élection présidentielle aurait alors sans doute lieu plus tôt qu’à l’automne (ou l’hiver) prochain, mais toujours dans la courtoisie et la gratitude…

    Le leadership du PS peut-il influencer les négociations avec les autres partis ? En se présentant à l’Europe, scrutin où il est possible de réaliser un score « monstrueux » (la même liste de Mouscron à Arlon), alors qu’il a annoncé qu’il ne siégerait pas, restant bourgmestre de Charleroi, Magnette cherche le plébiscite qui confirmerait son statut de « prince héritier » et annoncerait son sacre prochain. Le fait de le voir, lui et non Di Rupo, à un congrès des socialistes flamands, montre que les « camarades du Nord » ne sont pas insensibles au charme du futur numéro un potentiel du PS. Son style décontracté, son verbe clair, la nouvelle génération (socialiste) qu’il incarne à merveille, sa très, très bonne connaissance du néerlandais (on oserait presque ajouter son côté « gendre parfait ») ne doivent pas non plus laisser insensibles d’autres leaders flamands, du CD&V, de l’Open VLD, de Groen… Gageons qu’Elio Di Rupo l’a déjà compris…

    2019, l’année où Paul Magnette s’est imposé comme le patron du PS. On le sait depuis longtemps : « Brutus » Magnette (47 ans) ne trucidera pas « César » Di Rupo (67 ans). Même si ses partisans piaffent d’impatience, le premier n’est pas un ingrat et sait ce qu’il doit au second. La donne changera-t-elle si, fort de résultats électoraux favorables et de négociations réussies, l’actuel président envisageait de rempiler encore ? Magnette ne peut être le Prince Charles du PS. Les camarades ne doutent pas que Di Rupo passera enfin le flambeau. Ils ont sans doute raison… Quoique Di Rupo reste l’homme de toutes les surprises. Souvenez-vous de la manière dont il les a tous pris de vitesse pour annoncer sa place sur les listes…

    Le Vlaams Belang utilise l’image de Francken: il porte plainte

     

     

    Theo Francken est furieux et il a décidé de porter plainte contre le Vlaams Belang. L’ex-secrétaire d’État N-VA à l’Asile et à la Migration n’apprécie pas que le parti extrémiste profite de sa popularité en Wallonie pour l’associer à sa campagne.

    En cause, une affiche du Belang où l’on voit la tête de Theo Francken, avec ce message : « Stop à l’immigration, votez Vlaams Belang ». « Le Vlaams Belang se répand en Flandre avec l’affirmation que j’ai mené une politique trop soft, que j’ai même échoué », précise Theo Francken. « Et il mène campagne en Wallonie avec ma photo. Il abuse de ma popularité au Sud du pays. C’est pathétique ! »

    Le VB, qui mène aussi campagne avec la photo de Marc Dutroux, soit dit en passant, est en effet présent en Wallonie pour cette campagne, ce qui explique ces affiches rédigées en français.

    L’affiche qui montre Theo Francken laisse penser que voter pour la liste 9 (le numéro du Vlaams Belang) est un vote pour Theo Francken. Le ténor de la N-VA a été alerté par des amis francophones. Le VB accompagne sa campagne d’une critique de la gestion de l’Asile, mais là, le nom de Francken n’est pas cité.

    Un vide juridique autour des réseaux sociaux!

     

    Les dépenses des partis sont réglementées, tout comme les supports sur lesquels ils peuvent faire de la publicité.

    Ainsi, un mouvement politique ne pourra pas acheter d’espace pub à la télévision ou au cinéma pour diffuser un spot. Par contre, il pourra diffuser ces vidéos dans des publications sponsorisées sur les réseaux sociaux.

    « Il y a un vide juridique évident », estime Pascal Delwit de l’ULB. « Sur Facebook, Twitter ou LinkedIn, les candidats peuvent diffuser des vidéos sponsorisées. Ils doivent néanmoins intégrer ces coûts dans leurs dépenses électorales. Et si la vidéo a nécessité des coûts de production, ils devront être également repris. »

    Mais les réseaux sociaux sont-ils un moyen efficace de toucher toute la population ? « Facebook permet une approche directe, mais est encore utilisé de manière artisanale », estime Pascal Delwit. « Le réseau social permet de faire du ciblage bien plus profond. » Se dirige-t-on vers des campagnes à l’américaine, où le « Big Data » joue un rôle prépondérant ? « Aux États-Unis, même le porte-à-porte se fait sur la base d’identifications très précises », conclut Pascal Delwit. « On est encore loin de tout ça en Belgique... »

    Les partis nous révèlent leurs secrets

    La Loi prévoit des plafonds pour les dépenses des candidats, mais aussi des partis. Mais combien comptent-ils réellement dépenser sur le millions d’euros prévu par la Loi ? Voici leurs réponses

    PS. Les socialistes précisent qu’ils « dépensent le budget légal » et « ne privilégient pas un moyen plutôt qu’un autre ». Le PS sponsorise des campagnes sur les réseaux sociaux : Facebook et Instagram, sans préciser de montant. « Nous y communiquons, par exemple, notre proposition sur les pensions. Les candidats utilisent des moyens plus classiques (tracts...) pour dénoncer les mesures négatives du gouvernement MR/N-VA. ».

    MR. Chez les libéraux, on explique que « la réglementation électorale autorise le parti à consacrer 1 million d’euros à la campagne ». Un tiers de ce budget va à des messages sponsorisés sur les réseaux sociaux. « Nous avons, par exemple, lancé une chaîne de libre expression à destination des jeunes, intitulée #NoFilter. Elle s’adresse aux primo-votants. Si elle est visible par tous, sa promotion n’est faite que vers les moins de 25 ans. » Le MR utilise tous les supports. C’est la Cellule Communication (10 personnes) qui s’en charge.

    cdH. Le budget ? « Celui prévu par le cadre légal », sans autre précision. « Nous travaillons de manière « traditionnelle », avec des affiches, flyers, toutes-boîtes, etc. Parce que c’est important de toucher tout le monde... Mais il est essentiel aussi d’être présent sur les médias sociaux - particulièrement Instagram - puisque les jeunes ont tendance à boycotter les médias traditionnels. » Le cdH utilise des messages sponsorisés sans indication de budget.

    Parti populaire. Le PP annonce dépenser 250.000 €, à parts égales entre le digital et les supports traditionnels. 75.000 € partent dans des messages sponsorisés sur les réseaux sociaux. « Oui, nous collaborons avec des leaders d’opinion pour atteindre des publics spécifiques », explique son porte-parole qui indique qu’une cellule de trois personnes a été mise sur pied pour la campagne.

    Défi. Pour le parti d’Olivier Maingain, la campagne représente un budget d’un peu moins d’1 million d’euros. Le parti amarante affirme avoir réduit le nombre de tracts papier et d’affiches et a invité les candidats « à faire de même ». Au niveau digital, le budget alloué se situe entre 40.000 et 50.000 €. Enfin, la campagne est pilotée par une cellule de 8 personnes.

    PTB. « Le budget pour la campagne électorale en Wallonie est de 150.000 € », nous précise le PTB qui consacre 30 % de ce budget aux meetings, événements et autres moments publics. 15 % du budget est alloué aux réseaux sociaux (sponsoring, graphisme, vidéo...) et environs 30 % à du matériel papier. Enfin, le PTB ne consacre que 5.000 € à des contenus sponsorisés sur les réseaux.

    Ecolo. « Le budget prévu pour la campagne électorale 2019 couvrant nos dépenses de Parti et de candidats est de 808.939,71 € », nous explique-t-on chez Ecolo, qui ne joue pas vraiment la carte des contenus sponsorisés sur les réseaux sociaux. « À titre d'exemple, le montant consacré à la promotion s'élevait à environ 7.000 € pour les élections communales. Nous sommes dans le même ordre de grandeur pour le scrutin du 26 mai... Nous nous appuyons surtout sur un large réseau bénévole de membres et de sympathisants pour donner de la portée à nos publications. »

    Listes Destexhe. Le budget du dernier né des partis est de 150.000 €. « Nous ne bénéficions d’aucun argent public, nous finançons notre campagne uniquement par des dons », nous précise-t-on du côté des Listes Destexhe, où l’on utilise « un peu » les posts sponsorisés sur les réseaux sociaux. Trois personnes pilotent la campagne avec l’aide d’un support extérieur pour la communication visuelle et digitale.

     

    PAR UN DOSSIER DE GUILLAUME BARKHUYSEN ET DIDIER SWYSEN

    ELECTIONS 2019

    Source 

    elec 19mai.JPG

  • C’est joli mais pas sans danger..... attention

    Lien permanent

    Centre Antipoisons : 5 % des appels pour des plantes toxiques

    Muguet, glycine, gui, houx, narcisse, primevère, rhododendron...

    Sur son site, le centre Antipoisons rappelle aujourd’hui les bons conseils en matière de jardinage. Parce que c’est la période et aussi parce qu’en cette période, quelques plantes sont particulièrement dangereuses. C’est le cas du muguet.

    « Le retour des beaux jours nous donne souvent envie d’aménager ou de réaménager nos jardins et autres espaces de plein air. Si vous décidez de planter de nouvelles espèces dans votre jardin, dans une cour d’école… ou d’installer une aire de jeu ou un bac à sable, soyez attentifs aux plantes dangereuses, tant pour les humains que pour les animaux de compagnie. Il est en effet peu judicieux de choisir des plantes potentiellement toxiques ou dangereuses pour un jardin où des enfants jouent ou pour une aire de jeux. Cela vaut aussi bien pour les plantes d’extérieur que pour les plantes d’intérieur » explique le centre.

    Lauriers, primevères…

    Ainsi 5 % des appels concernent des plantes toxiques : « Nous y ajoutons aussi les champignons », nous dit le porte-parole Patrick De Cock. « En 2018, cela représentait 2.429 appels mais 2.607 victimes, puisque, parfois, plusieurs personnes sont brûlées au même moment par exemple. »

    Les causes des appels sont variées. « Cela peut être un jeune enfant qui a mangé une plante, une personne qui est couverte de boutons après avoir travaillé au jardin, une autre qui est brûlée… On note que plus de la moitié des appels concernent des enfants », poursuit M. De Cock.

    Si l’on sait que la berce du Caucase est dangereuse, on sait peut-être moins que primevères, gui, glycines, narcisses, muguet… peuvent également vous conduire à appeler le centre Antipoisons. Tout est détaillé sur leur site : « La glycine est une plante toxique et irritante. Ce sont les gousses et les graines qui sont le plus souvent en cause dans les accidents chez l’enfant. Le suc de la plante est irritant pour les yeux. En cas d’ingestion de plusieurs graines, une surveillance à l’hôpital est recommandée », peut-on lire.

    Les jolies primevères ? « Elles peuvent être à l’origine de réactions allergiques au niveau de la peau. Cette allergie est due à la présence de primine dans la plante et s’observe surtout chez les fleuristes. La peau devient rouge et démange comme un urticaire avec parfois de l’œdème local et/ou des vésicules », nous dit-on.

    Le centre met encore en avant la toxicité des narcisses, des muguets, de la glycine, du houx, du gui… Mieux vaut prévenir que guérir. Le jardin, on y va pour l’admirer, pour y travailler… pas pour se retrouver chez le médecin.

    Vous ne connaissez pas la plante? Envoyez la photo

     

    PAR M.SP.

     

    Certes, le site du centre Antipoisons est relativement complet. Outre les plantes toxiques qui y sont répertoriées, on vous donne aussi des conseils pour bien choisir vos plantes ou on vous détaille également les symptômes en cas de contact ou d’absorption d’une plante toxique. Mais évidemment l’éventail est très large.

    « Pour évaluer le risque en cas d’intoxication avec une plante, il est nécessaire de connaître le nom de cette plante. Les baies, feuilles et autres parties de la plante doivent être identifiées. Il est donc utile de conserver le nom des plantes que vous possédez », dit le centre. Ce qu’évidemment, on ne fait pas toujours. Vous avez un doute ? Prenez votre plante en photo et envoyez-là, sur le site du centre Antipoisons qui se chargera de faire l’étude pour vous 

     

    PAR M.SP.

    Source 

  • Les travaux de rénovation de la Grand-Place d’Amay sont achevés.

    Lien permanent

    « La réception des travaux avec l’entreprise aura lieu jeudi à 13 heures, puis la place sera réouverte au public. Nous sommes très contents des travaux et du timing qui a été bien suivi. On s’est laissé quelques jours de sécurité pour le séchage des joints », commente Stéphanie Caprasse, échevine des travaux à Amay. Pour ne pas abîmer la place trop vite, la fête foraine de printemps a également été déplacée à la gare d’Amay. Au niveau du look de la place, c’est forcément beaucoup plus plane et net qu’avant, le nombre de places de parking reste inchangé et les emplacements ont été marqués au sol à la peinture blanche « pour être le plus discrets possible ».

    Afin de soulager les commerçants de proximité privés d’un parking immédiatement accessible, pendant une partie des travaux, la chaussée de Tongres a été coupée à la circulation dans le sens Huy-Liège entre les deux ronds-points. Cette portion de la N614 s’est alors transformée en parking provisoire. « Au début, les gens n’osaient pas y aller mais cela s’est vite amélioré. On avait d’ailleurs stationné deux véhicules communaux en épi pour montrer l’exemple, au début. Au final, on est satisfait, le parking était chaque fois complet. Certains auraient aimé que cela reste comme ça tout le temps », sourit l’échevine. Ce vendredi, les panneaux seront retirés et la circulation reviendra à la normale sur la chaussée Roosevelt.

      

    Quid de la brocante de la fête foraine ? Puisque la fête a été délocalisée à la gare, la brocante s’y déroulera également, nous indique l’échevine. Les années suivantes, la fête foraine retrouvera sa place sur la Grand-Place.

    La rue Paix Dieu accessible

    Autre ouverture très attendue : celle de la rue Paix-Dieu (côté bas) dans les deux sens depuis ce mardi. C’est désormais au tour de la rue Rochamps (le haut du tournant en l’épingle à cheveux) d’être bloquée pour cinq semaines environ. Les travaux consistent en une traversée de voirie (pose de l’égouttage). Les habitants de la rue Rochamps peuvent accéder à leur logement par le haut de la rue (au niveau du rond-point qui forme un carrefour avec les rues Velbruck, Saint-Lambert et Hamenton). Une signalisation "Excepté circulation locale" est prévue.

    Les rues résidentielles de Jehay ne devraient pas être trop impactées et la zone de police surveillera les différents flux. Un itinéraire de déviation est fléché via les N684, E42 (sorties 5 & 6) et la N614. Il s’agit là d’un chantier global de l’AIDE (Association Intercommunale pour le Démergement et l'Epuration) qui pose trois collecteurs d’eaux usées à Amay et Villers-le-Bouillet, dans le cadre de la réalisation du réseau d’assainissement de la station d’épuration d’Amay.

    A.G.

    Source 

  • Nos voisins vont proposer une carte d’identité mondiale

    Lien permanent

    En 2015, le dernier livre de Riccardo Petrella, « Au nom de l’Humanité », connaît un succès mondial. Pour lui, blancs, jaunes, noirs…, mais aussi Belges, Chinois, Canadiens…, nous sommes tous avant tout des habitants de la Terre.

    Et, contrairement aux sans-papiers ou aux apatrides, on ne peut exclure personne de la surface de la Terre. Dans la foulée, l’auteur propose de créer un gouvernement mondial qui unirait tous les êtres humains, plutôt que les diviser. En 2017, Catherine Schlitz, la présidente du PAC Angleur (et fille de l’ancien bourgmestre de Liège) avait invité Riccardo Petrella à une conférence qui avait connu un grand succès. « J’ai été enthousiasmée par ses idées et j’ai participé en décembre dernier à Verone à une première réunion de lancement de son projet », explique-t-elle.

    Là-bas, les 200 participants se sont mis d’accord sur une première concrétisation en proposant une carte d’identité mondiale à tous les citoyens.

    « Une carte qui n’aurait aucune valeur légale mais qui susciterait déjà ce sentiment d’appartenance commune à la Terre, reprend-elle. Et pour lui donner tout de même un caractère officiel, ce seraient les villes qui les distribueraient. »

    Six mois plus tard, une dizaine ont déjà donné leur accord. Rome, Lisbonne, San Lorenzo (Argentine), La Marsa (Tunisie), etc. « Et depuis quelques jours, j’ai reçu l’avis favorable de Willy Demeyer pour Liège », se réjouit Catherine Schlitz. Dans l’arrondissement, la commune et la ville de Waremme se sont également montrées favorables.

    Elle sera gratuite

    Alors concrètement, il s’agira d’une démarche volontaire de la part du citoyen qui devra la réclamer. « Elle sera gratuite, aura le format d’une carte de banque, légèrement plastifiée, en une seule couleur et sans photo pour diminuer les frais pour les communes. » (voir illustration)

    Reste maintenant à s’arranger avec l’ONU (Organisation des Nations-Unies) pour gérer tout l’aspect informatique car elles auront toutes un numéro spécifique et rentreront dans une banque de données. « Riccardo Petrella y a de bons contacts. » Et c’est à un artiste liégeois, Luc Pilmeyer, que l’organisation a confié le soin de dessiner cette carte d’identité mondiale. « J’ai pensé à tous ces migrants qui arrivent en Europe et qui n’ont aucun papier, explique-t-il. Si on pouvait au moins leur donner cette carte, ils se sentiraient déjà quelqu’un. » Et à quel horizon peut-on voir cette carte se concrétiser réellement ? « Pour que l’ONU s’en occupe, il faudrait au moins attendre les 500 villes d’ici l’an prochain, reprend Catherine Schlitz. Là Berlin, Paris et des tas d’autres ont déjà été contactés. On espère que cela fera vite boule de neige. »

    LUC GOCHEL

    Source 

  • Condamné pour avoir menacé de mort des policiers à Nandrin

    Lien permanent

    Le 12 mars dernier, alors qu’il revient d’un salon de l’Horeca quelque peu éméché, le prévenu est interpellé à Nandrin par deux inspecteurs de police ayant remarqué sa conduite dangereuse. Lors du contrôle, les policiers constatent rapidement l’état d’ivresse avancé du conducteur qui refuse d’obtempérer allant jusqu’à lancer les papiers du véhicule au visage des agents et refuser de se soumettre à l’éthylotest. Après avoir été privé de liberté, l’homme ira même jusqu’à insulter, proférer des menaces de mort aux agents, et leurs enfants, mais également détériorer le combi de police de plusieurs coups de pied et crachats.

    Déjà 10 condamnations

    Lors de l’audience, le prévenu a admis avoir menacé les agents mais ne garde que très peu de souvenirs de cette soirée. Lors de l’audience, le Liégeois avait amèrement regretté les faits précisant que lorsqu’il est sous l’emprise de l’alcool, il perd ses moyens. Avec 10 condamnations pour conduite en état d’ivresse et 3 pour coups et blessures volontaires et rébellion, le Parquet avait requis une peine de prison ferme, considérant que le prévenu avait été vulgaire et agi avec agressivité.

    Ce mercredi, le tribunal a rendu son jugement et a acquitté le prévenu de la prévention de dégradation retenue à son encontre précisant que malgré qu’il ait souillé le véhicule, il persistait un doute qui devait lui profiter quant au trou du panneau de la porte latéral. Étant donné la personnalité agressive et les problèmes d’alcool du Liégeois, celui-ci se voit condamné à une peine d’emprisonnement de 9 mois assortie d’un sursis pour 3 ans et une amende de 1.200 euros. Il doit également prendre en charge son assuétude à l’alcool et sa propension à la violence.

    Source