• Petit rappel! Fermeture des recyparcs ce mercredi 1er mai

    Lien permanent

    Petit rappel! L'ensemble des recyparcs de la zone Intradel fermeront leurs portes ce mercredi 1er mai, jour férié en raison de la Fête du Travail.

    L'ensemble des activités reprendront normalement dès jeudi 2/05.

    Merci de votre compréhension et bon congé!

     

    Source 

  • Attention 30 km/h et des chicanes dans Villers le Temple

    Lien permanent

    Une décision prise et votée lors de l'ancienne législature .

    58377174_443727606174051_4166123671598923776_n.jpg

    Le centre de Villers le Temple est devenu une zone 30 km/h et la rue des 4 bras a été placé des chicanes .

    Voir les photos

     

    58377455_330816947635538_9147540875960647680_n.jpg

     

    58384512_291108665147010_463154528577912832_n.jpg

    58574718_329052701137876_7714932707356049408_n.jpg

    58444623_297590647859724_8293470338340093952_n.jpg

  • Jumelage St-Séverin-en-Condroz – St-Séverin-en-Charente,programme des festivités 2019

    Lien permanent

    Jumelage St-Séverin-en-Condroz – St-Séverin-en-Charente

     

    Programme des festivités 2019

     

    organisées avec le soutien de l’Administration Communale de Nandrin

     

     

    Jeudi 30 mai

    - 9h Petit déjeuner et verre de bienvenue à la salle communale pour les amis charentais

    - Après-midi libre dans les familles

    Vendredi 31 mai

    -  9h Départ du car à la salle communale vers Annevoie

    -  10h45 Visite guidée des jardins d’Annevoie

    -  12h15 Départ pour une petite balade sur la Meuse à Yvoir

    -  12h30 Repas sur l’île : Apéritif, barbecue – buffet, dessert, café

    -  19h précises Souper traditionnel des retrouvailles et soirée animée par DJ

    Samedi 1er juin

    - Journée libre dans les familles

    Dimanche 2 juin

    - Départ de nos jumeaux vers 9 h.

     

    Modalités de réservation et de paiement

     

    Les réservations relatives à l’excursion et au repas du vendredi 31 mai se font uniquement par paiement qui doit impérativement nous parvenir au plus tard le lundi 13 mai sur le compte de l’ASBL Comité de Jumelage de St-Séverin BE28 2400 4255 5520 sans oublier de mentionner en communication : excursion et/ou repas x adultes – x enfants de moins de 12 ans

     

    - Excursion Annevoie : participation aux frais de 40 € par personne (enfants de moins de 12 ans : 26 €)

    - Repas des retrouvailles et soirée : participation aux frais de 45 € par personne (enfants de moins de 12 ans : 31 €)

     

    Le nombre de places dans le car étant limité, priorité sera réservée à nos hôtes charentais ainsi qu’aux personnes les hébergeant. Si vous souhaitez

    - lors de l'excursion, effectuer le trajet en voiture, nous vous invitons à nous le signaler

    - lors du repas du vendredi soir, être assis à la même table que d'autres personnes, merci également de nous signaler. Nous ferons notre possible pour vous satisfaire.

    arrière 2019.PNG

    prgm 2019.PNG

  • le Collectif citoyen mise sur l’ancrage local aux élections régionales pour l’arrondissement Huy-Waremme

    Lien permanent

    Le Collectif Citoyen présente une liste complète aux élections régionales pour l’arrondissement Huy-Waremme. La plupart des candidats ne participent pas à leur première élection puisque le projet de mouvement citoyen les réunit depuis le dernier scrutin communal.

     

     

    29 bc.JPG

     

    « La création officielle du mouvement remonte à janvier. Les élections communales concrétisent notre ancrage local. La centaine d’élus locaux atteste d’une percée », observe Blaise Agnello. Ce dernier, conseiller CiM à Anthisnes, emmène la liste régionale. Le Collectif Citoyen se retrouve autour de constats : « La démocratie a du plomb dans l’aile, car les politiciens ne représentent plus correctement les citoyens. Notre mouvement vise une réappropriation de la souveraineté politique par les citoyens. On aspire à un retour des gens comme acteurs du processus de gestion de la cité, c’est-à-dire une réelle ouverture du système politique à la population », estime Blaise Agnello.

     

     

    Les candidats parlent de projet de société plutôt que de mesures politiques. Concrètement, le Collectif Citoyen propose notamment une vraie participation citoyenne accrue, de l’éthique avec un cadre déontologique strict et contraignant, une transparence institutionnelle ou encore davantage de justice sociale et fiscale. « On souhaite également une transformation du Sénat en assemblée tirée au sort, la possibilité d’un référendum d’initiative citoyenne précédé de débats et d’information. On plaide pour l’interdiction du cumul de mandats effectifs et la limitation temporelle de la fonction d’élu. On veut une révision du principe de rémunération et d’indemnité des représentants politiques, ainsi qu’une intelligibilité des textes de loi », résument les membres de la liste.

    Jeannick Piron (Villers-le-Bouillet) occupe la deuxième place effective. Cette ancienne conseillère communale nandrinoise apparaît parmi les précurseurs avec sa liste citoyenne en marge de la mandature précédente. « La démocratie me semble en danger si aucune offre alternative n’apparaît. »

     

     

    Le troisième candidat, Pascal Jamsin, vient d’Amay : « Ma candidature s’inscrit dans la continuité de mon mandat actuel, car j’aspire à une démocratie plus ouverte et des services plus efficaces. »

     

     

    Une ancienne bourgmestre figure en quatrième position : Anne Luymoeyen (Clavier), « touchée par la charte du mouvement qui correspond à la philosophie que je défends, à savoir de l’éthique et de la transparence pour réinventer une société plus juste et équitable. »

     

     

    Les suppléants affichent également un ancrage local. Emmanuel Lobet mène l’opposition à Ouffet.

     

     

    Clara Loyens vient de Huy.

     

     

    Luc Lhoest (Remicourt) siège à Remicourt : « J’ai découvert le fonctionnement des partis traditionnels en 2012 avec des abus et des décisions parfois opposés à l’intérêt du citoyen. Avec mon groupe Vous, je porte désormais une volonté de changer la manière de faire de la politique avec une remise du citoyen au centre des débats. »

     

     

    Isabelle Havelange (Marchin) clôture cette liste régionale. Enfin, des candidats de l’arrondissement figurent sur la liste fédérale, comme Olivier Carlens (Remicourt), Elodie Stas (Héron), Dijon Kraja (Huy), Nicole Burette (Burdinne), Nathalie Petre (Marchin), Philippe Mercier (Nandrin) et Anaïs Masillon (Amay).

     

    Article de  JUMA

     

    Source 

  • Concert fin d'études samedi 4 mai 2019 Conservatoire de Huy

    Lien permanent

    Pour la première année, nos étudiants en fin d'études seront accompagnés par l'Orchestre de Chambre de Huy. Cet événement sera organisé sous forme de concert, le samedi 3 mai, à 19h, Hall du Conservatoire.

    Entrée gratuite.

    Conservatoire de Huy

     

  • 100% Vin vous propose une dégustation de rhums en toute convivialité le 3 mai 2019

    Lien permanent

    Dégustation de RHUM - Vendredi 3 Mai 

    100% Vin vous propose une dégustation de rhums en toute convivialité!

    Découvrez les saveurs d'une sélection de nos rhums accompagnés de tapas. 

    Rhums en dégustation:

    Ryoma 

    Savana 7 ans 

    El Dorado 15 ans 

    Zaya 

    Naga Triple Wood 

    Matusalem 15 ans


    Heure ? 19H à 22H (Accueil dès 18H30)
    Où ? La Suite - Route du Condroz 142 à 4121 Neupré
    Infos complémentaires : info@100vins.be ou par téléphone au 04 26 26 526
    Ou en magasin auprès de nos conseillers

    Participation aux frais : 35€/personne (10€ de bon d'achat inclus)

    Attention, les places sont limitées! Source 

     
  • Le MR de Huy-Waremme dévoile ses priorités

    Lien permanent

    Le projet des candidats MR aux régionales présentés ce vendredi au bistrot des 9 Bonniers à Huy a reçu le soutien des 19 bourgmestres libéraux de l’arrondissement, a tenu à préciser Caroline Cassart, seule femme tête de liste, tous partis confondus, à Huy-Waremme, comme elle aime le rappeler.

    Il se décline en plusieurs grands thèmes que la députée-bourgmestre sortante d’Ouffet et ses co-listiers ont détaillés.

    Agriculture et ruralité. « L’agriculture façonne 90 % de nos régions. Nous voulons soutenir nos agricultures et leur travail trop souvent et à tort décrié », a indiqué Caroline Laruelle-Van Kerrebroeck (4e suppléante et par ailleurs femme d’agriculteur). « Il est temps d’arrêter le bashing contre nos agriculteurs », a ajouté Thomas Roland (1er suppléant. Parmi les mesures phares proposées : encourager le circuit-court, « plus écologique, pourvoyeur d’emplois et de développement de l’agriculture ».

    Mobilité. « Si nous voulons avoir une vallée dynamique, il faut la liaison Tihange-Tinlot », a martelé Caroline Cassart qui défend le dossier depuis 15 ans. Les Libéraux entendent aussi développer les modes de déplacement doux ainsi que les lignes rapides, à l’image du rapido Marche-Liège. « Actuellement, le maillage du TEC ne correspond pas à la demande. Le Tec doit être plus rapide à s’adapter. Pensez : pour faire Waremme-Huy (20km), il faut 1h15, ça ne va pas ! », a réagi le Waremmien Raphaël Dubois (4e effectif).

    Logement et énergie  : Le MR propose d’accorder un crédit à 0 % pour ceux qui souhaitent isoler leur maison. « En matière énergétique, le public doit aussi montrer l’exemple », a complété le bourgmestre hannutois Manu Douette (2e effectif) qui propose un plan en 10 ans pour isoler les bâtiments publics. Les libéraux suggèrent également de profiter des nombreux zonings de l’arrondissement pour placer des panneaux photovoltaïques sur les toits des entreprises.

    Economique  : le MR met l’accent sur les pôles urbains qui doivent rester vivants. « Nous serons attentifs à garder l’équilibre entre les commerces du centre et de la périphérie. »

    Soins de santé : Le MR propose de développer des polycliniques et, pour répondre à la pénurie de médecins généralistes, d’ouvrir des maisons médicales.

    Enseignement : une des mesures phares est la suppression du décret inscription « qui n’a fait que créer des tensions et des blocages là où cela n’existait pas auparavant. Même à Ouffet, nous avons maintenant des problèmes », a glissé Caroline Cassart qui rappelle l’importance du libre choix d’une école. « Nous voulons également développer l’enseignement qui conduit à un métier », a-t-elle encore insisté.

    M-CL.G.

     

    Source 

  • N° 7 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.
    Le 7ème « Souvenir »  (et dernier) est une interview de Dany Poncelet rapportée par HD.

    dp.jpg

     

    Depuis 28 ans, Dany Poncelet vit en rouge et noir.
    Confidences d’un dirigeant passionné et enthousiaste.

    Plus de 28 ans de carrière aux commandes d’un club de football, ce ne sont pas les souvenirs qui manquent.

    Non, des bons et des moins bons ! J'ai vu défiler des dizaines de joueurs, j'ai connu trois déménagements, j'ai accumulé un nombre incalculable d'anecdotes. Templiers, c'est pour moi une formidable aventure !

    Au registre des bons moments, je me souviens très bien de la génération des Vanesse, Guiot, Gerday, Orban et compagnie. On avait éliminé l’Union Hutoise en coupe de Province.

    Mon meilleur souvenir, du moins le plus marquant, c'est malgré tout notre parcours brillant en coupe de Belgique la saison passée. Pour un dirigeant d'un club comme le nôtre, c'est fabuleux !

    J'ai vécu aux côtés de l’équipe un morceau d'histoire qui risque de figurer dans les annales du R.C.S. Templiers. En 28 ans en tant que comitard, j'ai aussi connu des mauvais jours. Des amis, des supporters, des joueurs qui nous ont quitté trop tôt. Nous aurons une pensée pour eux en cette année d'anniversaire.

    Gérer un club de football, même au niveau provincial, ça n’est pas simple.

    La gestion quotidienne d'un club demande un investissement important. Il faut entretenir les installations, assurer la gestion financière, courir après l'argent, suivre de près les équipes de jeunes et apporter un soutien fidèle à l’équipe 1ère. Les saisons de football sont de plus en plus longues, il y a très peu de temps pour souffler ; pour penser à autre chose qu'au championnat lui-même.

    Sans une solide et dynamique équipe de bénévoles, c'est impossible de faire vivre un club.

    Depuis peu, la commune de Nandrin a fait l'acquisition des installations, est-ce que cela va changer quelque chose pour le club ?

    Cette solution permet au R.C.S. Templiers d'envisager sereinement l'avenir. Nous sommes soulagés !

    À l'avenir, nous allons être débarrassés de l'entretien des installations, c’est une bonne chose. L'ASBL R.C.S. Templiers va devenir locataire de l'administration communale ; nous allons verser un loyer annuel. Sur le plan sportif, il est encore trop tôt pour savoir de quoi notre avenir sera fait. Mais je pense et je ne suis pas le seul que nous sommes dans le bon.

    Peut-on dire qu'il existe un « esprit Templiers » ?

    Je crois, car même si le club a toujours fait venir un nombre important de transferts, ceux-ci étaient accompagnés par quelques joueurs fidèles au club. À chaque époque, il Y a eu une génération de jeunes qui ont grandi ensemble, c'est une des forces du R.C.S. Templiers : cette harmonie entre un groupe bien installé et des renforts extérieurs.

    Du point de vue sportif, je remarque que peu de joueurs demandent pour aller tenter leur chance ailleurs. J'en déduis qu‘on n’est pas si mal à Templiers !

    Comment voyez-vous l'avenir du club ?

    Ça dépend un peu des résultats de cette fin de championnat. Mais je crois que ça ne devrait pas changer grand-chose. On dispose d'une équipe performante, d'un comité dynamique, d'un groupe de bénévoles efficaces, je suis confiant.

    Je vois qu'il y a une relève de jeunes enthousiastes, c'est encourageant. J'espère qu'on pourra aligner une équipe dans chaque catégorie : ce serait une très bonne chose. J'espère aussi que sur le plan financier, on aura encore quelques coups de pouces généreux. Mais dans l’ensemble, je suis confiant…

     

    C’est ici que s’arrête cette série de 7 épisodes pleins de souvenirs des 75 premières années du RCS Templiers.
    Dans une prochaine série nous retracerons les années 1997 jusqu’à l’anniversaire du Centenaire en 2021 !

     

    Si vous nous avez suivis durant ces 7 semaines nous vous en remercions et vous en savez un peu plus sur l’histoire de Templiers qui jouera la saison 2019-2020 en 2ème provinciale avec de l’ambition.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • La Pi'Re les pionniers de Villers -le-Temple le 4 mai 2019 à 21 h

    Lien permanent

     

    Au profit de leur voyage humanitaire en Grèce, les pionniers (scouts) de Villers-le Temple organisent une soirée au D'zy à Fraiture-en-Condroz!
    Cette soirée sera la première d'une longue lignée et promet d'être "mémorable"!
    Ramène tous tes potes et viens t'ambiancer sur le lourd son de DJ HUPSER, jeune dj déjà bien connu des soirées du Condroz !!!

    Adresse :
    9, Rue Gommeray 4557 Fraiture

    Boissons :
    - Softs : 1€
    - Bières (et dérivés) : 1,80€
    - Blanc+soft : 2€
    - Vodka redbull : 3€

    Prévente 5€ (par les pionniers)
    Sur place 7€

    La sécurité se réserve le droit d'entrée et de sortie.

     

     

    La Pi'Re des pios de Villers-le-Temple

  • les 10 thèmes-clés du PS aux élections régionales à Huy-Waremme:

    Lien permanent

    Transition énergétique, écosocialisme, santé, aînés, économie : voilà une poignée des chapitres du programme que les socialistes ont présenté à Waremme ce week-end. Christophe Collignon, tête de liste régionale, a ainsi abordé les centrales nucléaires de Tihange, un sujet « qui concerne toutes les forces vives » de l’arrondissement de Huy. « Près de 2.000 personnes y travaillent directement ou indirectement », rappelle-t-il. « Il faut faire du démantèlement une opportunité, et il importera que les travailleurs de notre région soient mis à contribution pour ce Mini-Arcelor. »

    Virginie Di Notte, qui occupe la 4e place sur la liste régionale, a évoqué pour sa part l’écosocialisme. « Nous vivons dans des zones où le véhicule est indispensable pour se déplacer et tout citoyen ne dispose pas nécessairement les moyens d’acheter un neuf », indique-t-elle.

    De son côté, Eric Lomba, a parlé des mesures mises en place par le GAL Pays des Condruses : les points fermes, les taxis Condruses ou encore les maraîchers.

    Plus de bus et de transports nocturnes : c’est ce que réclame entre autres Christine Lenaerts, suppléante. « Pour aller à Waremme en transports en commun de Jehay, il faut que je prenne un bus vers Huy, puis aller en train jusque Liège avant de repartir vers Waremme », regrette-t-elle. Et Christophe Collignon d’enchaîner : « La SNCB pourrait laisser les parkings gratuits. Qu’est-ce que ça leur rapporte, franchement ? »

    Un autre axe du parti est la lutte contre la pauvreté. Selon le PS, le nombre de RIS a doublé depuis 2015. « Dans nos zones semi-rurales, la pauvreté et l’exclusion enferment les citoyens qui se trouvent davantage esseulés. D’où l’importance d’obliger les opérateurs à couvrir les zones blanches concernant l’accès à Internet et de permettre à tous de disposer de l’outil informatique », lance Christophe Collignon.

    J.G.

    Source 

  • Idée sortie fête à Terwagne 3,4,5 et 6 mai 2019

    Lien permanent

    NOUVELLE FORMULE TERWAGNE - Fête locale

    Vendredi 03/05 :
    Dès 20h : Dégustation conviviale de bières artisanales.
    (Ambiance calme et feutrée)
    Le "Vince's Gin Bar" : dégustaion de Gin Tonic

    Samedi 04/05 :
    Dès 13h : Fête foraine
    13h : Tournoi de pétanque
    (Triplettes formées, inscription sur place. Pas de lots, on joue
    pour le plaisir).
    14h : Concert pour enfants - "NESTRIO"
    (Toute la famille est la bienvenue !)
    16h : Goûter

    Dimanche 05/05 :
    Dès 8h : Marche ADEPS
    (Parcours de 5, 10, 15 et 20km)
    14h : Dépôt d'une gerbe au monument en hommage aux victimes
    des 2 guerres
    15h : Concert d’orgues par Jean-Denis Piette
    (Sélection éclectique, à l’église)
    Toute la journée : Fête foraine
    Jeux traditionnels en bois (en libre accès)
    Petite restauration
    Lundi 06/05 :
    17h : Attractions foraines

    Tout le week-end : Bar, attractions foraines, châteaux gonflables.

     

     

    Cart Asbl Comité Terwagne

    Terwagne - Fête locale 2019

  • Pour « qu’un élève soit égal à un élève »

    Lien permanent

    L’enseignement libre, qui scolarise un enfant sur deux en Belgique francophone, a lancé une campagne pour interpeller les élus sortants, à un mois des élections, afin que soit respecté le principe d’égalité entre tous les élèves. Pour ce faire, le réseau libre réclame un refinancement de son enseignement au même titre que celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    A travers un petit clip vidéo, qui retrace les différences entre le parcours scolaire de David et Nathalie - deux élèves de 6e primaire dont l’un fréquente une école du réseau officiel de la Fédération Wallonie-Bruxelles tandis que l’autre est inscrit dans une école libre -, la campagne met en lumière les subventions inégalitaires entre ces deux systèmes scolaires.

    Ainsi, l’enseignement organisé dispose de 1.620 euros pour couvrir tous les frais de fonctionnement alors que l’école libre fréquentée par Nathalie ne perçoit que 814 euros, soit 50% de moyens en moins, selon des chiffres de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Or, ces écoles doivent pourtant assurer les mêmes missions éducatives. Ces subventions couvrent tous les frais qui permettent à l’école de fonctionner, à l’exception du salaire des enseignants.

    Source 

  • Cabaret chantant le dimanche 5 mai 2019 à 14 h

    Lien permanent

    Quoi: Cabaret Chantant
    Où: Salle du Gymnase Communal d'Amay,
            1 rue de l'hopital, 4540 Amay

    Quand: Le dimanche 5 mai 2019 à 14h.

    Public cible: Pas de public cible selon notre avis.

    Prix d'entrée: 12€ ATTENTION Prévente à 10€ Par téléphone, par virement (non obligatoire) ou en vente à la boulangerie RIGA. Le prix plein est d'application le jour de l'évenement sauf si il resterait des places en préventes.

    Description (si vous jugez intéressant de la modifier un peu, vos conseils sont les nôtres):

    Pour la première fois à Amay, venez passer une après-midi récréative dans l'atmosphère des cabarets d'antan avec la troupe "Fantaisie".

    Vous profiterez d'un spectacle riche en chansons, sketchs et rires à gogo.

    Nous vous concoctons un programme extraordinaire à prévoir vos mouchoirs.
    Venez nombreux, vos amis sont nos amis et sont les bienvenus également.
    Réservations souhaitées au 0496494190 ou vente d'entrées à la boulangerie "Riga

  • Le Jeu de Bethleem de Saint-Séverin en Condroz. (1949 à 1969). Le SI NANDRIN BLOG se lance un fameux DÉFI… avec vous !!!

    Lien permanent

    Manifestement, ce souvenir du jeu de Bethleem de Saint-Séverin, sous la houlette de Mr le Curé Pierre Thunus (souvenez-vous de ce petit garçon en culottes courtes venant de « D'jud'la Mouse »), durant 20 années, de 1949 à 1969, a laissé des traces ravivées dans vos mémoires par l’article parue sur ce Blog le 10/04/19.

    Au besoin, si ce n’est déjà fait, vous pouvez retrouver l’article de base en suivant le lien :
    Histoire des 20 ans du Jeu de Bethleem de Saint-Séverin en Condroz. (1949 à 1969).

    À lire vos commentaires, le nombre de « J’aime » (même si dans le Condroz, il semble moins habituel de manifester son appréciation d’un article), le nombre de partages, le nombre de vues…

    Alors le BLOG propose d’aller encore plus loin… avec vous…

    ü Le Blog se lance un FAMEUX DÉFI… avec vos souvenirs et ceux déjà exprimés !

    Nous souhaiterions pour pouvoir conserver une trace enrichie de photos et des noms des acteurs et bénévoles de ces moments magiques, autant qu’une nuit de Noël sous la neige… mais pas trop ! Vous lirez pourquoi dans les commentaires ci-dessous.

    Voici une liste (non-exhaustive) de commentaires :

    • Commentaire de Myriam LURQUIN :
      Que de souvenirs, les plus beaux "Noël, " de ma vie c'était magique !
      J'y ai tenu plusieurs rôles,  enfant Jésus en 1950, ange, vierge Marie.
      Mon papa, Jean LURQUIN a été St-joseph pendant 20 ans !

    1ère photo :
    St-joseph, mon père, la vierge, sa sœur Phinou et sa fille Anne-Marie Jolly, enfant Jésus.

    2ème photo :
    2 cousines, Anne-Marie Jolly et Véronique Dupont.

    3ème photo :
    mon père et la vierge, Jeanine Schneider.

    4ème photo :
    St-Joseph, mon père, la vierge Christiane Buron de Yernée, enfant Jésus, Myriam Jolly, le petit berger à gauche, Claudy Lurquin, bien connu à St-Séverin et qui nous a quittés.

    5ème photo :
    St-Joseph, Henri Schneider, vierge, Liliane Marchesin et le berger Claudy Lurquin.

    Le jeu a pris fin suite à la maladie et au décès en février 1971 du curé Thunus.
    Merci de raviver ces souvenirs!

    • Commentaire de Véronique Pollard :
      En 1968, c’était moi l’enfant Jésus et ma tante Ryette Pollard qui jouait la vierge Marie.
      Mon oncle René Pollard a certainement des photos.
    • Commentaire de Jack LORNAUX :
      C'est Josette ,ma sœur, en Marie ,sur une des photos, mais je ne sais plus l'année !
    • Commentaire de Lean LURQUIN :
      J'ai été un des "St-Joseph quelques fois. Avec différentes vierges nous avons eu de nombreux enfants dans les bras. En famille nous en parlons toujours avec beaucoup d'émotion.
       ?  « neviève » de rappeler ces belles années.
      Merci
    • Commentaire d’Albert LION :
      En 1963, Monsieur le Curé THUNUS vint me demander pour « emprunter » mon fils à l'occasion du Jeu de Bethléem. Lors de la représentation, il n'arrêta pas de dormir.
      Pourtant, la Vierge, Bernadette NEUKFENS, fille du garde-champêtre et de l'institutrice de la commune, le sortit de sa litière et le promena dans ses bras, sans jamais qu'il se réveille.
      Ce fut une soirée d'émerveillement, dans une ambiance conviviale et chaleureuse.
    • Commentaire de Phinou LURQUIN
      Fort émue d'avoir découvert l'article...
      Je suis la Vierge de la première photo, avec mon frère Jean et ma fille Anne-Marie Jolly.
      Pour amener des détails à votre article, je peux vous raconter que ma maman était dans les coulisses pour s'occuper des anges, qu'elle confectionnait les robes avec d'autres personnes et que ma grand-mère repassait les robes chiffonnées.
      Mon frère Emile et mon mari, Marcel Jolly, s'occupaient de la technique dans une cabine suspendue au plafond avec les moyens du bord (musique et éclairage).
      Tout le monde participait et nous avions même un petit berger venu de Zottegem, vivant depuis de nombreuses années à Londres, qui avait une admiration pour le curé et n'a jamais oublié ces moments.
      Monsieur le Curé se trouvait "dans le trou du souffleur" en agitant sa lampe de poche pour distraire les bébés de la crèche.
      Chacun de mes enfants a pris la place du bébé de la crèche. En général, on refusait du monde mais la séance de Noël 68 laissa un grand nombre de places vides suite aux fortes chutes de neige, ma petite dernière n'a pris la place de l'enfant Jésus que pour une vingtaine de spectateurs.
      Que de souvenirs...

    Ces commentaires ne sont qu’une petite partie de vos réactions.

    7.jpg

    8.jpg

     

                  

    Les 3 photos de cet article nous viennent de Madame Ginette Delvenne qui nous dit que, 3 de ses 6 enfants ont joué l’Enfant Jésus. Celles-ci, il s’agit de Serge MOTTET en 1966.

     

    Aussi il est vrai qu’autant « d’abeilles bénévoles » pour réussir une représentation aussi attrayante, cela fait du monde sur scène et en coulisse, sans compter tous les travailleurs de l’ombre, ceux qui préparaient des semaines à l’avance le décor, les costumes, …

    On imagine aisément que, si pas toutes, mais beaucoup de familles de Saint-Séverin (et alentour) étaient concernées et impliquées pour rendre hommage à la naissance de Jésus, dans la chrétienté, le partage et la bonne humeur.

    Certes, avec ce défi, qui s’annonce difficile et périlleux, nous savons très bien que nous faisons appels à la mémoire, les souvenirs de personnes âgées de 50 ans et plus. Hélas, tous ne sont plus de ce monde, a commencé par Mr le Curé Thunus et d’autres déjà cités dans vos commentaires.

    Pour réussir ce DÉFI, qui est autant le vôtre que le nôtre, nous avons imaginé une petite grille par année que vous pourriez remplir avec la ou les informations que vous avez et nous la retourner par mail à l’adresse du BLOG (nandrin.blog@gmail.com), ou mieux encore, en commentaire sous cet article.

    Par précaution, si vous souhaitez nous faire part de vos coordonnées (Adresse ou n° de téléphone pour éventuellement nous permettre de vous recontacter), ne pas les mentionner en commentaire. Il est préférable d’utiliser l’adresse mail.

    ü Noël année 19 …. : (à compléter)

    • Enfant(s) Jésus :

    ? …

    • La (Les) Vierge(s) Marie :

    ? …

    • Le (Les) Saint(s)-Joseph :

    ? …

    • Le (Les) Berger(s) :

    ? …

    • Les Rois Mages :

    ? …

    • Les Anges :

    ? …

    • Les Botteresses :

    ? …

    • Les souffleur(s) :

    Monsieur le curé Pierre THUNUS
    ? …

    • Les techniciens du son et des lumières :

    ? …

    Pour ce faire et permettre à chacun de participer à ce défi, il se clôturera fin juin. De notre côté nous collationnerons toutes les informations reçues, année par année et nous vous les communiquerons chaque semaine de mai et de juin.

    Si vous avez des parents, amis ou connaissances qui pourraient nous aider (quand nous disons nous, c’est bien entendu vous et nous !), n’hésitez pas à leur en parler…

    Nous réfléchissons à un mode de mise à la lumière de notre travail. Pour l’instant, nous retenons une exposition de nos recherches, dans l’église durant la période de Noël. Pour l’instant nous n’avons rien de concret (juste des idées) et si vous en avez d’autres, elles sont aussi les bienvenues !

    Ce serait une belle occasion de fêter l’anniversaire des 70 hivers de la première représentation du Jeu de Bethleem dans notre belle Église en 1949.

    Par avance, nous vous remercions de votre collaboration et de votre aide.

    ü Sources :

    • Vos commentaires et photos.

    Article de l’Équipe du Blog.

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres et réussir ce défi !

  • Seules les femelles « piquent » les hommes ou les animaux ?

    Lien permanent

    Le saviez-vous La femelle bien plus résistante Seules les femelles « piquent » les hommes ou les animaux. Pour cela, les femelles possèdent des pièces buccales particulières pour aspirer le sang avec une sorte de trompe.

    La femelle a une durée de vie d’environ 6 semaines, le mâle a une durée de vie beaucoup moins longue puisqu’estimée à 2 semaines.

    La piqûre intervient après l’accouplement, une fois la femelle fécondée. Le sang ainsi récolté constitue une source de protéines pour compléter la maturation de ses œufs.

    Selon les espèces, les femelles sont attirées par un mammifère, un oiseau ou même des animaux à sang froid comme les grenouilles et les serpents.

    En Belgique, on compte environ 30 variétés de moustiques. Heureusement pour nous, dans notre pays, ils ne transmettent aucune maladie. -

    Par M. SP

    Source 

  • PORTES OUVERTES aujourd'hui dimanche 28 avril 2019 école Libre de Nandrin

    Lien permanent

    PORTES OUVERTES dimanche 28 avril 2019
    Ste-Reine (Tinlot), 10h30-12h St-Martin (Nandrin), 15h30-17h
    https://www.saintmartinnandrin.be/ecole/

  • Balade guidée et commentée aujourd'hui dimanche 28 avril 2019 à Nandrin

    Lien permanent

    26bla.jpg

    Balade guidée et commentée dimanche 28 avril 2019 à Nandrin 

  • Et si vous veniez rouler avec Philippe en personne le 1 mai 2019

    Lien permanent

     
     1 mai: Randonnée Philippe Gilbert Classic

     8h30: randonnée de 152 km en compagnie de Philippe 
     14h00: randonnée de 3 km pour les enfants de moins de 12 ans en compagnie de Philippe. 
     
     

     
     
     
     

  • Unité pastorale du Condroz – Intentions de messes du 28 avril 2019

    Lien permanent

    Dimanche 28 avril

    09h00 Hody : Benoît BOUTET et fam. BOUTET-FOGUENNE ; M. fondée pr plus. dfts ; Marie MOTKIN et dfts des fam. SIMONIS-DELVAUX ; Fam. PARIS, STAS, VAN DEN BOSCH-DE MUYCK, Ghislain BRABANT et Mariette LEFEVRE.

    09h00 Ouffet : M. fondée pr plus. dfts.

    10h30 Terwagne : Célébration des premières communions : Jean-François CHINA et Mia LEMAITRE ; Désiré DERIVAUX (anniv. du décès) ; Fam. GUYOT ; M. fondée pr la fam. DELVOSAL.

    10h30 Villers-le-Temple : Célébration des premières communions : Eric et Maurice DELVAUX ; Dfts des fam. VANDENRIJDT-MICHOTTE.

  • Célébration des premières communions aujourd'hui dimanche 28 avril 2019 10h30 à Villers-le-Temple

    Lien permanent

     Célébration des premières communions aujourd'hui dimanche 28 avril 2019 10h30 à  Villers-le-Temple 

    info 

  • Le bourgmestre regrette que l’arrêt du WEL se fasse aux Quatre-Bras et non pas au nouveau rond-point du Monastère

    Lien permanent

    . A Nandrin, le bourgmestre regrette que l’arrêt du WEL se fasse aux Quatre-Bras et non pas au nouveau rond-point du Monastère où un parking multimodal est pourtant en construction.

    Réponse de Carine Zanella, la porte-parole du TEC Liège-Verviers. Sic 

    « On ne peut pas déplacer l’arrêt près de la zone multimodal étant donné qu’elle n’existe pas encore.

    Pour le moment, c’est trop dangereux pour les usagers de la ligne », rappelle à nouveau la porte-parole.

    Article Complet clic ici 

     

    PAR ESTELLE FALZONE

    Lire la suite

  • Collecte de vélos aujourd'hui 27 avril dans les Recyparcs

    Lien permanent

    Cette opération est organisée dans tous les recyparcs pourr la 13e année consécutive.

    Tous les types de vélos (VTT, VTC, vélos de courses…) ainsi que toutes les tailles sont acceptés pour autant que ceux-ci soient en bon état. Les vélos ainsi collectés seront redistribués auprès de différentes organisations sociales en vue d’être réutilisés et ce grâce à la collaboration d’associations locales, CPAS, écoles ou ateliers vélos.

    (1) de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h à 17 h.

    Source 

  • Non, vous n’êtes pas piqué parce que votre peau est sucrée !!!

    Lien permanent

    Dans cette étude, on demande encore aux Belges comment ils font pour se protéger des moustiques et de leurs piqûres. Il en ressort que le Belge utilise pourtant un large éventail de méthodes pour tenir les moustiques à l'écart. À peu près la moitié d'entre nous a par exemple des moustiquaires pour portes ou fenêtres, 41 % gardent les lumières éteintes et un peu plus d'un tiers fait recours à un appareil électrique. Parmi les autres systèmes de défense, on retrouve les bougies à la citronnelle (21 %), les sprays (17 %) et la ventilation (15 %).

    C’est votre odeur

    Environ six répondants sur dix essaient également de se protéger physiquement des moustiques par différents moyens, dont deux ressortent en termes de popularité : la lotion anti-moustiques (27 %) et le fait de se couvrir la peau au maximum (25%). Bart Knols poursuit : « Il existe beaucoup d'histoires à propos des éléments qui déterminent l'attrait d'un être humain. Certains pensent que c'est à cause du taux de sucre dans le sang ou de la consommation de certains aliments comme l’ail, mais rien de tout cela n'est vrai. L'odeur corporelle et le gaz carbonique expiré sont les facteurs principaux qui influencent notre attrait ».

    L'entomologiste recommande enfin de se protéger en faisant appel à quatre lignes de défense : « Commencez par nettoyer les eaux stagnantes autour de la maison. Ces bouillons de culture constituent la source du problème. En deuxième lieu, faites en sorte que les moustiques ne puissent pas entrer à l'intérieur grâce à des moustiquaires. Si ce n'est pas suffisant, utilisez une moustiquaire de lit. Enfin, pour les soirées à l'extérieur, mettez de la lotion répulsive. »

    Par M.SP.

     

    Source 

  • Grand week-end dégustation Car Drink 27 et 28 avril 2019

    Lien permanent

    Samedi 27 et dimanche 28 avril, Grand week-end Dégustation chez Car Drink Clavier ! 

  • Ils renoncent à des soins faute d’argent

    Lien permanent

    Dans la dernière enquête Solidaris, on découvre qu’il est de plus en plus difficile pour les Belges d’avoir accès aux soins en temps voulu. Le constat est sans appel, 39,8 % de la population ont dû au moins renoncer à un soin par manque d’argent. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter avec les années, il a bondi de quatre points en à peine quatre ans.

    Dentiste trop cher

    Les prestations de soins dentaires emportent la bien triste palme du type de soins le plus ajourné. 27,4 % des répondants ont pris une telle décision l’année dernière. « Il est clair que le coût élevé de la dentisterie et des prises en charge souvent insuffisantes sont les causes directes de ce résultat », détaille le rapport. 

    « On peut aussi faire le lien avec l’impact du trajet de soins buccaux instauré en 2016. Dans trois cas sur dix, le patient ayant consulté un dentiste en 2017 n’a pas eu de contact l’année précédente et s’est donc vu facturer un ticket modérateur majoré : cela engendre un surcoût financier de 27 euros par patient en moyenne mais qui monte à plus de 35 euros pour un patient sur quatre et dépasse 83 euros pour 5 % d’entre eux. Ce système pénalise surtout les populations plus précarisées qui sont justement celles qui ‘sous-consomment’ ces soins, de sorte qu’in fine les soins dentaires préventifs deviennent encore plus chers et inaccessibles pour une frange de la population déjà affaiblie sur le plan socio-économique », souligne le document.

    Chez le spécialiste

    Le généraliste reste le type de soin le moins reporté. Pourtant, face au coût financier, presque d’une personne sur six s’est abstenue d’aller le consulter en 2018. « Le rôle de prévention du médecin généraliste est donc mis à mal pour une frange non négligeable de la population », ajoute l’analyse.

    La plus forte progression entre 2015 et 2018 en termes de renoncement, se situe dans le giron des prestations de médecins spécialistes. 25 % des Belges s’en sont privés en 2018 contre 17,7 % en 2015. Pour expliquer ce phénomène, Solidaris fait le lien avec sa récente étude sur les suppléments d’honoraires demandés lors des soins ambulatoires.

    « Les patients se voient facturer un supplément d’honoraire dans un cas sur trois lorsqu’ils consultent un prestataire de soins (médecin généraliste, spécialiste, dentistes et kinés) à son cabinet. Au total, ces coûts supplémentaires sont estimés à 290 millions d’euros en 2017, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2016 », affirme la mutualité.

    Femmes plus touchées

    « Il est regrettable de constater que comme dans beaucoup d’autres domaines, l’égalité des sexes n’est pas du tout au rendez-vous en matière d’accessibilité financière aux soins », met aussi en évidence l’enquête. 46,3 % des femmes sont confrontées à au moins un renoncement de soins tandis que cela est le cas pour 33 % des hommes.

    Côté âges. Ce sont les 40-59 ans qui sont les plus touchés par le report d’actes médicaux (45,6 %). L’hypothèse du « poids » de la famille dans le budget disponible pour les soins est vraisemblablement un facteur explicatif de ce résultat. Si les plus de 60 ans restent les mieux armés face à la situation, c’est en leur sein que la renonciation de soins progresse le plus.

    UN DOSSIER D’ALISON VERLAET

    50% se sont privées de soins optiques en 2018

    « Jusqu’à 2016, seuls les groupes sociaux les plus faibles se distinguaient par des difficultés nettement supérieures. En quatre années, la donne a totalement changé. Si pour les groupes sociaux les plus élevés la situation n’a pas bougé, voire s’est même améliorée, le report de soins a augmenté dans les autres groupes », détaille la grande enquête de Solidaris.

    Dégradation de leur santé

    « Pour les classes moyennes, l’augmentation se situe entre 6,8 et 9,8 points. Notons que pour les plus défavorisés, 50,9 % de personnes concernées pour au moins un soin alors qu’elles en auraient eu besoin. Les inégalités sociales pèsent donc de plus en plus lourd dans l’accessibilité aux soins de santé ».

    Des résultats que la mutualité met en lien avec l’étude du Bureau fédéral du plan, publiée en février, sur l’évolution du bien-être de la population. Elle « montre que le bien-être des personnes à revenu moyen a diminué en 2016 et 2017 et cela s’explique surtout par la dégradation de leur santé ».

    La famille monoparentale est de loin la structure familiale qui est le plus en difficulté. « Presque la moitié de ces familles a dû renoncer à des soins optiques et environ 40 % d’entre elles ont reporté des soins dentaires, l’achat de médicaments prescrits et/ou la consultation d’un spécialiste. L’écart avec les couples avec enfants est presque systématiquement d’au moins dix points », ajoute Solidaris.

    Du simple au double

    Toujours en matière structure du ménage, la progression la plus forte est cependant dans le chef des personnes seules sans enfant. 50,7 % de ces personnes postposent leurs rendez-vous médicaux. « Le nombre des personnes seules devant renoncer à des soins pour des raisons financières passe du simple au double », indique le rapport. « Par ailleurs, l’augmentation spectaculaire du report des personnes seules (avec et sans enfants) marque un changement important. En 2015, ne pas avoir d’enfant offrait une certaine ‘protection’ contre le report de soins. En 2018, ce n’est plus du tout le cas ; c’est le couple qui offre le moins mauvais rempart. Il n’est sans doute pas déraisonnable de penser que, famille ou pas, un salaire unique expose à des difficultés financières plus lourdes, y compris en matière de santé. Dans une société où le schéma familial classique est de moins en moins la norme, ce résultat est encore plus interpellant ».

    A.VLT.

    61% des travailleurs en incapacité sont forcés à «rester malade!»

    « Paradoxe renversant, les personnes en incapacité de travail sont les plus touchées par le report de soins », affirme le rapport de la mutualité socialiste. 61,1 % des personnes en incapacité, concernées par l’un ou l’autre de ses soins, ont dû en ajourner au moins un en 2018. Et, leur situation ne s’améliore pas avec le temps. Ils sont bien plus qu’il y a quatre ans à mettre entre parenthèses leur santé.

    « Alors que la pression s’intensifie toujours plus sous cette dernière législature pour limiter les arrêts de travail, on ne leur donne pas la capacité/les moyens de se soigner correctement : 41,6 % de ces personnes malades ont dû renoncer à une visite chez un spécialiste, 31,7 % à acheter un médicament prescrit et 28 % à consulter le généraliste », est-il consigné dans l’analyse.

    Exposés à la pauvreté

    « Dans notre précédente étude sur le profil socio-sanitaire des affiliés en incapacité de travail, on montrait que l’incapacité de travail n’est pas une situation confortable. Les personnes en incapacité de travail ont un état de santé fortement dégradé et elles voient leur facture de soins de santé multipliée par quatre alors qu’elles doivent faire face à une forte diminution de leur pouvoir d’achat », rappelle-t-on chez Solidaris. « Elles sont dès lors davantage exposées à un risque de pauvreté et donc au report de soins. Ainsi, 32 % des personnes avec une incapacité de travail de plus de six mois ont le statut BIM. Et parmi les bénéficiaires ordinaires, une personne sur cinq est en détresse financière occasionnelle. Soit trois fois plus que ce qui est observé chez les actifs sans incapacité de travail ».

    Les personnes sans emploi sont aussi plus fortement touchées par ce phénomène que les actifs, les étudiants ou les pensionnés. En termes d’évolution, tous les profils ont vu la part de gens qui reportent des soins augmenter sauf parmi les chômeurs.

    A.VLT.

    Pour sept Belges sur dix, la qualité des soins est menacée

    En 2018, la Belgique a consacré 28,9 % de son PIB à son système de Sécurité Sociale. Ce ratio nous positionne en deuxième place, juste derrière la France, dans le classement des pays de l’OCDE qui consacrent le plus gros pourcentage de leur budget aux dépenses de protection sociale.

    Pourtant, si les Belges sont contents des soins de santé, ce sentiment de satisfaction est perpétuellement en baisse. Ainsi, l’an dernier, 69,3 % des Belges francophones estimaient que globalement le système de soins de santé est bien adapté à eux, contre 76 % en 2015. 71,7 % trouvaient que le système de santé en Belgique est d’excellente qualité, c’est 6 % de moins qu’en 2015. 81,5 % estimaient qu’il y a suffisamment de structures hospitalières dans leur région (80,8 % en 2015).

    En chute libre

    Leurs craintes, elles, ne cessent d’augmenter. 69,4 % pensaient en 2018 que la qualité des soins est menacée pour des raisons de coûts alors qu’ils n’étaient que 67,8 % trois ans auparavant. 48,6 % étaient vraiment inquiets de la place de plus en plus importante que prennent les dépenses de médicaments dans leur budget, contre 45,2 % en 2015. Il en va de même pour le temps d’attente. 78,4 % estimaient qu’il y en a vraiment trop pour avoir un rendez-vous chez un spécialiste (75,3 % en 2015) et 59,9 % pour être admis à l’hôpital (51,4 % en 2015).

    « En règle générale, chaque item est jugé plus négativement en 2018 qu’en 2015. Si certains pensent qu’il est exagéré de dire que, souvent porté aux nues, le système de santé belge est en déliquescence, il sera tout autant difficile de ne pas concéder qu’il est en sérieuse perte de vitesse », souligne le rapport de Solidaris.

    A.VLT.

    «La conséquence de la politique menée par le gouvernement»

    MARDI, AVRIL 23, 2019 - 21:12

     

    « Les reports de soins sont la conséquence de la politique désastreuse menée par le gouvernement en matière de soins de santé. Favorisant l’industrie pharmaceutique et le secteur privé, elle fait payer la facture aux patients », s’insurge Jean-Pascal Labille, secrétaire général de Solidaris. « Se soigner plus tard ou ne pas soigner du tout : c’est la réalité à laquelle sont aujourd’hui confrontés de nombreuses femmes et de nombreux hommes. Dans un système qui accroît les inégalités sociales et favorise la marchandisation de santé, les reports de soins sont en hausse de manière inquiétante et inacceptable pour une société basée sur les principes de la solidarité ».

    Solidaris recommande donc le remboursement intégral des soins de base en première pour les patients ayant ouvert un dossier médical global auprès de leur médecin généraliste, le tiers-payant obligatoire généralisé à tous les soins pour les bénéficiaires de l’intervention majorée et les malades chroniques, ainsi que le relèvement des indemnités minimales jusqu’à 10 % au-delà du seuil de pauvreté dès le premier jour d’incapacité. La mutuelle appelle également à soutenir le développement des maisons médicales et étendre le modèle des maisons médicales au forfait aux prestations de base des dentistes et des psychologues cliniciens.

    A.VLT.

     

    Article complet Clic ici 

    soins sudinfo.jpg

  • Le corps sans vie avait été retrouvé dans les bois près de Nandrin, les Dardenne coproduisent le film «Animals» sur le crime homophobe d’Ihsane Jarfi

    Lien permanent

    Les frères Dardenne coproduisent le film sur la mort d’Ihsane Jarfi. Le meurtre homophobe de ce jeune trentenaire avait ému le pays entier. Son histoire sera racontée dans «Animals»dont une partie du tournage s’est déroulée à Seraing et à Saint-Nicolas.

    « Animals ». Voici le titre du prochain film de Nabil Ben Yadir. Il y a quelques semaines, nous vous apprenions que le réalisateur bruxellois, auteur du film « Les Barons » (2009), s’apprêtait à tourner un film sur la mort d’Ihsane Jarfi, victime d’un crime homophobe en avril 2012 en région liégeoise. Le corps sans vie du trentenaire avait été retrouvé dans les bois près de Nandrin, dans le Condroz.

    Ce vendredi, une nouvelle information lève un peu plus le voile sur la composition de l’équipe du film : les frères Dardenne feront également partie de l’aventure. Ce mercredi 24 avril, la rue du Pansy sera utilisée pour tourner une ou plusieurs séquences du film à Saint-Nicolas.

    La mort d’Ihsane Jarfi avait suscité une émotion énorme

     

    Source 

  • « L’ÉCOLOGIE » créerait-elle un conflit entre les générations ?

    Lien permanent

    Pour une fois, nous nous inspirons d’un texte partagé sur Facebook qui relate une situation de conflit les générations au sujet de l’écologie.

    À la fin de l’article chacun aura sa vision et son jugement personnel puisque, l’Équipe du Blog ne prendra pas position en faveur des uns ou des autres.

    Bonne lecture !           

    Pour expliquer qu’un conflit entre les générations à propos de l’écologie est déjà présent dans la tête de certaines personnes. Pour illustrer nos propos prenons un cas concret, un cas réel, entre une jeune caissière et une cliente âgée de plus de 70 printemps.

     

    A la caisse d'un supermarché, une vieille dame sort de son sac à main un sachet en plastique pour ranger ses achats. La jeune caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit: « Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! »

     

    La vieille femme, toute surprise, gentiment s'excuse auprès de la caissière et lui explique :
    « Je suis désolée, on ne parlait pas « d’écologie » de mon temps ».

    • [Définition de l’écologie : L'écologie en tant que science est généralement considérée comme récente, étant seulement devenue prééminente dans la seconde moitié du 20ème siècle.
      Le terme « écologie » vient du grec oikos (« maison », « habitat ») et logos (« science », « connaissance ») : c'est la science de la maison, de l'habitat.]
    • [L’écologie comme nous la connaissons aujourd’hui est toute récente.
      En 1997, l'atteinte des activités humaines à l'environnement, en particulier atmosphérique, furent reconnus internationalement lors de la ratification du Protocole de Kyōto. En particulier cette conférence mit en évidence les dangers des gaz à effet de serre, principaux responsables du changement climatique. À Kyōto, la plupart des nations du monde ont reconnu l'importance de considérer l'écologie d'un point de vue global, à une échelle mondiale, et de prendre en compte l'impact des activités humaines sur l'environnement de la planète.]

    Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite suite à cette interpellation, la caissière ajoute :
    « Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps ». 

    Un peu déconcertée, la vieille dame, réfléchit, rassemble ses souvenirs pour partager le mode de vie d’avant et ainsi tenter de faire aussi réfléchir la caissière sur ses propos injustes à ses yeux :

     

    • À notre époque on rendait les bouteilles de verre consignées au brasseur qui faisait sa tournée chaque semaine. Il les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : les bouteilles étaient recyclées et servaient à de nombreuses reprises.
    • À notre époque, nos bords des routes étaient colorés d’une multitude de fleurs qui parfumaient nos déplacements à pied. Aujourd’hui nos bords de sont toujours aussi colorés mais de cannettes en aluminium, de plastiques et de nombreux autres déchets qui coûtent une fortune à nous tous, jeunes ou vieux, pour les ramasser et les traiter.
    • [Relire les articles du BLOG :

      Wallonie plus propre aujourd'hui samedi 30 mars 2019 à Nandrin

      Wallonie plus propre 31 mars 2019 reportage photo et vidéo dans les bois de Amay ,Ombret , Nandrin

    • [Grand Nettoyage de Printemps 2019 : plus de 160.000 wallons inscrits !
      Du 29/03/2019 au 31/03/2019.
      Durant 3 jours, citoyens, écoles, clubs de sport, mouvements de jeunesse, entreprises ou associations vont se mobiliser autour d'un seul objectif : ramasser les déchets qui jonchent nos rues, chemins, pistes cyclables ou trottoirs pour rendre notre région plus agréable à vivre.
      Lancée en 2015, cette grande action de sensibilisation mobilise chaque année un grand nombre de participants. Cette année, à quelques jours de l'opération, le record d'inscription a été battu puisque ce sont plus de 160.000 personnes qui se sont engagées dans cette opération initiée en 2015. L'année passée, 365 tonnes de déchets sauvages composés de 115 tonnes de PMC et de 250 tonnes de déchets « tout-venant » ont été ramassés.

      L'édition 2019 propose trois nouveautés :
    • la mise en place d'un helpdesk pour renseigner les participants via le numéro de tél 081 32 26 40, l'adresse mail gnp@bewapp.be ou via le site Walloniepluspropre.
    • la participation accrue des écoles. Pour les y aider, des outils pédagogiques et un livret proposant des activités à réaliser en classe sont disponibles en ligne.
    • la participation des fonctionnaires wallons puisque la Direction opérationnelle des Routes et Bâtiments du SPW mènera une opération spéciale la semaine après le Grand Nettoyage de Printemps.]

     

    • À notre époque, on montait l'escalier à pied, on n'avait pas d'escalators et peu d'ascenseurs.
    • À notre époque, on ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de 2 rues ; on marchait jusqu'à l'épicerie du coin du village pour les articles qu’on ne produisait pas dans le potager ou à la ferme voisine.
    • À notre époque, on ne connaissait pas les couches jetables, on lessivait à la main, les couches des bébés ainsi que tout le linge qu’on faisait sécher dehors sur une corde ; les machines à lessiver et les sèches linges n’existaient pas.
    • À notre époque, on se réveillait au chant du coq ; on n’avait pas de réveil multifonctions.
    • À notre époque, dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas, à l’époque, il n’existait pas de plats « tout faits », plein d’agents conservateurs, super bien emballés. On ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts, autant que l’on peut en produire.
    • À notre époque, quand on devait emballer des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
    • À notre époque, on n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto portées ou des robots ; on utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon.
    • À notre époque, on travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.
    • À notre époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif ; on n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.
    • À notre époque, on remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo lorsque l’ancien est vide ou ne plait plus.
    • À notre époque, on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.
    • À notre époque, on prenait le bus à la campagne, le tram en ville ou le train pour des plus longs trajets.
    • [Relire l’article du BLOG :

      Nandrin comptait 5 arrêts sur la ligne AR163 ; CLAVIER - VAL-SAINT-LAMBERT.

    • À notre époque, les enfants se rendaient à l'école la plus proche, à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes pour suivre les nouveaux slogans visibles à chaque coin de rue.
    • À notre époque, on n'avait qu'une prise de courant par pièce ; pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aujourd'hui.
    • À notre époque, certaines familles disposaient d’un téléphone et/ou d’une station radio ; pas de télévision à écran plat ; pas de GSM ou je ne sais quoi ; pas d’appareil pour faire de la musique ; pas d’ordinateur ; pas de tablette.
    • À notre époque, on se parlait de vive voix ; on ne connaissait pas les réseaux sociaux ni les amis virtuels…

     

    Mais vous avez raison, à notre époque, on ne « parlait » pas de « mouvement écologiste ».
    « L’écologie » comme vous dites, « c’était notre vie quotidienne, celle de chaque instant » !

    On ne parlait pas non plus de « circuit court » puisqu’on « vivait quasi en autonomie » en mangeant uniquement des produits de saison du potager ou des conserves faites maison avec des méthodes de conservations naturelles !

    Seuls les plus de 50-60 ans peuvent s’en souvenir ! 

    Nous espèrons que vous aurez deviné que notre gentille vieille dame venait dans le calme et dans le dialogue de donner une série de conseils du passé et qui pourraient être encore d’application aujourd’hui.

     

    Comme expliqué en début d’article, nous ne prendrons parti pour personnes sachant très bien qu’une contribution de tous les belges ne pèserait pas lourd face au reste du monde… mais ne dit-on pas que les petits ruisseaux font de grandes rivières !

     

    Pour continuer dans le clame et la quiétude du temps passé nous vous proposons de réfléchir sur un moment de « Rêveries et de Souvenirs » et ensuite sur une citation de Charlie Chaplin.

    ü REMARQUE

    Des gens bien intentionnés me font remarquer
    Que la plupart de mes écrits se retrouvent
    Dans des relations avec le temps passé
    Je ne dénigre pas la critique qu'ils imposent
    Sans le vouloir vraiment ma tête est imprégnée
    De tous ces souvenirs qui restent vivants en moi
    Si sur ce papier blanc ces versions sont données
    A ce temps-là vraiment c'était normal en soi
    Si cela reste en moi l'âge aidant peut-être
    Cette vie vécue où l'on prenait le temps
    De vivre sans pression dans les jours à paraître
    Au rythme des saisons et du travail constant
    Car à ce jour vraiment le temps est sans limite
    Tôt au lever du jour c'est la course en avant
    Le stress il est de mode et des jours c'est la fuite
    Tout le monde est pressé c'est qu'on n'a plus le temps
    Ce siècle maintenant c'est l'ère de la vitesse
    Au départ d'une course on voudrait être rentré
    C'est la vie trépidante qui est là et qui reste
    Situation réelle qu'il nous faut accepter
    Voilà pourquoi lecteur en vue de ces écrits
    Mes pensées se tournent vers ce bon temps passé
    Sans renier bien sûr le progrès établi
    Mais je reste rêveur de l'avenir peu éloigné !

    André Harzimont.

     

    ü Citation de :

    Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin, né le 16/04/1889 et mort le 25/12/1977.

    • Nous avons inventé la vitesse et nous tournons en rond.

     

    ü Sources

    • Inspiration d’un partage trouvé sur Facebook.
    • « Rêveries et Souvenirs » Dans la marche du temps N°7 d’André Harzimont (Poète condruze, né le 18/01/1923 ,décédé .... ). Merci de nous aider si vous connaissez la date.
    • Internet et Wikipédia pour les infos marquées d’un symbole : i.
    • Le site https://www.walloniepluspropre.be/grand-nettoyage-de-printemps/.
    • Le site hhps://www.cairn.info/. Article « Aux origines de l’Écologie » de Patrick Matagne aux éditions De Boeck Supérieur, pour confirmer les textes de Wikipédia. Attention : Sa reproduction totale ou partielle requiert l’autorisation écrite de l’éditeur.

    Article de l’Équipe du Blog.

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

  • Le Médiéval au Fil du Temps 26,27 et 28 avril 2019

    Lien permanent

    Les Chevaliers sont de retour à Anthisnes!
    Etes-vous prêts pour un bon dans le temps?

    Escrime médiévale (courtoise ou béourd), spectacles de rapaces, archerie, artillerie, spectacles du feu (danses et combats), artisanat, gastronomie (banquet le vendredi soir, cochon à la broche tout le week-end), animations pour petits et grands... Venez passer un moment de détente et de dépaysement au Château!

    Source 

    Le Médiéval au Fil du Temps clic ici 

    Le Médiéval au Fil du Temps

     

    26 ant.jpg

  • Ligne de bus Liège-Marche:un arrêt à Nandrin et Clavier pas à Tinlot

    Lien permanent

    Le TEC veut proposer une solution alternative à la voiture pour les navetteurs. Dès le 29 avril, une ligne rapide reliera Liège à Marche. D’ailleurs, la liaison sera assurée uniquement le matin et le soir pour permettre aux travailleurs de faire l’aller/retour du domicile au lieu de travail.

    Les lignes du « rapido bus » passent par Marche, Somme-Leuze, Méan, Ochain (Clavier), Nandrin, Rotheux-Rimière (Neupré), Sart-Tilman, Liège, et inversement. En tout, un trajet de 1h15 à 5€. Un temps appréciable puisqu’en voiture, pas moins de 50 minutes sont nécessaires pour rejoindre les deux villes.

     

    C’est d’ailleurs un des objectifs du gouvernement wallon : « Notre ambition repose sur le transfert modal. C’est en améliorant l’offre que nous pourrons convaincre les usagers que le bus est une solution écologique, économique et pertinente en matière de mobilité », précise Carlo Di Antonio dans un communiqué.

    Un problème : ce bus « survole » la commune de Tinlot, qui se situe entre Nandrin et Clavier, pourtant demandeuse. Une solution peu écologique pour les Tinlotois donc, qui devront tout de même prendre leur voiture pour se rendre en ville, ou à un arrêt de bus « WEL ».

    Les autorités communales n’ont été mises au courant des arrêts définitifs qu’à la fin du mois de mars. Et à Tinlot, la nouvelle passe plutôt mal. Si l’échevine de la mobilité reconnaît que cette ligne est un plus pour la région, elle est déçue que sa commune ait été oubliée. « Je regrette le manque de discussion avec les services compétents. Les instances concernées ont établi les arrêts dans leur coin, sans consulter les communes », déplore Laurence Medaerts. Pour l’échevine, Tinlot représente la liaison parfaite entre Liège et Marche. « D’un côté, il y a la nationale 63 entre Huy et Ferrières et la nationale 65 entre Liège et Marche », précise l’échevine.

    Un rond-point à Soheit

    A Tinlot, un projet de rond-point à Soheit est à l’étude. Il est prévu d’installer un parking de délestage et un arrêt de bus juste à côté de ce futur rond-point. L’emplacement idéal pour cette nouvelle ligne de bus. L’échevine ajoute : « Tous les Tinlotois rejoignent facilement Soheit. Les Ouffetois et les Moldaviens peuvent y arriver facilement aussi. C’est donc dommage que rien ne soit prévu ».

    Quand le projet a été annoncé, les autorités communales ont pensé qu’un arrêt serait envisageable dans le futur. Visiblement, cela n’est pas à l’ordre du jour. « Nous allons envoyé un courrier au ministre pour appuyer l’importance d’un arrêt de bus à Tinlot. On ne veut pas se faire oublier. D’autant plus que la commune est très mal desservie en matière de transports en commun », martèle l’échevine.

    A Nandrin, le bourgmestre regrette que l’arrêt du WEL se fasse aux Quatre Bras et non pas au nouveau rond-point du Monastère où un parking multimodal est pourtant prévu.

    Cinq autres lignes en Wallonie ont aussi été officialisées ce mardi : Athis-Mons, Bastogne-Arlon, Chimay-Charleroi, Nivelles-Namur et Braine-L’Alleud-Wavre.

    VICTORINE MICHEL ET ESTELLE FALZONE

    Source 

  • La reprise des cours de ju-jutsu aujourd'hui vendredi 26 avril 2019 à Nandrin

    Lien permanent

    On se motive pour la reprise des cours de ju-jutsu 


    - Enfants (7-12 ans) le vendredi 26 avril 19h00 - 20h00
    - Ados et adultes le vendredi 26 avril 19h30 - 21h00

    N'hésitez pas, 2 cours d'essais gratuits, inscription toute l'année au pro-rata des mois restants 

    http://budoryu.be/