Maud Smiets se lance dans l’éducation animale et organise des ateliers avec les enfants à Nandrin

Lien permanent

Il suffit de passer la barrière en bois qui mène au jardin gigantesque pour comprendre que Maud sait s’y prendre avec les animaux. Pas d’animosité ou de méfiance de la part de ses deux chiens, Bwana et Reina. La Nandrinoise a bien éduqué ses deux chiens. Pas à la « dure » mais grâce à une méthode basée sur l’amour et la récompense : le renforcement positif. « À aucun moment, il n’y a un cri ou un geste violent pour le chien. On travaille avec l’animal, et pas contre lui. Le chien apprend à obéir grâce aux récompenses. Il assimile le comportement positif. De cette façon, on construit une relation de confiance avec l’animal », explique Maud.

Diplômée en commerce extérieur, Maud a travaillé dans une société d’exportation de bois vers l’Asie. Un métier à mille lieux de sa passion première : les animaux. Il y a cinq ans, elle tombe sur le site internet d’une école québécoise : l’école internationale de zoothérapie à Montréal. Ni une ni deux, l’amoureuse des chiens embarque son berger allemand, Luna, et s’envole vers Montréal, où elle se forme pendant un an. « J’ai découvert la zoothérapie quand j’avais 18 ans. J’ai traversé une période difficile et c’est à ce moment-là que j’ai eu ma chienne, Luna. Elle m’a sauvé la vie », confie Maud.

Ateliers pour enfants

Maud revient finalement en Belgique pour lancer son activité. La tête pleine d’idées novatrices, la coach canin a ajouté les ateliers pour enfants à sa palette d’offres. « Ces ateliers permettent aux enfants de comprendre le comportement des chiens, dés l’école primaire. Quand un enfant sait lire la gestuelle des chiens, ça permet de diminuer le risque de morsures », développe Maud. Une technique peu pratiquée en Belgique mais répandue en France, où la discipline est reconnue par l’état. C’est d’ailleurs grâce au PECCRAM (programme d’éducation à la connaissance du chien et au risque d’accident par morsure), un organisme français, que Maud a été reconnue comme intervenante. Grâce à ces cours, la jeune femme espère aussi inculquer le respect de tous les êtres vivants aux enfants.

Lors d’un stage à Montréal, Maud a été confrontée à de jeunes élèves en décrochage scolaire. « Ces jeunes ne s’expriment que par la violence et l’agressivité. C’est là que je me suis rendue compte de l’impact du chien sur eux. On apprend à l’enfant à reconnaître les différentes émotions du chien pour qu’il puisse gérer les siennes. En fait, le chien agit comme un miroir ». Elle conclut : « Je n’ai jamais l’impression de travailler, c’est une passion. C’est pour cela que le respect est si important pour moi. Si il s’avère que mon chien n’est pas d’humeur, je ne vais pas le forcer ».

ESTELLE FALZONE Source 

Les tarifs du pet-sitting et du coaching

Pour un coaching canin, comptez environ 75€ pour une première évaluation. Ensuite, chaque séance coute 55€. Ces tarifs peuvent varier en fonction de la situation. Pour le pet-sitting, comptez entre 16€ et 33€. Maud rend visite plusieurs fois par jour à l’animal lors de vacances ou d’un déplacement des propriétaires. Le prix varie en fonction du nombre de visite. Pour l’instant, l’entraînement de la chienne de Maud n’est pas terminé. Elle ne fait donc pas encore d’atelier pour enfant ou de séance de zoothérapie. Pour plus d’infos, Maud est joignable via sa page Facebook « Therapets », par mail (therapetsbelgique@ gmail.com), ou au 0485/75.98.32. - E.F.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel