• Sur les traces des ambassadeurs en photos idées de sorties destination Voyage sur le Blog de Nandrin

    Lien permanent

    Sur les traces des ambassadeurs en photos clic ici 

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/sur-les-traces-des-ambassadeurs-en-photos/

     

     

     

    « Le travail s’effectuera en plusieurs phases, détaille Jean-Louis Matagne, conservateur du Musée. D’abord, ce seront le sarcophage de Sancta Chrodoara et la châsse de Sainte-Ode (chef d’œuvre d’orfèvrerie). Dans un second temps, viendront toutes les pièces intérieures intéressantes. »

    Cette numérisation apportera un outil de médiatisation pour la commune et le Musée, via des images 3D animées. « Cela sera idéal pour présenter nos trésors de manière optimale, pour le guidage, pour notre image... ».

    Ce scan ne se fera toutefois pas sans mal, la châsse étant en effet particulièrement bien protégée dans un meuble-vitrine blindé. « Soulever la vitrine est une opération extrêmement délicate (avec un échafaudage), qui nécessitera un budget supplémentaire. »

    Le conservateur aimerait en profiter pour faire intervenir des experts. « Lors de notre colloque en 2017, des experts avaient émis le désir de refaire un examen complet des reliques abritées dans la châsse, à l’aide des moyens scientifiques et techniques actuels. Ce serait l’occasion! Des minéralogistes souhaitent également examiner les pierres précieuses. » Le conservateur lance ainsi un appel au financement.

     

    Source 

  • Une Nandrinoise et une Hannutoise championnes de pole dance

    Lien permanent

    Ce n’est certainement pas le sport le plus connu. C’est par contre l’un de ceux envers lequel le grand public à de nombreux préjugés. Pourtant, la pole dance, puisque c’est de ça qu’il s’agit, est bien loin de la connotation sulfureuse que certains lui prêtaient il y a quelques années à peine. Mêlant danse, acrobatie et gymnastique autour d’une barre, la discipline nécessite un entraînement intense et une précision de tous les instants pour sublimer les mouvements.

     

    En région liégeoise, ce sport se développe à la vitesse de l’éclair depuis trois-quatre ans maintenant. Les écoles se multiplient et celles-ci accueillent toujours plus d’élèves. Le « Graal » pour ces athlètes en herbe ou confirmés, ce sont les championnats de Belgique. Ceux-ci avaient lieu dans la magnifique ville de Gand ces vendredi et samedi. Avec, au programme, six catégories : pole exotique pro, pole exotique amateur, en duo, pole individuelle amateur, pole individuelle pro et hommes.

    Dès le premier soir, ce sont deux Liégeoises qui ont d’emblée donné le ton. Ainsi, la Française Romane Zorzetto, qui fréquence l’école « Pole plaisure » de Rocourt, est montée sur la plus haute marche du podium et est devenue championne de Belgique amateur de pole dance exotique.

    Quelques minutes plus tard, c’est Laurane Evrard qui soulevait le trophée, toujours en exotique, mais comme professionnelle cette fois. Une consécration pour celle qui a fondé l’école « Polessentiel » à Hannut. « Cela fait six ans que je fais de la pole, mais au niveau de l’exotique, où il y a quand même des techniques qui sont différentes, cela fait deux ans », confie la championne de 29 ans. Et de renchérir : « Participer à ce championnat était un challenge personnel. Revenir sur scène, avoir ce côté artistique, c’était déjà réussir mon pari. La victoire, c’est un peu la cerise sur le gâteau car ce n’était pas l’objectif principal. » 

    Cinq autres Liégeoises se sont ensuite distinguées dans les épreuves classiques de pole dance. Au niveau individuel, en amateur, le titre de championne nationale est revenu à Camille Desplat. Originaire de Paris, l’intéressée a étudié à Liège et est aujourd’hui logopède à Oupeye. Une médaille d’or qui représentait le second titre pour l’école rocourtoise de « Pole plaisure ». Qui en a très vite décroché un troisième !
    En effet, en catégorie « duo », la victoire a été décernée au binôme Morgane Halloy et Laura Albert. La première est nandrinoise, la seconde marchoise, mais toutes les deux s’entraînent sur les hauteurs de la Cité ardente.

    Sur le titre « Sand » de Nathan Lanier, le duo a subjugué le jury pour récolter le plus de points tant au niveau de la note artistique que technique. « On participait pour se faire plaisir, se challenger et goûter au grand frisson d’un championnat national. On n’avait pas l’ambition de faire un podium. On voulait juste faire une chorégraphie propre et aboutie », confie Morgane Halloy. Sa partenaire, Laura Albert, abonde : « C’est vraiment incroyable. Si ce podium est le nôtre, c’est grâce à celles et ceux qui nous ont conseillé et supporté pour relever ce challenge. »

     

     
     

    Juste derrière avec la médaille d’argent de la catégorie « duo », on retrouve deux autres jeunes Liégeoises, à savoir Manon Thyssen et Mara Matagne. La première citée évoque « une expérience qui donne envie d’en faire plus encore. » 


     

     

     

    Bien évidemment, après une telle moisson de médailles, Sophie Bouchet, patronne de « Pole plaisure » à Rocourt, on se dit évidemment « très fier » des athlètes qui ont « si bien représenté les couleurs de l’école ».

    Voilà en tout cas un triomphe qui aura le mérite de mettre en avant un sport exigeant pour lequel les « poleuses » liégeoises sont visiblement douées.

    GASPARD GROSJEAN

     

    Article complet avec photos clic ici 

    Egalement sur notre Blog de https://hannut.blogs.sudinfo.be/

  • Balade pédestre organisée par le PPNa le dimanche 5 mai 2019 à 14 h 00

    Lien permanent

    Balade pédestre organisée par le PPNa
    À la découverte de notre patrimoine condrusien
    Quand : le dimanche 5 mai 2019 à 14 h 00.
    Longueur : environ 5 km.
    Lieu : Bois-et-Borsu.
    Rendez-vous : à 14 h, place Ovide Musin à Nandrin,
    en face de la pharmacie “Lion”.
    L‛ASBL Patrimoine du Pays de Nandrin (PPNa) a pour objectif
    la protection de l‛environnement et du patrimoine
    de la commune de Nandrin
    PS : en cas de fortes pluies, la balade sera reportée à une date ultérieure.
    Éditeur responsable : André Matriche, bois de la Croix Claire, 14 à 4550 Nandrin / http://www.ppna.be / info@ppna.be

  • Aujourd'hui jeudi 25 et vendredi 26 avril,à Namur Expo un événement consacré au secteur du numérique éducatif

    Lien permanent

    « Cela fait déjà huit ou neuf ans que nous organisons pareil événement en Norvège, en Suède ou en Finlande. C’est une première en Belgique (un autre salon devrait suivre en Flandre) », explique Hervé Hasquin, le promoteur du projet. « Il y a une réelle demande des enseignants de mieux appréhender le numérique. Nous avons planifié 96 ateliers ultra-pratiques et conférences. Et le salon sera récurrent : une date a déjà été fixée pour 2020. »

    Si SETT (School Education Transformation technology) débarque ainsi en Belgique, il ne joue pas au « loup solitaire » : le programme a été établi avec l’aide d’universitaires et d’enseignants du terrain. Il a d’ailleurs été agréé par l’institut qui accrédite les formations des enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Offensive numérique

    L’école numérique est plus qu’un chapitre du fameux Pacte d’excellence. Elle imprègne toute la démarche : l’école du XXIe siècle sera numérique… ou ne sera pas ! Depuis sept ans, au travers de « Digital Wallonia », la Région wallonne équipe les écoles : la « promotion 2018 » en compte 325 qui se partageront près de 7 millions d’euros d’équipements.

    Les autorités carburent, avec la création récente « d’e-classe », une vaste bibliothèque de ressources éducatives en ligne visant à épauler les enseignants dans l’élaboration de leurs cours. Le centre de compétences TechnofuturTIC vient d’inaugurer, à Charleroi, son éduLAB, un espace de formation numérique pour les profs : 1.500 d’entre eux devraient s’y familiariser chaque année aux outils numériques et collaboratifs.

    La ministre de l’Éducation, Marie-Martine Schyns (cdH) a présenté récemment la stratégie numérique de la Fédération. Fédération dont le Parlement a même voté une « prime » de 100€ à chaque enseignant pour l’aider à s’équiper (lisez : « une intervention financière forfaitaire pour l’utilisation d’un matériel informatique privé dans le cadre de la classe »). Et, dès 2019, promet la même ministre, 40 conseillers techno-pédagogiques seront déployés dans les écoles pour épauler les équipes éducatives.

    Une école sur quatre

    Les autorités se réjouissent de l’évolution des dernières années (le parc informatique des écoles a progressé de 38 % entre 2013 et 2017), mais tout cela ne fait néanmoins pas de la Wallonie et de Bruxelles, un pôle avant-gardiste en matière d’école numérique. Quelques chiffres suffisent à montrer le chemin qu’il reste à parcourir : mille écoles wallonnes ont décroché un label numérique… Sur près de 4.000 implantations. Les écoles wallonnes disposent, en moyenne, d’un ordinateur pour neuf élèves (un pour onze à Bruxelles), mais en Flandre, on en compte un pour trois élèves !

    Selon le baromètre « Éducation et numérique » 2018 de « Digital Wallonia », 35 à 40 % des enseignants seulement revendiquent des usages numériques en classe au profit des apprentissages des élèves… Alors que près de 60 % des profs ont un sentiment de compétence modérée, genre « je me débrouille ».

    C’est que tous les enseignants ne sont pas égaux devant cette transformation numérique qui impactera pourtant, à moyen terme, leur manière de donner cours.

    DIDIER SWYSEN

    Source 

  • Liège-Bastogne-Liège Itinéraire

    Lien permanent

                              http://cyclismerevue.be/

     

    http://cyclismerevue.be/2019/04/25/parcours-itineraire-horaire-liege-bastogne-liege-2019/

     

    http://cyclismerevue.be/wp-content/uploads/2019/04/Li%C3%A8ge-Bastogne-Li%C3%A8ge-Messieurs-2019-Itin%C3%A9raire-horaire.pdf

  • Le centre culturel vendredi 26 avril 2019Jean-Luc Piraux Six pieds sur terre

    Lien permanent

    Jean-Luc Piraux n’est pas un comédien comme les autres.

    Derrière ses airs de timide se cache un clown au grand cœur. Il y a du Bourvil là-dessous, du Pierre Richard, du Charlie Chaplin.

    Ce comédien de haut vol sait tout jouer et s’est illustré dans des registres très différents, de la comédie à la tragédie, en passant par son domaine de prédilection, la tragi-comédie.

    Il nous emmène du côté des sentiments ou des sensations qui donnent ce relief particulier à la fragilité humaine avec cette magnifique trilogie

    à (re)voir séparément ou pour les plus gourmets, en ‘gueuleton trois services’ : Faut y aller, En toute inquiétude, Six pieds sur terre.

    Centre Culturel d'Amay