C’est joli mais pas sans danger..... attention

Lien permanent

Centre Antipoisons : 5 % des appels pour des plantes toxiques

Muguet, glycine, gui, houx, narcisse, primevère, rhododendron...

Sur son site, le centre Antipoisons rappelle aujourd’hui les bons conseils en matière de jardinage. Parce que c’est la période et aussi parce qu’en cette période, quelques plantes sont particulièrement dangereuses. C’est le cas du muguet.

« Le retour des beaux jours nous donne souvent envie d’aménager ou de réaménager nos jardins et autres espaces de plein air. Si vous décidez de planter de nouvelles espèces dans votre jardin, dans une cour d’école… ou d’installer une aire de jeu ou un bac à sable, soyez attentifs aux plantes dangereuses, tant pour les humains que pour les animaux de compagnie. Il est en effet peu judicieux de choisir des plantes potentiellement toxiques ou dangereuses pour un jardin où des enfants jouent ou pour une aire de jeux. Cela vaut aussi bien pour les plantes d’extérieur que pour les plantes d’intérieur » explique le centre.

Lauriers, primevères…

Ainsi 5 % des appels concernent des plantes toxiques : « Nous y ajoutons aussi les champignons », nous dit le porte-parole Patrick De Cock. « En 2018, cela représentait 2.429 appels mais 2.607 victimes, puisque, parfois, plusieurs personnes sont brûlées au même moment par exemple. »

Les causes des appels sont variées. « Cela peut être un jeune enfant qui a mangé une plante, une personne qui est couverte de boutons après avoir travaillé au jardin, une autre qui est brûlée… On note que plus de la moitié des appels concernent des enfants », poursuit M. De Cock.

Si l’on sait que la berce du Caucase est dangereuse, on sait peut-être moins que primevères, gui, glycines, narcisses, muguet… peuvent également vous conduire à appeler le centre Antipoisons. Tout est détaillé sur leur site : « La glycine est une plante toxique et irritante. Ce sont les gousses et les graines qui sont le plus souvent en cause dans les accidents chez l’enfant. Le suc de la plante est irritant pour les yeux. En cas d’ingestion de plusieurs graines, une surveillance à l’hôpital est recommandée », peut-on lire.

Les jolies primevères ? « Elles peuvent être à l’origine de réactions allergiques au niveau de la peau. Cette allergie est due à la présence de primine dans la plante et s’observe surtout chez les fleuristes. La peau devient rouge et démange comme un urticaire avec parfois de l’œdème local et/ou des vésicules », nous dit-on.

Le centre met encore en avant la toxicité des narcisses, des muguets, de la glycine, du houx, du gui… Mieux vaut prévenir que guérir. Le jardin, on y va pour l’admirer, pour y travailler… pas pour se retrouver chez le médecin.

Vous ne connaissez pas la plante? Envoyez la photo

 

PAR M.SP.

 

Certes, le site du centre Antipoisons est relativement complet. Outre les plantes toxiques qui y sont répertoriées, on vous donne aussi des conseils pour bien choisir vos plantes ou on vous détaille également les symptômes en cas de contact ou d’absorption d’une plante toxique. Mais évidemment l’éventail est très large.

« Pour évaluer le risque en cas d’intoxication avec une plante, il est nécessaire de connaître le nom de cette plante. Les baies, feuilles et autres parties de la plante doivent être identifiées. Il est donc utile de conserver le nom des plantes que vous possédez », dit le centre. Ce qu’évidemment, on ne fait pas toujours. Vous avez un doute ? Prenez votre plante en photo et envoyez-là, sur le site du centre Antipoisons qui se chargera de faire l’étude pour vous 

 

PAR M.SP.

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel